Emploi : le Québec premier de classe

Comment passer sous silence que le Québec a ajouté, au cours des 12 derniers mois, plus d’emplois à temps plein que l’Ontario et l’Alberta mis ensemble ?

On dirait qu’il y a une sorte de conspiration du silence concernant le marché de l’emploi au Québec. Les médias insistent beaucoup sur la perte de 20 000 emplois au Canada — les plus importantes depuis huit mois —, mais peu soulignent l’étonnante performance du Québec.
Blogue Economie

Le Québec compte 11 500 emplois de plus en avril. Mieux encore : le Québec a ajouté, le mois dernier, 38 600 emplois à temps plein. C’est 81 % des emplois à temps plein qui ont été ajoutés au pays au cours de cette période. Il me semble que ce n’est pas banal.

Examinons maintenant la performance du Québec entre mai 2014 et avril 2015. Les données sont intéressantes et contredisent le discours défaitiste d’un Québec ravagé par l’austérité et privé de politiques, de moyens et de ressources pour relancer son économie.

Depuis les 12 derniers mois, l’économie du Québec a ajouté 68 700 emplois, dont 57 800 à temps plein. Pendant cette période, l’Ontario a fait un gain de 11 500 emplois et de 25 500 emplois à temps plein.

Au cours de la dernière année, 49 % des emplois et 35 % des emplois à temps plein ajoutés au Canada ont été créés au Québec. Comment pourrait-on passer sous silence que le Québec a ajouté, au cours des 12 derniers mois, plus d’emplois à temps plein que l’Ontario et l’Alberta mis ensemble ?

La croissance des emplois au Québec s’observe surtout dans le secteur privé avec des gains de 55 900, contre 9 100 emplois supplémentaires dans le secteur public. En fait, 74,2 % des emplois ajoutés dans le secteur privé canadien depuis un an l’ont été au Québec.

L’enquête sur le marché de l’emploi est un indicateur parmi tant d’autres de la vigueur économique, même si c’est celui qui capte le plus l’imagination et qui touche le plus de monde. La marge d’erreur est élevée, et il faut demeurer prudent avec les fluctuations mensuelles.

Néanmoins, je tiens à souligner deux choses. Premièrement, on s’accable facilement quand les données d’un mois ne sont pas à la hauteur, et je me demande bien pourquoi on ne pourrait pas faire ressortir les bonnes nouvelles quand il y en a.

Deuxièmement — et c’est le point le plus important —, il y a une tendance dans le marché de l’emploi au Québec depuis décembre. Le Québec a ajouté des emplois à temps plein pendant trois des cinq derniers mois, et les reculs ont été très minimes les deux autres mois. Il y avait 3 230 200 emplois à temps plein en décembre dernier et 3 309 500 en avril, soit un gain de 79 300 jobs.

C’est spectaculaire.

 

 

 

 

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

40 commentaires
Les commentaires sont fermés.

C’est ma foi vrai, nous avons fâcheusement plus tendance à accorder à nos perceptions négatives plus d’importance qu’aux faits. Il faut se réjouir de voir que la confiance malgré tout, est en train de se reconstruire. Quand pouvoir communiquer de bonnes nouvelles aux lecteurs, c’est toujours un bon pas dans la bonne direction 🙂

Si c’était le PQ au pouvoir, les médias gauchistes iraient le crier sur tous les toits. Mais comme ce sont les méchants libéraux…

@ Antoine B,

Merci pour vos commentaires qui se voulaient je suppose « un peu » humoristiques. J’aimerais préciser que mes propos avaient pour fin avant toutes choses d’être consensuels et apolitiques.

Néanmoins, je dois vous dire (au cas où vous ne le sauriez pas) que les termes finissant en « iste » ont très souvent une connotation péjorative. C’est pourquoi, il est toujours déconseillé d’employer ces terminaisons quand le langage offre des alternatives. C’est ce que j’ai appris dans mon cours de grammaire.

Pour cela, je préfère toujours à « gauchiste », le terme de « gauche » pour différentier de la droite ou du centre. Encore que le terme de « centriste » soit dépourvu de telles connotations.

Mais… Des médias de gauche, je n’en connais guère qui aient pignon sur rue au Québec. Auriez-vous des noms à nous soumettre ?

Deuxième point : Je ne dirais pas que le PQ soit pas un parti de gauche. D’ailleurs il n’a jamais adhéré à « l’Internationale Socialiste », tandis que le NPD oui ! Je le considère plutôt comme un parti conservateur nationaliste avec une aile sociale-démocrate. Parti qui compte effectivement dans ses rangs un conservateur plutôt influant dans le secteur des médias.

Troisième point, je ne vois pas les partis libéraux comme des partis de droite. Sur les échiquiers politiques mondiaux, ils occuperaient plutôt le centre, selon moi. En politique, il n’y a ni bons, ni méchants. Il y a des gagnants et des perdants.

Quatrième et dernier point : Comment expliquer que certains médias tels le Soleil ou La Presse ou Le Devoir, ne rapportent pas ou peu ces bonnes nouvelles économiques sur l’emploi ? La réponse simple : c’est parce que ce sont des nouvelles qui intéressent peu les gens.

La plupart des médias, d’où qu’ils viennent, adaptent l’offre à ce que demandent le lectorat ou l’audience naturellement. C’est pourquoi, je ne suis « encore » pas un adepte des « théories du complot » 🙂

« Mais… Des médias de gauche, je n’en connais guère qui aient pignon sur rue au Québec. Auriez-vous des noms à nous soumettre ? » (sic)

Et il est humoriste en plus…

Le Devoir? Voir? L’Aut’journal? L’Itinéraire? Le Couac? L’action Nationale? Le Québécois?

Je continue?

En dehors du Devoir (on repassera pour le classifier comme un journal de gauche), est-ce qu’ils ont un tirage supérieur à 1/10 de La Presse ou Journal de Montréal?

Tu peu bien mettre des points d’interrogations. (?)

Le Devoir un média de gauche!

Comme je l’ai dis à David Grognon (une connaissance banale), tout ce qui orbite autour des faux libertariens fascistes du Québec est à l’extrême gauche. Remarquez que certains se disent de l’extrême centre.

Du vide!

@ François 1,

Pour autant que j’aie bien compris les propos d’Antoine B, il parlait plutôt de médias, ce qui implique une certaine masse en matière d’audience. Historiquement, Le Devoir est un média de sensibilité libérale et progressiste, ouvert sur le monde. J’aimerais parler plutôt d’un organe de presse humaniste. Je pense notamment à un de ses rédacteurs en chef : Claude Ryan.

Comme média « gauchiste »… Je pense qu’on repassera !

Devrais-je conclure que vous seriez aussi hostile aux humanistes, mon cher François ?

On ne pourra jamais le vérifier et tant mieux, mais j’émet l’hypothèse que nous n’aurions pas eu la même performance avec le PQ. En passant, est-ce à dire que l’austérité ça marche?

Voir la réponse à Serge Drouginsky le 8 mai 2015 à 20 h 28 min.

Et je n’ai même pas fait de recherche approfondie…

« Et je n’ai même pas fait de recherche approfondie… »

Ça remonte à quand la dernière fois?

@ François 1,

Je trouve bien dommage qu’au Québec ou au Canada, nous n’ayons pas une masse suffisamment critique de population pour avoir une vraie presse de gauche comme cela existe en Grande-Bretagne, en France ou en Allemagne. Cela offrirait certainement à la population de meilleurs débats.

Cela dit, il n’est pas tout à fait exact que Pierre Duhamel ait été le seul à relayer ces bonnes nouvelles sur l’emploi. Vendredi dernier, c’était au tour de Gérald Fillion au Téléjournal d’annoncer aussi ces nouvelles. Alors, on ne peut pas dire que les médias de toutes tendances, ne font pas leur travail d’information.

Le journal de P.K.P. a été moins rapide sur la gâchette pour annoncer la nouvelle cette fois-ci….M.Couillard aurait participé à une supposée malversation il y a plusieurs semaines et aussitôt le Journal de Montréal le lendemain se régalait de cette nouvelle comme par hasard…..Aucun conflit d’intérêt….Mais non voyons….

Il serait quand même intéressant de voir quels types d’emplois, à quels salaires, avec quels conditions. Si c’est pour travailler à travers une agence de placement qui garde un pourcentage de son salaire, ne permet aucune permanence et seulement la précarité, je ne trouve pas que nous soyons dans un milieu du travail plus intéressant. De plus, il serait intéressant de comparer ces nouveaux postes aux postes qui se sont perdus à la même période. De cette manière, on obtiendrait un vrai portrait de l’emploi au Québec et non, seulement des chiffres.

Vous avez raison, madame Martin. Un article d’un partisan des libéraux qui ne mentionne que des chiffres sans aucun détail, aucune comparaison. Un portrait bien vague!

Très bon point! Ça reste tout de même un signe encouragent puisque si les postes se stabilisent, les entreprises vont généralement recourir à l’embauche permanent plutôt que temporaire via les agences.

Ceci dit, on peut savoir au moins dans quels secteurs les gains en emplois se situent, et je fais un autre commentaire exactement sur ce sujet.

Étiez-vous aussi pointilleuse lorsque les péquistes, alors au pouvoir, perdaient des emplois par dizaine de milliers de façon régulière?

Au fur et à mesure que la perception négative du sinistre dernier règne des péquistes (heureusement il a été de courte durée!) se dissipe, l’espoir renaît dans les chaumières québécoises et les investisseurs capitalistes sortent timidement de leur tanière pour créer des emplois PERMANENTS et BIEN RÉMUNÉRÉS.

M. Couillard, vous et votre formidable trio économique, SVP n’écoutez surtout pas les prédicateurs de la religion gauchiste et continuez votre excellent travail de rigueur budgétaire et de justice intergénérationnelle.

BRAVO!!!

Plus de 70% des nouveaux emplois sont dans les secteurs du commerce au détail (très mal rémunéré), l’hébergement, la restauration (très mal rémunéré), les services d’enseignements (très peu du secteur privé), soins de santé et assistance sociale (très peu du secteur privé) et de l’administration publique.

SVP ne laissez pas les faits ébranler votre idéologie!

@ Simon-Pierre Lussier,

Très juste. Aucours de ces 20 dernières années, la qualité de la rénunération de l’emploi a baissée au Canada. Les gens travaillent mais ne voient pas de réelle progression en terme de pouvoir d’achat. Tous les secteurs ne progressent pas de la même façon.

Ce sont des résultats encourageants, mais encore est-il important de savoir quel type d’emploi s’est créé, voici les chiffres sur les plus importantes variations (de mai 2014 à avril 2015) :

– Agriculture : perte de 4 000
– Foresterie, pêche, mines (etc.) : perte de 4 700
– Construction : perte de 8 400
– Fabrication : perte de 4 200
– Commerce de détail : +25 900
– Transport et entreposage : +4 000
– Finance, assurances, immobilier et location : +8 700
– Services professionnels, scientifiques et techniques : +10 200
– Services aux entreprises : +12 800
– Services d’enseignement : +19 300
– Soins de santé et assistance sociale : +19 300 (non ce n’est pas une erreur de copier-coller avec le chiffre précédent)
– Information, culture et loisirs : perte de 20 700
– Hébergement et services de restauration : +25 700
– Autres services : perte de 19 700
– Administrations publiques : +6 300

À noter que le secteur manufacturier était à un creux de 10 800 emplois plus bas en décembre (données désaisonnalisées), donc il y a eu un sérieux rattrapage avec la chute du dollar canadien. Un argument de moins pour les détracteurs du mal hollandais.

Source : Statistiques Canada (CANSIM 282-0088)

Faut croire que « L’austérité » Libérale ne frappe pas partout de la même façon…

Vendredi le 8, le gouvernement libéral faisait de la petite politique dans la Presse disant qu’il remplissait sa promesse électorale de 250 milles emplois.

De mémoire statistiquement il se crée annuellement environ le même nombre d’emplois Québec PEU IMPORTE LE PARTI. Dans les dernières années a tourne au tour de de 180 milles il me semble et en augmentent puisque le PIB augmente.

Les trois partis principaux nous promis les emplois qui se créent normalement à chaque année. Le dernier imbécile serait capable de faire ces promesses.

2012 30 800 emplois PLQ
2013 47 800 emplois PQ
2014 1 100 emplois de moins qu’en 2013 PLQ

Avis aux politicailleux!

Et le Québec fait affaires de moins en moins au Canada et aux USA et de plus en plus dans le monde. En particulier en Asie.

« Dans les dernières années a tourne au tour de de 180 milles il me semble et en augmentent puisque le PIB augmente. »

J’aurais du écrire:
Dans les dernières années ça tourne au tour de de 180 milles par 4 ans il me semble et en augmentent puisque le PIB augmente.

Les trois partis principaux nous ont promis des emplois qui se créent normalement à chaque année.

Aucun moyen d’en vérifier le contenu…..et si ça serait le PQ ….il serait écrit quoi ???? Bonne question

Bel optimisme M Duhamel mais sait-on au moins combien de ces nouveaux emplois résultent en fait non pas d’investissements privé mais de dépenses publiques dans les infrastructures et l’embauche de contracteurs privés? À elle seule la construction des deux hôpitaux universitaires de Montréal compte probablement pour des milliers d’emplois permanents dans le secteur privé.

Ça fait des années que le Québec compense la croissance anémique du secteur privé par des vastes programmes d’infrastructure. Évidemment cette croissance est achetée sur le dos des génération futures. Et encore la performance du secteur privé aurait été encore plus exécrable sans la course effrénée à l’endettement des ménages Québécois dont le taux d’épargne est proche de zéro! Ça non plus ne pourra pas durer. On ne peut pas bâtir une économie sur la consommation et la constructions de condos!

Bref la performance économique du Québec, par ailleurs médiocre, demeure plus que jamais un mirage de crédit. Encore et toujours on dévore l’avenir. Pas étonnant que le ministre Leitao soit à New-York pour rassurer les investisseurs. La dette est élevée mais sous contrôle dit-il, et c’est vrai …. tant que le plancher ne défonce pas!

Le secteur privé prend le relais de celui du public, moins efficace et qui ne produit pas de richesse. À la bonne heure !
Où est l’austérité ?

Merci de le souligner. Ce n’est pas avec les commentaires d’anciens députés, ministres du Bloc et du PQ que l’on se met au parfum. Est-on à ce point en panne de bons analystes et journalistes? L’émission du matin à RDI est plus que navrante, les deux journalistes ne connaissent pas leur dossier et posent des questions qui frisent l’opinion. Ce matin entre autres l’animatrice avouait ne pas savoir que la contribution des usagers en CHSLD était diminuée de la contribution gouvernementale. Le budget est construit de cette façon depuis toujours et c’est normal. L’usager peu importe son niveau de richesse a accès à un CHSLD, reçoit les mêmes services et paie jusqu’à un maximum d’environ 1800.00/mois, nourri ,logé, soigné etc. Plus de 40% ne paie pas ce montant. Si tu es journaliste et que tu ne sais pas cela, tu te renseignes.

Je me méfie des données mensuelles de l’EPA. Parfois, c’est trop beau pour être vrai. C’est certain que 38 600 nouveaux emplois à temps plein ce n’est pas banal, sauf que ce sont des données avec une certitude de 68 %. Avec une certitude de 90 %, c’est moins rose, c’est 790 nouveaux emplois dans le pire cas. Avec 95 % de certitude, Statistique Canada n’est même plus certain qu’il y a eu un gain d’emploi toujours selon une hypothèse pessimiste (- 1 200).

Avec des données aussi volatiles que l’EPA, l’EERH(Enquête sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail) est plus fiable, puisque les données sont recensées directement des entreprises, mais les données sont accessibles avec plusieurs mois de retard. Les dernières données sont du mois de février. Elles montrent une augmentation de 8 586 emplois sur le mois précédent alors que les données de l’EPA indiquaient une augmentation de 16 800 emplois, presque le double.

Les données annuelles de l’EERH semblent moins joviales que ceux de l’EPA, bien qu’on note une légère amélioration de l’emploi depuis le mois de décembre.

Tiens les péquistes…en plein dans les gencives:

http://www.antagoniste.net/2015/05/11/bilan-de-lemploi-lausterite-ca-fonctionne/

Extrait:

Bref, ces chiffres montrent une chose: le PQ et la bonne gauche avaient complètement tort quand ils ont dit que « l’austérité » libérale allait nuire à l’économie. Ils avaient aussi complètement tort quand ils ont dit que le seul moyen de créer des emplois au Québec passait par un plan de relance économique.

Autrement dit, « l’effet libéral » existe bel et bien, à moins que ce soit simplement l’effet de ne pas avoir les péquistes au pouvoir…

Il en manque encore +- 170,000 pour les prochains 4 ans! Ceux promis par les libéraux! C’ est très faisable. C’ est une bonne nouvelle et c’ est pas mal mieux cela que les promesses électoralistes de Martine Ouellet , Pierre Céré et cie des gens qui se disent social -démocrates mais qui sont évidemment de gauche totalement! Il représentent environ 10-15 % des 71000 électeurs membres du parti Québecois ! Avec cette gang -la ça fait pas des jobs permanentes mais plustôt des jobs artificielles

Les vraies jobs viennent de l’ entreprise privée et se doivent d’ être permanentes car le gouvernement ( c’ est a dire nos taxes et impôts) ne peut se permettre d’ engager de nouvelles ressources ( comme les nomment nos syndicats-états) et de mettre toutes ses dépenses sur la carte de crédit et d’ engager a coût sûr de l’ austérité quoiqu’ en disent nos chers étudiants anarchistes!!!

« Les vraies jobs viennent de l’ entreprise privée… »

Ha bon, les infirmières des États Unis ont de vraies « jobs » et les infirmières du Québec ont des « jobs » artificielles.

Ç’est songé! Quelle crédibilité sur le plan économique.