La conscience des minières

BORÉALIS

Leaders de la croissance 2012 - Boréalis

BORÉALIS

Classement : no 13

Domaine d’activité : solutions logicielles

Nombre d’employés en 2011 : 81

Siège social : Magog

Chiffre d’affaires en 2011 : 6,4 millions

Croissance 2006-2011 : 653 %

Pour les employés de Boréalis, concevoir un logiciel ne se résume pas à cogiter devant un clavier. C’est aussi aller boire un lait de chameau dans le désert de Gobi, assister à un mariage ghanéen ou rouler à vélo dans des champs de cacaoyers…

Une société minière jure d’embaucher 10 % d’ouvriers locaux et d’indemniser les expropriés ? Les logiciels de Boréalis assurent le suivi. « Nous aidons nos clients, des entreprises minières et pétrolières, à respecter leurs engagements en matière de responsabilité sociale », résume Jules Paquette, 38 ans, qui a cofondé Boréalis avec Patrick Grégoire, 37 ans.

Au siège social, à Magog, les murs de la salle de réu­nion sont tapissés de photos d’employés, agenouillés dans la brousse ou discutant avec des agriculteurs africains. « Si nos clients n’étaient pas transpa­rents, ces gens nous accueilleraient plutôt avec une machette », fait remarquer le PDG, Jules Paquette.

ExxonMobil, Rio Tinto, Barrick Gold, Chevron et Shell utilisent les systèmes de Boréalis, dont le coût varie entre 500 000 et un million de dollars, pour gérer des chantiers en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud, au Canada et aux États-Unis. Boréalis, elle, a des bureaux en Guinée et en Australie.

Pantalon beige et veston sport assorti, Jules Paquette n’a rien d’un militant. Son associé et lui sont géographes. « Il y a différentes façons de faire bouger les choses », dit Paquette, père de deux jeunes enfants. « Notre approche est de travailler avec les entreprises pour les aider à changer de l’intérieur. »

Le succès de Boréalis, fondée en 2005, tient en partie à l’explosion des réseaux sociaux. « Aujourd’hui, il se passe quelque chose au fin fond de l’Afrique et c’est sur Twitter en cinq minutes ! Les entreprises n’ont pas d’autre choix que de soigner leur réputation », constate Jules Paquette.

Il croit que d’ici 2017 Boréalis aura quintuplé sa taille en élargissant ses services à d’autres secteurs industriels et en ouvrant des bureaux à Calgary et au Pérou.