Ils hébergent la planète

iWEB

Domaine d’activité : hébergement de sites Web

Nombre d’employés en 2010 : 198 (+ 11 à temps partiel)

Siège social : Montréal

Chiffre d’affaires en 2010 : 29 millions $ US

Leaders de la croissance 2011 - iWeb

iWEB

Domaine d’activité : hébergement de sites Web

Nombre d’employés en 2010 : 198 (+ 11 à temps partiel)

Siège social : Montréal

Chiffre d’affaires en 2010 : 29 millions $ US

Croissance 2005-2010 : 1 107 %

 

Le PDG d’iWeb, Éric Chouinard, a suivi d’heure en heure la révolution du jasmin en Tunisie et le tremblement de terre au Japon en début d’année. Sa société, qui héberge à Montréal des sites Web de partout sur la planète, a un centre de ventes à Tunis et un bureau administratif à Tokyo. « Les révoltes et les coupes d’électricité au Japon n’ont eu aucun effet sur les affaires : merci à la puissance et à la flexibilité du Web », se réjouit le patron de 40 ans, qui se présente à notre rencontre en jean bleu et chaussures de sport. Tout au plus l’administrateur de système pour l’Asie a-t-il dû déménager temporairement ses affaires à Osaka, l’électricité étant coupée une bonne partie de la journée à Tokyo.

Tout cela a été un bon test pour l’entreprise, qui a des tentacules partout dans le monde. Pour l’instant, iWeb offre un service en français, en anglais et en espagnol à ses 27 000 clients – dont Microsoft, Google et Intel -, et elle compte ajouter bientôt le mandarin, l’arabe, l’allemand et le portugais. Éric Chouinard s’est d’ailleurs rendu en Chine ce printemps en vue d’y ouvrir un bureau.

Les 17 000 serveurs logés par iWeb le sont tous dans la région de Montréal. Tous les mois, plus de 1 000 viennent grossir les trois « fermes de serveurs », comme on appelle dans le jargon informatique ces bâtiments qui abritent des sites.

En mai dernier, la société a quitté la Bourse TSX de Toronto pour redevenir privée. « Après la crise financière de 2008, on a pris cette décision pour assurer le financement, avec des partenaires tels que la Caisse de dépôt et placement du Québec », dit ce passionné d’informatique, qui a lancé iWeb en 1996 avec 5 000 dollars en poche. « Je passais beaucoup de temps à « vendre » iWeb, dit Éric Chouinard. Je peux maintenant me concentrer sur l’élaboration de produits et leur commercialisation dans le monde. »

 

Laisser un commentaire