Jean-François Lisée et la chance du débutant

Au moment même où il dévoilait son plan pour augmenter les exportations québécoises, celles-ci repartaient à la hausse!

On connaît tous la chance du débutant. On connaît moins celle du ministre-qui-annonce-une-nouvelle-politique. Elle survient quand tous les astres s’alignent et que le contexte économique favorise l’atteinte des objectifs de la dite politique. Si nous étions dans un match de hockey, on dirait aussi que la puck roule pour nous autres.

Le ministre du Commerce extérieur, Jean-François Lisée, est un homme chanceux. Au moment même où il dévoilait son plan pour augmenter les exportations québécoises, Exportation et Développement Canada (EDC) dévoilait ses statistiques pour 2013 et ses prévisions pour 2014. Résultats? Les exportations canadiennes ont bondi de 4,4 % et EDC prévoit qu’elles augmenteront d’un autre 5,3 % en 2014.

Même bonne nouvelle pour le Québec. Après 13 mois consécutifs à la baisse, les exportations ont rebondi en août avec une croissance annualisée de 2,7 %.

Bref, nous entrons dans un nouveau cycle de croissance de nos ventes à l’étranger et mine de rien, voilà une partie de l’objectif du ministre qui sera atteinte sans qu’il n’ait à lever son crayon pour signer une seule subvention!

Rappelons que la politique déposée le 28 octobre vise à augmenter les exportations québécoises de 35 % et à créer 1000 entreprises exportatrices de plus d’ici 2017. Tout cela, selon les prévisions du ministère, devrait permettre de créer 2000 emplois.

L’économie a le dos large pour les politiciens, qui peuvent toujours la blâmer quand leurs plans ne fonctionnent pas. Cette fois, si Jean-François Lisée se trompe, il devra trouver des coupables ailleurs. Et s’il réussit, je peux vous garantir que vous ne l’entendrez pas se plaindre de l’économie!

 

5 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Un GROS MERCI à Jean Charest qui a été l’initiateur principal de cette bonne nouvelle.

Lisée ne fait que surfer sur la vague de Jean Charest; d’ailleurs, l’absence totale de son délégué à New-York (André Boisclair, TOUJOURS payé à 100% de son salaire et toujours en attente de nouvelle affectation!!!) en est la preuve éclatante.

Charest est sorti de la scène politique depuis une année, il n’y était pour rien quant au ralentissement économique qui a touché l’ensemble de la planète dans cette période de temps pas plus pour la lente reprise du mois d’août selon l’EDC, vous dites n’importe quoi.

Jean Charest a œuvré fortement pour qu’il y ait de plus en plus d’échanges commerciaux avec nos voisins et il a même été le principal promoteur du libre-échange avec l’Europe.

Souvenez-vous… Pendant que Madame Marois allait se ridiculiser en Écosse, Monsieur Charest, ex-premier-ministre du Québec était reçu, LUI, en grande pompe à l’Élysée.

Ça apporte quoi de plus à l’information publiée par EDC cet article là ?

Ce que le ministre Lisée s’est engagé à faire c’est de supporter / aider nos entreprises à trouver plus facilement et rapidement leur place sur les marchés de l’exportation et ça ne veut pas dire de les subventionner comme vous le laissez entendre, le plan de match du ministre est pour assurer des résultats au cours des mois / années à avenir, tant mieux si le revirement de la conjoncture économique fait déjà en sorte que nos exportations ont commencé à augmenter.

N’oubliez jamais que ce homme est convaincu que le Québec est un paradis fiscal avec une petite dette!