Économie : l’été de tous les dangers

Le dollar glisse à son plus bas niveau en plus de 10 ans, l’action de Bombardier pique du nez et le directeur parlementaire du budget prédit que le gouvernement fédéral n’atteindra pas l’équilibre budgétaire durant l’exercice en cours. Trois événements distincts, mais un dénominateur commun…

 

Non seulement la température est maussade, mais les nouvelles économiques ne sont pas terribles non plus.
Blogue Economie

Mercredi, par exemple, le dollar glissait à son plus bas niveau en plus de 10 ans, l’action de Bombardier piquait du nez pour atteindre son plus bas niveau en 22 ans, et le directeur parlementaire du budget prédisait que le gouvernement fédéral ne pourra pas atteindre l’équilibre budgétaire durant l’exercice en cours.

Ces événements ont leur propre dynamique, et chaque cas est particulier.

Le dollar canadien subit les effets de la faiblesse générale du prix des matières premières et de la grande forme du dollar américain. Juste sur ce thème, il y a matière à écrire un livre ou deux.

Retenons que la Chine ralentit ses achats, ce qui pousse les prix des métaux et du pétrole vers le bas. Parallèlement à cela, la banque centrale américaine, la FED, songe à augmenter son taux directeur — ce qui pousse le billet vert à la hausse —, et la Banque du Canada vient de réduire le sien, ce qui a l’effet inverse pour notre devise.

Bombardier fait face à de terribles vents de face. Non seulement l’avionneur montréalais n’a pas réussi à vendre un seul avion de sa CSeries depuis septembre dernier, mais l’un de ses fournisseurs vient de dire que le marché est aussi extrêmement difficile pour les avions d’affaires à grand rayon d’action, comme les Global 7000 et 8000. Cela a été suffisant pour que le titre plonge de presque 7 %, l’amenant à son niveau le plus bas depuis 1993.

La semaine prochaine, Bombardier dévoilera ses résultats financiers pour le dernier trimestre, et les analystes et investisseurs seront très attentifs. Une évidence saute aux yeux : malgré un changement de patron et un refinancement réussi, Bombardier n’est pas encore sorti de la tempête, et des changements beaucoup plus dramatiques seront peut-être nécessaires.

Enfin, le directeur parlementaire du budget (DPB) est en train de faire voler en éclat la stratégie de communication des conservateurs pour les prochaines élections. Dans son budget, le gouvernement prévoyait un surplus de 1,4 milliard de dollars. Ce sera plutôt un déficit d’un milliard de dollars, analyse le DPB, qui a pour mandat de présenter aux élus une analyse indépendante sur l’état des finances du pays.

La différence entre le budget et ces nouvelles prévisions s’explique par des rentrées d’argent moindres que prévu, à cause d’une économie beaucoup plus fragile que ce qui était anticipé. Cela non plus n’était pas prévu dans le plan de match du gouvernement.

Ces trois événements sont particuliers. Ils partagent néanmoins un facteur en commun : la crise pétrolière.

Les recettes du gouvernement sont moindres à cause du marasme causé par la chute du prix du pétrole dans les provinces productrices. Le dollar canadien est aussi touché par un prix du pétrole en deçà de 50 dollars le baril.

Bombardier est aussi touché, comme quoi le Québec ne retire pas que des avantages de la baisse du prix du pétrole. En effet, la crise de l’énergie a rendu ses clients d’avions d’affaires beaucoup plus prudents et économes par les temps qui courent, alors que les gouvernements et les entreprises cherchent à limiter leurs dépenses. Cela est d’autant plus vrai pour les clients russes, chinois et d’Amérique latine, plus touchés par la crise.

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

12 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Le dollar canadien glisse mais il n`est pas le seul. Toutes les devises chutes par rapport au dollar US. Le dollar US sert encore de refuge lorsque l`économie mondiale va pas trop bien. Le dollar australien(économie semblable à celle du Canada) est à 0.73 cents/US.

Concernant le DPB. Il est dur à suivre. Hier il mentionnait que le gouvernement fédéral pouvait dépenser à q

Concernant le DPB. Il est dur à suivre. Hier il mentionnait que le gouvernement fédéral pouvait dépenser à qui mieux mieux pour aider les provinces plus en difficulté que le gouvernement central à Ottawa. Il mentionnait même que la dette fédéral pouvait être éliminé d`ici 35 ans. Moi je pense que le DPB fait de la politique et à un agenda anti-conservateur.

Pour ma part, j`ai beaucoup plus confiance aux conservateurs pour équilibrer le budget fédéral que le NPD et le PLC. Avez vous lu les promesses du NPD et du PLC ? S`est juste des dépenses par dessus dépenses par dessus dépenses. En plus d`une taxe carbone pan-canadienne qui va faire mal à l`économie.

Merci de partager la propagande conservatrice, on a vraiment pas besoin de faits et d’arguments appuyés ici.

« …la propagande conservatrice… »

Que des mensonges. Aux USA aussi et en Occident.

C’est le fascisme qui renaît, mais en Amérique. Ça a l’air d’une farce, mais….

» Cela est d’autant plus vrai pour les clients russes, chinois et d’Amérique latine, plus touchés par la crise. »

Les Chinois sont en bien meilleure posture que le Canada, l’Europe et les USA.

Les Chinois en fabriquent des avions (ceux de Bompardier entre autre) et les Russes en fabriquent aussi.

À cause des sanctions économiques de l’Europe à la Russie imposés par les USA, Bombardier est en train de se faire manger par les Chinois.

Ça vaut pas cher Bombardier, ils ont les Chinois dans les pattes pour les avions et aussi pour les trains.

« TIANJIN, 22 juillet (Xinhua) — L’usine d’Airbus à Tianjin, dans le nord de la Chine, devrait délivrer son premier avion A330 en 2018, a-t-on appris mercredi auprès du partenaire chinois. »

http://french.xinhuanet.com/2015-07/22/c_134437175.htm

« Le C919 de fabrication chinoise (COMAC) sortira d’usine en septembre prochain, avec un vol inaugural prévu début 2016, indique La Tribune qui cite des sources industrielles proches du dossier. »

http://www.air-journal.fr/2015-04-25-le-c919-de-comac-fera-son-roll-out-en-septembre-prochain-5143247.html

« Le dollar canadien est aussi touché par un prix du pétrole en deçà de 50 dollars le baril. » (P. Duhamel)

Et les pétrolières continuent à faire de la fracturation pour gaz de de schiste dans la vallée du St-Laurent.

Ce n’est pas juste un été volatil, ce sont des problèmes structurels qui existent depuis fort longtemps au Canada et au Québec qui sont en train d’apparaitre au grand jour. Tout cela se développe très lentement mais ne devrait surprendre personne, et ça ne fait que commencer. On aurait jamais dû douter que les prix fous des commodités finiraient par revenir aux normes historiques. Le même raisonnement vaut pour l’immobilier et la consommation au Canada. Même chose dans les dépenses des provinces, on sait tous qu’elles sont insoutenables.

À la fin c’est toujours la même chose, une économie est toujours aussi forte que sa capacité d’innover. Notre faible productivité, notre faible capacité d’innover voilà ce qui ne va pas. Pendant longtemps ce problème fondamental a été masqué et exacerbé par une bulle dans les commodités et par une bulle de crédit dans le secteur public provincial et dans la consommation.

BBD a peu à voir là-dedans, à la rigueur ou pourrait présumer que cette entreprise n’aurait jamais pu exister dans sa forme actuelle sans de multiples interventions politiques. Ces interventions à répétition ont potentiellement créé une entité économique non viable dont nous sommes malheureusement devenus dépendants (c’est l’histoire du socialisme…), condamnés à en mettre toujours plus. Un marché libre n’aurait sans doute pas supporté le développement de cette entreprise (il y en aurait eu d’autres à la place) et le drame c’est que le marché finit toujours par avoir le dernier mot. Pour BBD c’est peut-être aussi la réalité qui cogne à la porte. Dans ces conditions si j’étais client j’attendrais moi aussi.

Ca fait des années que je dénonce cette cie qui est une véritable BS corporative, demandant constamment des subventions, faisant du chantage si on ne leur donnait pas leur chèque de BS. Voilà qu’elle plante. Et pas à peu près: 94% de pertes depuis 2000
Une question: combien la Caisse a perdu dans l’aventure? (elle ne le dira jamais ben sûr mais on peut facilement penser à des dizaines de millions de dollars)

Parlant de scandale qu’est-ce que vous pensez de l’affaire 50 cents? Il vient de faire faillitte. Il dit qu’il n’a jamais fait beaucoup d’argent. Or Forbes estimait sa fortune l’an passé à 155 millions? Le scandale n’est évidemment pas dans la faillitte d’un minable rapper mais dans l’estimation surréaliste de Forbes

Bombardier? Je vais en ajouter.

Les Chinois et les Russes :

La Chine :

« La Chine est en train de construire le plus grand avion amphibie au monde, baptisé AG600.
D’une capacité de 50 passagers, l’avion possède une masse
maximale au décollage de 53 tonnes et une autonomie de vol de 4.500 km.
Pour combattre les feux de forêt, il dispose de citernes pouvant être remplies en 20 secondes. Il lui faut au maximum quatre secondes pour déverser 12 tonnes d’eau.

http://french.peopledaily.com.cn//n/2015/0721/c31357-8923504.html
///

La Russie :

En dépit des sanctions, plusieurs pays occidentaux ont conclu des contrats pour l’achat d’avions-amphibies russes.

La France et les Etats-Unis comptent acheter une trentaine d’avions amphibies russes Beriev Be-200, a annoncé le porte-parole de la société de construction aéronautique TANKT Beriev de Taganrog Denis Didenko.

http://fr.sputniknews.com/international/20150213/1014656604.html

La conjoncture? NON!
Le dollar? NON
L’endettement des familles? NON!

LA MONDIALISATION ET SA CONCURRENCE.

/////////

« Retenons que la Chine ralentit ses achats…du pétrole vers le bas. » (P. Duhamel)
La Chine pousse l’énergie renouvelable (solaire éolienne) afin de se débarrasser du charbon et du pétrole, alors que l’Amérique du nord utilisera encore au charbon.

Tiens…le dollar canadien faible… Raison de plus de demeurer dans le Canada les séparatistes? Parce qu’à une certaine époque, la force de notre dollar était LA principale raison de se séparer because l’extrême faiblesse de notre performance économique québécoise et la maigreur de notre créativité.

Pour nos séparatistes diplômés en sciences molles pas de maths, une monnaie faible et impuissante est une…force?!&??? Comme le dollar du Zimbabwe, pays admiré du monde comme chacun la sait. Allez comprendre…

C’est la « maladie du Hollandais » mais à l’envers. Serait-ce la « guérison du Hollandais »?

Troll qui ne sait plus quoi dire pour provoquer.

Bien à voir avec “Économie : l’été de tous les dangers”