Le boom des tablettes pour enfants

Les tablettes numériques et les applications mobiles destinées aux enfants bouleversent l’industrie du jouet.

454231845-small-boy-using-a-tablet-gettyimages
Photo : Getty Images

Ils sont tactiles, mobiles et de plus en plus populaires auprès des enfants. «Ils», ce sont les téléphones intelligents, tablettes et leurs application mobiles, qui sont désormais incontournables dans la vie des jeunes, et même des très jeunes enfants.

Blogue EconomieAux États-Unis, le pourcentage d’enfants de moins de huit ans utilisant des plateformes mobiles a pratiquement doublé entre 2011 et 2013. Il est passé de 38 % à 72 %, selon un rapport produit par Common Sense Media, une organisation américaine à but non lucratif spécialisée dans l’étude des médias et des technologies familiales.

Plus nombreux, ils les utilisent aussi plus longtemps. En 2011, les enfants de 0 à 8 ans passaient en moyenne 5 minutes par jour sur ce type d’appareils. En 2013, c’était 15 minutes.

On apprend en outre qu’ils consomment moins de contenu sur les plateformes dites «traditionnelles», comme la télévision, l’ordinateur et les jeux vidéo. Le temps passé à regarder la télévision est passé de 1 heure 9 minutes à 57 minutes par jour. L’ordinateur, de 17 à 11 minutes. Et les jeux vidéo, de 14 à 10 minutes.

Le livre, lui, conserve la même place dans leur quotidien. En 2013, ces mêmes jeunes passaient en moyenne 28 minutes par jour à lire ou se faire lire une histoire, contre 29 minutes deux ans auparavant.

L’utilisation croissante des plateformes mobiles destinées aux enfants favorise l’émergence de nouveaux produits et de nouvelles entreprises. Par exemple, cinq tablettes Nabi, vendues entre 100 et 300 dollars, ont été lancées depuis 2011. La société Fuhu, qui les commercialise, a enregistré des ventes de 200 millions de dollars l’année passée.

Une autre tablette populaire auprès des jeunes : la LeapPad Explorer de LeapFrog, qui a d’ailleurs été sélectionnée l’année passée par la Toy Retailers Association parmi les jouets les plus prisés à l’approche de Noël.

Quant au géant hongkonais VTech, il a réussi à consolider son leadership dans les jouets électroniques et fait de sa tablette Storio 2 le jouet le plus vendu en France en 2013, selon le spécialiste des études de marché, NPD Group.

Mais les entreprises bien établies n’ont pas dit leur dernier mot. Le détaillant de jouets Toys “R” Us a même mis au point, en 2012, sa propre tablette numérique, la Tabeo. Samsung a de son côté dévoilé sa Galaxy Tab3 Kids, en 2013.

Même DreamWorks a fait son entrée dans le marché. Le studio hollywoodien s’est allié cette année au fabricant américain Fuhu pour lancer la DreamTab, une tablette au contenu pédagogique et ludique.

Jeux

Pour rivaliser contre ces grandes marques, d’autres sociétés ont inauguré des jeux téléchargeables sous forme d’applications mobiles.

C’est entre autres le cas de Walt Disney et du fabricant de jouets traditionnels Mattel, pour qui l’arrivée massive des appareils numériques a eu l’effet d’une bombe. L’année passée, les ventes ont baissé pour plusieurs de ses produits phares, dont Barbie, Hot Wheels et Fisher-Price.

Le même constat avait été fait chez son plus proche concurrent, Hasbro, pour qui les revenus annuels avaient chuté de 15 %. Le champion des jeux de société (Monopoly, Scrabble, Clue, etc.) vient cependant de renouer avec la rentabilité grâce à ses jouets pour fillettes, la poupée My Little Pony et l’arbalète Nerf Rebelle.

La vague mobile bouleverse aussi les studios de production de jeux vidéo, qui y voient de belles occasions d’affaires. Depuis que Frima Studio s’est emparé de ce créneau, en 2008, l’entreprise de Québec a connu une croissance fulgurante. Elle a d’ailleurs vu son jeu mobile Nun Attack figurer parmi les 12 applications les plus populaires sur Android, en 2012. Selon son PDG, Steve Couture, le jeu — qui met en vedette des nonnes armées jusqu’aux dents — a été téléchargé plus d’un million de fois en à peine six jours !

Mais lorsqu’on la regarde globalement, l’industrie du jouet demeure stable, et ce, malgré le succès des tablettes et des applications mobiles pour enfants. Selon le NPD Group, aux États-Unis, les ventes au détail de jouets ont augmenté de 2,9 % entre 2009 et 2013, passant de 21,47 milliards de dollars à 22,1 milliards.

Laisser un commentaire