La banque dont vous êtes le héros

Des milliers de petits entrepreneurs dans le monde entier affichent leur profil, avec photo, dans le site kiva.org. Non pas pour rencontrer l’âme sœur, mais de bonnes âmes disposées à leur avancer – sans intérêt – l’argent qui leur manque pour démarrer ou agrandir leur entreprise.

Photo : iStockphoto
Photo : iStockphoto

Une pharmacienne du Togo. Un boucher du Paraguay. Une couturière du Tadjikistan. Un conducteur de moto-taxi du Pérou. Ils sont des milliers de petits entrepreneurs dans le monde entier à afficher leur profil, avec photo, dans le site kiva.org. Non pas pour rencontrer l’âme sœur, mais de bonnes âmes disposées à leur avancer – sans intérêt – l’argent qui leur manque pour démarrer ou agrandir leur entreprise. Les prêteurs sont des gens qui veulent faire un geste concret pour aider les autres.

Créé en 2005 à San Francisco, Kiva (« accord », en swahili) a mis le microcrédit à la portée de tous. À ce jour, plus de 90 millions de dollars de prêts – de 25 à 500 dollars chacun – ont été accordés par le truchement de cet organisme sans but lucratif. Au total, 221 600 entrepreneurs de 181 pays (surtout des pays en développement, mais également des États-Unis) ont été soutenus par 552 000 prêteurs.

Il suffit de choisir parmi les profils des entrepreneurs (que l’on peut classer par origine, secteur d’activité, popularité, état d’avancement de leur projet…) et de faire le prêt en ligne, par carte de crédit ou PayPal. Kiva collecte les fonds et les transfère à l’un des partenaires de microcrédit qu’il a un peu partout dans le monde, lequel remet le prêt à l’entrepreneur sélectionné. Chaque entrepreneur emprunte à plusieurs personnes, qu’il rembourse ensuite par l’intermédiaire de Kiva. Les prêteurs peuvent alors récupérer leurs sous ou les prêter à un autre entrepreneur.