eXplorance : la «star» des campus

Quelque 160 universités réparties à travers le monde utilisent un système automatisé d’évaluation de leur enseignement conçu et mis au point par eXplorance, une PME technologique montréalaise qui compte aujourd’hui 70 employés.

Blogue EconomieQuelque 160 universités réparties à travers le monde utilisent un système automatisé d’évaluation de leur enseignement conçu et mis au point par eXplorance, une PME technologique montréalaise qui compte aujourd’hui 70 employés.

L’entreprise compte plusieurs clients prestigieux — comme le Johnson Space Center de la NASA, au Texas, et le géant financier américain Fidelity —, qui utilisent le système Blue pour sonder leur clientèle et mesurer sa satisfaction. Les universités restent néanmoins les premiers clients et la plus belle occasion d’affaires de l’entreprise créée en 2003.

«À cette époque, on a adopté plusieurs règlements aux États-Unis pour obliger les universités à faire preuve de plus de transparence et à bien mesurer la qualité de leur formation. Nous avons donc mis au point un logiciel qui leur permettait d’évaluer les cours et qui était facilement intégrable à leur structure informatique», dit Samer Saab, fondateur et unique actionnaire d’eXplorance.

Unknown-1
Samer Saab

En 1990, Samer Saab était venu passer deux semaines de vacances à Montréal. Le jeune Libanais de 20 ans ne se doutait pas qu’il en ferait sa ville d’adoption et qu’il y bâtirait sa propre entreprise après avoir passé plusieurs années chez Bombardier et Nortel et, aux États-Unis, dans des entreprises technologiques.

Quatre-vingt-cinq pour cent des ventes de son logiciel d’évaluation Blue sont effectuées à l’extérieur du Canada, et 35 % à l’extérieur de l’Amérique du Nord. Puis, il y a quelques semaines, eXplorance a ouvert son premier bureau à l’étranger, à Brisbane, en Australie. «Nous desservons 25 % du marché de l’éducation supérieure dans ce pays», dit Samer Saab, qui souhaite ouvrir un deuxième et même un troisième bureau international d’ici la fin de l’année. Il constate également une croissance de la demande dans les pays voisins de l’Asie-Pacifique.

«Nous ne sommes qu’au début de notre histoire», dit Samer Saab. Il reste encore 11 000 universités à convaincre !»

Comment peut-on réussir à accaparer un marché susceptible d’être convoité par des entreprises beaucoup plus grandes ? «Nous innovons constamment en ajoutant de nouvelles fonctionnalités. Par exemple, nous venons de lancer un outil qui fait une analyse textuelle des commentaires des usagers. Nous pensons pouvoir le vendre à 70 % de nos clients existants», dit-il.

Samer Saab raconte que son entreprise a remporté 33 des 39 derniers appels d’offres lancés par des universités auxquels elle a participé, et que 97 % de ses clients lui restent fidèles. Évidemment, il n’y a pas meilleur que lui pour mesurer leur fidélité.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Laisser un commentaire