L’autre négociateur

Lucien Bouchard a toujours aimé les  « gros » mandats.

L’homme politique a redressé une campagne référendaire qui n’allait nulle part et redressé les finances publiques du Québec. L’avocat a ramené la paix sociale à Vidéotron et à la SAQ  et il a été impliqué dans la crise de l’industrie porcine. Même après cette liste, j’ai l’impression que son mandat à l’Association pétrolière et gazière du Québec sera l’un de ses plus difficiles.

Je l’ai trouvé très bon jeudi soir chez Anne-Marie Dussault. Il a le don – et c’est un don – de ramener le débat à l’essentiel. Veut-on, oui ou non, développer nos richesses naturelles pour améliorer les services de santé et l’éducation ?

Si on ne veut pas du gaz de schiste, le débat est clos. Les adversaires du développement ont gagné.

Si c’est oui, tout est négociable et il est là pour ça.

Le niveau de redevances payables par l’industrie ? Me Bouchard reconnaît d’emblée qu’elles peuvent être plus élevées.

La participation de l’État dans le développement des gaz de schiste ? Le président de l’Association pétrolière et gazière y voit des avantages.

Les citoyens sont inquiets ? Lucien Bouchard affirme que l’exploitation doit se faire correctement d’un point de vue environnemental et dans le respect des populations concernées.

L’avocat de Davies Ward Phillips Vineberg veut reprendre le débat sur de nouvelles bases, moins émotives. Ce ne sera pas facile… mais c’est Lucien Bouchard.

(Photo Wikipédia)

Laisser un commentaire

Combien rapportent les ressources présentement aux coffres de l’État?
On se fait piller nos ressources.
On sort l’or à 400$ l’once de l’Abitibi et on le revend 1400$. Après les porteurs d’eau, les porteurs d’or….
L’avenir du Québec passe par l’exploitation de nos richesses naturelles. Pas par l’exploitation des Québécois.

L’important, c’est de faire les choses correctement.
Pour faire les choses correctement, il faut prendre le temps qu’il faut.

Dès le départ, tout est parti de travers et M. Bouchard a une grosse pente à remonter.

Et malgré M. Bouchard, on sent toujours l’urgence du temps. C’est comme une vente sous-pression, l’astuce est de conclure vite!

Et ce qui part mal pour M. Bouchard, c’est malgré qu’il doit être a un âge où il doit avoir une certaine sécurité financière, il se fait payer par une firme albertaine… pour nous dire qu’il veut défendre l’intérêt des québécois!

Mon père disait que pour savoir pour qui tu travailles, regarde qui signe ton chèque de paie…

Bonjour.

M.Duhamel oui il faut faire les choses correctements mais il y a un mais c’est à l’État de fixé les règles,et je ne suis pas d’accord avec les commentaires de M.Bouchard sur la nationalisation de nos ressouces car il mentionne que la nationalisation va envoyer un message négatif aux l’entreprises privées.

La nationalisation va justement établir qui est propriétaire à 100% de nos ressources,et de deux l’État va choisir les pétrolières qui va être le sous-traitant de l’État avec une négociation des redevances à l’avantage des actionnaires de l’État qui est l’ensemble de la population voilà oui au Québec ont peut faire des affaires mais il y a un mais en concordance et conditionnelle à que le trésor québécois en profite pour maintenir nos institutions de services et administratives par ordre de priorité les moins polluantes.

Le dossier sur les gaz de schiste à commencer comme si les pétrolière était propriétaire voilà un dossier mal partie et avec beaucoup inquiétude et de question en suspend et surtout avec une expérience du passé contre l’industrie tout à sortie en rafale créant inquiétude dans la population.

M.Duhamel quand il y a beaucoup d’argent bien il faut prendre le temps de bien faire les choses.

Si l’exploitation du gaz de shale se fait pour augmenter la taille de l’État i.e. pour subventionner le système de santé et autres programme sociaux, alors moi je dis: vivement un moratoire.

M. Bouchard s’est présenté comme un négoçiateur, ce qu’il est. Et même le meilleur au Québec. Mais pour négocier et avoir des chances d’arriver à une entente, il faut être deux. Autrement dit, il faut que les deux parties soient « parlables ». Malheureusement, ça ne semble pas être le cas des ayatholas de l’environnement. Bonne chance M. Bouchard!

@Gilles Gagnon
Je ne crois pas que l’autre partie, les québécois, sont des « ayatholas de l’environnement »!

@David
Pour ce qui est de « subventionner » le système de santé, on a encore une marge au Québec, les États-Unis subventionne leur système de santé par capita 2 fois plus… Mais c’est vrai que les États-Unis sont des communistes!

@ David(#4):

C’est exactement ce que je crains: remettre encore plus d’argent entre les sales mains de nos politiciens (ceux que nous considérons tous comme aussi peu crédibles que des « vendeurs de chars de seconde main »)!!!

Ils s’en serviront comme effet levier pour dilapider, gaspiller et endetter encore plus la province et nous fournir des services « pseudo-essentiels » dont nous ne soupçonnons même pas encore l’existence. La fonction publique doublera.

L’exploitation de ces ressources devrait être totalement privatisée. Elle échapperait ainsi aux politiciens et les sociétés qui les exploitaraient paieraient tout de même des impôts aux gouvernements en place mais ces impôts seraient un moindre mal comparé aux redevances et le gaspillage de ressources serait minimal.

Remettre nos ressources aux politiciens est un gâchage impardonnable que les générations futures ne nous pardonnerons jamais!!!

Quand Bouchard parle de subordonner les intérêts des entreprises gazières aux intérêts du peuple Québécois faudrait savoir a quoi il fait référence en terme de chiffres.
Les écologistes, dont je suis de tout coeur, ne sont pas des empêcheurs de tourner en rond, ce sont les chiens de garde de nos valeurs et richesses naturelles.Brader nos ressources naturelles comme Charest est en train de le faire relève de la plus complète irresponsabilité. Alors qu’ailleurs, comme en Colombie Britannique et en Ontario, on exige des redevances dignes de ce nom,Charest donne pour des pinottes des permis sur des territoires immenses et pour des durées aedvitam aeternam.Curieux que les dénigreurs du modèle Québécois qui passent leur temps à comparer nos supposées lacunes versus les autres provinces ne font pas l’exercice contraire quand il s’agit de la spoliation que nous font subir nos gouvernants actuels,au contraire ils applaudissent à ces politiques engendrées dans le secret tout comme dans les pays Arabes qui font présentement l’actualité,Pétrolia en Gaspésie en est un bon exemple.Beau modèle de démoCRASSie!

Bonne chance M. Bouchard, et que l’on ramène un peu de bon sens et de réalisme dans cette question!

@François 1

« L’exploitation de ces ressources devrait être totalement privatisée. »

Par la force des choses, l’exploitation des gens itou!

Une méconnaissance de l’Histoire, particulièrement du Québec est évidente ici.
J’avoue que c’est peut-être la faute de l’éducation publique! Dans mon cas, mon éducation provient du privé!!!

@ Benton

Tu proposes de copier le modèle de santé américains ?

Ceux qui proposent la nationalisation disent essentiellement qu’ils désire s’approprier par la force ce qui ne leur appartient pas.

Ce qui est un trait caractéristique du modèle québécois.

@ Benton (# 10):

Le système capitaliste privé vous nourrit, vous loge, vous habille, fournit vos médicaments et ce, selon VOS désirs non?

Tant qu’au public…(voir les moiurants dans les corridors de NOS hôpitaux « collectifs »!).

@David

« Tu proposes de copier le modèle de santé américains ? »
Vous êtes un peu confus là!

« Ceux qui proposent la nationalisation disent essentiellement qu’ils désire s’approprier par la force ce qui ne leur appartient pas »

En fait, c’est de se réapproprier ses ressources naturelles. C’est différent mais je crois que la nuance vous dépasse!

LE CHUM encore une question de tinami de T’chum’s
On doit annuler l’appel d’offre pas assez de soumissionnaire. On est pas obliger de faire construire le plus gros projet avec nos impôts publiques par des étranger. ON ANNULE. ON ASSUME NOUS-MÊME LA CONSTRUCTION. SI ON MANQUE DE MAIN D’OEUVRE ON A QU’À UTILISER L’IMMIGRATION. LE SAVOIR FAIRE ET LA COMPÉTENCE DOIT RESTER ICI ET SE DÉVOPPER POUR ASSUMER NOS GRANDS PROJETS. ON AGIT COMME UN PAYS SOUS_DÉVELOPPÉ. LE SOMMES-NOUS?
CHUM MALADE, ON ESSAIE DE METTRE LA PRESSION SUR LE TEMPS QUI PASSE ON EN EST PAS A QUELQUES MOIS PRÈS. MAIS A DES MILLIARDS PRÈS QU’ON VEUT GARDER DANS NOTRE ÉCONOMIE. LES DÉPENSES DE L’ÉTAT DOIVENT SERVIR À DÉVELOPPER L’ÉCONOMIE ICI. DÉVELOPPEMENT DURABLE VEUT JUSTEMENT PROXIMITÉ ENTRE LIEU DE MAIN D’OEUVRE ET MATÉRIAUX ET LIEU DE PRODUCTION DE CONSOMMATION. AUTONOMIE’ AUTOSUFFISANCE. S’APPROPRIER NOTRE DÉVELOPPEMENT EN METTANT A CONTRIBUTION LES GENS ET LES PRODUIT D’ICI.

@François 1

Je me nourris, me loge, m’habille… et l’état me soigne (mais pas souvent!).

Le capitalisme n’est qu’accessoire et doit être à notre service. C’est un moyen et non un but.

Pour citer Karl Popper, un type de la droite et libéraliste:
« La liberté, si elle est illimitée, conduit à son contraire ; car si elle n’est pas protégée et restreinte par la loi, la liberté conduit nécessairement à la tyrannie du plus fort sur le plus faible. »

et

« C’est pourquoi nous exigeons que l’État limite la liberté dans une certaine mesure, de telle sorte que la liberté de chacun soit protégée par la loi. Personne ne doit être à la merci d’autres, mais tous doivent avoir le droit d’être protégé par l’État. Je crois que ces considérations, visant initialement le domaine de la force brute et de l’intimidation physique, doivent aussi être appliquées au domaine économique. […] Nous devons construire des institutions sociales, imposées par l’État, pour protéger les économiquement faibles des économiquement forts. »

Le problème avec la participation de l’état c’est qu’elle n’existe pas pour prendre des risques avec l’argent des contribuables. Un gestionnaire de fonds publics est beaucoup plus craintif du risque. Mais l’état peut bien facilier.

En passant, les redevances à l’état devraient définitivement être plus élevées.

« En 2009, les sociétés pétrolières et gazières ont versé 893 millions au Trésor de la Colombie-Britannique pour obtenir le droit d’y faire de la prospection. En 2008, elles ont versé 2,7 milliards.

En comparaison, en 2008-2009 et en 2009-2010, au Québec, les permis d’exploration pétrolière et gazière ont rapporté en tout 3,5 millions depuis deux ans, selon une réponse donnée au Parti québécois par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) le printemps dernier lors de l’étude des crédits. »

http://www.cyberpresse.ca/actualites/elections-federales-2009/enjeux/environnement/201009/03/01-4312621-gaz-de-schiste-a-t-on-manque-le-bateau.php

PS J’espère, Monsieur Duhamel, que vous n’avez pas manqué de lire le texte de Monsieur Piché chez Cyberpresse sur le choc pétrolier (« Vers un choc économique »). Tout les Québécois devraient le lire.

@ Benton

Les ressoyrce naturelle, si on vivant dans une société libre et démocratique, appartienne au propriétaire du terrain sur lesquelles elles se trouvent.

Encore une fois ta solution c’est de voler ce qui ne t’appartient pas. Les quêteux du modèles québécois.

Au-delà du dossier contreversé s’Il en est un, du gaz de schistes et des ressources naturelles, il y a, en la personne de M.Bouchard, cette maturité, ce sens des responsabilités, le ton grave qui le caractérise si bien, parce que dans le cas de nos finances personnelles l’heure est vraiment grave.
Il est grand temps d’agir, et il sait très bien nous le communiquer en plein visage ? D’accord ou pas avec son mandat actuel.
Dans l’entrevue accordée à Mme Dussault, il était criant d’évidence que cet ex-premier Ministre est tout un homme d’état et que, de l’aveu même de Mme Dussault, qui n’avait d’autres choix et ce à plusieures reprises, d’admettre qu’il avait l’étoffe d’un chef et le ton qu’on doit avoir lorsqu’on occupe le poste de premier ministre, ce qui manque gravement par les temps qui courent ! C’est ce manque de leadership de Charest qui nous a conduit dans ce merdier, tout comme dans le dossier des défusions entre autres, dossier purement irresponsable et hurlant de démagogie, immaturément concocté d’adolescentes abérations et d’improvisations de pee-wee! J’ai honte !

@ Benton

C’est pourtant simple.

Tu est propriétaire du terrain, tu décides s’il peut y avoir de l’exploitation et si c’est le cas, tu fixes ton prix.

« Tu est propriétaire du terrain, tu décides s’il peut y avoir de l’exploitation et si c’est le cas, tu fixes ton prix. » (David)

Pauvre David, il pense qu’il peut se battre contre les grandes entreprises.

L’affaire est simple, la pétrolière va chez le voisin le moins cher et elle va chercher le pétrole ou le gaz sous son terrain.

Il ne faut pas oublier que ces opérations son secrètes et que face à l’entreprise il n’aura pas le moyen de faire la preuve et que sa durera des années.

Les libertariens et les droitistes fondamentaux dogmatique ne savent pas où ils s’en vont.

@ David

Exactement ça!

Au Canada par le Common Law et au Québec par le Code Civil, le particulier est propriétaire du terrain « au-dessus » et le gouvernement est propriétaire « Au-dessous », donc des richesses naturelles qui s’y trouve.

C’est donc exactement ce qu’on s’attend du gouvernement ie qu’il fixe un prix juste et équitable, suivant une négociation honnête avec l’entreprise privée (à défaut de l’exploiter lui-même). On ne veut surtout pas des ententes secrètes et des magouilles de fond de cour.

Quant à votre prétention que dans une société libre, le particulier devrait être aussi propriétaire des ressources… Hé bien c’était comme ça dans l’temps du FarWest, il y a 1 siècle et demi. La belle époque où les différends se règlaient à coup de colt…

J’ose espérer que nous avons évolué un petit peu depuis… quoique à voir l’allure de « GunSmoke » de Messieurs Harper et Charest, je n’en suis pas convaincu.

@David

« Tu est propriétaire du terrain, tu décides s’il peut y avoir de l’exploitation et si c’est le cas, tu fixes ton prix. »

Dans un monde utopique, si, mais dans un monde de liberté économique, c’est plus en moyen qui dicte les règles!

D’ailleurs, ils n’ont pas demandé la permission des gens pour s’installer!

@ Youlle/Benton

le système que je te décrit est celui qui existe aux USA.

Il y a du pétrole sur ton terrain ?

Ce pétrole t’appartient et si une compagnie veut l’exploiter, elle doit avoir ton accord.

J’imagine que tu préfères un système ou le gouvernement peut t’exproprier à sa guise…

@David

Peux-tu m’expliquer que les États-Unis, si respectueux des droits de propriété, a un droit de veto sur la distribution du pétrole canadien dans l’accord de l’ALENA ?
Ce droit de veto n’existe pas dans ce même accord du côté du Mexique!

J’ose imaginer un particulier « négociant » avec une multinationale….

@ Benton

La fameuse légende urbaine sur l’Aléna et le pétrole…

Ce sont les compagnies privées qui vendent le pétrole, pas le gouvernement et l’acheteur aux USA est le privé, pas le gouvernement.

le gouvernement Canada s’est seulement engagé à ne pas mettre d’embargo sur le pétrole contre les USA ce qui est logique puisque les pétrolières canadiennes ont le droit de vendre aux Américain si c’est leur désir.

@David

L’entente de proportionnalité 2/3 exportation aux États-Unis existe bien dans l’Alena pour le Canada mais le Mexique est exclu.

Cela explique sans doute pourquoi les provinces de l’est, Québec inclus, s’approvisionne au moyen-orient….

@ Benton

C’est une légende urbaine découlant d’une lecture erroné du traité qui a été propagé par les protectionnistes.

Le pétrole au Canada et aux USA est vendu et acheté par le secteur privé, pas par le gouvernement.

@David

N’empêche que nous sommes le seul pays qui produisons plus de pétrole que nous en consommons mais qui en importe de l’extérieur malgré tout!

N’empêche que dans l’ALENA, il y a des clauses sur la distribution du pétrole où le Mexique s’est exclu!

Pourquoi dire que ces clauses sont sans conséquence (voir « légende urbaine ») alors que le Mexique s’y soustrait ?

@ Benton

On importe du pétrole léger « sweet, light crude » à cause du type de raffineries qui sont disponible au Canada.

Et le Mexique est exclus parce que ses réserve sont sur le déclin.

Mais pour le reste, tu ne répond pas au point principe: le pétrole est vendu et acheté par le privé, pas par le gouvernement.

D’ailleurs les ventes de pétrole aux USA ont diminué en 2009 et 2010.

@ Youlle

Et on peut tous voir que dans ces pays, la démocratie n’est pas très fleurissante…