La prétendue affaire Caisse de dépôt

À entendre Pauline Marois et Mario Dumont au débat des chefs hier soir, les résultats de la Caisse de dépôt et de placement constituent l’enjeu économique numéro un du Québec. Le gouvernement cacherait la vérité aux Québécois et serait le grand responsable de la performance des gestionnaires de portefeuille. C’est vraiment n’importe quoi.

Pas besoin d’être sorcier pour deviner que la Caisse subira l’une des pires années de son existence. Les marchés sont pourris et les indices ont reculé de presque 40 % depuis un an. Si vous connaissez un gestionnaire de fonds ou un investisseur qui fait de l’argent cette année, donnez-moi son nom au plus vite !

Ce qui importe, c’est de mesurer la performance de la Caisse face aux autres caisses de retraite. Au cours des dernières années, les gestionnaires de la Caisse ont remarquablement bien fait à cet égard et l’actif a doublé. L’année 2008 retranchera une partie de ce gain, mais c’est ce qui arrive dans le merveilleux monde du placement. Il suffit d’avoir 1000 dollars dans un REÉR pour s’en rendre compte.

Est-ce que les pertes seront de 20, de 30 ou de 40 milliards de dollars ? Personne ne le sait aujourd’hui et les marchés sont trop imprévisibles pour qu’on puisse avancer un chiffre précis. Je pense que les pertes seront considérables et que la Caisse aura également de mauvaises surprises dans l’évaluation de son portefeuille immobilier. Elle est notamment bien investie dans les centres commerciaux et j’imagine facilement que leur valeur, du moins aux États-Unis, a fléchi avec la baisse de la consommation et celle de l’immobilier.

L’institution devrait-elle divulguer ses résultats à chaque mois ou à chaque trimestre ? Peut-être, mais le résultat serait trompeur, incomplet et à la limite dangereux. Trompeur, parce que la Caisse agit sur un horizon à long terme et que les fluctuations conjoncturelles la concernent moins. Incomplet, parce qu’une grande partie de son portefeuille est composée d’actifs immobiliers ou de placements alternatifs, comme certaines infrastructures. Or, ces placements sont généralement évalués sur une base annuelle. Dangereux enfin, parce la performance trimestrielle des gestionnaires de la caisse deviendra un enjeu politique de façon permanente et que cela risque d’influencer les politiques d’investissement.

La divulgation des résultats va-t-elle rassurer les Québécois comme le soutient Pauline Marois ? Bien sûr que non, surtout pas dans la conjoncture actuelle. Poser la question, c’est y répondre. Madame Marois et Monsieur Dumont jouent ici sur les peurs et les angoisses du moment au nom d’un beau principe de transparence dont personne ne se souciait quand les rendements étaient solides.

Ce qui me dérange le plus, c’est cette idée qui veut que le premier ministre du Québec puisse dicter ses volontés au conseil de la Caisse et à ses dirigeants. Peut-être qu’on a pris de mauvaises habitudes à cet égard au Parti québécois, je ne sais pas. Mais l’idée qu’un premier ministre dise au fiduciaire des caisses de retraite du secteur public dans quoi il doit investir m ‘indispose.

Gérer le bas de laine des Québécois est un geste professionnel qui doit être relégué à des spécialistes de l’investissement. Pas à un Mario Dumont, par exemple.


À lire également:
Quelle catastrophe, ce débat!, sur le blogue de Pierre Cayouette
L’après-débat, sur le blogue de Chantal Hébert

Les commentaires sont fermés.

Est-ce que vous lisez les nouvelles M Duhamel?

La caisse aurait vendu pour 10 milliards d’actions alors que les marchés sont au plus bas parce qu’elle manquait de liquidité.

Ca vient s’ajouter au changement de directeur et au « burnout » de son remplaçant et peut-être que ceci explique cela.

Moi en tout cas ça m’intéresse de savoir ce qui se passe. C’est une chose d’avoir des rendements mauvais dans un marché difficile. C’en serait une autre d’avoir gaffé en spéculant et tenter d’étouffer l’histoire juste avant une élection.

-Tous les fonds communs du monde produisent quotidiennement, à la fin de la journée, la valeur de leur fonds! Vs ne me direz pas que la grosse Caisse ne pourrait pas le faire aux trois mois? Et surtout le faire là, comme a demandé Bureau hier, vu qu’on traverse une période exceptionnelle dans l’hitoire. Est-ce qu’on peut savoir quel va être l’impact sur les quotisations? On est en élections, le peuple doit savoir mais Charest veut cacher évidemment. Charest ne livre pas la marchandise en réduisant pas les impots et en augmentant tous les services.

-Facile de doubler l’actif quand Toronto est en feu que l’indice, bousté par les ressources et les banques, double en 7 ans! Facile d’augmenter l’actif lorsqu’on collecte 4 milliards de plus que l’on donne (la Caisse collecte 11 milliards et ne donne que 7 milliars en prestation)

-Pas de panique? C’est le Globe hier qui nous a appris qu’on avait vendu pour 10 milliards d’actions dernièrement, des pertes pour toujours.

-Dès l’an passé on a vu qu’il y avait un gros gros problème à la Caisse avec entre autre le papier commercial. Rousseau a parlé de 500 millions (c’est 5 Norbourg) en commission parlementaire. Or, Dumont parle maintenant de 4 milliards. Qui dit vrai?

-Charest ne s’est jamais gêné d’attaquer Landry et le PQ pour leur interventionisme à la Caisse. Imaginez ils ont perdu 30 millions dans Montréal Mode (un bon projet pour lancer nos créateurs sur la scène internationale, mais fort mal géré). Charest est arrivé avec son credo de rendement à tout prix et de « vision mondiale ». Exit les binneries au Qubce, on pense mondial. Or, cette vision là vient de faire patate, et pas à peu près. On parle de 30 ou 40 milliards de pertes, de 300 ou 400 Norbourg. On est en pleine campagne électorale et il ne faudrait pas en parler surtout que Brunet et Garcia sont deux rouges, plus rouges que le flag sur le hood?

Je ne veux pas savoir comment la Caisse s’en tire mais je veux que les chefs de parti soient mis au courant AVANT les élections ! Je suis certain que Charest est parfaitement au courant de la situation. Vu que ce n’est pas du tout dans sa façon de faire, il ne dira rien ! Quant à madame Marois et à Mario Dumont, Charest préfère les laisser dans l’ignorance jusqu’au 9 décembre, c’est plus prudent pour lui…

Pensez-vous que le PM a le contrôle des marchés financiers… si oui, vous êtes sur une drôle de planète.
La Caisse de dépôt a le devoir d’état de ne pas faire paniquer pour rien les épargnants. La valeur de ses actifs va finir par remonter, comme la valeur de vos reer. Va-t-on commencer a demander que la gestion de la Caisse soit faite par des comités de citoyens ?

Maude1111

Le Globe and Mail, live from Toronto, nous a appris hier que la Caisse a liquidé pour 10,000,000,000 d’actions dernièrement, faute de cash. C’est un cinquième du portefeuille d’actions qui ne remontrera plus jamais, qui est perdu à jamais

Les conséquences pour le citoyen sont énormes puisque les augmentations des primes vont être énormes. On est en campagne et on a le droit de savoir quelles sont les pertes et quelles vont être les conséquences?

Si les fonds d’actions du monde entier peuvent nous donner quotidiemment la valeur du fonds, la Caisse peut nous faire un rapport quotidiennement

Bonjour M.Duhamel,
Voici ce que j’écrivais hier au Globe and Mail à la suite de la publication de leur scoop des 10 milliards$:
«Good day, all! (en passant, ce topo n’a pas passé: CENSURE, quand tu nous tiens….les blogs anglais ne sont pas aussi dynamiques…)
Yes, we can anticipate that, for a reason or another, financial institutions will falter and loose a ton of money in these turbulent times.
My portfolio, which I manage personally has lost, on paper might I say, more than 30%; if I had to sell, it would be catastrophic since I do not depend on any government or private plan to ensure my retirement.
However, this is not what RILES me most.
What riles me most are the LIES to which we have been subjected for the last 6 months, beginning with Mrrs Harper and Flaherty and now Mr.Charest who is trying to manipulate his way to a majority in Québec Prov.
Not only is he not forthright re: La Caisse de dépôt but he is lying through his teeth when it comes to future investments in the prov.
Furthermore, his refusal to take responsibility, any responsibility, for his governance of the last 6 years is blatantly cowardly.
No wonder our province is going to SHITS!
No wonder there is a reawakening of the independence option in Québec especially if Mr. Charest is elected with a majority.
Canadians, hors Québec, were wiser in denying Mr. Harper his majority; he too has lied to us through his teeth.
The waltz of the billions promised or otherwise, is only that: a waltz, a virtual waltz at that!!!
Bye »
Après le débat d’hier, je n’en pense pas moins aujourd’hui!!!!
Bye.

Qaund Rousseau est allé à la commission parlementaire, il a dit que les pertes n’étaient que de 500 millions dans le papier commercial (c’est les trois-quarts de l’autoroute des Bleuets). Or on parle maintenant 1,2 milliard (un CHUM) et Dumont parle de 4 milliards sur les 13 milliards mis là-dedans! Si ce n’est pas un scandale, qu’est-ce que c’est?

jacques noel a écrit

« Le Globe and Mail, live from Toronto, nous a appris hier que la Caisse a liquidé pour 10,000,000,000 d’actions dernièrement, faute de cash. C’est un cinquième du portefeuille d’actions qui ne remontrera plus jamais, qui est perdu à jamais »

Et il faut ajouter que ces pertes ont dû être encourues pour palier à un manque de liquidité lié à d’autres mauvais investissements. Il est clair que la caisse s’est adonnée à des activités spéculatives, reste à en déterminer l’ampleur.

Faudrait obliger tous ces big-shot de la caisse à lire (le magnifique) « The Intelligent Investor » de Ben Graham pour apprendre la différence entre investissement et spéculation.

En tous cas c’est notre fric, on ne veut pas de contrôle politique sur la gestion des fonds mais on a le droit de savoir ce qu’elle fait de NOTRE argent.

C’est désastreux. C’est pour ça que Charest ne veux rien dire. Ça coulerait son élection et il le sait.

Dans le cas contraire il se ferait un plaisir de divulguer les chiffres.

Je vous dis que les fédéralistes en travaillent une « shot » de ce temps là pour couvrir les menteries de Charest. Vous le premier M. Duhamel

si on s’attend, dans la conjoncture actuelle, à ce que la caisse ne perde pas un sous, c’est qu’on ne doit pas s’attendre à ce qu’elle en fasse lorsque les marchés grimpent. un seul mot (composé) à retenir LONG-TERME! c’est de jouer sur l’ignorance de la mécanique financière des électeurs que de baser des propos électoraux sur cet enjeux.

Tout ce qu’on veut savoir, ce sont les résultats à date cette année; je ne vois pas où est l’ingérence. Je suis membre d’un comité de retraite et je reçois les résultats sur une base mensuelle. Nous pourrions alors comparer avec les résultats de d’autres caisses de retraite. Tout le