Le Brésil dans la tourmente

D’ici quelques mois, tous les yeux seront tournés vers le Brésil, où se tiendront les Jeux olympiques. Mais le portrait ne sera pas nécessairement beau à voir.

La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, actuellement sous le coup d'une procédure de destitution. (Photo: EPA/F. Bizerra Jr./PC)
La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, actuellement sous le coup d’une procédure de destitution. (Photo: EPA/F. Bizerra Jr./PC)
Manifestation de travailleurs en grève, au Brésil. (Photo: P. Campos/Newzulu/PC)
Manifestation de travailleurs en grève, au Brésil. (Photo: P. Campos/Newzulu/PC)

Économie en berne

Le Brésil, jusqu’à tout récemment symbole de réussite économique, subit une deuxième année de repli dans ce domaine. Des dépenses sociales massives et des crédits d’impôt accordés à certaines industries, combinés à une chute du prix du pétrole, ont fait passer le déficit budgétaire de 2 % du PIB (2010) à 10 % (2015). L’inflation caracole à 10,5 %, bien au-delà des 2 % recommandés.

Jeux olympiques critiqués

Les milliards de dollars engloutis dans l’organisation des Jeux de Rio ont choqué la population, pour qui cet argent aurait dû être consacré à des mesures de lutte contre la pauvreté. Des retards dans les travaux pourraient aussi ternir l’image du pays, sans compter que des plans d’eau où doivent avoir lieu certaines épreuves sont des égouts à ciel ouvert où flottent parfois… des cadavres.


À lire aussi:

Zika: un virus à prendre très au sérieux


Un homme vaporise du gaz anti-moustiques, dans le cadre d'efforts pour freiner l'épidémie de virus Zika. (Photo: W. Volcov/BPP/Pacific Press/Abacapress)
Un homme vaporise du gaz anti-moustiques pour freiner le virus Zika. (Photo: W. Volcov/BPP/Pacific Press/Abacapress)

Le Zika, l’épidémie invisible

Le Brésil est l’épicentre de l’épidémie d’infection à virus Zika, qui peut entraîner de graves malformations fœtales. Les autorités brésiliennes ont même demandé aux couples de retarder leur projet d’avoir un enfant jusqu’à ce que le virus soit endigué. Et l’arrivée de milliers de touristes cet été pour les Jeux a de quoi inquiéter. Il n’existe toujours pas de remède contre ce virus.

Gouvernement fragilisé

L’ex-président Lula da Silva, qui a longtemps dénoncé les élites, est aujourd’hui accusé de blanchiment d’argent et d’avoir trempé dans un scandale de corruption entourant Petrobras, la compagnie pétrolière nationale. Sa successeur, l’actuelle présidente Dilma Rousseff, est elle aussi soupçonnée d’avoir participé à cette affaire de pots-de-vin. Les appels à sa destitution se multiplient.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Les commentaires sont fermés.

Bien sûr qu’il est dans la « tourmente »… S’il n’avait pas à présenter les Jeux Olympiques, je me demande toute fois si on en parlerait autant.

Vous voulez un pays qui est RÉELLEMENT dans la dite « tourmente »?

En voici un: le Venezuela!!!

http://www.journaldemontreal.com/2016/04/26/les-fonctionnaires-ne-travailleront-que-deux-jours-par-semaine

Ce fut l’un des pays fétiches de nos gauchistes sauce Québec Solidaire (avec qui PKP, le capitaliste sauvage, veut s’acoquiner!) est maintenant en train d’agoniser, comme prévu et tout comme tous les pays à saveur révolutionnaire-marxiste.