La mairesse de Lac-Mégantic en mission à Washington

La sécurité du transport ferroviaire doit être renforcée. Colette Roy-Laroche est allée le dire en personne aux représentants du Département américain des transports.

Colette Roy-Laroche_DC
Photo: Catherine Dubé

WASHINGTON – La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche, s’est dite satisfaite de sa rencontre avec les hauts responsables du Département américain des transports, au premier jour de sa mission à Washington, hier. Elle fait partie d’une délégation d’une dizaine d’élus du Québec, du Nouveau-Brunswick et des États-Unis, venus dans la capitale américaine pour insister sur l’importance de renforcer les lois touchant la sécurité ferroviaire et d’arrimer les règles qui gouvernent le transport transfrontalier de matières dangereuses.

La délégation a pu s’entretenir pendant 45 minutes avec Victor Mandez, secrétaire adjoint aux Transports, Joseph Szabo, responsable de la Federal Railroad Administration et plusieurs responsables du Département. Mieux, le secrétaire aux Transports, Anthony Foxx, est venu lui-même s’adresser à la délégation pendant quelques minutes.

«Nous avons présenté la situation de Lac-Mégantic et toutes ses conséquences : le drame environnemental, le drame humain et le drame économique que cette tragédie a provoqué dans notre communauté. J’ai senti beaucoup de sympathie, beaucoup d’écoute de la part des personnes présentes », a dit Colette Roy-Laroche, après la rencontre.

Divers aspects de la sécurité ferroviaire ont été abordés pendant la discussion, a-t-elle rapporté : entretien des rails, identification des matières dangereuses et sécurité des wagons utilisés pour les transporter, plan d’urgence en cas de catastrophe, etc.

Les élus municipaux veulent également faire comprendre l’importance de leur rôle: « Comme les municipalités sont responsables des mesures d’urgence et de la sécurité sur leur territoire, nous demandons d’être associés à la discussion et à la mise en place de la réglementation», dit la mairesse, qui codirige la délégation avec Karen Darch, mairesse de Barrington, en Illinois. La mairesse de Magog, Vicki May Hamm, fait également partie du voyage, tout comme Roger Doiron, maire de Richibucto, et Luc Desjardins, maire de Petit-Rocher, deux municipalités du Nouveau-Brunswick, ainsi que des représentants municipaux du Maine.

C’est l’Union des municipalités du Québec qui a pris, aux lendemains de la catastrophe de Lac-Mégantic, l’initiative de former un regroupement de maires canadiens et américains, la Coalition municipale transfrontalière pour la sécurité ferroviaire, et d’organiser la mission à Washington.

Depuis le drame qui a coûté la vie à 47 personnes, tous les maires de municipalités traversées par un chemin de fer ont réalisé le danger qui les guette. «Cette tragédie a été un réveil brutal pour les élus, dit Karen Darch, mairesse de Barrington. Cela aurait pu arriver dans n’importe laquelle de nos municipalités. Une vingtaine de convois ferroviaires traversent ma ville tous les jours et nous ne savons pas ce qu’ils transportent. Cela peut être des matières sans danger, mais souvent, c’est du pétrole. Nous ne savons pas ce qui circule dans notre ville.»

Le train rempli de pétrole qui a explosé à Lac-Mégantic a traversé et retraversé trois fois la frontière entre le Canada et les États-Unis avant l’accident, ce qui démontre bien l’importance d’harmoniser les règles entre les deux pays.

La mission se poursuit aujourd’hui avec une rencontre d’élus du Congrès américain et une visite à l’ambassadeur du Canada à Washington, Gary Doer.

Laisser un commentaire