Hors de contrôle

Rien ne semble arrêter la dégringolade des indices boursiers. Dans un geste qui se veut spectaculaire et décisif, les grandes banques centrales viennent de réduire de 0,5 % leur taux directeur. Le taux directeur de la Banque du Canada a donc fléchi de 3 % à 2,5 %. L’effet sur les places boursières a été jusqu’à maintenant totalement nul. On dirait que le marché ne répond qu’à un seul mot : Vendre !

Personne ne sait où cela va s’arrêter. Certains espèrent sauver ce qu’il reste de leurs placements et liquident des positions importantes. Je peux toujours comprendre quand il s’agit de personnes ou de fonds qui ont besoin d’argent à court terme. Quand les détenteurs de participations dans des fonds commun d’investissement paniquent et se mettent à vendre, les gestionnaires de ces fonds doivent avoir en main les liquidités pour les rembourser et ils doivent à leur tour vendre des titres. C’est un cercle vicieux, car plus les gens vendent, plus les titres baissent.

Pour ceux qui ont investi à long terme, vendre maintenant est l’équivalent d’accepter sans broncher une baisse majeure de leur actif. On peut appeler cela de la prudence, je parle plutôt d’une décision inconsidérée prise sous le coup de la panique.

Dans ce déluge de mauvaises nouvelles, vous remarquerez que certaines entreprises semblent particulièrement adaptées à une mauvaise conjoncture économique. Wal-Mart enregistre une hausse de ses ventes de 2,4 % en septembre et Costco de 7 %. Malgré la débandade boursière, le titre de Wal-Mart a crû de 15 % depuis le début de l’année. Il ne faut pas s’en étonner. Nous devrons toujours manger et la crise actuelle favorise ceux qui nous permettent de le faire à meilleur compte.

Laisser un commentaire

Wall Mart est tellement prévisible que c’en est risible. Achat à 40 quelques, vente à 60 quelques, achat à 40 quelques, vente à 60 quelques.
Wall Mart est une entreprise internationale qui profite de la faiblesse du dollar lorsqu’elle rapatrie ses profits de l’étranger

http://bigcharts.marketwatch.com/advchart/frames/frames.asp?symb=ca%3Abbd.b&time=&freq

Ce matin Bombardier était en spécial à 4 piasses. Une occasion en or d’achat. Peut valoir 5 piasses le mois prochain, voire la semaine prochaine. Anyway, aucun problème à le garder longtemps à ce prix.

Ce qui est encore plus hors de contrôle ce sont les partis politiques qui se lancent dans les programmes de dépenses nous sauver de l’apocalypse.

Thanks but no thanks.