Le budget des syndicats

Nos vaillants dirigeants syndicaux sont encore montés au front pour dénoncer le «Québec de droite» et faire valoir leurs suggestions pour le prochain budget.

Tout leur programme pourrait se résumer en une ligne. Le déficit zéro en 2013-2014 ? Ça peut attendre. En attendant, taxons davantage les riches et les entreprises pour financer toutes les dépenses de l’État.

Le Québec serait donc sous l’emprise de la droite. Si c’est le cas, c’est une bien curieuse de droite. Entre le budget de cette année et les prévisions budgétaires du ministre des Finances pour 2013-14, il y a 4,125 milliards de dépenses de programme de plus. Le gouvernement parle de « coupures », mais il s’agit essentiellement d’une diminution de la croissance des dépenses.

Au même moment, le ministre prévoit des revenus autonomes en hausse de 5,3 milliards de dollars en 2013-2014 comparativement à l’exercice en cours. Cela veut dire qu’il ira chercher dans nos poches 5 milliards de dollars de plus pour aller dépenser 4 milliards de plus.

J’avais trouvé à l’époque des mérites à ce budget parce qu’il traçait un chemin vers le déficit zéro et que j’ai une peur bleue des déficits budgétaires. Mais ce n’était pas un budget de droite. Rien n’était remis en cause, sauf l’écart entre la croissance de nos dépenses et celle de nos moyens.

Les chefs syndicaux veulent s’attaquer à ce seul gain. Laissons aller le déficit et engraissons bien notre dette, nous disent-ils. Leur argument principal est tellement ridicule que c’en est comique. Les voilà maintenant les grands défenseurs de la croissance économique.

L’économie québécoise n’a pas besoin de dépenses publiques supplémentaires pour être «relancée» ou « stimulée.». Il s’est créé plus de 100 000 nouveaux emplois en 2010, ce qui n’était arrivé qu’à quatre autres occasions depuis 20 ans. Grâce aux 101 800 nouveaux emplois de 2010, le Québec compte plus de 69 500 emplois de plus qu’avant le début de la dernière récession.

Le Québec n’a pas un problème de croissance, mais d’endettement. Sa dette nette a gonflé de 63 milliards de dollars depuis le 31 mars 2000, passant de 89 milliards de dollars à 152 milliards de dollars. Il appert que ce ne serait pas assez.

Laisser un commentaire

Sur ce 63 milliards, combien sont dus aux profits d’Hydro-Québec?
Chaque milliard de profits d’HQ se traduit par une augmentation d’un demi-milliard pour le Gouvernement du Québec.

Ce n’est pas surprenant que la gauche se défende et quand à moi ils sont loin d’avoir perdu la bataille. Rappelez vous la poigne d’acier des syndicats en 2003 alors que le nouveau gouvernement Charest montrait quelques velléités réformistes…

A mon avis la « responsabilisation » de l’état Québécois jusqu’à présent ne connait que deux stratégies:

1) Le rationnement des services.

2) Les hausses de taxes et tarifs.

Jusqu’à présent aucune entité politique crédible n’a proposé de mesure concrète pour réellement réduire la taille et l’influence de l’état au Québec, aucun programme social n’est remis en question, aucune mission de l’état. L’état continue d’occuper son rôle dominant, c’est juste qu’il le joue de plus en plus mal et que ça nous coûte de plus en plus cher. Jusqu’à présent les syndicats et la gauche ont gagné tous les rounds du combats et a voir la mollesse du camps adverse je ne miserait pas contre eux.

Moi j’espère juste pouvoir quitter cette fichue province avec que l’état en soit rendu à piger dans mes REER….

Faudrait renvoyer ces gens jouer au Monopoly et leur apprendre que l’on vie dans une économie de marché!

On peut faire dire ce que l’on veut avec des chiffres « flats ».

En pourcentage du PIB, la dette est moins importante aujourd’hui qu’en 2000!

Faut pondérer les choses… a moins de vouloir faire plus peur que la réalité. Cela relève alors d’un agenda caché!

Je vous laisse avec vos théories du complot vraiment très amusantes. Vous avez tort. La dette nette du Québec en proportion de son économie sera de 48,2% en mars alors qu’elle n’était qu’à 42,3 % en mars 2000.

@Rod: Comment une augmentation de l’endettement de 63 milliards du Québec peut être causée par les profits d’Hydro-Québec?

@millionnaire

J’ai parlé d’une partie. Hydro fait 3G de profits par année qu’elle donne au gouvernement. Le gouvernement se vire de bord et emprunte 1,5G qu’il redonne à Hydro. Résultat, pour chaque piasse de profits d’Hydro, la dette du Québec augmente de 50 cents.

Si on suppose qu’HQ a fait 25G de profits en 10 ans, ben la dette du Québec a augmenté de 12,5`G à cause des profits d’HQ!

Ils me font rire, moi, les syndicats!!!

Si, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante, le Québec se classe, au Canada, en 10e et en dernière place, au niveau de la fiscalité des entreprises et au niveau de celle des individus, c’est à cause de la méchante droite!!!

Si, selon l’Institut Fraser, le Québec se classe, au Canada, en 7e place, au niveau du climat de l’investissement, c’est à cause de la méchante droite!!!

Si, selon l’Institut Fraser, le Québec est, au Canada, la deuxième province qui est la moins libre, au niveau économique, c’est à cause de la méchante droite!!!

Si, selon les HEC, le Québec se classe en 20e place sur 32, au niveau de la productivité du travail, parmi les pays de l’OCDE, ce qui est très en-deçà de la moyenne, c’est à cause de la méchante droite!!!

Si le Conseil du patronat a donné la note de «C», au Québec, dans son bulletin de la prospérité économique, c’est à cause de la méchante droite!!!

Notre dette s’élève à 223 milliards de $!!! À chaque année, il faut prévoir, au moins, 7 milliards de $, seulement pour le service de la dette!!! Au Canada, nous détenons le championnat de la province qui est la plus endettée!!! Nous nous classons au cinquième rang de tous les États qui sont les plus endettés, et ce, à travers le monde!!! Devant nous, on retrouve le Japon, l’Italie, la Grèce, qui est en banqueroute, et l’Islande, qui est en défaut de paiement!!! Pas mal, n’est-ce pas??? Et la moitié de cette dette a servi à payer l’épicerie, soit les dépenses courantes!!!

L’économiste David Descôteaux est formel : «On s’endette, simplement pour faire fonctionner la machine : pour payer tous les employés, pour payer les programmes sociaux et pour nourrir notre troupeau de vaches sacrées!!! C’est, donc, inutile de croire que nous corrigerons la situation, en haussant les taxes, en haussant les tarifs ou en haussant les impôts!!! Je le répète : nous n’avons pas un problème de revenus, car nous sommes déjà les plus taxés en Amérique du Nord, mais nous avons un problème de dépenses!!! En fait, nous possédons le titre qui est peu enviable et qui est absurde de l’État qui est, à la fois, parmi les plus endettés et les plus taxés!!!»!!!

Que voilà, lucidement, décrit, en quelques limpides phrases, notre triste sort de peuple qui est surtaxé et qui est surendetté!!!

@Jean-Luc Proulx

La dette de 223 milliards tient compte de la dette d’Hydro-Québec (36 milliards) et des municipalités (20 milliards)
Elle ne tient pas compte de la valeur des actifs du Gouvernement. Juste Hydro vaut plus de 100 milliards.
Alors, est-ce qu’on pourrait en finir avec la grande peur de la dette?

Les syndicats font leur travail, un point c’est tout. Quelle différence y a-t-il entre tout va bien, on peut s’endetter encore un peu et on est au bord du précipice?
Nous comparer à l’Islande et la Grèce n’est pas vraiment mieux comme stratégie. Avez-vous déjà vu quelque chose «Fariqué en Grèce» ou «Frabriqué en Islande»?

« Si, selon les HEC, le Québec se classe en 20e place sur 32, au niveau de la productivité du travail, parmi les pays de l’OCDE, ce qui est très en-deçà de la moyenne, c’est à cause de la méchante droite!!! » (Jean-Luc Proulx)

Une autre démonstration que les dretteux et les libertariens sont de mauvaise foi ou pas trop instruits sur leur sujet.

Les employés n’ont pas beaucoup de pouvoir sur la productivité le syndicat non plus.

C’est le patron ou le directeur qui mène la productivité.

Alors les partons, propriétaire et directeurs libertariens de ce blogue n’ont qu’eux à blâmer si leur productivité ne fait pas leur affaire.

Ce n’est pas le ti cul au bout de la strap qui va moderniser l’usine ou le laboratoire et non pas le concierge qui va informatiser les bureaux.

Alors que les patrons fassent leur mea culpa, lâchent le braillage à propos des syndicats et qu’ils se prennent en main parce qu’il y a de l’ouvrage à faire dans ce domaine au Canada et au Québec et c’est la leur.

@Jean-Luc Proulx

…et qui finance l’Institut Fraser ?

Cela me fait rire ces Instituts qui veulent faire croire aux gens que c’est la queue qui mène le chien!

Comme d’habitude les syndicats veulent tout contôler sauf qu’ils n’assument ni responsabilités ni risques. Mais poussent poussent poussent pour que les autres en prennent et fasse des dépenses inconsidérées sans jamais tenir compte de la réalité. L’état est obèse mais c,est pas grave il y en a qui n’ont pas beaucoup le choix de payer pour le nourrir. Il est ou le lobby des payeurs de taxes?
S’il n’y avait plus de protection d’emplois demain matin… il y en a une bonne gagne qui se mettrait sur le gruau car même si les entreprises ont bien besoin d,employés. Si elles avaient le choix elles se passerait bien des services de gens qui sont absents, improductifs ou carrément désabusés. Ça c’est sans compter les pertes a cause de vols, bris, manifestations et malversations.
Il est temps de remédier a tout ça en créant des agences de personnels autonomes qui se paient de la formation, des cours de motivation et qui veulent progresser réellement. Les entreprises donneraient des supers conditions pour avoir des contrats avec eux.
Pas besoin de maintenir des activités improductives, les gens serait plus heureux au travail.

Pour ceux qui croit que les société d’état nous apparteinnent consultez le registre des entreprises.quelques extraits
gas metro(qui appartienait ahydro-quebec)
SMATI, ZIN ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

21210, KELLIWOOD GREENS DRIVE
KATY (TEXAS)
ÉTATS-UNIS, 77450
——————————————————————————
HEDDE, EMMANUEL ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

27, RUE DES BIGOTS
MEUDON 92190
(FRANCE)
——————————————————————————
SUREAU, RÉAL ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

1202-200, AVENUE DES SOMMETS H3E 2B4
VERDUN (QUÉBEC)

——————————————————————————
GERVAIS, FRANÇOIS ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

194, MAPLEWOOD H2V 2M7
OUTREMEONT (QUÉBEC)

——————————————————————————
BIRD, J. RICHARD ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

7, CLEAR MOUNTAIN RISE S.W. T3Z 3J9
CALGARY (ALBERTA)

noverco (actionnaire majoritaire de gas metro)
LAURENTIDES INVESTISSEMENTS S.A. ACTIONNAIRE

TROISIÈME ACTIONNAIR

2-6, RUE CURNONSKY
PARIS
75017 FRANCE
——————————————————————————
IPL SYSTEM INC. ACTIONNAIRE

DEUXIÈME ACTIONNAIRE

425, 1ST STREET SOUTH WEST, BUR. 3000 T2P 3L8
CALGARY (ALBERTA)

——————————————————————————
BIRD, J. RICHARD ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

425 LST STREET S.W., 30TH FLOOR T2P 3L8
CALGARY (ALBERTA)

——————————————————————————
SMATI, ZIN ADMINISTRATEUR
ADMINISTRATEUR

1990 BOUL. POST OAK – SUITE 1900
HOUSTON TEXAS
ÉTATS-UNIS

@lagentefeminine

Effectivement, les gens étaient tellement heureux sans syndicat au travail à la fin du 19ième siècle qu’ils fondèrent… des syndicats!

L’État est obèse ???

Depuis plus de 20 ans, les conditions de travail baisse chez les fonctionnaires syndiqués et leur salaire peine a suivre le coût de la vie. On remplace deux retraités syndiqués par 1 seul dans bien des cas. De plus, ce n’est pas en signant un contrat de travail avec 2% d’augmentation de salaire qui fait augmenter les dépenses de 4 à 5% par année!
D’ailleurs tout bon gestionnaire vous dira que l’avantage de signer un contrat de travail, disons de 3 ans, est que vous êtes sur d’un coût fixe sans dépassement pour les 3 prochaines années. On ne peut pas en dire autant des contrats que le gouvernement signe avec le privé!

Évidemment, le personnel cadre lui ne cesse de grossir dans la fonction publique…. sûrement la faute des maudits syndicats!

@ p brasseur

« Moi j’espère juste pouvoir quitter cette fichue province avec que l’état en soit rendu à piger dans mes REER…. »

Je peux te donner des tuyaux pour partir drette là.

Gaz Métro n’est pas une société d’état.
.
.
@ Benton

Les bas salaires de l’état sa fait le grand bonheur des entreprises privées qui ramassent les fonctionnaires (ronds de cuir pour les liberta rien) qui sont des travailleurs et administrateurs de grande qualité.

Plusieurs infirmières l’ont fait.

@ Benton (# 17):

Les conditions de travail de nos ronds-de-cuir étatiques syndiqués et protégés mur-à-mur sont devenues intolérables? Qu’ils démissionnent et qu’ils viennent travailler dans le privé…

RIEN, absolument RIEN ne les empêche de quitter VOLONTAIREMENT cet enfer qu’est devenu l’État québécois et de venir contribuer à l’épanouissement des entreprises québécoises privées et d’enfin créer de la VRAIE richesse.

Les pages des journaux sont pleines d’offre d’emplois!

@Benton vous me parlez des conditions de
»à la fin du 19ième siècle »
il est temps de vous mettre a jour. Les temps on bien changé, et si les syndicats on déjà étés bon il n’en est rien aujourd’hui. Ils agissent en bandits pour imposer leurs revendications, n’ont pour résultats que le désabusement des employés dans des tâches trop segmentées pour être encore intéressantes, dans des rapoorts verreux ou l’initiative, la productivité l’accomplissement au travil est une tare car elle réduit le montant des cotisations possible. Ils ne travaillent plus pour les travailleurs mais pour des cotisations seulement. Les entreprises ferment , les villes ferment, des régions complètewnt s,apauvrissent a cause de leur éléphantesque ÉGOTRIP et narcissisme ils réussissent a mettre des régions complètes sur le bs malgré qu’il y ait plein de richesses. Ils n’ont plus leur place dans notre économie, ils la détruisent. Enlevez les syndicats, les subventions aux entreprises et faites prendre des parts aux profits aux travailleurs tous a contrats et on va avoir un marché du travail autrement plus dynamique. Comme la machine va mieu tourner on aura vraiment les sous pour assumer nos programmes sociaux tout en laissant le privé se développer. Ici tout est toujours sous le controle extreme de l’état. Tu nas pas le choix mais ceux qui ont les contacts ou les sous l’ont le choix car a cause de ça le systeme est devenu corrompu jusqua l’os.

Hé oh!

La crise de 2008 est mondiale et n’a en rien a voir avec la productivité et les syndicats.

La crise est d’ordre financière suite à la déréglementation américaine pour les banques et les produits financiers à la fin des années 1990. (Abrogation du « Steagall-Glass act » sur les banques et les produits financiers.)

Pendant les 30 glorieuses, le PIB augmentait d’environ 8%. Il tomba de moitié suite au choc pétrolier en 1974. Pourtant, depuis, les profits ont quintuplés. Difficile de dire que la productivité a baissé et qui plus est, à cause des syndicats.

Napoléon disait que son avantage sur les autres monarques c’est qu’il savait que peu importe la culture, le pays ou la religion, l’homme réagit toujours de la même façon.
En abolissant les lois contre les dérivent des 100
dernières années pour revenir à un « libre marché » du 19ième siècle où les plus forts dictent leur propres lois, on retombe au condition humaine du 19ième siècle….

oh hééééé oh hé oh hé oh hé … oh hé oh héééé
tant que vous voudrez. Mon esprit d,entrepreneurship est diamétralement opposé aux syndicats. Pas du tout du même bois. On ne fait pas un pays avec des dépendants que ce soit du systèmes, des syndicats ou d’un autre entrepreneur.
http://www2.lactualite.com/pierre-duhamel/2011/01/07/les-syndicats-letat-et-moi/?#comment-14213
Si vous avez besoin d’une paie pour faire votre salaire c,est que vous n’êtes peut-être pas assez productif pour travailler dans la jungle. Et cette jungle elle est devenue mondiale. Impossible aujourd’hui d’ignorer la productivité des autres pays. Les gens ont bien de la misères a acheter des fraises du coin même si elles goutent les fraises contrairement aux autres qui ont parcouru des milliers de kilomètres et muries dans les camions.

Tout le monde dépends de tout le monde.

On est tous l’indien de quelqu’un d’autre.

L’inter-dépendance, c’est ce qui fait une société et non l’individualiste.

P.S.: Et pourtant, je suis un grand individualiste qui dépends de peu gens, ce qui n’est pas à la portée de la majorité des gens, c’est un luxe que peu de gens puissent se permettre…

Re-P.S.: L’économie appartient très peu aux productifs mais beaucoup aux vendeurs et puissant de ce monde. (Et la puissance n’est rien à voir avec la production.)

La liberté ça n’est pas dépendre les uns des autres mais plutôt être tous autonomes et échanger des services. C’est ce qu’on fait nos ancêtres ici. Ce sont les taxes et les systèmes financiers qui ont étranglé le monde en les obligeant a vendre leurs produits pour les gens notables improductifs qui se sont fait un créneau en appauvrissant les autres.

Quand on est autonome, qu’on réduit au minimum ses besoins à l’égard des autres, on a beau vous enfermer vous rester libre.

@Benton, en tant de crise quand l,argent ne vaut plus rien le vendeur n,aura pas de quoi payer son pain s’il n’a travailler que les les valeurs mobilières, mon grand-père était bien contant davoir toujours sa terre pour se nourrir et nourrir les sien quand en temps de crise il a vu les valeurs de ses investissements fruit de bien des sacrifices s’effondrer.
Alors le »grand individualiste » devra marcher sur sa fierté pour demander pitences aux »productifs » il considérait impuissant.
Dans la jungle les poissons ne font pas long feu aux yeux des tigresses. Vaut mieux avoir des pattes et savoir nager qui des grandes dents et un sang froid. Quoi que quand il y a innondation comme en australie la nourriture peut devenir soudainement très accessible.