Faire connaissance avec la classe moyenne chinoise

Résidant à Pékin depuis 1992, Gervais Lavoie, qui aide les entreprises étrangères à prendre pied en Chine, voit dans ce pays des « possibilités presque illimitées » pour celles-ci. À condition qu’elles cernent bien le consommateur chinois. Et ne tardent pas.

Passagers à la station d'autobus de Pékin. - Photo : iStock
Passagers à la station d’autobus de Pékin. – Photo : iStock

Résidant à Pékin depuis 1992, Gervais Lavoie, qui aide les entreprises étrangères à prendre pied en Chine, voit dans ce pays des « possibilités presque illimitées » pour celles-ci. À condition qu’elles cernent bien le consommateur chinois. Et ne tardent pas.

Comment décririez-vous ce marché de consommation en pleine émergence ?

Tous les chiffres indiquent que nous sommes à la veille d’une explosion de la consommation en Chine, si ce n’est déjà le cas. Selon la boîte internationale de consultants McKinsey, ce marché représentera plus de 4 200 milliards de dollars canadiens en 2020, soit plus du double de ce qu’il est aujourd’hui.

Le moteur économique de ce marché sera sans contredit la classe moyenne, qui est appelée à se développer plus rapidement et à occuper une place plus grande que les classes riche et populaire. On prévoit que sa croissance sera de plus de 20 % par année.

Au sein de la classe moyenne, on parle surtout de la « génération 2 », ou G2. Ces jeunes adultes nés vers la fin des années 1980 façonneront le marché. Ils ont une vision plus internationale du monde, sont plus instruits, ont accès à Internet et n’ont pas d’objection à dépenser davantage pour avoir un produit de meilleure qualité ou, tout simplement, pour présenter une meilleure image. Ils sont présentement 200 millions et représentent 15 % de la consommation dans les milieux urbains. Dans 10 ans, ils en représenteront 35 %.

Comment une entreprise étrangère peut-elle pénétrer ce marché ?

Les occasions sont presque illimitées. Et c’est très nouveau comme phénomène. Il y a quelques années seulement, la Chine était très difficile d’accès, en raison de sa pauvre connaissance du marché international et de la dispersion de sa clientèle. Pour obtenir des résultats intéressants, il fallait d’abord imprimer sa marque à Pékin ou à Shanghai, puis opérer sur l’ensemble du territoire. Se confiner à ces deux grandes métropoles n’était pas possible non plus : la demande de produits étrangers n’y était pas assez forte pour soutenir les ventes d’une entreprise.

Aujourd’hui, tout cela est en train de changer. Il est possible d’entrer dans une ville tierce sans nécessairement passer par Pékin ou Shanghai. Les coûts sont moindres, le marché plus accessible, et on y enregistre des progrès plus rapides que dans les métropoles.

Quels secteurs d’activité offrent le meilleur potentiel ?

À court terme, je prévois une forte demande dans le secteur alimentaire surtout, depuis la transformation jusqu’au fast-food. Il suffit de visiter quelques grandes surfaces pour constater la faible qualité des produits offerts… Avec l’arrivée de centaines de millions de Chinois au sein de la classe moyenne, les petits restaurants bas de gamme et les marchés alimentaires vont devoir offrir des produits plus sophistiqués pour satisfaire cette nouvelle clientèle.

À plus long terme, les secteurs qui seront touchés par l’explosion de la consommation sont très nombreux. En santé, le gouvernement est sur le point de favoriser les investissements privés afin d’étendre les services hospitaliers dans les banlieues. L’éducation est aussi en train de se privatiser et offre de multiples occasions d’affaires, surtout dans les secteurs préscolaire et de l’enseignement professionnel.

Avec la piètre qualité de l’air et de l’eau, le consommateur chinois est également de plus en plus intéressé par tout produit moins nocif pour l’environnement, comme les produits biodégradables.

Et dans le commerce de détail, les possibilités sont pratiquement infinies. Pensons seulement à ces millions de nouveaux couples qui vont bientôt meubler et décorer des appartements, avoir des enfants…

Chose certaine, le timing sera crucial pour saisir les occasions. Les Chinois commencent à dépenser et ils seront bientôt très nombreux à le faire. Il y a quelques grandes marques déjà bien établies, mais il reste encore beaucoup d’espace. Les entreprises qui sauront accaparer les marchés de niche vont en tirer de beaux profits. C’est le moment de le faire. Plus le temps passera, plus cela risque de devenir difficile de se tailler une place.

* * *

La classe moyenne représentera plus de la moitié du marché chinois de consommation en valeur absolue d’ici 2022.

Laisser un commentaire