Finances publiques : si les jeunes étaient au pouvoir

À quoi ressemblerait le budget du Québec s’il était préparé par des jeunes ? Les auteurs du tout premier Indice d’équité entre les générations ont joué le jeu. Voici les mesures qu’ils mettraient en œuvre pour «se rendre en 2031 sans faire faillite».

budget-des-jeunes
Illustrations : Pierre-Nicolas Riou

Réinstaurer les péages sur les autoroutes, donner plus de pouvoirs aux « super­infirmières », taxer davantage les riches, augmenter la TVQ, utiliser des logiciels libres dans la fonction publique, révolutionner l’éducation en ligne…

S’ils étaient au pouvoir, les jeunes auteurs de l’Indice québécois d’équité entre les générations n’hésiteraient pas à bousculer la population !

Publié dans les pages de L’actua­lité l’an dernier, ce nouvel indice révélait, à la (grande) surprise de bon nombre de personnes, que le niveau de vie des jeunes Québécois avait progressé au cours du dernier quart de siècle. Que les baby-boomers, contrairement aux idées reçues, n’étaient finalement pas « partis avec la caisse »… Mais cette étude indiquait aussi un amoncellement de nuages à l’horizon, causé en partie par le vieillissement accéléré de la population et qui risque de mettre en péril tous ces gains.

« On nous a souvent demandé quelles étaient nos pistes de solutions et si notre indice aurait une suite, dit Christian Bélair, coauteur de l’Indice. C’est en réponse à ces questions que nous avons eu l’idée de créer notre propre budget du Québec. »

Christian Bélair et son complice Alexis Gagné, cocréateur de l’Indice et du tout nouvel Institut des générations, se sont associés à trois jeunes femmes d’horizons politiques et idéologiques divers : Isabelle Fontaine, ex-présidente des jeunes péquistes, Maripier Isabelle, ex-présidente des jeunes libéraux, et Laura O’Laughlin, une économiste d’origine américaine.

Le quintette ne cherche pas à devenir un porte-étendard des jeunes. Ses membres visent l’équité entre toutes les générations, insistent-ils. Et leurs mesures pour rééquilibrer le bud­get du Québec préparent l’avenir !

Pour guider leurs choix, ils se sont imposé une seule règle : les mesures retenues devaient faire l’unanimité au sein du petit groupe.

Les premiers débats ont été pour le moins houleux. « On était certains qu’on n’arriverait jamais à s’entendre », dit Alexis Gagné. Puis, au fil des discussions, les différends se sont aplanis. « Quand tu mets de côté la partisanerie, c’est étonnant comme ça fonctionne bien ! »

Les cinq membres partagent tous l’objectif d’assainir les finances publiques. Mais ils se montrent très critiques à l’égard du gouvernement de Philippe Couillard et de la vague de compressions qui déferle sur le Québec depuis un an. « On ne devrait pas viser l’équilibre budgétaire à tout prix dès cette année, mais à long terme, dit Alexis Gagné. Il faut voir plus loin ! »

Ses collègues et lui ont les yeux rivés sur… l’année 2031.

C’est à ce moment que les effets du vieillissement de la population se feront le plus sentir. La proportion de travailleurs actifs (qui paient le plus d’impôt) atteindra un creux historique alors que le système de santé sera sous pression en raison d’un nombre record de personnes âgées de 75 ans et plus.

« Le plan du gouvernement devrait être d’arriver en 2031 sans faire faillite », résume Alexis Gagné.

tableau_budget jeunes

S’ils étaient au pouvoir, les jeunes bifferaient d’emblée l’une des mesures phares du gouvernement Couillard : la hausse des frais de garde pour les parents de la classe moyenne. « C’est une mesure myope qui pourrait avoir un effet sur le taux de participation des femmes et, dans une moindre mesure, des hommes, au marché du travail, dit Alexis Gagné. Ça brise aussi un pacte des générations, parce que les services de garde à faible coût sont l’un des rares services utilisés par les jeunes parents en compensation des impôts qu’ils paient. »

Les apprentis ministres des Finances annuleraient aussi le gel annoncé des salaires des employés de la fonction publi­que. En s’appuyant sur des chiffres de l’Institut de la statistique du Québec, ils évaluent que ces employés sont déjà payés à leur juste valeur ou sous-payés, quand on les compare aux syndiqués du secteur privé. Ils craignent en outre que Québec n’ait de la peine à recruter et à conserver des employés talentueux et innovateurs pour mener à bien la réforme de l’État si on continue à sabrer leur rémunération.

L’équipe a basé ses calculs sur les chiffres présentés par le gouvernement libéral lors de sa mise à jour économique, en décembre dernier. Plutôt que de refaire, ligne par ligne, l’ensem­ble du budget québécois, ses membres proposent 26 mesures, regroupées sous quatre grands thèmes. Elles généreraient des économies et des hausses de revenus totalisant d’ici quatre ans environ 5 milliards de dollars (sur un budget de près de 100 milliards), ce qui réduirait la pression qu’entraîne le vieillissement de la population.

Certaines mesures auraient un effet immédiat et facilement chiffrable (les péages sur les autoroutes et la hausse de la TVQ, par exemple). D’autres auraient une portée neutre ou minime sur le budget, mais insuffleraient une dose d’idéalisme dans la gestion des affaires de l’État. Comme trouver un indicateur autre que le seul produit intérieur brut (PIB) pour mesurer la richesse du Québec. Les environnementalistes réclament depuis longtemps qu’on évalue les répercussions de l’activité économique sur l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles. S’ils étaient au pouvoir, les jeunes le feraient !

Leur démarche montre également qu’il y a d’autres outils pour assainir les finances publiques. Ils proposent ainsi de mettre fin à la possibilité pour les médecins d’exercer en société (de « s’incorporer »), cadeau qui leur a été accordé en 2007 et qui leur permet de payer moins d’impôt. Cette mesure générerait à elle seule des gains de 170 millions de dollars — soit les deux tiers des sommes que compte récupérer le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, avec sa fusion controversée des établissements de santé du Québec.

Tout comme ils l’avaient fait lorsqu’ils ont élaboré l’Indice d’équité, Alexis Gagné et ses collègues ont convié un comité de « sages » à valider leurs choix.

Réunis au centre-ville de Mont­réal en décembre dernier, leurs invités les ont soumis à un véritable tir de barrage : questions, commentaires et critiques, parfois virulents, ont fusé.

L’économiste Marcelin Joanis, de Polytechnique Montréal, s’est ainsi inscrit en faux contre l’idée d’augmenter de 1 % la taxe de vente du Québec (TVQ), une des principales mesures fiscales prônées par les jeunes. « Vous plaidez pour l’équité entre les générations, mais une taxe est un instrument régressif. Je ne peux pas accepter ça », dit-il.

François Vaillancourt, du Département de sciences économiques de l’Université de Montréal, s’est élevé contre l’idée de réduire de moitié le plafond de cotisation aux régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER). « Pourquoi réduire l’incitation à l’épargne ? a-t-il demandé. Vous n’allez qu’accentuer l’iniquité entre les travailleurs salariés qui ont un régime de retraite et les autres ! » Isabelle Fontaine a rétorqué que seule une petite minorité de bien nantis ont les moyens de verser 25 000 dollars par an dans un REER… et qu’ils ne seraient pas démunis à la retraite.

L’économiste Pierre Fortin, de l’Université du Québec à Mont­réal, a critiqué avec humour les mesures fiscales visant à encourager les « aînés » de 60 ans et plus (comme lui) à continuer de travailler. « Je comprends que vous aimez la génération de vos grands-parents et que vous voulez les “catiner” un peu, mais il faut faire attention de ne pas discriminer les jeunes. Ce serait injuste de donner une prime aux travailleurs de 60 ans et rien à ceux de 40 ans. »

Et l’ex-ministre péquiste Louise Harel s’est dite étonnée qu’aucune proposition ne vise à contrer les paradis fiscaux. Ce à quoi Alexis Gagné et Pierre Fortin ont répliqué que le Québec a bien peu d’emprise sur ce problème d’envergure mondiale.

Enfin, malgré certaines réserves, les « sages » ont unanimement applaudi l’initiative des jeunes. « On ne peut pas tous être d’accord sur tout, mais je salue votre travail, a dit le coloré Réjean Parent, ancien président de la Centrale des syndicats du Québec. Ça a le mérite de lancer le débat. »

 

THÈME 1

Fiscalité et gouvernement ouvert

budget1

1. Viser 1 % de surplus budgétaire

Remplacer la loi sur le « déficit zéro » par une autre, inspirée de la Suède, obligeant le gouvernement à dégager un surplus budgétaire. Ce surplus serait fixé, en moyenne, à 1 % du PIB sur un cycle économique de sept ans. Une telle loi permettrait à l’État d’augmenter ses dépenses quand l’économie se détériore (ce qui causerait un déficit) afin de stimuler les dépenses de consommation. En revanche, il devrait dégager des surplus quand l’économie se porte mieux. « Ce serait plus logique d’un point de vue économique, et ça éviterait d’alourdir le fardeau de la dette dont hériteront les jeunes », explique Maripier Isabelle.

2. Créer un « gouvernement ouvert »

Faire du gouvernement québécois un exemple de transparence en rendant publiques toutes les données liées aux programmes qu’il administre. L’information deviendrait publique par défaut. Le fardeau de la preuve serait inversé : ce serait à l’État de justifier une demande de confidentialité sur certains chiffres. Selon les jeunes, une telle transparence permettrait entre autres de lutter contre la corruption.

3. Vive la déclaration de revenus unique !

Confier à Revenu Québec la perception des impôts du Québec et du Canada. Mettre fin aux doublons dans les ressources à Québec et Ottawa engendrerait des économies de 400 millions et allégerait le fardeau bureaucratique des contribuables et des entreprises du Québec, écrivent les jeunes.

Québec perçoit déjà la taxe de vente fédérale (TPS) en vertu d’une entente signée entre les ex-premiers ministres Brian Mulroney et Robert Bourassa, note l’un des « sages » consultés, François Vaillancourt. « Ottawa verse une compensation à Québec et ça marche ; on pourrait appliquer le même modèle », dit-il. Ce ne serait pas une première : les lands allemands et les cantons suisses perçoivent aussi les impôts fédéraux.

4. Embaucher un « shérif » du budget

L’histoire se répète après chaque changement de gouvernement à Québec. La nouvelle équipe accuse ses prédécesseurs d’avoir traficoté les chiffres du budget… Pour éviter que cela ne se reproduise, les jeunes imiteraient Ottawa et Washington, et créeraient un poste de directeur du budget de l’Assemblée nationale. Appuyé par une vingtaine de fonctionnaires, cet expert indépendant serait chargé de présenter « les vrais » chiffres sur l’état des finances publiques aux parlementaires et à la population.

5. Hausser la TVQ de 1 %

En augmentant la taxe de vente de 1 %, le gouvernement ajouterait deux milliards de dollars par année dans ses coffres. En plus de diminuer le déficit et d’aider à préserver les services publics, une telle taxe serait plus équitable envers les jeunes, dit Alexis Gagné. « Les jeunes travaillent presque tous, ils paient plus d’impôt sur le revenu, alors que les retraités travaillent peu ou pas. » Quant aux plus démunis, ils ont déjà droit à des crédits d’impôt.

6. Baisser de 50 % le plafond de cotisation au REER

L’État épargnerait annuellement 300 millions de dollars en abaissant de moitié, soit à 12 500 dollars, le plafond de cotisation au régime enregistré d’épargne-retraite. « Peu de gens versent annuellement le maximum permis dans leur REER », dit Isabelle Fontaine. De telles mesures incitatives ont un « effet minime » sur les sommes épargnées pour la retraite et ne font que diminuer l’impôt payé par les contribuables à revenus élevés, écrivent les jeunes.

7. Hausser l’impôt des riches

Québec irait chercher près de 200 millions de dollars par année en créant un nouveau palier d’imposition pour les revenus supérieurs à 200 000 dollars. Le taux marginal d’imposition de ce palier serait de 28 %, une hausse de 2,25 %. Si on tient compte de l’impôt fédéral, le taux marginal atteindrait 52,25 %.

8. Miser sur les logiciels libres

À l’échéance des contrats avec Microsoft (éditeur des populaires suites de logiciels Word, Excel et PowerPoint), tous les employés de la fonction publique migreraient vers des logiciels libres, « qui ont fait de grands bonds en qualité dans les dernières années », précisent les jeunes. Les contribuables épargneraient des dizaines de millions de dollars par an en droits d’utilisation.

Le choc démographique frappe le Québec, où la taille de la population âgée de 15 à 64 ans a commencé à diminuer en 2014. Quatre des mesures suivantes visent à augmenter le taux d’emploi des personnes âgées. Si le taux d’emploi des Québécois de 60 ans et plus atteignait celui de l’Ontario, 76 000 travailleurs de plus feraient tourner l’économie.

 

THÈME 2

Marché du travail budget2

9. Offrir un crédit d’impôt aux travailleurs de 60 à 64 ans

Un tel crédit existe déjà pour les travailleurs de 65 ans et plus.

10. Inciter les employeurs à embaucher des « vieux »

Crédit d’impôt de 600 dollars par travailleur.

11. Hausser l’âge pour toucher la rente de la RRQ

L’âge normal pour obtenir sa rente du Régime de rentes du Québec passerait graduellement de 65 ans à 67 ans, comme c’est déjà le cas pour toucher la pension de la Sécurité de la vieillesse du fédéral.

12. Contrer l’âgisme

Créer une direction de la protection et de la promotion des droits des personnes âgées. Intégrée à la Commission des droits de la personne, cette direction se concentrerait sur les cas de discrimination basée sur l’âge dans le marché du travail.

13. Favoriser les horaires flexibles et le télétravail dans la fonction publique

But : attirer et garder des gens de talent en venant d’abord en aide aux jeunes parents, aux aidants et aux personnes âgées.

 

THÈME 3

Environnement

budget3

14. Instaurer un péage au kilomètre sur les autoroutes

Les péages ont disparu il y a déjà plus de 30 ans. S’il n’en tenait qu’aux jeunes, ils reviendraient en force sur tous les grands axes routiers du Québec (dont le débit dépasse 10 000 passages par jour). Pas seulement sur les grands ponts, mais aussi sur les autoroutes 15, 20, 40… Les automobilistes paieraient en fonction du kilométrage parcouru, grâce à des bornes intelligentes, et les tarifs varieraient selon les heures et le type de véhicule. L’État engrangerait, à terme, jusqu’à 1,5 milliard par an.

15. Mieux mesurer la croissance (et ses effets sur l’environnement)

Le PIB, l’outil le plus utilisé pour « mesurer » la richesse d’une société, comporte de graves lacunes, déplorent les jeunes. Sans pour autant le bannir, ils doteraient le Québec d’un tout nouvel indicateur de croissance qui tiendrait compte, entre autres, de la dégradation de l’environnement, de l’épuisement des ressources naturelles et de la distribution de la richesse. Créer une aire protégée pourrait ainsi accroître la richesse !

16. Abolir le programme Roulez électrique

Malgré les généreux crédits d’impôt consentis à l’achat de véhicules électriques, ceux-ci restent très chers. « Les voitures électriques sont encore des biens de luxe et ce serait plus rentable d’investir l’argent de l’État pour soutenir le développement des technologies vertes », dit Isabelle Fontaine.

17. Efficacité énergétique : vive les compteurs intelligents !

Informer, en temps réel, les abonnés d’Hydro-Québec sur leur consommation d’électricité et le degré d’utilisation du réseau. « Il est temps de limiter la consommation d’énergie au Québec plutôt que de construire 25 autres barrages comme La Romaine dans le Nord », dit Maripier Isabelle. Si elle était ministre de l’Énergie, elle augmenterait les tarifs aux heures de pointe et les diminuerait aux heures « mortes », pour inciter les gens à consommer quand la demande est faible. L’énergie économisée pourrait en outre être exportée. Idéalement, les compteurs dits intelligents installés par Hydro-Québec seraient adaptés pour communiquer avec les appareils domestiques et ainsi réduire automatiquement l’utilisation d’énergie aux heures de pointe.

18. Investir dans l’exploitation des ressources naturelles

En échange du droit d’exploiter une mine ou des ressources pétrolières ou gazières accordé à des sociétés, l’État se réserverait le droit de participer aux projets en y investissant jusqu’à hauteur de 35 %.

……………

THÈME 4

Santé et éducation

budget4

19. Créer une « épargne-santé »

Dès l’atteinte de l’équilibre budgétaire, les jeunes voudraient que l’État investisse deux milliards de dollars par année dans un fonds de réserve en vue du choc… de 2031. C’est à ce moment que le « ratio de dépendance » (le nombre de jeunes de moins de 19 ans et de personnes âgées en comparaison de la population active) atteindra son sommet, de même que les dépenses en santé.

« Les gens doivent se rendre compte qu’on fonce droit vers un mur, dit Alexis Gagné. Si le gouvernement arrive à éliminer le déficit et même à enregistrer un surplus l’an prochain, les gens risquent de se dire : wow, on a plein d’argent ! C’est faux, à cause des coûts de santé qui vont bientôt exploser. »

20. Créer une commission permanente d’innovation en santé

Si la tendance se maintient, les soins de santé absorberont plus de 70 % du budget du Québec en 2031. Pour empêcher la cannibalisation des autres missions de l’État, les jeunes créeraient une commission permanente d’innovation en santé. Dotée d’un budget annuel de 20 millions de dollars, cette commission partirait à la chasse au « gaspillage » en santé (surdiagnostics, surfacturation, etc.), évalué à 2,5 milliards de dollars par l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux.

21. Miser sur les « superinfirmières »

Le Québec ne compte que 250 infirmières praticiennes spécialisées. C’est 10 fois moins qu’en Ontario, où elles jouent un rôle prépondérant en première ligne. Les jeunes réduiraient les obstacles qui empêchent leur déploiement à grande échelle et leur confieraient des responsabilités plus importantes. Cette mesure libérerait des médecins, déjà surchargés, améliorerait l’accès aux soins, en plus de faire épargner, à terme, 400 millions de dollars par an à l’État.

22. Accroître le nombre de sages-femmes

Tripler le nombre de naissances prises en charge par les sages-femmes. Cela éviterait de coûteuses hospitalisations, car la plupart des patientes des sages-femmes accouchent dans une maison de naissance. Selon un sondage, le quart des futures mères souhaiteraient être suivies par des sages-femmes, mais seulement 2 % accouchent sous leurs soins (contre 7 % en Ontario).

23. Mettre fin à l’exercice en société des médecins

En 2007, les lois fiscales ont été modifiées pour permettre aux médecins d’exercer en société, c’est-à-dire de « s’incorporer ». Sur les 19 000 médecins actifs que compte le Québec, 10 000 ont depuis choisi de le faire, ce qui leur permet de déduire de nombreux frais et de réduire leur facture d’impôt à long terme. Les fédérations de médecins évaluent cet avantage fiscal à plusieurs milliers de dollars par année par professionnel. Or, les médecins ne sont pas des travailleurs autonomes comme les autres : ils ont un seul client (la Régie de l’assurance maladie du Québec) et ils ne prennent pas de risques en affaires. Les jeunes mettraient fin à cette mesure, qui prive l’État de 170 millions de dollars par an.

24. Taxer les boissons sucrées

Imposer une taxe d’un cent les 30 ml de boissons sucrées rapporterait 280 millions de dollars par année. Mais cela découragerait aussi des « choix alimentaires malsains » et aiderait, à long terme, à contenir les dépenses dans le système de santé, notent les jeunes.

25. Augmenter le nombre d’élèves par classe en milieu non défavorisé

Même si la hausse du nombre d’élèves par classe au primaire et au secondaire décrétée par le gouvernement Couillard est vivement contestée par les syndicats d’enseignants, les jeunes adopteraient une mesure semblable. Mais seulement dans les écoles non défavorisées. « La recherche montre que la taille des classes a peu d’effet sur le taux de réussite des élèves, surtout dans les milieux non défavorisés », observe Alexis Gagné. Ses collègues et lui investiraient une partie des sommes épargnées (400 millions) dans le soutien aux élèves en difficulté.

26. Révolutionner l’éducation en ligne

Permettre aux élèves du secondaire, des cégeps et des universités de suivre jusqu’à 20 % de leurs cours en ligne. Investir dans les nouvelles technologies permettrait aux établissements d’enseignement d’offrir des cours de qualité sur Internet… et de générer des économies de 150 millions de dollars par an, estiment les jeunes.

*       *       *

Les auteurs du Budget des jeunes

alexis-gagne

Alexis Gagné
Analyste stratégique à la Fondation Lucie et André Chagnon

christian-belair

Christian Bélair
Président de Credo, associé principal d’IS&B Économie simplifiée, ex-président du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec

maripier-isabelle

Maripier Isabelle
Candidate au doctorat en économie à l’Université de Toronto, ex-présidente de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec

laura-olaughlin

Laura O’Laughlin
Économiste principale au cabinet de consultation en économie Groupe d’analyse

isabelle-fontaine

Isabelle Fontaine
Vice-présidente de Ryan Affaires publiques, ex-présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois

…………

Les « sages » qui ont contribué à la réflexion

Réjean Parent, ex-président de la Centrale des syndicats du Québec

Pierre Fortin, économiste, professeur émérite à l’Université du Québec à Montréal

François Vaillancourt, économiste, professeur émérite à l’Université de Montréal

Marcelin Joanis, économiste, professeur à Polytechnique Montréal, chercheur au Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO)

Louise Harel, ex-ministre péquiste

 

La naissance de l’Institut des générations

Stimuler les discussions sur l’équité entre les générations, sans parti pris. Tel est l’objectif premier de l’Institut des générations, créé au début de 2015 par les auteurs de l’Indice québécois d’équité entre les générations, Alexis Gagné et Christian Bélair.

L’Institut est le premier du genre à voir le jour au pays. En Grande-Bretagne, l’Intergenerational Foundation publie chaque année, depuis 2012, son propre indice d’équité intergénérationnelle.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

12 commentaires
Les commentaires sont fermés.

J’ai malheureusement l’impression que des champs majeurs sont laissés vacants….
– Responsabilisation environnementale et sociale des entreprises exploitantes de ressources naturelles?
– Électrification massive des transports collectifs, moratoire de construction d’autoroute et plan ferroviaire national?
– Réduction de l’endettement étudiant et accroissement de l’accessibilité à l’éducation supérieure en visant une gratuité scolaire du primaire au post-doctorat?
– Augmentation du nombre de paliers d’imposition?

BRAVO LES JEUNES! QUE MONSIEUR COUILLARD ET SON GOUVERNEMENT ÉCOUTENT LES JEUNES… ET IL AURAIT INTÉRÊT À ÉCOUTER BOUCARD DIOUF ET LIRE L’ARTICLE DU 31 JANVIER 2015: MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION » POUR L’AIDER À SE FAIRE UNE IDÉE SUR L’INTÉGRATION DES COMMUNAUTÉS CULTURELLES… CAR L’ÉCONOMIE EST AUSSI TRÈS RELIÉE À L’INSERTION AU TRAVAIL DE CES GROUPES. MME HOUDA-PÉPIN AVAIT-ELLE RAISON ????????????? RAYMOND PELCHAT, VICTORIAVILLE.

Quelques bonnes idée comme celle de favoriser le concept utilisateur payeurs, comme avec les péages, (mais pas pour garderies apparemment…) et encourager les plus vieux à rester au travail (quoique beaucoup le feront par obligation).

Mais dans l’ensemble on est dans un statu quo déprimant, l’étatisme débridé du Québec demeure intact, voire pire («investissement» dans les ressources) et le fisc sera encore plus gourmand qu’avant, lui qui est déjà très étouffant pour notre économie, toute ponction supplémentaire aura un effet négatif.

En résumé l’état providence actuel est insoutenable et celui proposé par ces (très vieux…) jeunes ne risque pas de l’être plus.

(0)

Juste pour dire que ces jeunes qui ont transité par les ailes jeunesses de partis politiques pour certains et les autres bien parti aussi sur la voie d’etre wanabe de ce qu’on voit trop dans nos lieu de pouvoir politiques, économique ou syndicaux ….

C’est tellement decevant …

Non seulement sans ame ce budget mais en ce qui concerne l’environnement … ca va nulle part …

14. 15. 16. 17. 18.

Calvaire meme 18. exploiter les ressources en quoi c’est une mesure « environnement »

15. du blabla …

pis 16. on coupe une mesure relie a l’environnement …

Si vous etiez aux gouvernes de l’etat quebecois c’est ca le mieux que 5 wanabe pis 5 has been qui les ont aider on pu pondre ?

C’est ca la vision de 2031 ….

—-

(1)

Pour la section santé et education … ( ou en fait le theme santé et santé ) on se demande ou est l’education ….

25. et 26.

Je me demande en quoi 25. va vraiment etre une mesure « pour l’education » on evoque augmenter tout de meme le ratio eleve – enseignant comme le font les liberaux ….

Et pour 26. on vise quoi au juste …. on dirait un patente pour essayer de faire pseudo moderne mais sans reelle idee derriere un peu comme les tableau blanc qu’on a lancer au people pour faire semblant de faire quelque chose.

Tellement mais tellement faible en education …. on parle meme pas de recherche et je me demande si le concept d’education postsecondaire et ses missions a une resonance chez ces individus qui ont pourtant frequente des universites …. comme quoi on peut y aller et rien y apprendre ….

—–

(2)

On parle meme pas de culture dans ce budget la … c’etait pas assez consensuel j’imagine …

—-

(3)

Un autre absent dans ce budget du peuple des habitants de la province de nulle part ….

Pas de francisation, pas d’immigration, … comme si le contexte du Quebec devait pas se refleter dans son budget …

Mais pour les habitants du pays ou plutot la province de nulle part on peut s’accomoder bien sur d’un budget de meme qui s’inscrit dans aucun contexte …

Decevant …

—-

(4)

Et dans le fond (1),(2), et (3) ca illustre bien l’inutilite de l’exercice …

« Pour guider leurs choix, ils se sont imposé une seule règle : les mesures retenues devaient faire l’unanimité au sein du petit groupe. »

Il y a des limites a ecrire le budget du peuple de la province de nulle part ….

C’est pas seulement un exercice comptable d’un depanneur …

C’est le budget du Quebec petit etat francophone que vous ecrivez les twits ….

Pour ce people de 8 millions d’habitants c’est evident que education, immigration, francais, culture , recherche …. c’est au centre de ce qui anime le peuple …

C’est meme pas croyable de lire une niaiserie de meme ….

—–

(5)

Dans le theme ….

Reinventer la roue …

« Les automobilistes paieraient en fonction du kilométrage parcouru, grâce à des bornes intelligentes »

La maniere la plus simple etait de faire une taxe sur l’essence … simple plus tu consommes plus tu payes de taxe , plus tu consommes plus ca veut dire que ta fait de kilometrage …

Pas besoin de borne intelligente … ( buzz word a 2$ )

Ensuite, ca tient compte du choix de vehicule et s’il est energyvore ou non …

Et donc maintenant des ados qui reinventent la roue avec des bornes intelligentes …

Ca va couter combien calisse …. 500 millions …. pour mettre des bornes alors que comme outils ca semble faire moins qu’une taxe sur l’essence ….

On met 500 millions comme si on mettait de l’argent de monopoli …. vous allez metre 500 millions ( et on est pas a l’appel d’offre pis aux extra … ) avant que vous recoltiez une ostie de cenne de plus.

—-

(6)

Dans le theme …

Le deni …

« Québec perçoit déjà la taxe de vente fédérale (TPS) en vertu d’une entente signée entre les ex-premiers ministres Brian Mulroney et Robert Bourassa, note l’un des « sages » consultés, François Vaillancourt. « Ottawa verse une compensation à Québec et ça marche ; on pourrait appliquer le même modèle », dit-il. Ce ne serait pas une première : les lands allemands et les cantons suisses perçoivent aussi les impôts fédéraux. »

C’est etre dans le deni et pas s’encrer dans le reel … mais ca va avec le sens d’un budget des habitants de nulle part … ca s’inscrit dans aucun context et histoire …

Quelqu’un voit demain matin Ottawa donner la perception d’impot a Quebec ?

Serieusement kekun ?

Comme si on comprenait pas la symbolique du geste …. de part de d’autres …

Ca releve de la fabulation …

—-

(7)

Avec les mots « bornes intelligente » et « Sheriff du budget » et « gouvernement ouvert »

On voit que les wanabe ont bien appris des niaiseries des plus vieux ….

On croirait entendre Connerie Coderre … there is a new sheriff in town …

Pis j’imagine bien le PLQ me parler de borne intelligente pis de sherriff du budget ….

Pis meme Cafouillard et son gouvernement apres avoir fait fermer la yeule a ses ministres … se reclame d’un gouvernement ouvert …

C’est dire a quell point c’est une affirmation creuse …

Anyay laches pas les wanabe … vous etes bien parti pour nous donner plus de ce qui se fait a l’heure actuelle .. des buzz word pis des plans de communication …

—-

(8)

Moi c’est ca qui m’ecoeure ….

C’est que dans ce monde la c’est pas le Quebec qu’ils ont a coeur selon moi mais leur propre personne …

C’est comme Melanie Joly pis toutes les wanabe qui au font se serve des tribunes pour faire avancer leur personne sur l’echelle sociale et un jour quand ils seront au senacle ca sera encore eux et eux seul qu’ils serviront.

(9)

By the way je suis jeune, scolarise ( phd , postdoc et pas en science molle comme trop de wanabe ) j’ai voyager … et pas une fin de semaine dans un tout inclus …

Pis moi ce que je vois des wanabe c’est les memes reseaux, le meme genre de monde, meme langage, meme code ….

Vous etes le probleme pas la solution ….

Et vous parlez pas en mon nom …

Quelle éloquence! Aie au moins le courage de jeter les gants, sauter dans l’arène et proposer tes propres idées avant de dénigrer celles des autres et te lancer dans des attaques personnelles. En as-tu au moins, des idées, des propositions qui soient meilleures que celles présentées ici?

À bien y penser, si tes idées sont à la hauteur du torchon que tu viens de laisser en guise de commentaire, j’aime autant qu’elles restent enfouies dans quelque coin obscur de ton esprit…

Pour un gars qui a supposément un PHD, tu passe vite à l’attaque des idées, sans proposer de solutions. Les études supérieures sont pourtant supposés promouvoir l’esprit critique et d’analyse.

(A)

@Jerome et @Jeremy

Discutez un point ou des precis de mon commentaire si vous etes en desaccord.

(1), (2) ….

Sinon c’est de la flatulence verbale.

—-

(B)

@Jerome et @Jeremy

Aux deux internautes, vous venez defendre quoi au juste ? et pourquoi ? vous venez defendre l’abscence dans un budget qui est une vision soi disante de 2031 …. de l’education, de la recherche, de la culture, de l’immigration, de la francisation ?

@Jerome et @Jeremy

Defendre 4,5 mesures ultra bizarre sur l’environnement dont certaines … exploiter les ressources … qui sont pas apriori des mesures « environnement » .. a moins d’etre tordu ?

@Jerome et @Jeremy

Vous venez defendre quoi les pseudo concepts a 2$ comme des bornes intelligente, pis des sheriff du budget ?

@Jerome et @Jeremy

Au fond pourquoi vous vous insurger pas contre cette niaiserie que nous presente l’actualite plutot que de m’asticoter moi ?

(C)

@Jerome et @Jeremy

Pourquoi vous venez defendre … des jeunes vieux qui ont tout de traditionnel … meme reseau habituel, meme mouvance, meme aile jeunesse de ceci et cela. Meme discours, meme langage, ….

Et qui vont faire des politician ou des gens a des levier de pouvoir avec tout ce qu’il y a de plus traditionnel.

—-

(D)

Je vois que ca vous derange ma scolarite …. au fond ca vous derange que du monde scolarise soit capable de repondre du tac au au tac …

Vous aimeriez mieux me voir comme un sans educations, comme un twit auquel vous pouvez de l’adhominen … mais vous etes boucher ….

(E)

A ceux qui viennent m’asticoter, en tout respect assurez vous donc d’avoir les moyens intellectuel de vos ambitions.

@Jerome , @Jeremy, …

Je constate vos propos generaux qui discutent rien de precis de ce que j’ai dis. Vous avez rien a dire sur le fond.

Pour quelqu’un qui a supposément un doctorat (PhD étant un anglicisme) et qui milite pour la francisation et pour l’éducation en français, la qualité de votre français n’est pas très bonne, voir médiocre.

Vous parlez aussi de l’importance de la culture, mais vous semblez vous même en manquer.

Si vous voulez seulement insulter les gens, ayez donc la grâce de le faire avec un peu de classe.

Malgré tout son fiel, il est vrai que le citoyen Ian soulève des points intéressants, comme, entre autre, mentionner qu’installer des péages coute cher, alors qu’une augmentation de la taxe sur l’essence aurait le même effet, à bien moindre coût.

De plus, en éducation, augmenter le nombre d’élèves par classe ne me semble pas approprié non plus. Et les cours en ligne, même s’ils semblent prometteurs, ne sont pas une solution miracle. Il est parfois difficile d’être assidu à ce genre de cours (j’en suis un présentement, et c’est mon deuxième). Pour des écoles secondaires, je pense que l’assiduité serait désastreuse. De plus, les examens en ligne sont une véritable farce, parce qu’il est souvent facile de ne pas étudier et de trouver les réponses sur internet pendant l’examen.

L’idée de n’avoir qu’un palier de gouvernement qui prélève l’impôt est intéressante, mais probablement impossible à mettre en œuvre au Québec. Le Québec n’abandonnera pas ses droits, de même que le fédéral.

Par contre, les super-infirmières sont probablement une voie d’avenir. Il y a longtemps qu’on devrait donner plus de pouvoirs aux infirmières et aux pharmaciens pour diminuer le fardeau de la santé. La mainmise des médecins sur notre système de santé est beaucoup trop forte.

Il y a aussi plusieurs autres suggestions intéressantes dans ce budget. On mentionne cependant une diminution de la contribution maximale au REER… Je toucherais plutôt au régime d’épargne-étude (REEE), qui ne me semble être profitable que pour les riches. L’université ne coûte pas si cher, et les jeunes qui y vont ont presque tous un emploi à temps partiel qui aide à payer leurs études. L’argent versé au REEE reste dans les coffres, à l’abri de l’impôt, et me semble peu utilisée pour ces études. Elles est ressortie plus tard et agit plutôt comme un REER au nom des enfants.

En lisant l’article, le commentaire qui m’est venu à l’esprit est celui-ci: en ligne droite d’une pensée ou du fait politique – c’est à dire le plus facile. De bonnes idées il y en a dans ce documents. Mais on parle encore d’imposer un fardeau supplémentaire. Et encore des crédits pour ci et des crédits pour ça. Je ne voit rien qui redonne le pouvoir au citoyen de faire ce qu’il veut de son argent. Le politicien impose encore plus pour faire plus de cadeau au citoyen. Son propre argent. Nul part j’ai vu la un resserement, un grand ménage de l’appareil gouvernemental. Et encore, ces jeunes ont pris tout cru ce que les statistiques du Québec nous verse depuis longtemps, le fonctionnaire sous-payé. Ce n’est pourtant plus ce qu’on entend depuis quelques temps! En passent, la voix du citoyen ordinaire, a-t-elle ét prise en compte?

Instaurer un revenu minimum garanti pour remplacer les 2600 programmes de soutient au revenu coûteux et inefficaces aurait été une bonne idée. Cette solution pourrait augmenter le taux d’emplois aussi et éliminer le chômage.