Gaz et pétrole : qui cherche quoi ?

Les découvertes de ces prospecteurs pourraient transformer l’économie du Québec.


(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Gaz et pétrole du Québec : Qui cherche quoi ?
Photo : iStockphoto

Les découvertes de ces prospecteurs pourraient transformer l’économie du Québec.


(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Junex (en jaune)
Cette petite société québécoise cherche du gaz naturel près de Nicolet et de Québec ainsi que du pétrole en Gaspésie. Ses puits sur le gisement Galt, en exploitation depuis 2002, produisent assez de gaz pour alimenter une usine, de même qu’une quantité infime de pétrole ­- cinq barils par jour. André Caillé, ancien président d’Hydro-Québec, siège au conseil d’administration.

Talisman Energy (en orange)
Ce producteur de gaz et de pétrole albertain est le plus avancé dans l’exploration des schistes d’Utica, formation rocheuse gorgée de gaz qui s’étend, à 2 000 m de profondeur, entre Québec et Montréal. Son puits d’essai à Saint-Édouard-de-Lotbinière donne un rendement prometteur.

Corridor Resources (en bleu)
Y a-t-il du pétrole dans le golfe du Saint-Laurent ? Cette société de Halifax compte répondre à la question en explorant sous peu le gisement Old Harry, au large des îles de la Madeleine. Elle devra toutefois le faire dans les eaux terre-neuviennes. L’exploration des fonds marins, du côté québécois, est sous le coup d’un moratoire.

Pétrolia (en rouge)
Il y a du pétrole près de Gaspé et c’est ce prospecteur rimouskois qui l’a trouvé. Il activera un premier puits cet été sur le gisement Haldimand, qui devrait avoir une modeste production de 30 barils par jour.

Molopo (en rose)
En deux ans, ce producteur de pétrole australien a acquis le droit d’explorer une longue bande de terre entre Rivière-du-Loup et Montréal. Il s’apprête à forer un puits de gaz à Saint-Marc-sur-Richelieu.

Autres (en vert)
Vingt-deux autres sociétés cherchent du gaz naturel ou du pétrole au Québec.

Les plus populaires