Ici, on rénove sans poussière

ST-LAURENT CONSTRUCTION

Domaine d’activité : construction, rénovation et entretien dans l’industrie pharmaceutique

Nombre d’employés en 2010 : 20

Siège social : Mirabel

Chiffre d’affaires en 2010 : 18,4 millions

Leaders de la croissance 2011 - St-Laurent Construction
Steve St-Laurent

ST-LAURENT CONSTRUCTION

Domaine d’activité : construction, rénovation et entretien dans l’industrie pharmaceutique

Nombre d’employés en 2010 : 20

Siège social : Mirabel

Chiffre d’affaires en 2010 : 18,4 millions

Croissance 2005-2010 : 913 %

 

Gérer un chantier sans déranger le propriétaire peut donner des maux de tête à tout entrepreneur. Le faire pendant que les occupants des lieux manipulent des vaccins et des médicaments, c’est matière à une migraine carabinée.

St-Laurent Construction est passée experte dans ce genre de casse-tête. Fondée en 1976, l’entreprise de Mirabel se consacre aujourd’hui à construire, rénover et entretenir les installations de sociétés pharmaceutiques. « Les usines n’arrêtent pas de tourner pour nous ! On doit parfois abattre des murs ou excaver des planchers de béton alors que les employés emballent des comprimés à côté », explique Mélanie Dupuis, vice-présidente aux finances et copropriétaire avec son mari, Steve St-Laurent. Pour éviter toute contamination des médicaments, des précautions extrêmement rigoureuses s’imposent.

Le lieu des travaux doit être soigneusement isolé. On installe des sas, sortes de vestibules étanches où les travailleurs changent de vêtements avant d’accé­der au chantier. À l’aide de ventilateurs, on maintient dans cette zone une pression d’air négative pour empêcher la poussière de s’échapper. À la fin des travaux, les médicaments sont soumis à des ana­lyses microbiologiques et stockés en quarantaine, le temps de confirmer qu’ils n’ont pas été souillés.

St-Laurent Construction se consacre exclusivement au secteur pharmaceutique depuis cinq ans, pour des clients tels que Pfizer, GlaxoSmithKline et Merck. « Ces deux dernières années, on a décroché des contrats de plus grande envergure, de l’ordre de 10 à 30 millions de dollars, comme la construction d’un entrepôt flambant neuf pour Schering-Plough », précise Mélanie Dupuis.

Le prochain défi ? Garder les employés ! Leur savoir-faire sera fort demandé, prévoit la vice-présidente, sur les immenses chantiers du Centre hospitalier de l’Université de Montréal et du Centre universitaire de santé McGill.

 

 

Laisser un commentaire