La nouvelle économique la plus inusitée de 2014

Des investisseurs chinois investissent au Québec pour produire des systèmes d’alarme incendie destinés au marché chinois.

Des investisseurs chinois investissent au Québec pour produire des systèmes d’alarme incendie destinés au marché chinois.

Quand un ami m’a parlé de ce projet, j’étais sûr qu’il se mélangeait dans les noms de pays. L’habitude veut que ce soit l’inverse qui se produise : une entreprise québécoise ou d’un autre pays investit en Chine pour desservir leur propre marché, ou, dans des cas plus rares, le marché chinois.

On connaît les avantages concurrentiels de la Chine : une main-d’œuvre abondante, bien formée et relativement peu payée (selon nos critères), ainsi qu’un marché local gigantesque et un réseau de fournisseurs à nul autre pareil.

Eh bien non ! Une société pékinoise, la Beida Jade Bird Universal Alarms System Devices, vient d’annoncer un investissement de 30 millions de dollars au Québec, lequel va créer 70 emplois à Saint-Bruno. La pelletée de terre protocolaire sur le site de la nouvelle usine a eu lieu mardi matin.

Capture d’écran 2014-08-18 à 20.55.08
Le président du conseil du Beida Jade Bird Group, Xu Zhendong.

J’ai demandé à M. Xu Zhendong, le président du conseil du Beida Jade Bird Group — une société de portefeuille appartenant à l’Université de Pékin et dont les revenus atteignent les 2 milliards de dollars canadiens — pourquoi sa division de systèmes d’alarme va construire sa nouvelle usine à l’extérieur de Chine.

Le groupe, dit-il, veut exporter à moyen terme ses produits dans les autres pays. Pour y arriver, elle veut s’assurer qu’ils répondent aux standards de qualité plus élevés qui sont exigés en Amérique du Nord et en Europe. (La certification ULC du Conseil canadien des normes est l’une des plus reconnues à l’international dans le domaine de la sécurité.)

En s’établissant au Canada, l’entreprise croit aussi que ses produits auront une meilleure réputation et qu’ils trouveront plus facilement preneurs sur ces deux continents.

J’ai aussi demandé aux dirigeants de l’entreprise pourquoi ils avaient précisément choisi le Québec pour ce projet.

Leur réponse m’a tout aussi étonné. C’est en raison de l’utilisation de l’anglais et du français que l’entreprise, baptisée Solutions d’alarme incendie Maple Armor Canada inc., s’établira en banlieue montréalaise. Beida Jade Universal Alarm System croit que le caractère français du Québec l’aidera à pénétrer les marchés européen et africain. La qualité de la main-d’œuvre québécoise a aussi joué dans la balance.

Investissement Québec, Développement économique Longueuil et la Ville de Saint-Bruno ont aussi favorisé l’arrivée du groupe chinois.

La Beida Jade Bird Group, créée en 1994, est active dans plusieurs secteurs, dont l’éducation universitaire aux États-Unis, les médias, l’énergie, la technologie et les systèmes d’alarme. Elle emploie 6 000 personnes, et trois de ses divisions sont cotées à la Bourse de Hong-Kong.

Laisser un commentaire

La preuve que le Québec fait bien.

Aussi un excellent moyen pour venir chercher notre expertise et la rapporter en Chine.

Ce ne serait pas la première fois. J’en ai eu connaissance quelque fois.