La chicane de famille

Le projet de l’oléoduc Northern Gateway, qui acheminera le pétrole des sables bitumineux albertains vers le Pacifique et l’exportera par bateau en Asie, sème la bisbille au Canada. Si le pipeline ne passe pas par l’ouest, il pourrait être dévié vers… l’est. Et même Hydro-Québec pourrait être plongée dans la mêlée !

Photo : Roger Blood/Flickr

La Colombie-Britannique se braque

La première ministre, Christy Clark, bloquera la construction de l’oléoduc si sa province n’obtient pas une plus grande part de la manne pétrolière. Son argument : la Colombie-Britannique assumerait la majorité des risques de déversements terrestres et tous les risques marins, mais ne recevrait que 8 % des recettes fiscales du pipeline, contre 40 % pour l’Alberta et 44 % pour Ottawa.

L’Alberta tient à son butin

La première ministre de l’Alberta, Alison Redford, refuse de verser à d’autres provinces des redevances sur l’exploitation des ressources albertaines. Elle suggère que la Colombie-Britannique augmente ses taxes portuaires ou fasse des demandes à Enbridge, l’entreprise privée derrière ce projet.

Ottawa réfléchit

Le projet d’Enbridge est à l’étude par l’Office national de l’énergie. S’il est approuvé par cet organisme, le gouvernement fédéral pourra l’imposer. Enbridge propose aussi d’inverser le flot d’un pipeline existant pour acheminer le pétrole albertain vers Montréal. Le Sénat l’appuie. Selon le sénateur conservateur David Angus, il est insensé que les provinces de l’Est importent du pétrole d’ailleurs alors qu’il abonde au pays.

Le Québec se tient coi

Le Québec pourrait être forcé d’assouplir ses règles en matière de transport d’énergie pour permettre le passage du pétrole ou de l’électricité d’autres provinces. Jean Charest n’a pas voulu s’immiscer publiquement dans la dispute sur le projet Northern Gateway.

Terre-Neuve prépare ses coups

Terre-Neuve-et-Labrador veut exporter davantage d’hydroélectricité aux États-Unis, mais Québec refuse d’accorder un droit de passage. Si Ottawa impose aux provinces l’oléoduc Northern Gateway, la première ministre terre-neuvienne, Kathy Dunderdale, pourrait exiger que le réseau de transport d’énergie de sa province soit autorisé à en dépasser les frontières.

MANON CORNELLIER : L’OPPOSITION MONTE, HARPER INVOQUE LA SCIENCE >>

MANON CORNELLIER : ÉTUDES SUR  LE PIPELINE NORTHERN GATEWAY ANNULÉES >>

Dans la même catégorie