La comptabilité magique

Québec aura son « amphithéâtre multi-fonctionnel ». Il coûtera cher et il sera payé par les contribuables puisque c’est une priorité de la ville de Québec et du gouvernement Charest. Et on verra pour la suite des choses.

Dans le meilleur des mondes, cette infrastructure aurait été entièrement financée par des intérêts privés. Personne ne voulait s’y engager car c’est trop cher et pas rentable.

Pierre-Karl Péladeau aurait été prêt à y investir plusieurs dizaines de millions de dollars, mais il voulait les clefs de la bâtisse à 25 % de son coût.  La ville pourrait peut-être obtenir davantage en cédant les droits sur le nom de l’équipement et en accordant la gestion des spectacles à d’autres partenaires. Mais elle a eu peur de se priver de sa seule chance d’obtenir une franchise de la Ligue Nationale en reconduisant immédiatement Quebecor.

Pis, la ville ne se trouve pas en bonne position de négociation avec les partenaires privés potentiels car cet amphithéâtre ne vaut pas la même chose avec ou sans une équipe de la Ligue Nationale. C’est le dilemme : pas de Ligue Nationale sans l’amphithéâtre. Mais pas nécessairement la Ligue Nationale avec un amphithéâtre.

Qu’a décidé de faire le maire de Québec ? D’aller de l’avant pour la construction et de gagner du temps pour le financement. Ces deux dossiers étaient liés, Régis Labeaume vient de les scinder en ramassant la quasi intégralité de l’addition avec le premier ministre du Québec.

En agissant ainsi, il se trouve à faire assumer 100 % du risque par les contribuables de Québec et du Québec. Le risque, c’est qu’il n’y ait pas d’équipe de hockey. Pas d’équipe et la perte d’exploitation se creuse. Pas d’équipe et la ville obtient trois ou quatre  fois moins d’argent pour les droits sur le nom de l’édifice. Pas d’équipe et la ville obtient beaucoup moins de la brasserie qui aura payé pour avoir le privilège de placer exclusivement ses produits.

Les dossiers entourant le merveilleux monde du sport sont étonnants. On dirait que tous les repères sautent. Le Québec n’a pas d’argent et on pousse les hauts cris quand on achète une douzaine de crayons de trop. Ajoutez le mot « sport » et un investissement public de 400 millions de dollars ne serait plus qu’une bagatelle. Le tout s’autofinancerait évidemment comme par magie.

La comptabilité sportive est magique. Oui, la ville tirera des revenus supplémentaires des événements qui auront lieu dans la nouvelle patinoire d’hockey multi-fonctionnelle, mais il faudra soustraire ceux qu’elle retire déjà des événements qui ont lieu au Colisée. Ce ne sera pas entièrement de l’argent neuf.

Le maire de Québec ne prévoit pas de hausse de taxes pour le nouvel amphithéâtre.  Mais il faudra peut-être les augmenter pour financer une autre dépense publique, ce qui n’aurait pas été nécessaire sans le projet du nouvel amphithéâtre…

Il y a aussi beaucoup de comptabilité magique dans tout le débat sur le retour d’une équipe de hockey professionnelle. Le hockey est passionnant et l’attachement d’une ville pour son équipe est quelque chose qui peut être très fort. Il y a aussi le sentiment de faire partie d’une certaine élite, celle des villes qui possèdent une équipe professionnelle.

Une fois cela dit, les gens qui achètent deux billets de hockey, deux bières et deux hots-dogs dans un « amphithéâtre multi-fonctionnel » mangeront moins au restaurant, iront voir moins de spectacles et dépenseront moins ailleurs. Où est le gain net ? Peut-être la portion d’impôts payés par les athlètes.

Québec a bien fait la preuve qu’une ville peut très bien survivre au déménagement d’une équipe professionnelle. Quand les Nordiques ont quitté Québec en mai 1995, le taux de chômage était de 12 % dans la plus belle ville du Québec. Seize ans plus tard, il n’est plus qu’à 5 %. Les touristes y affluent et ce n’est pas la mention qu’elle a gagné 3-2 contre Buffalo dans les journaux nord-américains qui rehaussera l’image de la ville.

P.S.

Voici un texte qui a fait plaisir aux Montréalais. Martin Leclerc, de Rue Frontenac, annonce que la ville de Montréal et le gouvernement du Québec rembourseront 400 millions de dollars à la famille Molson…

Laisser un commentaire

Labeaume Charest auraient dû accepter l’offre de Péladeau qui aurait assuré la rentabilité.
Car avec l’entente actuelle cet amphithéâtre coûtera au moins le double , près d’un milliard et en plus ne sera pas rentable pour Québec car il servira qu’à mettre en faillite d’autre commerces culturels.
Le Pur et Dur fédéraliste canadian royaliste Charest est vraiment suicidaire avec notre argent et les 77% de Québecois qui lui demandent de DÉGAGER

Earst and Young avait évalué à seulement 1 million par année la différence entre un Colisée avec Nordiques et un Colisée sans Nordiques.
Pourquoi si peu? Parce qu’on retourne tous les revenus des Nordiques aux Nordiques. Pas payant en fait
——-
Québec met déjà 4 millions par année sur le vieux Colisée.
On va charger 4$ sur les billets du nouveau Colisée: un million de billets c’est 4 millions
On va vendre tout ce que vous mentionnez.
Ca devrait balancer.
Au fait, le maire Laval va construire un arena de 93 millions pour avoir une franchise de la Ligue américaine. Aucun privé dans le financement. La presse de Montréal est silencieuse. Pas un mot sur le dossier.

Les personalités publiques se servent à bras raccourcis dans les taxes payées par les contribuables, pour le bénéfice de leurs éléphants blancs et leur Taj Mahal.

Cet amphithéâtre n’apportera des bénéfices qu’à quelques-uns mais payés par le commun des payeurs de taxes municipales.

Une fois qu’une équipe évoluera sur la glace, il faudra en plus observer ces quelques jeunes payés à des salaires exorbitants, mais encore, payés par les payeurs de taxes municipales.

Le maire Labeaume, homme d’affaire privé, s’y connais certainement mieux que les dretteux et les écriveux d’affaires de sa région.

Ces dreteux pourront le mettre à la porte le temps venu ce qui serait surprenant avec plus de 79% des votes.

En affaire il faut se fier à son instinct, ce que les dretteux et les libertariens ne connaissent pas.

Allo les frustrés de Mourial. Dites moi: est-ce que le xième toit du bol de toilette de 300 millions sera rentable? Pas lu une ligne de journalistes de Mourial en parler négativement pourtant. Est-ce que la salle de l’OSM de combien de millions déjà sera rentable? Pas lu là-dessus non plus. Pourtant, même étant de Québec, je suis abonné à La Presse sur mon ordi et à l’édition du Devoir du samedi. Les dollars du public bon pour Mourial mais scandale pour Québec.

a Laval il construise aussi un amphithéâtre de 100 millions ,pour recevoir les bouldog de hamilton et ces publique ,vous en parlez pas !!!!

Pus capable l’anti-montréalisme, et je suis de Québec… ce ‘show’ d’anti-intelectualisme primaire des fois…

Je suis contre un autre toit pour le stade olympique, et aussi contre le pet project du King Labeaume et son arrogance.

L’OSM en passant c’est la culture, c’est autre chose. Pas juste élitiste. Et ca peut actuellement rapporter de l’argent, la culture.

Et aussi, Montréal, le Grand Montréal, me semble que c’est trois millions de gens, alors… C’est normal que Montréal compte démographiqument.

C’est bien connu, au Québec quand le gouvernement sort de l’argent de ses coffres, ce n’est jamais une dépense, c’est toujours un investissement. On ne dépense pas en santé, on investit. On ne dépense pas en éducation, on investit. On ne dépense pas en culture, on investit. On ne dépense pas pour refaire les routes, on investit. On ne subventionne pas les industries, on investit. On ne dépense pas dans les garderies à 7$, on investit. On ne dépense pas dans les régions, on investit.

Et allez savoir pourquoi, malgré tous ses investissements, le Québec accumule les déficits… Si l’on accepte la prémisse que le gouvernement ne dépense jamais, mais qu’il investit, alors force est de conclure que les talents d’investisseurs de nos politiciens sont comparables à ceux de Vincent Lacroix…

Selon la logique de plusieurs: on a fait plein de dépenses irresponsables et non rentables qui n’étaient pas des priorités… alors poursuivont !!!
Si le troupeau se jette à la falaise, j’aimerais avoir la possibilité de ne pas le suivre.

Parfois, et de plus en plus fréquemment, j’ai honte d’être québécois.

@ Youlle (# 5):

???

Labaume a refusé tout investissement privé dans son colisée (s’il y en avait réellement) et vous venez nous parler d’un « homme d’affaire privé… »?

N’importe quoi…

Labaume, un péquiste reconnu, y connait ça, lui, la comptabilité magique!!!

Il est allé à la bonne école: le Parti québécois!!!

Moi je pense que Québec est la capitale et située bien au centre du Québec. En ayant des infrastrutures qui peuvent permettre la réalisation d’évènements plus grands a Québec on attire du tourisme de partout au Québec, de l’Ontario, des US et gageons que ce faisant ils dépenseront de l’argent dans d’autres activités à Québec et peut-être ailleurs au québec au passage.
Je pense que ce genre d’infrastructure (et a mon avis pas encore assez gros, je le ferais modulaire et réaménageable pour pouvoir ajoueter quand il y aura d’autres partenaires des ajouts afin de maximiser, de diversifier et de multiplier les places pour recevoir des évenements encore plus grands: multimédias, cirques, grands spectacles, olympiques etc).
On arrête pas de dire qu’on a des richesses a développer mais on ne veut pas penser plus loin que le bout de son nez. Ce genre d’infrastructure peut générer tellement d’activités économique pour justifier la réalisation de d’autres développement comme le trens-québec.
http://www.trensquebec.qc.ca/
C’est une question d’oeuf et de poule, lequel doit être fait en premier. Mais ce qu’on sait sait que tout devient économiquement possible
amphithéatre+trens-québec+nordique+olympique+centre+megacité universitaire et de recherche+Québeccité des affaires+ dites moi ce que les grandes villes du monde ont et qu’on a pas… ça va être plus facile de dire ce qu’on a qu’il n’ont pas richesses naturelles, situation géographique a la portée du monde, un dollard fort, le talent, l’éducation et l’innovation. les yeux du monde sont tournés vers nous et on a peur d’investir pour développer notre économie. Ça n’est pas en se limitant a payer les comptes courants qu’on peut améliorer notre situation financière. Il faut investir. Il y a toujours des risques. Le plus grand je pense c,est de manquer le bâteua et de faire du sur place. Parce que sur place avec la dette et les intérêts qui courent on recule. Ce que les autre ville du monde ont qu’on a moins c’est de l,envergure. Oui de l,esprit d’initiative on en a on est capable d’imaginer de grande choses mais quand il sagit de passer du r^ve a la réalité ils sont trop nombreux ceux qui se mettent la tête dans le sable et on trop peur d’avancer. C’est avec des sies qu’on coupe des projets. Aménes-en des projets. Oui ben réalisons-les si on veut avancer.
Je me marierais mais je ne sais pas si, je m’acheterais une maison mais si, je fonderais une famile mais si, je m’achetrais une moto mais si, je me partirais une entreprise mais si mais si si si. L’achez le si. Dans la vie s’il y a une vérité c,est bien que rien n’est jamais sur à 100%
On ne peut pas avancer si on a 0 tolérence aux risques. Et il faut voir loin et règler les détails chemin faisant sinon on passe tout notre temps a faire des plans qui ne peuvent jamais avancer pour la simple et bonne raison qu’au fur et a mesure que le temps passe il surviend d’autres impondérables. Alors on voit le projet de manière global, on créer des phases qui se réaliseront quand le moment sera venu si c’est a propos a ce moment-là, on attibue des enveloppes en estimant des risques, peut-être qu’on y aura recours, peut-être pas. Si non tant mieux on pourra s’en servir pour réaliser d’autres phases. Il vient un moment ou on doit décider d’avancer et c’est sur qu’un changement en entraine un autre. En se donnant des politiques comme le développement durable, acheter chez-nous, faire travailler nos gens, on fait tourner la roue de notre économie.

@François 1, Labeaume, Labeaume, Il est le politicien le personnage charismatique qui ralie les gens, leur donne confiance ce que doit faire un politicien. Pour le reste on sait bien que ce n’est pas sa job. Imaginer les projets, planifier leur structure financière, les gérer, les réaliser, il y a plein de gens en coulisse qui s’affairent au travail. M. Labeaume connait sa job, ralier les gens autour d’une vision commune, et allez chercher le support et la confiance de la population pour avancer. Les politiciens changent de partis comme ils changent de chemise parce que ça n’est que politicallerie, la vrai politique c’est entretenir des relations efficaces avec des gens de différents milieux et avoir la confiance des électeurs pour créer des momentum. On a beau avoir pleins de talents, être intelligent, avoir de bonnes idées. Ce que ça prend pour réaliser les grands projets c’est un politicien suffisament carismatique ayant la capacité d,entretenir de bonnes relations avec ceux qui peuvent aider a concrétiser des projets. Déjà l’amphithéatre a le support du provincial (pas facile pusiqu’il y a depuis longtemps cette mentalité que la ville qui reçoit tout les grands projets depuis longtemps uniquement Montréal), de l’intérêt important du privé (On ne va pas nationaliser une équipe de hockey) et la population (j’ai ma place ça n’est pas rien et ça va grossir cette affaire là). Je pense que le fédéral y participera aussi, alors que voulez-vous de plus, le pape? le dalai lama? les nations-unis? Non je pense que le momentum est créer et qu’on doivent battre le fer quand il est chaud. Le plus tôt sera le mieux.

« Parfois, et de plus en plus fréquemment, j’ai honte d’être québécois. » (Francis Nadeau)

C’est exactement de cette façon que les dretteux sans allure veulent que les Québécois réagissent et ils s’y appliquent tous les jours.

Avoir honte de ce qu’ils sont.

Drapeau a réalisé l’Expo 67 et il y a eu un déficit.

Lui il a appelé ça le coût de l’Expo 67 et il avait bien raison.

Drapeau a mis non seulement Montréal, mais aussi le Québec et le Canada sur la « map ».

Le colisée de Québec en fera autant pour la région de Québec.

A numéro 8: c’est en plein ce que je dis. A mourial, c’est pas pareil! Et lâchez-moi ce discours d’antimontréalisme usé jusqu’à la corde. J’ai marié une Montréalaise et toute ma belle famille demeure là. J’adore Montréal et j’en reconnais pleinement l’importance à tous les points de vue. Mais est-ce qu’on pourrait abandonner ce radottage détestable sur la comparaison des investissements pour la culture et les sports. On a eu ici à Québec Jean-Paul Lallier et cette chère Andrée Boucher qui faisaient des boutons juste à entendre le mot sport, me semble que ça suffit!

De la très gauchiste chambre de commerce.

« SATISFACTION À LA CHAMBRE DE COMMERCE
À la Chambre de commerce de Québec, le président Daniel A. Denis s’est dit très satisfait des résultats de l’élection: « Avec la nette majorité qu’il a obtenue de la part de la population, M. Labeaume aura les coudées franches pour gérer de façon efficace », estime-t-il. »

La chambre de commerce n’est pas de l’avis des libertariens.

Il y a des gens qui sont incapable de sortir du processus électoral. toutes questions, toutes prises de position est toujours en fonction d’antités inhumaine la gachue la droite devrait penser comme si comme ça donc voter comme si ou comme ça. C’est quoi cette obsession de partisanerie? Le gros bon sens est applicable selon le contexte, la réalité et les valeurs consernant cette question en particulier. A force de chercher a être cohérent dans une ligne idéologique vous en perdez non seulement le sens des réalités mais aussi la capacité de réfléchir et de répondre humainement aux questions en fonction du contexte. Si la vie était une suite logique d’application de principes et de programmes on se ferait dicter par un ordinateur nos moins décisions. Ça ne marche pas comme ça. Et c’est bien tant mieux. On est pas en élection, pouvez-vous juste essayez de sortir de cette histoire de dénigrage de droite et de gauche. Ça n,est pas en se déchirant a perpétuité sur des stupides courant de penser qu’on peut poser des gestes et prendre des décisions. Vous ressortirez vos disques en tant d’élection pour le moment on essaye de contruire une société et ça serait le fun que tout le monde contribue en sortant de sa bulle idéologique et en passant a la pratique.
Ouais ça a ben l’air qu’avec des saboteur comme ça si on avait un parti au centre au lieu de ralier les gens ça leur en ferait juste un de plus sur qui vomir. Décidément il y a des gens incapable de construire. Au lieu de chercher a ralier les gens même quand il sont d,accord avec l’action il ne sont pas capable de faire autre chose que la guerre. Ils doivent être né comme ça j’imagine chercher toujours l,adversité. Espérons juste qu’il n’aient pas de pouvoir réels a part leur bavassage.

@ Youlle

Désolé, mais il y a vraiment de quoi avoir honte !
Une attitude d’enfant gâter à la face du Canada… parce que le québécois veut tout sans effort, quel est le point qui vous rend fière là-dedans ?

@lagentefeminine

Bien beau votre commentaire, et bien d’accord, mais il n’y a qu’un détail… on ne rénove pas sa maison lorsque l’hypothèque fait 2 fois sa valeur ! On ne part pas en affaires les poches vides, on planifie le coup et on économise. La première chose à faire est d’assainir la « machine » avant tout autre chose.

Est-ce que le premier Colisée a eu l’effet que vous décrivez pour la ville de Québec à l’époque ?

@Francis Nadeau »on ne rénove pas sa maison lorsque l’hypothèque fait 2 fois sa valeur ! »
Au contraire, vous avez avantage a augmenter sa valeur si vous ne voulez pas avoir de problème au moment du renouvellement. Évidement, il faut quand même rester réaliste quand aux possibilités d,aller chercher ce prix en cas de vente. Mais si par exemple vous faites un logement à louer, si le zonage le permet ou un deux génération. (même si ça dépasse sa valeur actuelle vous pourrez obtenir une marge hypothécaire en enrégistrant la nouvelle valeur et en assurant le prêt.
Par la même occasion l’ajout de solarium et spa en prêt personnel augmenteront la valeur marchande de la maison et vous évitera peut-être de vendre pour éviter des problèmes de renouvellement. En attendant que le marché reprenne de la vigueur.
Pour ce qui est de l’autre affirmation »On ne part pas en affaires les poches vides ». En affaire le momentum compte beaucoup. Si vous avez un bon produit et un marché assuré, vaut mieux partir avec des partenaires que de laisser le momentum passer. Plus tard votre marché peut avoir changé et ne plus avoir besoin de votre produit. De toute façon si vous avez vraiment un bon produit qui réponde a une demande vous devrez éventuellement vous associer. À moins de gsser des cabanes a moineau dans votre sous-sol les chances que vous puissiez tout faire seule son de plus en plus rare dans ce marché de surconsommation. Même des petits pots de confitures chez l’épicier du coin peuvent prendre une tournure exceptionnelle si votre produit est excellent et que vous avez bien ciblé votre marché.
Labaume n’a pas refusé d’investissement. Il reste ouvert et est en négociation avec d’autres partenaires éventuels. Il y aura certainement plusieurs particuliers et entreprises qui achèteront des loges. Après ma place il y aura bien ma loge. Pourquoi il n’y aurait pas des loges avec planché vitré pour tout le dome du toit au lieu d’un toit qui ne sert a rien d’autre que de couvrir.
Il ait de l’envergure qu’on puisse augmenter facilement sa capacité. Une section complète un sixième pourrait être en condo(acheté par des individus ou des entreprises), avec des frais d’entretien et la possibilité de location quand les propriétaires ne prévoient pas assister. De cette façon on augmente l’apport de capital et de place. Ces placements peuvent être déduits d’impôts dans un nouveau programme d’investissement au québec. Franchement comme fond de pension je trouve ça pas mal plus sécur que bien des choses sur le marché.
Moi je pense qu’il devrait y avoir

@ Francis Nadeau

« @ Youlle

Désolé, mais il y a vraiment de quoi avoir honte !
Une attitude d’enfant gâter à la face du Canada… parce que le québécois veut tout sans effort, quel est le point qui vous rend fière là-dedans ? »

Références SVP.

============

« On ne part pas en affaires les poches vides, on planifie le coup et on économise. »

C’est le meilleur moyen pour ne jamais partir en affaires.

Vous pouvez toujours penser qu’Armand Bombardier, Pierre Péladeau et Steve Jobs avaient des Millions de dollars pour partir en affaires. C’est votre affaire.

=====

Au début des années 60 le Québec n’avait rien, pas une cenne.

Il a emprunté 400 millions aux USA pour partir en électricité. Pendant les années 70 les Québécois, très pauvres, ont réussit à remplacer toutes les industries américaines qui fermaient leur portes.

Aujourd’hui, en 35 ans, le Québec qui n’avait rien et qui a pris son économie en main est un état parmi les plus riches per capita sur la planète.

Ayez en honte du Québec, autant que vous le voulez, cela ne m’empêchera pas de dormir.

@ Francis Nadeau

« …on ne rénove pas sa maison lorsque l’hypothèque fait 2 fois sa valeur ! »

Quel est le % de maison dont l’hypothèque dépasse deux fois la valeur marchande au Québec?

des tours de condo sur place, condo hotel. Donc les touristes, des travailleurs et des gens d,affaires pourraient être intéressées a y avoir un pied a terre. Entre 800 et 1600 pied carré du luxe du luxe offert en finition et aménagements jardins intérieurs, spa, boutiques de luxe, centre de conditionnement haut de gamme, restos, bars, casinos, centre de divertissement pour enfants et jeunes tout encadré sans les parents. Pour que Québec deviennent pas juste la place ou on va voir un match mais ou on passe des semaines complètes et qu’il y en ait pour toute la famille. Pourquoi pas un centre répis pour personnes agées, une place ou ils peuvent selon leur niveau d,autonomie avoir du divertissement et de l’encadrement. (combien de gens gardent des gens agées et n’ont pas la possibilité de les envoyer faire des activités ou même eux prendre un répi). Une école privé primaire et secondaire avec tout ses cours sur le net, avec des tuteurs sur place pour offrir des services privés a ceux qui voyagent beaucoup. Il faut voir grand. Imaginez dans quoi est-ce que les amateurs de hockey et de grands spectacles peuvent bien bruler du fric.
Une sorte de Vegas destination famille. Québec est reconnu pour ses loteries, casinos et jeux, pourquoi ne pas diversifier un peu et pouvoir offrir des services de divertissement, de logement et d’installation touristique pour augmenter l’achalandage a longeur d,année. certain privé, d’autre public. Québec pourrait devenir un incontournable pas juste l’été et le carnaval mais dans le temps des fêtes, à l’automne, à la fameuse mi-session, à la fête de pâques, au temps des sucres, à la saint-valentin, la fête du travail. C’est pas les fêtes qui manque ici, suffit d’organiser des activités d’en faire la promotion ici et ailleurs et c,est parti. Pourquoi Québec n’aurait-il pas un bâteau de croisiêre qui va de Québec, en Arctique, Vancouver (dépendant de la saison), NY, Floride, Iles Turquoise, Cuba avec a son bord 2 jets qui vous donne la possibilité de faire une partie en bâteau, une partie en avion. Avec a son bord des tuteurs privés pour offrir un service a ceux qui ont des enfants et peuvent voyagers. Il y a des gens qui ne demandent rien que ça se promener. J’ai lu que Roll Roice prévoit ouvrir une concession a Mtl et qu’avec celui de Toronto et Vancouver ça fermera la boucle pour offrir le service au Canada. Moi j’aimerais bien qu’ils aient des raisons de revoir cette décision pour en faire un a Québec aussi d’ici moins de 10ans. C’est possible. Quand on pense qu’on contruit de par le monde dans des déserts. Alors que le monde devient accessible avec le transport et les communiacations, il n’en tient qu’à nous de faire de Québec l’endroit au monde ou on a envie de vivre, étudier, de travailler et de s’amuser. Québec peut prendre sa place. En s’ouvrant sur le monde. En ayant des installations pour recevoir les investissements et recevoir le monde. J’ai vécu a Québec et j’ai beaucoup aimé. J’aime les capitales. Propres, pleines d’histoire. Dailleur j,espére qu’on pensera a garder le caractère architectural du vieux québec dans ce nouvel amphithéatre. Pourquoi pas un grand centre équestres et des déplacement en chevaux sur le site. Pas de bruits. Des stationnements a l’entrée mais sur le site des chevaux, des marcheurs et des tapis roulants intérieurs aux motifs de pavés. J’ai un beau château.

À tous les défenseurs de l’utopie di colisée de Québec: et VLAN en pleine gueule!!! (François 1 # 25)

Bien entendu selon la logique anti-libertarienne de Daniel Gill il faudrait dénoncer tout nouveau commerce parce qu’il ne rapportera pas une cenne noire de plus au gouvernemaman, les citoyens n’ayant pas une cenne de plus à dépenser.

Dire que c’est ce même monde dit que chaque fois que macdo ou Wall Mart s’installe il crée de l’emploi et rapporte des taxes.

Bravo au maire de Québec pour garder le contrôle du stade pour les citoyens de Québec plutôt que le remettre dans les mains d’étrangers comme Charest a fait avec le gaz de shale.

Y sont drôle les droiteux.

@François 1
Labeaume est plutôt fédéraliste ou y s’en crisse – lui, sont trip, c’est la VILLE de Québec. Et le business.

Je vais répetter un fais – démographiquement et économiquement (je paris aussi), Montréal est plus lourd et important, c’est une métropole. Normal que l’on s’en occupe. Même que je dit, Montréal n’a PAS ASSEZ de pois au Québec, économiquement et politiqument; à quand un politicien provincial avec un Plan Pour Montréal?

Tout cà, je me demande si c’est pas un reste de la vieille idée chrétienne de droite que la ‘grande ville’, c’est l’enfer, salle, pêché, etc? Et on y ajoute un certain nationalisme – ‘trop d’ethnie’, ‘colonisée’, etc…
Les régions, c’est ‘le vrai Québec’, Montréal, c,est ‘Sodom et Gomhorre’… Des fois, et de plus en plus souvent,c,est un ‘power trio’ avec Québec – un nid ‘de fonctionaires gauchisants’ ou « un nid de dretteux – addicts aux radios poubelles’.

Alors.. Pas surprenant, défend Montréal et tu passe pour…

(Je disait ‘chrétien’ plus tôt, parce que Toronto en Ontario et New York aux USA sont souvent méprisées de facon similaire…)

On a pas sorti 200 millions des poches des Montréalais, mais on investi le budget de la province de Québec.
On est pas tous obligé d,aimer les villes industrielles. Les capitales sont différentes des métropoles et ce partout ailleurs. Ça n’est pas une raison pour ne pas faire de notre capitale la ville qu’elle devrait être.
C’est quoi le budget de déneigement ANNUEL de MTL? 150 millions?
On parle d’investir dans la capital a même les budget provinciaux une somme de 200 millions, pour une infrastruture qui va durer, servir et générer des revenus et d’autres investissements pour faire de notre capitale une ville a la hauteur de nos besoins.
Je commence a me rendre compte qu’il y a probablement un indice de confiance dans le développement du Québec plus élevé chez les Européens, les US et les Chinois que des Québécois. Eux ils investissent et font monter les valeurs immobilières parce qu’ils n’ont pas peur de payer, on est encore loin derrière les valeurs marchande de l’ontario et de l’ouest canadien.
Ici si on ne trouve pas moyen de développer nous même notre économie, on va finir par devoir leur vendre nos maisons parce qu’on ne pourra plus payer les taxes.
Parcontre si on investie collectivement dans notre développement on va peut-être pouvoir garder nos pensions, notre système de santé et d’éducation et s,assurer de ne pas crever de faim dans 20ans parce quOn aura trop d’impots a payer pour supporter nos services.

Il y a trop de disparités régionales. On doit développer nos richesses et en faire la transformation. On arrivera jamais a le faire avec le cout des transports et l’entretien des routes qui coutent une fortune. Partout ailleurs
http://www.google.ca/images?q=monorail&rls=com.microsoft:fr-ca&oe=UTF-8&startIndex=&startPage=1&rlz=1I7GPEA_en&redir_esc=&um=1&ie=UTF-8&source=univ&ei=UGdbTbzIAcLdgQfTvLS8DA&sa=X&oi=image_result_group&ct=title&resnum=3&ved=0CEQQsAQwAg&biw=1419&bih=671
http://www.trensquebec.qc.ca/

@ Youlle

Références… ?
La manifestation contre le budget Bachand et la marche bleu ne sont pas un peu contradictoire selon vous ?

L’hypothèque, c’est une image !

J-A Bombardier, Péladeau et cie non pas mis sur pied une multinationale l’an 1. Ils ont débuté avec leur moyen pour démarrer ce qui était une petite entreprise. Oui, il y a un momentum, mais un plan d’affaire et un capital est tout de même nécessaire !

Ce qui me fait honte, ce ne sont pas les réussites, évidemment, mais plutôt l’attitude des gens à refuser de voir le mur et le refus de mettre en place des moyens pour l’éviter. Pas d’effort de responsabilisation.

Toujours le meme refrain, quand on parle d’investir de l’argent a Québec… on chiale on détruit l’idée

Mais Montréal , Maitre Métropole du Québec

Argent public pour le retour de la F 1

Stade Olympique Flop total encore public

Agrandissement de 23 Millions stade Saputo encore public

Quartier des spectacles de Montréal Encore $ public

Amphitheatre de Laval encore $ public

Votre OSM a Montréal encore public sans oublier votre tres couteux échangeur turcot

Toutes ces réalisations qui parle du cout et de la rentabilite de ces projets, pas vous en tout cas… trop occupé a vous frotter le nombril dans votre grande ville .. en jettant un regard dédain sur les autres villes de notre province.

@ Francis Nadeau

« Oui, il y a un momentum, mais un plan d’affaire et un capital est tout de même nécessaire ! »

En avez-vous déjà fait des plans d’affaires?

Moi si. C’est nécessaire pour le financement, Mais je dois vous dire qu’aucuns ne s’est réalisé comme tel. Les devins pour savoir quelles seront les ventes n’existent pas encore.

Péladeau est parti avec 1500 qu’il a emprunté à sa mère je pense. Son plan d’affaire, s’il en avait un, devait faire 1/2 page de 8-1/2×11.

Vous savez, en affaires surtout au départ on prend le train quand il passe et on ne sait pas à quelle heure il passera.

Donc je vous suggère ceci:
http://blogues.cyberpresse.ca/lapresseaffaires/duhamel/2011/02/14/la-chance-cest-une-competence/

« Ce qui me fait honte, ce…l’attitude des gens à refuser de voir le mur et le refus de mettre en place des moyens pour l’éviter. »

C’est une chose que j’ai vu plusieurs fois et même pas besoin d’un mur. Ce n’est pas exclusif au Québec et de loin. Alors ce que ce que je n’aime pas de votre écrit est que vous associez tous les Québécois ou le Québec à votre honte.

@ Youlle (# 26):

Il faut dénoncer tout investissement PUBLIC Youlle.

Vous avez omis le mot PUBLIC!!!

Les gouvernements n’ont RIEN à foutre dans le domaine du divertissement. Sont déjà complètement débordés avec les choses courantes ET urgentes: santé, éducation, infrastructures, personnes âgées, etc…

@ François 1 #33

Je ne sais pas pourquoi vous perdez votre temps à écrire on sait à l’avance ce que vous écrirez.

C’est pas rentable.

@ BRUNO BÉGIN

Même si je suis de Québec, bémol;

L’infrastructure public, c,est vital.

Montréal sur un plan économique et simplement démographique, est plus important que les régions, et autant que Québec au moins. Le monde change, il y a une urbanisation accéléré et tout cà.

Le sport et le divertisement, peut être pas; mais la haute culture, c,est pas juste pour une élite et ca peut autant rapporter, y,a des études. Alors, si on paye pour un stade ou deux, l’OSM a autant droit. Le mécènat, conaissez-vous?

@ Youlle

Vous avez raison. Si le plan d’affaires est nécessaire pour le financement, il vous permet de « tenter » de voir où vous aller et prévoir l’imprévisible. Il est peu probable qu’un de ces plans se soit réalisé entièrement tel quel. Mon point, c’est que lorsqu’on est avisé, organisé, posé, on tente de faire en sorte que tout fonctionne le mieux possible (même si on a de bonnes chances de se trompé).

Pour finir, je n’associe pas tous les québécois à cette attitude, mais il y en a trop !

Alors pour revenir au Colisée, je trouve que ce n’est pas une priorité, comme tous les autres projets similaires du côté de Mtl ou ailleurs. Pas que je sois contre l’idée, mais tout simplement qu’il y a des dossiers plus préocupants… comme le système de santé qui cafouille et qui fait des victimes. Mais ça c’est une autre histoire.

La chance?
Il faut plutôt être achitecteur
donc à la fois visionnaire et bâtisseur
architecte et ingénieur
il faut imaginer le résultats et être capable de créer les solutions.
un architecte ça fait des plans que ce soit en bâtiments, en informatique, il créer la vision, l’esquisse finale.
Ensuite l’ingénieur que ce soit en construction ou en informatique concoit les plans pour le rendre réalisable.
Le constructeur va gérer la réalisation et revenir voir l’architecte et l’ingénieure pour résoudre les problèmes auquels sera confronté le chantier au fur et a mesure.
Les grands entrepreneur sont architecteure a la fois artiste (sans être désigner qui va raffiner les petits détails) et ingénieur qui va trouver au fur et a mesure des solutions que le constructeur seul n’auraient pas la compétence de créer puisque ça demande de laisser de côté les pratiques habituelles ou d’utiliser des techonolgies et procédés propre a d,autres champs d,activité.
Les grands de ce monde qui ont marqué l’histoire en révolutionnant la vision autant que la manière. Nos alchimistes, nos achitectes-ingénieurs, nos grands visionnaires sont en réalité des architecteurs.
Ça n,est pas de la chance ce sont des aptitudes hors du commun, c’est vraiment d’utiliser en correspondance les 2 hémisphères du cerveaux. Ça n’est pas des gens en apparence dynamique, ce sont plutôt des gens qui ont une motricité lente et sont sous-estimés. Durant que les uns se contentent d,appliquer les solutions habituels quand ils lisent quand ils répondent a des questions ils sont toujurs en trains de chercher a faire des liens en utilisant les connaissances de d,autres domaines qui a première vu ne semble pas relié. Et ils passent en revu dans leur tête les solutions les moins bonnes aussi pour trouver pourquoi et s,assurer de garder les forces de chacunes en note et d,éliminer les plus de problèmes car il doit prévoir d,autres alternatives en palnifiant pleins de sénarios qui n,ariveront peut-être jamais mais qui auront été réfléchit a l’avance s’ils se présente. La capacité de faire face a l’inconnu, a composer avec des éléments nouveaux de s,adapter aux changements n’est pas juste un prérequis les problèmes stimulent sa créativité. Laisser le rêver car ils construit, et reconstruit 100 fois avant d,avoir commencé la rédaction du rapport. Il faut lui mettre des contraintes de temps pour l’aider a avancer car il est certain que de meilleure solutions auquels il n,a pas encore pensé existent.

Il n’est pas terminé cet amphithéatre au final ça sera peut-être 200m ville de québec, 200m gouvernment du québec, 200m privé j’ai ma loge, 200m jai ma place et 100m du fed.
On met 18000 places parce qu’une équipe de hockey demande 18000, Tant qu’à moi on est mieux de voir plus loin et créer des épaces supplémentaire qui peuvent être utilisés a dautres fins (donc si on a un rapport a 200m pour 10000 places avec le scénario que je vien de décrire 45-50000 places, incluant des condo-hotels a 80%vendus les autres réservés pour le locatifs(avec différentes phases contruites sur contrat de vente signés 400-500et+ logements de luxe tout inclus qui sont mis en location quand les propriétaires prévoit ne pas s’en servir avec des garde-robe mobile qui sont entrepôsés au sous-sol durant l,absence des propriétaires.
Les autres parties peuvent servir pour un grand marché de produits régionaux (du Canada, il ne faut pas oublier que les touristes de partout y logeront). Une grande scène de spctacles et cirque, Une casino et une salle virtuelle de jeux Le Québec est connu de par le monde pour le jeu video alors une grande salle de jeu virtuelle, un centre de connaissance recherche développement et enseignement de connaissances sur le développement durable par exemple faire la réingénérie de la santé, l,éducation, la contruction, la fabrication l’exploitation des ressouces, nos modes de vies et de consommation.

Je ne suis pas contre le fait de partager les infrastructure de mOntréal de la même façon que j’ai décrit. Alors le stade, les musée, les institutions d,enseignements et recherche etc Au finale il y aura de nouvelles têtes sur les ca met je suis pas sur si le gouvernment provincial va devoir débourser ou pas. Mais la ville j’ai bien l’impression va perdre du contrôle et peutêtre bien devra sortir des sous pour payer le metro etc.

@ Francis Nadeau

« Alors pour revenir au Colisée, je trouve que ce n’est pas une priorité, comme tous les autres projets similaires du côté de Mtl ou ailleurs. Pas que je sois contre l’idée, mais tout simplement qu’il y a des dossiers plus préocupants… comme le système de santé qui cafouille et qui fait des victimes. Mais ça c’est une autre histoire. »

Ce collisée n’a rien à voir avec la santé.

La ville de Québec est une ville touristique. Si comme vous dites on n’avait pas mis de l’argent dans ce que vous appelez « pas une priorité » il n’y aurait pas de tourisme et probablement bien moins d’industries de pointe.

Vous savez dans la vie, manger, s’habiller, se loger sont des priorités. C’est comme vous disiez: Une maison c’est du superflu un logement sa fait. J’en achèterai une quand j’aurai l’argent.

Du pain et des jeux!
Le pain, cependant, risque de se faire de plus en plus rare, mais il y a une façon, semble-t-il, de soulager et de nous faire endurer notre estomac creux et la faim. Il suffit de construire un beau et grand Colisée pour au moins 400 millions $ et le tour est joué. On n’a pas d’argent pour nos biens essentiels, c’est pas grave. Nous aurons en 2015, un bel arèna multifonctionnel payé par tous les Québécois et Québécoises et on donnera les clefs à PK Péladeau pour des broutilles et nous serons contents de le voir empocher les profits sous notre nez pendant qu’on s’épuisera à payer l’hypothèque. Le Québec en a beaucoup de ces grands hommes d’affaires prévoyants et tellement visionnaires. Ils nous rendent fiers d’être Québécois et ils sont tellement charmeur. Le maire Labeaume, avec son franc parler, c’est de l’or en barre. Jean Charest lui mange dans la main et c’est nous qui payons l’avoine et le bon grain. Allons-y gaiement et vive le Québec riche et prospère. Les tarifs d’électricité à la hausse, les tickets modérateur dans la santé, la vente de nos richesses naturelles à rabais, les augmmentations de la taxe de vente, toutes les autres trouvailles de notre ministre des Finances national (le grand et débonnaire Raymond Bachand ancien gestionnaire de la FTQ) suffiront sans doute pour nous aider à payer nos extravagances. On est riche au Québec et il semble que notre crédit est encore bon. Tant et aussi longtemps que les contribuables ne se révolteront pas, le cirque continuera de nous épater et de nous faire oublier la réalité. Bravo, bravo, bravo et merci pour votre beau programme.

Quand on regarde le budget qu’on réalise que ça nous coutera de plus en plus cher pour manger, dormir a l’abri, assumer nos soins de santé et qu’on arrive déjà avec de la difficulté. Comme mon père disait on ne peut pas payer l’épicerie a crédit. Et l’économie met a l’abri du besoin. Même si on a des dettes on doit économiser. Pay your self firt. car on on aura de grande difficultés, il y a des chances qu’on soit en mauvaise posture pour aller emprunter. Il faut tant qu’on est en santé trouver le moyen d’augmenter les revenus quitte a s,endetter pour y arriver car si on ne le fait pas c,est sur qu’on s’en va droit a la faillite. On ne peut juste par des prières arriver a payer des factures qui augmentent sans cesse avec de moins en moins de revenus.
Alors il faut investir dans le développement. Générer des emplois, créer des entreprises qui vont nous amener plus de revenus. Réduire au minimum toutes nos dépendances avec autrui. Quand on fait pouser notre potager, qu’on se fait soit même manger ça coute moins cher. Il faut en produire plus, faire des réserves et trouver preneur pour acheter notre surplus c,est encore mieux. Dans chaque activité pour assumer nos besoins si on fait des réserves, vend nos surplus, récupère nos produits les transformes et les vend on augmente notre capital.
Mon père avait un garage. Je devrais dire un atelier et un centre de récupération. Quand quelqu’un voulait se débasser de quelques chose il était toujours preneur. Soit il le réeparait et le revendait. Soit il enlevait chaque pièce qui pouvait en être récupé. Je ne l’ai jamais vu jeter une planche pleine de clou. Ma mère faisait pareil. En enlevait les fermeture a glissière, les boutons (j’ai dont joué avec les pots de boutons) et décousaient les vêtement s’il ne pouvaient pas être donné ou réparé pour d’autres. Quand j’ai eu mes enfants avant chaque saison je prenait tout les vêtements qui m’étaient donné dans la famille, choisissait ce qui faisait mon affaire et complètait avec ce qui manquait. Oui ça me permettait d’acheter du beau comme on me disait mais jamais a prix régulier. Car mon père m’a appris a négocié et magasiner. L’argent que tu as dans tes poches c’est toi qui l’a gagné, il est mieux dans tes poches que dans celle du commerçant. Il y a toujurs moyen de trouver un commerçant qui te vendra a moindre prix, tu n’as pas a payer le gros prix pour rien dans la vie.
Jeune je ramassais des bouteilles, faisait vendais des scores de hockey (tirage que je faisais en vendant des billets a ma famille, mes voisins), je vendais des produits avec le cathalogue prime de luxe et j’économisais. J’ai déjà fais déplacements à la banque pour déposer 10 cennes et j’en étais fière. Je ramassais les cennes noires. La mère disait c,est avec les cennes qu’on fait des piasses. Et elle avait raison. Ça ne me gêne pas d’utiliser des coupons rabais, c’est selon moi un signe d’intelligence que d’économiser. Gaspiller pour épater la galerie c,est dans les moeurs de beaucoup trop de gens a mon avis. Ça ne veut pas dire qu’on ne puisse pas s,acheter des bien de luxe si on en a les moyens (et surtout si on sait magasiner et payer le moins cher possible), mais jeter son argent par les fenêtres c’est stupide. Les lumières de noel allumer jour en nuit c’est ridicule. Surchauffer nos maisons pour se promer en culotte courte nu pied l’hiver c,est ridicule. Qu’on ait les moyens ou non. J’aimerais beaucoup qu’on investisse dans le développement durable. Dans la production de bien durable. Qu’on limite le gaspillage des ressources en surchargeant les excès. Je parle de l’électricité bien sur mais on payant une consigne sur tout les biens de consommation et en récupérant une partie sur ce qui est récupérable. Surtaxe sur produit qui ne sont pas des choix écologiques- écoénergétiques assumer individuellement pour nos mauvais choix individuels. Si les gens préfèrent surconsommer que de consommer intelligement il faut que ça fasse mal a leur portefeuille pour qu’ils conprennent.
Je pense que l’amphithéatre va permettre le développement de d,autres entreprises et surtout amener des argents neuf(d’ailleur) dans l’économie local.