La Chine sur la piste de Warren Buffett

Deux cents milliards de dollars américains. Une fois et demie l’actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec. C’est la somme que le gouvernement de Pékin a confiée en 2007 à la China Investment Corporation (CIC).

La Chine sur la piste de Warren Buffett
Photo : iStockphoto

Le CIC est un fonds dont la mission est de faire fructifier une partie des 2 400 milliards de dollars américains accumulés dans les réserves en devises étrangères de la Chine.

Pour le moment, la CIC se comporte comme un bon gestionnaire institutionnel capitaliste, en diversifiant ses placements et en misant sur des valeurs sûres. Son plus important investissement, selon un document déposé à la Securities & Exchange Commission américaine, a été réalisé dans le producteur canadien de métaux Teck Resources.

Le fonds chinois a fait un bon choix : les actions de Teck achetées en juillet 2009 pour 1,5 milliard de dollars américains valaient 3,5 milliards à la fin de 2009. La CIC aime le secteur des matières premières, puisqu’elle détient des positions dans Anadarko Petroleum, le fabricant d’acier ArcelorMittal, le producteur de gaz Chesapeake Energy, le géant brésilien du nickel Vale ainsi que le producteur canadien PotashCorp.

Parmi les autres titres canadiens, on trouve les noms du fabricant des BlackBerry, Research in Motion, et du producteur d’or Kinross Gold. Le financier américain Warren Buffett semble inspirer les Chinois, qui ont acquis des participations dans quelques-unes des sociétés dans lesquelles il a placé des billes, telles que Johnson & Johnson, Wells Fargo et Burlington Northern Santa Fe.