La Caisse peut-elle soutenir Kruger ?

La Caisse de dépôt et de placement du Québec a-t-elle eu raison de prêter 211 millions de dollars à la papetière Kruger pour financer l’achat d’un équipement à Memphis ? Contrairement à plusieurs de mes collègues, je pense que oui. À mon avis, la Caisse peut et doit soutenir les entreprises du Québec qui investissent  à l’étranger.

Certains me diront que dans ce dossier la Caisse a joué contre le développement économique du Québec en favorisant un investissement au Tennessee plutôt qu’au Québec puisque l’usine de Kruger à Crabtree, dans Lanaudière, avait été considérée pour cet investissement.

La Caisse aurait doublement tort puisque Investissement Québec avait envisagé le financement du projet québécois. Cela a été suffisant pour qu’on mette en opposition frontale deux sociétés d’État québécoises prenant partie, semble-t-il, pour deux projets distincts. Dans cette histoire la Caisse a forcément le mauvais rôle puisqu’elle soutient, l’infâme, un investissement américain avec notre propre argent !

Dans les faits, cela ne s’est pas produit tout à fait ainsi. Kruger penche dès le départ pour Memphis parce que le papier-toilette est destiné au marché américain. En plus de la proximité, le haut niveau du dollar canadien favorise grandement l’usine américaine. Et comme si cela n’était pas suffisant, Kruger reçoit un crédit d’impôt d’impôt de 45 millions de dollars sur 15 ans et une exemption de taxes foncières.

(Après les subventions de 132 millions de dollars pour arracher l’usine d’Electrolux, cela fait deux fois que le Tennessee nous joue ce coup.  Cet État, classé au huitième rang pour la « liberté économique  » selon l’intraitable Institut Fraser (le Québec est au 59e rang) devient le champion de la concurrence subventionniste.)

Kruger demande quand même à Investissement Québec de voir ce qu’elle peut faire. En fait, elle lui demande une aide de 50 millions de dollars pour au moins faire jeu égal avec l’État américain. Investissement Québec sort sa calculette, mais arrive à la conclusion que c’est trop cher et qu’elle n’y trouvera pas son compte.

Memphis gagne donc et on y peut rien. Il n’y a pas de rivalité entre les deux sociétés d’État car Investissement Québec n’est pas intéressé à soutenir la surenchère américaine. Investissement Québec n’est plus dans le dossier.

Ceci étant établit, je repose la question : la Caisse peut-elle prêter (pas une subvention, un prêt) de l’argent à une grande entreprise québécoise, propriété de la famille Kruger de Montréal, qui employait au 31 décembre dernier 3416 personnes dans la province, malgré la vilaine conjoncture qui secoue les papetières ?

La Caisse y trouve son compte de plusieurs façons. Son rendement est « attrayant », le risque apparaît minime et elle soutient une compagnie d’ici.

Si la Caisse ne peut pas soutenir des entreprises québécoises pour des projets extérieurs au Québec, elle se condamne à soutenir des petites compagnies sans ambition. Ce n’est pas avec de tels partenaires que la Caisse fera de l’agent et produira les rendements dont nous avons besoin.

Voici une vidéo opposant mon point de vue à ceux des chroniqueurs René Vézina et François Pouliot du journal Les Affaires.

 

 

Laisser un commentaire

Au lieu de voler les riches ou de punir ceux qui réussisent a en faire plus. Il faut cesser de prendre l,argent publique pour subventionner le privé. Cessez d’utiliser l’argent publique pour acheter des services et des produits d’ailleurs. cesser de laisser les sociétés d’états dilapider leurs profits dans des activités qui n’ont rien a voir avec la production de leur services et de leur produits. Mettre fin au gaspillage individus, d’entreprises et gouvernemental. La première chose qu’on fait quand on veut remettre de l’ordre dans ses finances c,est ça. Arrêter le gaspillage, dépenser seulement pour le nécessaire, établir des priorités, mettre de l’ordre dans ces dettes. Éliminer celles qui sont trop cher ou inutile, épagargner et investir dans ce qui va nous créer de la sécutirté. Protéger les intérêts des populations àa veut dire subventionner et encourager les efforts qui ont des effets à courts et à long terme. Efforts qui vont permettre d,acquérir plus d’autonomie et de diminuer les dépenses a moyens et long termes. Augmenter le salaire minimum de manière significative. Imposer une taxe à la surconsommation en augmentant les taxes sur les biens importés, en chargeant des impôts substanciels sur ce qui est acheté dans d’autres pays. Détaxer les produits d’ici parce qu’ils ramènent des impôts sur le revenus des gens qui les produisent. Faire du transport en commun une priorité partout. En le rendant accessible et fonctionnel dans toutes les régions. C’est inadminissible que des communauté urbaines comme la rive-nord la rive sud etc soient considérée seulement pour le transport aux heures de pointes pour aller et revenir de Montréal. Il y a beaucoup d,activités et de déplacement toute la journée et les gens doivent pouvoir utiliser les transports en communs partout comme c’est le cas pour Ottawa et Gatineau qui ont des bassins de population inférieur a ces régions. Il y a différentes forme de transports et on doit les rendre disponibles selon la densité de population. Les conventions collectives doivent être revues pour y avoir des conditions raisonables et limitant le gaspillage et les effets improductif qui contraignent les organisations a ne pas avoir recours a des bénévoles et des services moins couteux offertent par des coopératives. Augmenter les impôts sur les revenus fait sur des placements étrangers pour encouragers a investir ici. Si les entreprises d’ici veulent faire de l,exportation c,est correct à condition qu’uner bonne proportion soit destiné au marché intérieur. Ne pas subventionner la dépendance des entreprises d’ici envers des marchés étrangers. Car ce déséquilibre fini invariablement par nous retomber dessus quand elles se retrouvent en difficultés a cause d’élements qu’on ne peut contrôler ici. Les argents des caisses de retraites et des syndicats devraient obligatoirement être investis ici. C’est inconcevable que ça servent a développer ailleurs et soit soumis aux contraintes des marchés extérieurs pour après nous demander a nous de les renflouer alors qu’ils ne nous ont rien rapporté collectivement. Imposer les revenus excédentaires aux besoins normaux. On ne peut continuer d,avoir un système de taxe qui considère des revenu comme un individu alors qu’en réalité c,est un revenu familiale ou qu’il sert a la prise en charge de personnes qui seraient autrement à la responsabilité de l’état. Les services de gardes et d’éducation doivent être subventionné directement a l’utilisateur selon ses revenus. Cesser de materner des systèmes qui finissent par nous couter une fortunes et créer des conditions de prise en charge »d’entreprisess dites privés » c’est leur donner le beurre et l’argent du beurre. Les gardires qu,elles soient privés ou publiques doivent subventionner les services pour les gens qui ont des revenus insuffisants et leur être subventionné directement. Les infrastructures collectifs doivent être assumés par l’état mais sous une forme et selon des dépenses qui concernent seulement l,entretient. Lacquisition de matériel et le paiement des salaires doivent être fait par le fournisseur des services a même ses revenus. Pas de revenus, pas de dépenses. Idem partout dans les écoles. On doit payer les infrastructures, les entretenir. Mais le métériel et les salaires doivent être payé par les utilisateurs qui sont subventionnés selon leurs revenus. Donc ces institution pourront aller chercher des revnus supplémentaires et offrir des services supplémentaires en développant des services connexes. C’est ridicules que des gens vivent dehors alors que des bâtiments soient chauffés par l’état et inutilisés. Des aménagements de cafétéria sont inutilisés le soirs alors que des groupes communautaire pourraient y faire de la cuisine collective et ainsi produire des repas supplémentaires pour des organismes d,entraides au lieu que des gens crèvent de faims et que des produits soient gaspillés. Est-ce que ça a de l,allure qu’on paient une fortune pour faire la cueillette de déchets et les enfouissent alors qu’une grande proportion pourrait être transofrmé fournir des systèmes de biomasse et produire de l’énergie au lieu d’en gaspiller. Est-ce que ça a de l’allure que les autoroutes soient congestionnés dans une direction complétement vide de l’autre. Ça prend des voies au centre qui sont utilisées selon l’achalandage. Est-ce que ça a de l’allure qu’on utilisent pas les services de bénévoles dans toutes nos organsisations publiques pour réduire nos coûts. Chauffeurs d’autobus, éducateurs, soins hospitaliers etc. Il vaudrait mieux investir dans le maintir des compétences et dans le soutient du transports des bénévoles et ainsi augmenter le nombre de personnes qui sont actifs, donnent du services, et réduisent les temps d,attente, les coûts et les échecs du au manque de services compétents.
Au lieu de jouer au robin des bois et de décourager l,efforts pour faire plus d,argents de ceux qui obtiennent de meilleurs résultats on doit supporter les efforts communautaire et réduire les couts des services publiques. On doit obliger les entreprises a donner leurs surplus au lieu de le jeter. Quand on vend un bien, on doit pouvoir ramasser celui qui le remplace pour le recycler ou le faire recycler. Ça prend des centre de récupération dans les centre d,achat pour y receuillir vêtements, meubles, objets de consommation de toute soirtes qui y sont vendu pour que les vieux soient récupérer correctement. C’est une responsabilité qui doit être partagées par tout ceux qui contribuent à le remplacer. Au lieu de laisser rentrer des produits au pays sans aucun frais pour leur éventuels destruction, recyclage ou enfouissement on doit les taxer directement. Des objets a 1$ on va en trouver moins parce que ça ne reprsente pas le cout réel de sa production, sont transports, sa durée de vie et de sa récupération, recyclage et destrcution. On doit réglementer et interdire la production de matériaux et de biens qui ne sont pas recyclable ou destructible ça prend une limite. Si on de récupère pas les plastiques, les styro mousse etc dans une pays on ne devrait pas en avoir sur le marché. etc etc
Mettre du gros bon sens dans tout au lieu de continuer d’entretenir l’irresponsabilité comportementale. Y en a tu d’autres place ou on pourrait parler de ça, les lois qui protègent les criminelles et les remettent en liberté sans procès, ou sans réparation des tords et sans conséquences proportionnels aux tords causés. On pourrait en nommer plusieurs parce que des aberrations y en a en masse. Des maison acquis avec l,argents du crime devraient au moins être reprises pour servir la communauté qui en a écopés directement par exemple en faire des centres pour les toxicomanes, les prostituées qui veulent s’en sortir et les handicapées de naissance qui l’ont été cause de la consommation de produits ou des actes de violence, des maisons de réinsertions sociales pour ex criminels. Comme les gens n’aiment pas on le sait vivre a côté de ce voisinage ils seraient peut-être plus portés a surveiller leur quartier et dénoncer les activités suspectes au lieu de faire les autruches en disant que ça ne les regardent pas. Ça regardent tout le monde. Si on les laissent faire on devraient avoir a vivre avec les conséquence en transformés ces lieux en services a ceux qui en ont été victimes.