La mort du petit camion

General Motors a annoncé ce matin la fermeture de quatre usines où elle produisait des SUV et des camions légers, dont l’usine d’Oshawa. Cette décision symbolise à la fois la gloire passée de l’industrie automobile canadienne, la déchéance des trois producteurs nord-américains et les changements majeurs qui marquent l’industrie.

Ces changements sont liés directement à l’augmentation du prix du pétrole. Cette hausse n’est pas conjoncturelle, elle est là pour de bon. Fini, l’essence bon marché. Les prix vont continuer de fluctuer, mais vaut mieux oublier le temps du litre d’essence à moins de 1,20 dollar. Il ne faudrait d’ailleurs pas se surprendre que nous nous mettions à rêver dans un proche avenir à l’essence à moins de 2 dollars le litre…

Ces quatre fermetures ne sont donc pas causées par une quelconque rationalisation des capacités de production. Il s’agit plutôt d’un changement de cap radical. GM mise dorénavant sur les petites automobiles peu gourmandes en carburant. Elle a aussi décidé d’entreprendre la production de la Chevrolet Volt, munie d’un moteur électrique, et qui devrait être disponible d’ici la fin de 2010.

Malgré les pertes d’emplois, les deux dirigeants du « Canada central », Dalton McGuinty et Jean Charest, pourront néanmoins se réjouir du fait que les émissions de CO2 devraient diminuer avec les changements d’habitudes des automobilistes.

Les leaders de demain seront ceux qui développeront les technologies qui permettront de consommer peu ou pas de pétrole. C’est l’innovation, plus encore que les capacités de production, qui déterminera les gagnants de l’économie du futur. C’est autour de cette idée que le Québec et l’Ontario doivent d’abord envisager leur nouvelle relation.

Laisser un commentaire

GM s’est moquée pendant 25 ans des fabricants japonais et de leurs petites voitures. Complexe du gros militaire atomique, sans doute.

Ce n’est pas uniquement la tôle, ni le prix de l’énergie qui lui a scié les jambes, mais une nouvelle conception de la relation entre l’humain et son environnement qui fait tache d’huile(sic).

L’humain avant la testosterone SUV.

Banzai!

Pour les voitures électriques au Canada, faudrait que quelqu’un secoue nos chers fonctionnaires, qui s’amusent à mettre des bâtons dans les roues des producteurs de ces véhicules silencieux et non-polluants. Il est là le problème….

M. Campagna, pas d’accord mais pas pentoute.

Un amateur de gros chars, de 4×4, de Mustang, et de tous les bolides « stripé » sur le côté et « su le hood », sont en général et, je dis bien en général, des mâles qui doutent de la qualité de leur testostérone ou de leur sécurité.

Un gars sûr avec les femmes qui va aux femmes la fin de semaine laisse son 4×4 ou son bolide au garage et sort avec son autre traîneau. Remarquez que les Jeep avec un top en toile ne sont pas si pires.

Oui GM niaise avec le « puck » pour les gros trucks qui grimpent en haut des montagnes depuis 10 ans pendant que les Asiatiques font des chars qui sautent par-dessus les trucks dans le trafic. Résultat, l’Asie mise sur l’économie et la performance avec comme conséquence que GM est passé à l’arrière de Toyota.

Oui, les USA perdent lentement leurs fleurons, leur leadership.

Vulgaire vous me direz boff…

Raymond, une certaine ironie est que Toyota avait lui aussi monté dans le « SUV bandwagon » avec ses 4Runner plus gros que la génération précédente, une Sequoia et une grosse camionette Tundra et essaie maintenant de trouver un moyen de garder leur toute nouvelle usine de San Antonio (là où est assemblé la Tundra) à capacité maximum.

Aussi la petite Civic a pris du gallon avec les années, je me demande si la prochaine génération prendra du gallon.

Reste à voir si la bulle pétrolière pétera subitement ou se dégonflera lentement….

Précision: Toyota a autant sinon plus de difficultés à vendre son TUNDRA que GM en a à vendre son SILVERADO. Et les constructeurs japonais ont dans leur gamme autant de grosses voitures et de SUV que les constructeurs américains. Toyota n’a pas fermé d’usines de montage car plusieurs de celles-ci fabriquent plusieurs modèles sur »la même ligne ». Les fermetures d’usine sont le premier chapitre d’un livre qui s’écrit actuellement…

J’habite une ville du Québec profond; samedi matin dernier vers 8h30 je constate un traffic du lundi matin: en moyenne 1.0000000000001 passager/voiture, gros véhicule pour la plupart, les stationnements des centres d’achats et des restaurants sont bondés, ça démarre sur les chapeaux de roues, autobus urbains toujours aussi vides… En moyenne $1.32/litre samedi dernier… tout ça pour dire qu’à ce niveau de prix, ça ne fait pas encore mal, je ne nie pas qu’il n’y a pas de pression mais il n’y a pas encore de douleur! Le deuxième chapitre s’écrira dans un avenir plus ou moins éloigné. Quand? bonne question!

Bon, je me lâche: selon moi, un litre entre $2.50 et $3.00 et rapidement atteint (disons l’été ’09) aura une impact majeur.

@ Stéphane Dumas

Tous les manufacturiers automobiles commettent des erreurs, j’en conviens tout à fait.

Je voulais souligner cette préoccupation du XXIème siècle: l’équilibre entre l’absorption et la déjection.
C’est le cycle de la vie. Et sa condition.

Ce que vous semblez aussi tenir pour important.

————-

« Small is beautiful » de E.F. Schumaker est une réflexion sur laquelle notre époque devrait jeter un regard intéressé.

Cet essai prémonitoire écrit en 1973, durant la crise énergétique et au début de la globalisation, est d’une actualité étonnante.

Il ya 35 ans, une réflexion philosophique a décrit, dans ses grandes lignes, le point d’équilibre sur lequel nous essayons de nous tenir.

@ Yvon Fleurent

Nous sommes d’accord.

Le char, chez plusieurs mâles, est un moyen d’exhiber son taux de testostérone :

Pour faire la parade devant les autres mâles, on farfine pas, on y met du poids!

Pour faire son damoiseau, on sort son « traîneau », comme vous dites.

Dans les deux cas, le char, c’est le gars! 😉

On ne verra sans doute plus jamais au Québec le litre en bas d’une piasse.
On vient d’entrer dans l’ère du Hybride. Prochaine étape; le char tout électrique.
Pendant ce temps les fonfons d’Ottawa sont en train de tuer notre minuscule industrie de chars électriques.

—–
Avec la venue de l’auto électrique,les Américains vont consommer plus d’électricité, et avec Kyoto ca va leur prendre de l’électricité propre. On a là une occasion en or de devenir l’Alberta du continent. Mais il va falloir avoir un gouvernement qui a une vision. Pas la gang d’endormis qui nous dirigent présentement

Comme c’est amusant de voir tous ces pro-écolos posséder la solution qui tue mais qui généralement pose plus de problèmes qu’elle n’en résout: le char électrique.
Les piles qui fournissent l’énergie à ces véhicules sont très poluantes et peu efficaces.
Dans les pays nordiques ( Canada, nord de l’Europe, etc… ) comment pensez-vous chauffer de tels véhicules? À l’électricité? Vous allez pénaliser sévèrement votre rayon d’action. À l’essence comme les anciennes VW? Ce serait retonber dans ses vieux péchés, la polution.
Dans les pays chauds ou en été ici, comment allez-vous climatiser les autos? À l’électricité. Le rayon d’action sera
encore pénalisé.
Ce sont toutes ces raisons et bien d’autres qui font que l’auto électrique viable n’est pas sur le marché et non, comme le veut certain délire paranoïaque, les prétrolières qui l’ont tuée.
Pour ce qui est des gros chars, j’ai deux fois entendu tous les oh! et les ah! dans les années 70 et 80. Comment ce fait-il qu’en 2008 nous en soyons encore là? C’est tout simple, les gens en ont besoin pour travailler ou pour leurs loisirs. Vous ne pouvez pas trainer une roulotte de 35 pieds avec une Civic et encore moins avec une voiture électrique. Comment voulez-vous partir la fin de semaine avec vos deux motoneiges ou vos deux VTTs si vous ne possédez qu’une Fit. Et le Cruiser lui?
En passant, si les Américains veulent de l’électricité propre et qu’il n’y en a pas de disponible sur le marché, ils vont construire des centrales nucléaires.

Curieux aussi que tous les gens qui ne possèdent pas de ses gros SUVs ou camionnettes soient toujours les premiers à parler des problèmes de masculinité des autres.

L’adage « Petite Fit, grosse b*tte » semble avoir remplacer « Grosse Corvette, petit quéque**e ».

Repéter le si ca vous fait du bien…

C’est un peu ridicule aussi de penser que « nos fonctionnaires » qui font la grosse piastre avec les taxes sur l’essence, vont magiquement se mettre à travailler contre leur gagne pain. Encore plus ridicule si vous penser qu’en nationalisant, soudainement, cette horde de nouveaux fonctionnaires dépendant de leurs connaissances dans le milieu pétrolier vont utiliser les « profits » de la société d’État pour rechercher une alternative au pétrole…

« Les leaders de demain seront ceux qui développeront les technologies qui permettront de consommer peu ou pas de pétrole. » (Pierre Duhamel)

Ceux qui empocheront les dollars seront ceux qui auront appris à stocker l’électricité (piles), aussi à la récolter (capteurs solaires très économiques). L’auto d’un travailleur moyen reçois assez d’énergie solaire sur son capot, son toit et le coffre arrière pour le conduire à son travail tous les jours en moyenne. Une entreprise d’automobile californienne exploite déjà cette technologie et produit des voitures très performantes.

Les ampoules au tungstène ne devraient plus êtres fabriqués ainsi que les nouvelles fluorescentes. L’éclairage DEL fonctionne avec une fraction minime de l’énergie de ces deux dernières et leur durée à date, est de 28 ans. Les lampes de poches en sont déjà pourvues et ce sont les mêmes Diodes ÉlectroLuminescentes.

M. Gilles Laplante

Un climatiseur de 5KW réduit d’autant l’autonomie d’un véhicule à essence, que celle électrique et même atomique ou nucléaire si vous voulez. 5 KW au gaz, au solaire ou au bois, c’est 5KW. Rien à faire c’est une loi de la physique.

Pour les gros chars et les roulottes qui roulent à 1,35$ du kilo, regardez bien aller ce marché des roulottes d’ici deux ans. Ils commencent déjà à brailler et il en a plein à vendre ici et là sur le long des autoroutes. Je ne voudrais pas être dans les culottes de ces fabricants.

Pour la fission nucléaire (centrales nucléaires) M. Laplante c’est une bonne idée, mais voilà, il y a un très gros problème, je dirais même majeur, il n’y a pas assez de combustible sur la planète, l’Uranium.

Alors M. Laplante surveillez les petites annonces cette année et l’an prochains : À vendre, remorque avec VTT. À vendre remorque avec Skidoo. À vendre, 4×4. À vendre roulotte presque neuve. Bateau 21 pieds très bonne condition.etc.

Pas de roulotte pantoute résout le problème de la roulotte et je ne suis pas pentoute du genre écolo.

Simplement le gros bon sens.

M. FrancisD

L’histoire du propriétaire faible avec ces dames et du gros char qui décape les pneus est prouvée par maintes études depuis au moins 50 ans et plus.

Alors!!??

Pour les fonctionnaires Monsieur FrancisD, gros ou petit, sachez que si l’un d’eux se fait prendre à mettre un dix de taxe dans sa poche, un simple dix, il perd sa job sur le champ.

Un peut de rigueur Monsieur

M. Yvon Fleurent,

Nous semblons être d’accord. Pendant un certain temps, le marché va réagir vers des véhicules moins gourmants, certains vont prendre panique et mettre en vente leur 4×4, roulotte, VTT et autres que d’autres vont s’empresser d’acheter à faible coût. Et après l’histoire va se répéter comme les deux fois précédentes.
Vous avez absolument raison de dire que 5kW c’est 5kW peu importe le type d’énergie utilisée. Le problème ici c’est la quantité d’énergie qu’on peut emmagasiner et la rapidité avec laquelle on peut refaire le plein. Actuellement, l’auto électrique n’est pas à la hauteur. Et refaire le plein avec des panneaux solaires c’est bien pour la Californie mais au Québec et en hiver, ça relève de l’utopie et non du gros bon sens.
Un jour peut-être, dans 20 ans…

@Yvon Fleurent

Vous me demandez un peu de rigueur alors que votre seul argument est qu’il existe des études que vous ne nommez même pas ?

Votre réponse aux sujets des fonctionnaires est inadéquate, et je soupçonne que vous le savez tout aussi bien que moi.

De s’imaginer qu’une compangie pétrolière d’État va se retourner contre sa propre industrie relève un peu de la naiveté.

Suffit de regarder les salaires qu’une telle compagnie offrirait, que les compétences que le gens développeraient en y travaillant, les fonds de pension juteux, les syndicats y étant impliqués, etc. Vous pensez que tout ce beau monde la va mettre ca de coté juste à cause de la coche que vous avez mis sur un bout de papier aux dernières élections ?

Un peu de rigueur 😛

M. Duhamel–

Normalement je ne tombe pas dans l’anecdotique, mais cette histoire-ci me semble pertinente: il y a quelques annees de cela, suite a un probleme dans un aeroport (un vol annulle en raison de problemes techniques) j’ai passe une nuit dans un hotel pres d’un aeroport a Cleveland, et ai passe la soiree en compagnie de plusieurs hommes et femmes d’affaires fort interessants, et l’un d’eux nous a assures que les SUV etaient une consequence directe de la militarisation de l’industrie de l’automobile aux Etats-Unis: ayant l’infrastructure et l’experience dans le domaine de la fabrication de gros camions et de blindes pour l’armee (sans ce marche, nous a-t-il dit, GM et Ford auraient fait faillite depuis longtemps), ils ont prefere promouvoir de gros vehicules pour le marche non-militaire plutot que de se mettre a la fabrication de vehicules plus petits, vu que cela aurait necessite des investissements initiaux plus importants (parce que l’armee americaine n’a jamais eu besoin de vehicules legers…).

M. Laplante-

L’idee que la fabrication de reacteurs nucleaires comblera les futurs besoins en energie des Etats-Unis me parait irrealiste: garder en etat de fonctionnement les reacteurs nucleaires qui existent deja (et qui pour la plupart sont vieux de plus de trente ans, ce qui est deja plus longtemps que la duree de vie prevue) sera un defi de taille. Et en plus de la hausse fulgurante des prix du petrole, il faut prendre en consideration le fait que la demande de gaz naturel va depasser l’offre dans un proche avenir, provoquant en toute vraisemblance une explosion du prix. Je pense qu’on sous-estime les consequences de cela au Quebec: avec 95% de notre electricite produite par l’hydro-electricite (tandis qu’environ 20% de l’electricite ailleurs en Amerique du Nord est produite au petrole ou au gaz naturel) et 75% de notre chauffage se faisant a l’electricite (tandis qu’ailleurs une forte majorite de foyers sont chauffes au gaz ou au mazout), le Quebec jouit reellement d’une situation ultra-privilegiee (nous n’aurons qu’a nous inquieter de nos autos et camions…): Reste a savoir si nous pourrons en profiter, et comme M. Noel, nos dirigeants actuels ne m’inspirent pas confiance (en fait, ils ne m’inspirent pas, point a la ligne).

Monsieur Gagnon: J’ai été voir votre site et je me demande ce qu’est une ‘voiture’ – est-ce l’on exclut les camions pour le transport de marchandises? Est-ce que le tableau illustre seulement les véhicules des particuliers?

Avec la flambée des prix de l’essence, la distance coûte cher et les produits fabriqués ou cultivés près des marchés deviennent plus rentables. On peut même envisager le retour de certaines fabrications canadiennes dans les domaines du meubles, de la chaussure et des vêtements, etc.

Monsieur Laplante, je ne connais pas les détails mais je sais qu’il se dévelope ici en Ontario une industrie ‘géothermale’ (? en français). Je remarque le long des routes des pancartes annonçant ce genre de service dans le région de la Baie Georgienne. Si j’étais plus jeune et que je pensais me lancer en affaires, j’irais plutôt vers le géothermal que le solaire. Ce n’est qu’une impression – sans aucune valeur et fondée sur aucune étude!

Mme. King, M. Laplante,

Il y avait bien un projet géothermal très génial pour chauffer et climatiser une partie des grands édifices à Toronto à partir de l’eau des grands lacs. Il me semblait qu’il était en fonction ou sur le point de l’être. Il y a un bout de temps que je n’en ai pas entendu parler.

Pour le rapprochement des points d’approvisionnement, vous avez raison Mme King. En 2000 un conteneur en provenance de la Chine coûtait 3000$. Cette année, il en coûte si le pétrole monte 1,50$ c’est 8000$ et si le baril monte comme prévu à 200$ ce sera 18 000$ 600% de plus. Les fabricants de meubles chinois frapperont un mur de béton. Les meubles prennent beaucoup de place.

Pour le solaire c’est très bon aussi. Je ne suis pas surpris de la réaction de M. Laplante, j’ai déjà eu cette réaction. Évidemment je ne maîtrise pas le dossier de l’énergie et son stockage. Ce n’est pas ma première préoccupation, mais le sera bientôt pour tout le monde pour tout le monde.

Pas si utopique M. Laplante et pas dans 20 ans.

Il me semble bien que le problème de la vitesse de charge des accumulateurs est déjà réglé.

Saviez-vous que le Québec est plus favorisé que la France pour le soleil?

Évidemment la Californie en reçoit plus. Mais les piles solaires se foutent du froid. La seule différence que nous avons avec la Californie est l’angle du soleil et cette différence est moins importante que nous le pensons. Bien sûr ces piles ne fonctionnent pas sous une congère de neige, mais les problèmes sa se règle.

Ces piles sur le toit du char (sur le dernier modèle en production, que j’ai vue elles sont pratiquement invisibles et il y en a même dans la vitre des fenêtres) chargent les batteries tant et aussi longtemps que le soleil les « voit ».

Pour se faire une idée, imaginez que ces piles fabriquent de l’essence la déversant dans le réservoir mais elles fabriquent de l’électricité. Le résultat est qu’au moment de faire le plein de votre batterie de piles il vous en coûtera 25$ plutôt que 80$. Bien sûr qu’en voyage ce serait 55$ plutôt que 25$

Tout cela est sans compter que votre maison équipée de piles solaire pourrait accumuler du jus pour votre char plus que vous en prenez pour rouler.

J’ai lu aussi l’an passé un article sérieux sur la réalisation de piles solaires très bon marché. À ce moment, ils étaient très près de la production de masse.

Tout cela existe bel et bien et il est certainement déjà trop tard pour le Québec et l’Ontario sur le plan développement. Par contre il n’est pas trop tard pour optimiser l’exploitation de masse.

M. Laplante

« Et après l’histoire va se répéter comme les deux fois précédentes. »

Je comprends très bien ce que vous dites, ti char gros char pis ti char…

Mais il y à deux énormes différences aujourd’hui, qu,il n’y avait pas dans le temps.

Premièrement,
Il y en a deux milliards de plus qui veulent du pétrole.

Deuxièmement,
Les réserves sont à pleine capacité.

Troisièmement. C’est un avis personnel.
Je crois que ce sera plus long exploiter de nouveaux gisements que de finir de développer le solaire et le géothermal et autres.

@ Etienne,

Je suis d’accord avec vous que le Québec est particulièrement bien placé en matière de production d’électicité propre. Mais ça doit être développé et ce n’est pas nos incapables de politiciens qui vont s’en occuper. Pour qu’Hydro puisse planifier et procéder à du développement à long terme, il faudrait que le gouvernement arrête de sucer ses profits et que les écolos arrêtent de mettre des batons dans les roues de tout développement.
Pour ce qui est de l’énergie nucléaire, la France produit 70% de son électricité ainsi. C’est donc possible. Évidemment si le Québec est en mesure de leur founir de l’électicité en temps nécessaire, ils n’aurons pas à prendre cette voie.
Pour l’auto électrique, imaginons qu’on passe au tout électrique. Il faut recharger ces piles, et souvent. Pour ce faire, ça demande un production accru d’électricité. Je ne pense pas qu’actuellement, un seul pays au monde pourrait suffire à la demande. Il serait intéressant qu’un spécialiste puisse faire une estimation du besoin.

@Madame King,
La géothermie est intéressante dans le domaine du chauffage/climatisation. Si vous êtes intéressée, une entreprise de chauffage de votre coin se fera un plaisir de vous en installer un. Cependant, vous devrez payer de 5 à 8 fois ce que vous paieriez pour une themopompe. Ça met cette approche hors de la bourse de la pluspart des gens.
Le coût de transport n’entre pas dans le coût d’un produit pour une aussi grande part qu’on pourrait le croire. Et ce sont les derniers kilomètres ( camions ) qui sont les plus dispendieux. Il ne faudrait dons pas rêver au retour de l’industrie de la chaussure trop vite.

@ Loraine King:

Ce n’est pas pour rien que j’ai inclus un lieu vers le document source dans le billet.

Les plus populaires