Investir à -30 degrés Celsius

Deux chercheurs de l’Université York, à Toronto, ont analysé l’influence du soleil, du vent, de la pluie, de la neige et de la température sur les principaux indices boursiers dans 49 pays, entre 1973 et 2012.

74065601-city-at-the-waterfront-tromso-norway-gettyimages
Norvège. – Photo : Getty Images

Les pays où il fait froid offrent de meilleurs taux de rendement, selon deux chercheurs de l’Université York, à Toronto.
Blogue Economie

Tous les investisseurs savent que les fluctuations de la Bourse ne sont pas une science exacte et qu’elles ne reflètent pas toujours des comportements rationnels. Mais ce qu’on a moins observé, c’est à quel point la météo peut aussi avoir une influence sur le cours des actions !

Deux chercheurs de l’Université York, Andreanne Tremblay et Ming Dong, ont donc analysé l’influence du soleil, du vent, de la pluie, de la neige et de la température sur les principaux indices boursiers dans 49 pays, entre 1973 et 2012.

Résultat ? Le beau temps a tendance à faire grimper le cours des actions en Bourse. Les investisseurs sont plus optimistes sous le soleil et ont tendance à acheter !

Toutefois, lorsqu’il fait trop chaud, cette corrélation ne tient plus.

Mais la conclusion la plus étonnante de cette recherche est que les rendements sont meilleurs dans les régions du monde où il fait plus froid et où les écarts de température sont les plus prononcés.

Leur étude, citée par le magazine britannique The Economist, suggère que dans ces pays, les investisseurs sont plus enclins à prendre des risques — et donc à obtenir des rendements plus élevés.

Morale de cette histoire : si vous songez à investir à la Bourse, que ce soit ici ou à l’étranger, peut-être devriez-vous surveiller la météo.

Les chercheurs estiment que vous pourriez faire fortune. En se basant sur les prévisions météorologiques quotidiennes dans différents pays, ils ont bâti un portefeuille fictif qui a généré un rendement variant de 18 % à 25 %… avant les frais de gestion, cependant. Ces résultats varient d’une région à l’autre. Bref, un conseil à prendre avec précaution, car la glace peut être mince !

Voilà tout de même une bonne raison de se réconcilier avec le climat québécois…

* * *

À propos de Kathy Noël

Kathy Noël est chroniqueuse et blogueuse à L’actualité. Journaliste économique depuis près de 15 ans, elle a auparavant travaillé au journal Les Affaires et au magazine Commerce, où elle a occupé le poste de rédactrice en chef adjointe de 2002 à 2009. On peut la suivre sur Twitter : @kathy_noel.

Laisser un commentaire