L’apocalypse financière selon Jacques Attali

Jacques Attali est sans doute un personnage controversé. Les hyperactifs comme lui se font inévitablement des ennemis et comment accepter des jobs périlleux et écrire 36 essais et sept romans sans s’aventurer sur bons nombres de terrains glissants.

Une récente chronique publiée sur le site de L’Express ne risque pas, elle non plus, de laisser les gens indifférents. L’apocalypse financière raconte en 10 temps, l’écroulement – dans l’ordre – de la Grèce, de la zone euro, des banques françaises puis des banques anglo-saxonnes. Tout s’écroule :

C’est alors l’effondrement du système financier occidental, une grande dépression, un chômage généralisé et, à terme, la remise en question, même, de la démocratie.

Jacques Attali a de la suite dans les idées. Il avait signé en 2009 un livre intitulé Tous ruinés dans dix ans ?

Les nouvelles du jour ne sont guère plus encourageantes.

Bloomberg :  Stocks, Commodities Drop on Fed; Treasury Yields at Record Low

Les Affaires : Bourse: Toronto coule de 400 points

Les Échos : Le spectre d’une récession mondiale accable les Bourses et l’euro

Financial Times : Fears grow for Chinese property stocks

 

 

Laisser un commentaire

ca peut pas tenir trop de dettes de malchance japon etc les economies europe usa asie ne tiendront pas

meme en chine ils tiennent ca secret mais la revolte des chinois contre le gouvernement est a un cheveux

Le point clé là dedans et celui qui précipiterait une catastrophe financière serait la démission de l’Allemagne.

Je pense qu’il ne faut pas sous-estimer la capacité des Européens à procrastiner et à s’entre-déchirer (…), mais malgré ça je ne crois pas qu’on en arrive là. Les enjeux sont trop grand et dans une économie mondialisée certaines forces globales (les marchés et les grandes entreprises) ont suffisamment d’influence pour forcer les politiciens à bouger.

Les état providences sont bel et bien insolvables mais ils peuvent être réformés (il le seront de gré ou de force), c’est le problème à plus long terme, la crise immédiate elle reste tout à fait soluble à condition que les états travaillent ensemble.

En fait la solution est relativement simple, la zone Euro dans son ensemble représente un marché obligataire bien trop vaste pour être abandonné des investisseurs, ceci est encore plus vrai avec la collaboration (prévisible) de la FED et des autre banque centrales. Bref si les pays et leur banques centrales travaillent ensemble et protègent les maillons faibles comme la Grèce (avec un « Eurobond » par exemple ») les investisseurs sont coincés, puisque ce marché (Europe + USA) représente probablement 80% du marché obligataire mondial ils n’ont nulle par ailleurs où aller, ce qui signifie qu’avec un minimum de cohésion le marché obligataire sera stable.

Je ne doute pas qu’avec les pressions appliquées par les marchés (boursiers notamment) les politiciens finiront par accepter l’inévitable.

Bref pas de fin du monde à l’horizon mais beaucoup de pression de la part des marchés pour faire bouger les politiciens.

Il y a cela aussi:

http://www.smh.com.au/business/moodys-trims-bank-of-america-citibank-20110922-1knca.html

Et le huard qui perd de sa valeur – quand la production ralentit, la demande énergétique et pour les ressources naturelles diminue.

Bien que je sois de nature optimiste, la situation me semble catastrophique. Le scénario d’Attali est celui que j’entends un peu partout. Je ne sens aucune confiance, et je ne vois aucune personne qui insuffler la confiance dans les marchés ou chez les dirigeants.

Je remarque en particulier la situation en Grande-Bretagne qui ne rencontre pas ses objectifs de réduction malgré des coupures profondes. Je pars pour l’Europe début Octobre et on m’offre toutes sortes de bons deals, si je paye comptant, ce qui me permettrait aussi d’éviter le VAT de 20 % . J’ai toujours eu peur de ces offres. L’économie clandestine se propagerait en Europe ? Les reportages sur la corruption au Québec ne sont peut être pas étrangers à la situation mondiale et au manque de confiance des peuples envers les dirigeants financiers et politiques. Les gens qui hurlent le plus fort sont souvent ceux qui fument de plumées, qui s’entendent avec un fournisseur au bureau pour qu’il travaille sur le chalet ou qui sont fiers d’avoir un bon deal sur la toiture, en payant comptant : ce sont eux qui invitent la mafia à s’installer dans leur foyer.

Les gens qui font des scénario catastrophes ont une très grande utilité.

Ils nous montre ce qui pourrait arriver avec les tendances actuelles. Ils nous montre ce qui pourrait arriver si on n’intervient pas et qu’on ne change rien. Ce sont des alertes au danger.

Cependant ils sont peut-être autant appréciés que les analyste de risque dans une entreprise. Quand le patron propose quelque chose, comment est apprécié celui qui dit que ça pourrait planter? Il y a sans doute une nuance à faire entre pessimisme et identification des risques.

N’empêche, je ne crois pas que les gens qui réussissent prennent beaucoup de risque. Je crois plutôt qu’ils ont bien identifié les risques et qu’ils ont tout fait pour les éviter, les contrôler ou développer un plan alternatif.

Attali, un personnage controversé?
La presse anglaise lui avait fait la job du temps qu’il était banquier à la City.
Il avait dû finalement démissionner sous les scandales.
Moi ce qui me fascine c’est de voir comment ces gens-là se relèvent. Sont forts. Surtout ils ont des contacts, des amis qui vont toujours les sortir du pétrin.

@PBrasseur

C’est tout même bizarre qu’en occident présentement, ce sont les États dites « providences » qui s’en sortent le mieux! (D’autant plus que ces la branche « privée » qui cause principalement de « insolvabilité » dans les pays « providences »)

Pour le reste, les gouvernements ne travaillent pas pour les bourses mais pour les citoyens. C’est ce qui vous échappent.

@Benton,

En Europe et en Amérique ce sont tous des états providences, certains se portent mieux que d’autres parce que l’économie qui les supporte est plus forte et/ou parce que l’endettement continue de grandir et soutient la consommation comme c’est le cas au Canada par exemple.

Il est normal que les maillons faibles comme la Grèce sautent en premier, ça ne veut pas dire que les autres sont viables. D’ailleurs plus il y en a qui « sautent » plus les autres risquent de voir leur croissance affectée aussi et donc pourront moins supporter leurs propre état providence.

Pour ce qui est du privé il peut en effet provoquer des crises car c’est le propre du libre marché de détecter les déséquilibres et les résoudre. Dans une société où le privé est moins présent les déséquilibres peuvent être détectés moins rapidement mais ça ne veut pas dire qu’ils n’existent pas, au contraire ils peuvent grandir encore plus… La crise n’est pas évitée, elle est différée et sera pire.

@Benton,

Pour renchérir un peu sur le rôle du libre marché,

Un très gros déséquilibre au Canada concerne l’endettement des ménages qui grandit et dépasse maintenant largement celui des américains qui pourtant à des niveaux similaires avait provoqué une crise majeure.

Pourtant pas de crise ici, pourquoi?

Au USA le marché des hypothèques est plus libre qu’au Canada et les marchés ont fini par foirer devant ces déséquilibres grandissants et par provoquer une crise certes douloureuse mais qui ramène les déséquilibres tel les taux d’endettement et d’épargne à des valeurs plus viables pour l’avenir.

Au Canada le libre marché a été en parti remplacé par l’état, nommément la SCHL qui socialise le risque lié aux prêts hypothécaires. Résultat les Canadiens continuent d’emprunter et de s’endetter, d’hypothéquer leur avenir et en même temps celui de toute l’économie Canadienne. Comment croire que tout ça peut finir bien?

@PBrasseur

Reste que les « États providences » réussi a soutenir l’emploi en s’endettant beaucoup moins rapidement que les états pratiquent l’austérité!

Pour le Canada, si l’on enlève les réductions de recettes que ne cesse de faire un gouvernement de droite, il s’en sortirait beaucoup mieux.

Résoudre les crises par le libre marché, c’est un mythe. C’est comme pratiquer une saignée, ça ne sauve pas le patient et croire à la politique de si sa nous tue pas, ça nous rends plus fort, cela relève plus de la croyance, voir du dogmatisme.

Effectivement, les états providences, qui s’en tirent mieux, risque d’y goûter plus tard, non pas à cause de leurs politiques sociales, mais parce qu’ils risquent d’être entraîner par l’inconséquence des pays qui pratiquent l’austérité!

Mais comme le culot ne manque jamais aux partisans de la droite profonde, ils y accuserons les politiques sociales de ces pays comme la cause de leurs malheurs!!!

Pour la SCHL, vous êtes mal renseigné. Nonobstant que les règles ont été resserrés, sa situation financière était déjà bonne, parce que non géré par le privé, comme la Fannie et Freddie. Évidemment, malgré la réglementation canadienne, les banques canadiennes sont toujours portés a vouloir imiter les banques américaines…

Pour la Grèce, c’est un gouvernement de droit qui falsifiait leur finance et c’est un gouvernement de gauche qui ont mis fin a cette pratique, avec les conséquences qui ont suivi. C’est facile ensuite de leur mettre cela sur le dos!

@ Benton

Donc ta solution c’est que le gouvernements interviennent pour empêcher les bulle d’éclater ?

Nous sommes présentement confrontés à deux choix: sauter en bas d’un premier étage maintenant ou attendre encore quelques années pour être forcé de sauter d’un dixième étage. Si dans les deux cas nous sommes assurés de nous casser plusieurs os, au moins il est possible de survivre à une chute d’un premier étage…

Le crise en ce miment c’est la faillite finale de l’état-providence. Chaque dollars gaspiller par le gouvernement nous rapproche chaque jour du libertarianisme.

Bonsoir.
M.Attali ne dit pas que la bourse de Londres est sous le contrôle de l’hémir de Dubaï Cheik Mohammad Ben Rached Al-Maktoum et leur banque principale Barclays est sous le contrôle d’un autre Cheik Mansour Ben Zayed Al-nayann.

L’Angleterre est devenue une colonie des Émirats Arabes Unis et elle tente de nous acheter pour nous revendre en totalité aux Émirats .

La preuve la tentative de la bourse de Toronto et de Montréal mais il y a un mais Maples à sauver la bourse canadienne maintenant M.Cameron vient d’une autre manière le politique pour venir séduire le Canada et le gouvernement de M.Harper et celui ci devra être sur ses garde car il y a un piège et ce piège sont les élections et M.Cameron par ses mauvaises politiques va devoir en payé le prix lors des prochaines élections car quand ont donne de l’argent aux seigneurs de la guerre et serrer des mains de ses mêmes seigneurs.

M.Cameron va avoir un prix politique à payer et M.Harper doit se tenir loin de tous car serrer la main des seigneurs de la guerre et leur donner de l’argent que chaque canadien à gâgner durement bien il va y avoir un prix politique à payer pour être fait manipuler de la sorte.

La souveraineté du Canada doit se faire et faire sécession de la Monarchie britannique et de garder la Monarchie Britannique par respect pour histoire vive un Canada indépendant et souverain.

Bonne réflexion.

Le scénario catastrophe que nous présente Jacques Attali ne se produira pas ou du moins ne se produira pas de la manière dont il l’écrit. Alors pourquoi l’écrit-il ? C’est écrit dans ses conclusions : pour nos inciter à réfléchir. Pourquoi nous inciter à réfléchir ? Parce que les gouvernements sont incapables de se livrer à cette réflexion. Pourtant, comme le souligne Jacques Attali, il y a bien nécessité d’agir.

Jacques Attali propose la mise en place pour l’Europe d’un véritable fédéralisme budgétaire. Il n’a pas tort. Si on a laissé filer les déficits publics, c’est parce qu’il n’existe pas de contrôle au niveau des institutions Européennes qui permettent de valider et de colliger les comptes des États membres, pour fin d’adopter les mesures politiques qui permettent d’obtenir un budget global équilibré.

Dans le même sens d’ailleurs, Dominique Strauss-Kahn dans l’entrevue qui accordait à la télévision française dimanche dernier abordait plusieurs aspects économiques dont la question de la crise grecque (évidemment c’est pour d’autres raisons que les gens et les médias se sont intéressés à cette entrevue). Pourtant DSK envisageait une mesure communautaire efficace qui consistait à éliminer la dette de la Grèce tout simplement en la divisant entre tous les membres de l’Union-Européenne.

Ce sont ce genre de mécanismes qu’il faut prendre en compte. La prise des pertes et le partage des pertes, puis on reconstruit sur des bases saines plus solides et lorsque les bénéfices reviennent, on partage au niveau communautaire les gains de la même façon. Simultanément on consolide le Fonds européen de stabilisation financière à fin qu’il dispose des subsides nécessaires à l’avenir pour parer à toute éventualité ou pour assurer une transition financière sans à-coups en cas de difficultés temporaires éprouvées par d’autres membres de l’Union.

L’argent n’a pas de frontières, alors pourquoi s’installer dans toutes sortes de carcans frontaliers ou transfrontaliers qui empoisonnent la vie quotidienne de tous les habitants de la terre ?

» Le crise en ce miment c’est la faillite finale de l’état-providence. »

David raconte n’importe quoi comme d’habitude. Il en fait vraiment une spécialité.

Moi, ce que j’aime le plus dans ce débat, c’est cette fausse croyance que le libéralisme économique est la solution. Que le consommateur à encore le contrôle…C’est rire des gens que de tenter de nous faire avaler une telle chose! Nous ne sommes plus au début du système capitaliste, les grands de ce monde, ce sont accaparer le marché, en dévorant la compétition, plus souvent qu’autrement de façon franchement déloyale. Lorsqu’une entreprise à un monopole, ou bien un oligopole puissant tel que The Coca-Cola Company. Le consommateur devient incapable d’avoir une influence, sur le prix des produits, ni sur leurs qualités. Et aucun nouveau joueur sur le marché peut venir faire sa place pour lui faire compétition, car le géant à près de 100 ans d’avance, un réseau de distribution, 100 ans de conditionnement par la publicité sur sa clientèle et dans le pire des cas, il peut jouer du levier sur les gouvernements, menaçant les fermetures et les pertes d’emplois massives. Les grandes corporations, les banques agissent comme des rois avares, qui on pour seul désir de garder leur emprise sur le pauvre consommateur, qui dans une économie de plus en plus malade, ce doit d’encourager ces même bandits (Wall-Mart, The Coca-Cola Company, etc) afin de boucler son budget et offrir à sa famille l’essentiel, ou du moins ce que l’homme inconscient du 21ème siècle juge comme essentiel…C’est même gros joueur, viennent acheter nos politicien (qui ne désir que ça…) pour s’assurer que l’état et ses systèmes publics soit saboté et qu’on puisse juger la gauche ou l’état providence comme étant la source de tout les problèmes…Après ça, le problème, c’est surement la démocratie…(lourd sarcasme)
Très beau travail de propagande, mais rappelons nous, que ces gros joueurs, ce paye nos meilleurs tête, afin de continuer de nous manipuler et nous confondre.
Le vrai libre marché, vient avec la notion de choix, fait PAR le consommateur. Économiste, hypnotiseur, illusionniste, sont des synonymes?
En gros, ça sent pas bon!

@ koldo

Donc selon toi le fait que les gouvernement ce sont endetté pour payer pour des programmes sociales n’ont rien a voir avec la crise ?

@David
»ce sont endetté pour payer pour des programmes sociales »
L’investissement de ces programmes est justement la raison pour laquel ont met des argents (impôts:santé, éducation, infrastructures) en commun.
Mais quand on se met a penser qu’il faut subventionner les entreprises privées qui n’ont aucune obligations envers le gouvernements et les payeurs de taxes. Qu’elles peuvent prendre les profits et aller les investir ailleurs en ne laissant que des miettes comme impôts et détruisant l,environnement physique et SOCIAL (la santé, l’organisation social de communautés qui étaient autonomes avant leur arrivé), là on a un méchant probéme du rôle de nos gouvernements dans l,administration de nos impôts et des fonds de pensions des citoyens qui auraient avantage à ce que ces fonds soient utilisés pour développer l’économie d’ici (et ainsi générer des futurs payeurs de taxes qui vont pouvoir assumer les faibles rendements de leur placement de retraite). Vers qui ont va se retourner pour demander l’aide financière car leurs placement de retraite ne suffiront pas à les maintenir en vie? Vers des gens qui seront en âge de travaillé mais sans travaille puisqu’on a laisser exporter les emplois dans d’autres pays pour pouvoir se payer des produits a 1$.
Sans vouloir blâmer toute une génération d’individualistes, il y a là la source et la conséquence d’une vbonne parti de nos problémes. Si on ne veut pas être à la merci de l’Élite il faut être autosuffisant. Pay your self first, et approvisionner nos marchés à bas prix AVANT d’exporter à gors prix. Le modèle coopératif peut avoir différents statut de membres. Actifs et non actifs. Les membres acquiert le nombre une part sociales en contribuant aux coûts (habitation, transports, industries, entreprises etc), et on peut être aussi un membre actif en travaillant ce qui nous donne accès a des bénifices plus grands. Ces entreprises peuvent emprunter à des investisseurs (non membre) qui pourront avoir (et c’est là que le rôle du gouvernement face au développement de l’économie entre en jeu) leur intérêts garanti par le gouvernement.
Au lieu de tout donner a des entreprises qui s’en lavent les mains prennent les profits et sacrent leurs camps sans devoir rien a personne et retournent faire le même manège ailleurs, on doit nationaliser les ressources eaux, énergies, mines, produits agricoles, marins, etc et donner des permis d’exploitation a des coopératives qui elles pourront donner des contrats de gesation a des entreprises privés spécialisés (fixe plus commissions si on veut mais pas supérieurs a ce que les membres auront comme bénéfices), mais la propriété, l’administration, les profits iront aux membres. Les droits d’exploitations et les gros profits doivent demeurer ici. Avec l’obligation d’approvisionner le marché local à prix égal ou moindre que la valeur sur le marché international. Aucune entreprise ne peut exporter un produit pour un prix moindre a ce qui est payé ici, et on aura l,assurance que notre marché sera approvisonné.
On ne peut avoir le beurre et l,argent du beurre. Le soutient et la protection d’être implanté ici en négligeant ses responsabilités d’approvisionner le marché a bon prix. Des sociétés d’états qui vendent aux étrangers voisins moins cher que ce que nous payons et étant nous obliger d,assumer les coûts de construction des infrastructure et des déficits (quand il y aura des pépins parce que ce sont nos gens et notre économie qui écopera) NON MERCI.
Payer l’électricité plus cher que ce qu’hydro-québec chargent aux américains. Payer le vin plus cher que ce que la SAQ exporte aux américains. Payer les produits agricole plus chers que ce que les entreprises d’ici exportent aux voisins. Payer notre pétrol plus cher que les amériains paient à la pompe quand on est équipé pour le transporter et le raffiner ici. (C’est qui en passant qui a payé pour l’oléoduc jusqu’au texas?). Assez c,est assez mines de rien on veut reprendre le même stratagème avec les chinois, les français, les britaniques? Ça va faire, ça suffit. On change les règles. Charité bien ordonné commence par soit même. On va arrêter de prendre nos ressources pour aller les transformer ailleurs et qu’on ait même pas les moyens de se les acheter une fois transformer. Par les moyens non plus de payer pour nos soins de santé. On veut détruire notre environnement, nous vider de nos richesses et qu’on ait même pas les moyens de payer l’éducation pour y assumer les emplois de cadre. On continue de nous traiter en coloniser et de croire que ces richesses appartiennent a qui veut bien venir se servir?
Assez, c’est assez.
Donne a manger a un cochon il va venir chier sur ton perron.
On va utiliser nos impôts pour se créer des entreprises bien d’ici qui vont rester ici et investir leur profits ici. On va utiliser les profits a développer les entreprises d’exploitation ET de transformation pour des produits qu’on a besoin ici. Et exporter les surplus S’il y en a. LOn va développer de la richesses pour nos citoyens et futurs citoyens des régions d’ici. Notre gouvernement va s’impliquer en garantissant les intérêts aux investisseurs du monde qui veulent faire du profit sur l’exploitation et la transformation de nos produits. Ces entreprises doivent développer et non vider les régions. On doit les reliers entre-elles a grande vitesse pour faciliter le transports des personnes et des produits. Développer des régions ça veut aussi dire les sortir de l’isolement leur faciliter l’accès aux marchés et aux travailleurs d’ici. On ne peut avoir des chômeurs dans une région alors qu’on a une pénurie et fait venir des immigrants pour une autre. Du gros ménage. Mettre nos priorités à la bonne place. En finir avec la collusion et la corruption de notre système. Ça n’enrichit personne ici, ça nous appauvrit collectivement. Le travail au noir, les enveloppes, les valises, des fonctionnaires(justice, transport, ressources naturels etc etc) et des policiens qui ne respectent pas les règles qui ne pensent qu’à leur poches et qui sont victimes de menacent et d’intimidation de la part de mafieux qui ne sont jamais emprisonnés car ils ont tellement impliqué de monde dans le système qui personne n’osent les attaqués sans risque de tomber eux même. Une commission d’enquête a huit clos n’arrangera rien. Au contraire elle ne fait que perpétrer la loi du silence. On en a vu des juges libérer des criminels qui étaient formellement accuser sans même leur faire de procès. Et on voudrait nous faire croire qu’ils vont arranger tout ça en catimani et que jsutice sera faite. Non seulement il n’y a pas de justice mais il n’y a plus d’imposition du système de droit. Assez c’est assez. On a besoin d’un organisme public indépendants dont le travail est connu du public, dont les accusés et les preuves sont démontrés au public, qui seront dans une court de justice et non de lois accusés. Une commission de vérité qui débouchera sur des condamnations de réparation devront être assumés auquels cas il y aura des sentences d’emprisonnement seront appliqués.

Fini les congés payés. Les employeurs doivent très bien payer les employés pour travailler.
Ça prend une assurance maladie(une mère qui met au monde un enfant sera considérées en congé de maladie pour 6mois), congé (parentaux, études, vacances maximum 6mois), chômage (maximum 6 mois), invalidité (temporaire ou permanente), sociale (dernier recour) ou sans revenu(pour ceux qui ont d’autres sources pensions, allocations, fortune personnelle). Tout les personnes et organisations doivent contribuer a chacune des assurances par rapport aux revenus.
Tout le monde y a droit, et les allocations sont les mêmes pour tous, sans égart aux revenus. Donc on va hausser le salaire minimum a un niveau qui donne les moyens de vivre de son travail. Et ceux qui sont en congé pour maladie auront 100% du salaire minimum moins toutes les retenues, en invalidité jusqu’à 70ans à 80%, en congé 50% et social 60%. Ces allocations sont applicables à la journée. Un retraité qui travaille après 70ans est considéré travailleurs et peut prendre jusqu’à 3mois en jours en maladie, ou congé ou sans solde par année. Les semaines de travail sont de 5 jours et les congé basés sur la semaine de travail de 5 jours. Toutes personnes auront les mêmes droits et peuvent selon leur choix travailler dans plus d’une entreprise ou le nombre de jours voulu sans justification. Les emplois sont contractuel 1-5ans, s’il veulent en changer les modalités doivent mettre un terme et prendre un nouveau contrat (selon certaines pénalités de part et d’autres). Les employés peuvent sur une base individuelle se syndiquer, mais n’ont aucune obligation de le faire, et peuvent individuellement choisir leur représentant aux négociation que ce soit un syndicat, un professionnel en droit du travail ou un négociateur (mandaté).

@Benton.

« Pour la SCHL, vous êtes mal renseigné. Nonobstant que les règles ont été resserrés, sa situation financière était déjà bonne, parce que non géré par le privé, comme la Fannie et Freddie. »

Sauf votre respect, je crois que c’est vous qui êtes très mal renseigné… En 2005, la situation financière de Fannie et Freddie était très bonne avant que tout s’écroule rapidement… Ici au Canada, le risque est devenu très grand avec le temps:

http://cdhowe.org/how-much-risk-is-hidden-in-cmhc%E2%80%99s-500-billion-portfolio-financial-post-op-ed/8776

@David.

« Nous sommes présentement confrontés à deux choix: sauter en bas d’un premier étage maintenant ou attendre encore quelques années pour être forcé de sauter d’un dixième étage. »

Avec un taux de propriétaire au Canada de 70%, un taux d’endettement record des particuliers à plus de 150% ainsi qu’un prix moyen des propriétés supérieur à ce qu’il était aux USA au plus fort de la bulle, je crois que nous déjà atteint le 2e étage depuis 2010.

Une petite secousse sur l’emploi et vous pourrez constater les dégâts. Même pas besoin de hausses de taux au niveau où c’est rendu…

Dormez-vous?
Monsieur Duchesneau viens vous dire publiquement qu’il a été victime d’intimidations 5 fois. Et qu’il craint quand il démare sa voiture.
Qui est-ce qui s’illusionne encore a croire que c’est le politique qui méne?
Ils sont des marionnette, se font menacer et ont intérêt à marcher les fesses serrées sous peine de représailles grave envers eux et leur famille.
On en voit de plus en plus se faire abattre au beau milieu de la rue.
ILs contrôlent ont les sait… du moins ceux qui n’ont pas la tête dans le sable, et ils sont sans scrupules.
Non seulement ils peuvent acheter ou contraindre le politique, la justice, les entrepreneurs et les financiers mais ils sont capable de manipuler l’opinion publique en faisant écrire ce qu’ils veulent par des journalistes.
Alors on doit être plus vite sur la gachette. Changer les lois, avoir un état de justice au lieu d’un état de droit.
Faire sortir la vérité sans être muselé ni que ça les mettent à l’abri pour vice de procédures ou preuves irrecevables. (ex une téléréalité ou des gens donnent des témoignages téléphonique dans des voites vocales à partir de téléphones publics, web, sur place avec cagoule etc etc spontanément pour ne pas pouvoir les retracer après. Pour réveiller ceux qui s’illusionnent et mettre à jour les pratiques.
Des enquêtes devront être commandées, conduites et mener a des sentances suite de commissions de vérités, ou sur la base de soupçons provoqués par l’émission de télé-réalité.
On le sait l’organisation est internationale. Il ne faut pas sous-estimer et faire intervenir des enquêtes internationales aussi.
Si on commence a développer des coopératives de travail on change les règles. C’est plus difficile de contrôler la majorités des votant que quand c,est une poignée de personne.
Et arrêtez de croire que Charest tient les rênes du pouvoir, pas plus que les autres ministres qui ont passés avant lui. Au contraire le système a infiltré et contrôle tout le système et ça n’est pas un élu qui a le pouvoir de sortir la mafia du système. Il faut que ça viennent de la volonté populaire. Il faut que tout le monde s’y mettent qu’on arrête les pratiques frauduleuses qui compromettent et musèlent et permettent ainsi au système mafieu de continuer de croitre.
Il faut une volonté claire de changer il faut que le monde change. Que les gens comprennent qu’on est tous perdant. C’est comme se croire plus fort que la machine a sous. Elle finira par gober tout votre argent, en attendant tant qu,elle vousa fait croire que vous avez des chances vous continuez de jouer.
Le chat court après la souris. Tant que la souris court la pression monte et elle s’épuise. Elle doit trouver un endroit sur et faire face. Changer les pratique, changer les règles. S’approprier le contrôle de nos vies en étant maitre de nos revenus.
La personne qui met tout ses oeufs dans le même panier donne le contrôle a celui qui les achète. Si on a plusieurs sources de revenus et qu’on est soit contractuel, soit membre de la coopérative en partageant ses sources de revenus et en ayant un pouvoir de décision sur les ouvrages on garde le controle de notre vie.
Le système c,est pareil on doit avoir différent organisme qui travaillent indépendant vers le même objectif. Ne pas donner tout le pouvoir au politique. Comme ça garde le controle.
J’entendais en fin de semaine qu’en espagne une loi a été voté d’une iniitative populaire avec 200,000 signature. On peut facilement instaurer quelque chose comme ça. Avoir un site pour les communes. Les gens font des propositions claires et s’il y a une proportion de mettons 55% de la population(ayant le droit de voter) qui votent en sa faveur c’est adopté. Donc le pouvoir revient à la population et non a des partis politique.
On doit sonner le gals des partis politiques. Financement, collusion etc. Ondoit être représenté par des indépendants. La population doit voter sur le budget aussi et les orientations et les gros emprunts, pas seulement sur le choix des représentants.

Personnellement, je crois plutot que c est le
D e c l a s s e m e n t
de l Europe du Sud ( Grece, Portugal et les suds de l Espagne et de l Italie).

Ils ont ete remplaces par des economies plus performantes et productrices
dont celles de la Coree du Sud, Singapore, la Malaisie, Taiwan, qui les ont depasses.

Un Coreen du Sud ou un Taiwanais jouit d un niveau de vie et d education plus eleve que celui de la Grece ou de l Italie ( sans les vestiges de archeologiques).

Dans nombre de domaines, la Coree du Sud a rejoint et meme depasse le Quebec !!

@Pierre-Olivier

Nonobstant que les profits de la Freddie et Fannie étaient bon lorsque que les saisies s’effectuaient dans le cadre d’un marché immobilier en expansion, l’on ne peut comparer les profits de 2005 de Fannie et Freddie avec la SCHL. Dans la même logique, comparons les profits de Lehman Brothers avec disons la RBC en 2005, ils étaient tous aussi bons, comme la RBC aujourd’hui… et la Lehman a pourtant disparu de la circulation.

De plus, je me méfie qu’une institut tel que la C.D. Howe, financé par des entreprises privées… dans l’intérêt des entreprises privées.
Il y a comme un conflit d’intérêt!
De plus, les entreprises privées aimeraient bien que la SCHL, du moins une partie de la SCHL (La plus payante certes) soit au mains du privé… comme la Fannie et Freddie, mais les risques toujours assumés par le gouvernement!!!

Il y a bien des différences entre la SCHL et ce qui ce passe aux États-Unis:

http://www.cmhc-schl.gc.ca/fr/inso/sapr/famy/famy_018.cfm

Le pauvre David se permet de donner des conseils de lisibilité alors que son dernier texte se lit comme suit: « Donc selon toi le fait que les gouvernement (sic) ce sont endetté (resic) pour payer pour des programmes sociales (resic) n’ont (resic) rien a (resic) voir avec la crise ? »

Mon cher David, la réponse est non.
Tu veux des détails ?

@ koldo

Donc selon ta logique mathématique, dépenses sans compter comme on fait les grecques n’a strictement rien à voir avec leur faillite.

Explique !

david,

J’ai pas trop de temps à perdre avec tes niaiseries et je serai donc bref.

Si la crise est du au fait que « les gouvernement ce sont endetté pour payer pour des programmes sociales » comme tu essayes (tant bien que mal) de nous dire, pourrais-tu alors dire pourquoi les pays les plus touchés sont ceux qui consacraient le moins (en % du PIB) pour les dépenses sociales alors que les pays qui dépensaient le plus eux s’en sont mieux tirés. Islande, Irlande, USA, ça te dit quelque chose ? Ce pourrait-il que la réglementation déficiente du secteur financier de ces pays soit en cause ?
http://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=SOCX_AGG&Lang=fr

Ce n’est pas un problème de dépenses sociales mon pauvre david mais un problème de dépenses « autres » que sociales et de revenus. En effet en Grèce et en Italie (tout comme aux USA d’ailleurs), il y a trop de gens qui pensent comme les libertariens et ne veulent pas payer leurs impôts
http://www.leprogres.fr/france-monde/2011/09/21/ces-champions-de-la-fraude-fiscale

Pour les dépenses « autres », on doit dire qu’ « Au cours des trois dernières années, les Etats membres ont apporté une aide et fourni des garanties de 4.600 milliards d’euros au secteur financier, il est temps pour le secteur financier d’assurer en retour une contribution à la société »
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110928trib000652392/barroso-soutient-athenes-et-la-taxe-tobin-.html

Donc une nouvelle taxe sur les transactions financières (histoire de remplir les coffres) et on serre la vis aux banquiers ? C’est en tout cas ce que pense Carney (surement un gars de gauche) même s’il ne se fait pas toujours des amis.
http://blogues.cyberpresse.ca/lapresseaffaires/cousineau/2011/09/26/mark-carney-na-pas-que-des-amis/

La morale: moins on a de libertariens dans une société, mieux la société se porte. Quant aux dépenses sociales david, prend exemple sur ton modèle suédois (à la mode dans ton site poubelle – le danois n’est pas mal non plus) et tâche de militer pour davantage de taxes et une augmentation des dépenses sociales. En effet, on traine la patte pas mal au Canada (et même au Québec).

@ koldo

Tu blâme le niveau de réglementation dans le secteur financier. Très bien.

Voici donc quels sont les secteurs financiers les moins réglementés:

1-Nouvelle-Zélande: 9,98/10
2-Royaume-Uni: 9,76/10
3-Finlande: 9,62/10
4-Australie: 9,50/10
6-Danemark: 9,39/10

Wow… On obtient un portrait COMPLÈTEMENT différent !!!

Pour ton info, les USA arrivait à la 23e position avant la récession.

Par ailleurs les dépenses sociales en Grèce c’est 20,5% du PIB contre 16,5% du PIB au Canada. Donc selon ta logique la Grèce prospère et le Canada est au bord de la faillite.

Pour terminer, la Suède a déjà eu une taxe Tobin, elle avait été mise en place en 1984 de 0,5% pour être aboli en 1990. Pourquoi selon toi ? Parce que cette taxe n’a rien rapporté, les gens ont été faire du business ailleurs. Donc aucun revenu et un ralentissement de l’activité économique.

Vraiment, ton dernier commentaire n’était pas à la hauteur.

Il me semble que je ne te demande pas grand chose: un peu de cohérence, est-ce trop te demander ?

D’un coté TON modèle libertarien suédois avec 27,3% du PIB en dépenses sociales (déjà on rigole) et en même temps « les gouvernement ce sont endetté pour payer pour des programmes sociales »

D’un coté « Le crise en ce miment c’est la faillite finale de l’état-providence » (un miment est un volatile de la famille des passereaux – NDLR) et en même temps TON idéologie « l’mpôt c’est du vol »
http://anarcho-capitalisme.blogspot.com/2007/05/limpt-cest-du-vol.html

Aucune surprise. Le temps n’arrange rien à l’affaire.

@ koldo

La Suède ça fonctionne parce qu’ils ont l’impôt le moins progressif de l’OCDE: ceux qui payent de l’impôt sont ceux qui reçoivent les services, il n’y a pas de redistribution, donc pas de free-loaders.