Le Canada 1er au monde pour les affaires

Le magazine Forbes vient de placer le Canada au premier rang mondial pour faire des affaires.

Les États-Unis se trouvent au 10e rang dans ce classement annuel établi en comparant la performance de 134 pays en fonction de différentes variables comme la croissance économique, le PIB par habitant, le solde commercial, le niveau d’endettement public, la liberté de commerce, l’indépendance monétaire, le respect du droit à la propriété, l’innovation, la technologie, la réglementation gouvernementale, la corruption, la liberté personnelle, la performance des marchés et la protection des investisseurs.

Pour justifier son choix, le magazine souligne la solidité des banques canadiennes, un taux de chômage plus bas qu’aux États-Unis et dans la zone euro et un endettement public encore tolérable. On constate par contre que le Canada ne fait pas très bonne figure pour l’innovation et la technologie. Bref, rien de neuf sous le soleil.

Ce qui peut étonner, c’est quand le magazine met en opposition le faible poids fiscal des entreprises canadiennes  – le Canada est 9e au monde à cet égard –  et celui des entreprises américaines qui place les États-Unis au 45e rang mondial pour ce qui est de la taxation des entreprises.

Le lieu commun veut que les Américains paient peu d’impôts alors que les Canadiens en paient beaucoup. On le voit, la situation est un peu plus complexe. Les citoyens américains paient moins d’impôts sur le revenu, le gouvernement fédéral n’a pas de taxe de ventes et certains États n’imposent pas les revenus. En revanche, le taux d’imposition des entreprises est plus élevé.

Au niveau fédéral, le taux d’imposition sur les impôts des entreprises est de 34 % aux États-Unis ( 35 % pour les compagnies de plus de 10 M$ de revenus imposables), taux auquel il faut ajouter le taux en vigueur dans les différents États. Ce n’est évidemment pas un taux effectif, car il y a bon nombre de déductions. Même les impôts des États et des villes sont déductibles de l’impôt fédéral sur les entreprises.

En 2012,  le taux canadien d’imposition des entreprises sera  de 15 %, auquel s’ajoute un impôt de 11,90 % prélevé par Québec.

Les entreprises canadiennes semblent donc très avantagées comparativement aux entreprises américaines, ce qui nous donne manifestement des bons points pour les fins du classement de Forbes.

Ce classement nous montre aussi l’importance d’une fiscalité compétitive pour encourager l’investissement et l’emploi.

Or, notre premier voisin, c’est l’Ontario. Le taux combiné de l’impôt sur les profits des entreprises est légèrement favorable à nos voisins. De plus, les taxes sur la masse salariale des entreprises sont de 31 % plus élevées au Québec qu’en Ontario. Les entreprises du Québec paient d’ailleurs 51 % des taxes salariales perçues au Canada. Ici, nous pénalisons les entreprises qui embauchent. Avant même de faire de l’argent, l’entreprise québécoise doit passer chez le percepteur. Une récente étude montrait aussi que les impôts et redevances imposés aux sociétés minières étaient plus élevés au Québec que chez le voisin.

Les Québecois, qui représentent 23,1 % des Canadiens, paient 25,7 % des taxes et impôts payés au Canada. Les Ontariens, qui comptent pour 38,7 % des citoyens du pays, paient 32,1 % des taxes et impôts payés au Canada.

Les Québécois et les entreprises faisant affaires au Québec sont surtaxés comparativement à la province voisine.  Quel rang occuperait le Québec dans le classement de Forbes ?

 

Laisser un commentaire

Ce qu’on remarque dans cette étude, c’est qu’un des éléments clefs est le retour sur investissement. Dans ce cas la Canada est dans le peloton de tête. Cela signifie que certains pays sont plus intéressants que d’autres pour les investisseurs qui recherchent du rendement à court terme et non qui recherchent à investir sur le long terme. C’est ce qui explique que les pays où les secteurs de la finance sont les plus développés qui sont aussi parmi les pays privilégiés. Aussi pas étonnant qu’on trouve dans le top 10 des pays comme la minuscule Luxembourg, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et bien sûr la Suisse. De la même façon, les pays du bloc anglo-saxon aux modèles économiques les plus libéraux sont sur-pondérés par rapport au reste du monde.

Evidemment, on note toujours mieux ceux qui vous ressemblent que ceux qui choisissent d’autres modèles de développement. Si les pays scandinaves se situent en bonne place, c’est parce que les modèles de développement scandinaves ne font plus peur. Pourtant on devrait, car ces modèles sont loin d’être les plus légers en termes de fiscalité. Curieusement, l’Islande resterait une bonne place pour y faire du business.

On semble oublier que c’est un pays en quasi faillite. Et un rien suffirait pour qu’il soit en cessation de paiement bien avant la Grèce. Comme quoi les dettes en souffrances et les dettes impayées ont bien peu de poids dans la balance de Forbes.

En somme la clef de l’investissement profitable : c’est l’endettement. Mieux vaut jouer l’argent des autres que son propre argent. CQFD (Ce qu’il fallait démontrer). 🙂

Comment un pays peut-il être le meilleur endroit pour faire des affaires si l’innovation et la productivité sont déficientes et que la (relative) bonne santé de l’économie est due essentiellement à une poussée sans précédent de l’endettement des ménages?

Si la situation des entreprises est si bonne que ça alors pourquoi pas plus d’investissement privé? Pourquoi on manque de capital et pourquoi 60% des nouvelles entreprises en technologie finissent dans des mains étrangères?

Un autre cas d’économistes qui regardent le passé pour prédire l’avenir?

Un autre problème du Canada est sa devise d’ordinaire surévaluée à cause de la spéculation sur les commoditées et qui fluctue comme un yoyo rendant tout investissement pour le moins incertain. Pas vraiment attirant pour quiconque veut investir et compétitionner à l’international. Ça explique peut-être en partie pourquoi les investissements privés hors commodités et tourisme (associés à la géographie) sont si rares.

Certes les ressources et le tourisme donnent de l’emploi, mais c’est loin d’être suffisant pour le pays en entier.

Ça prend un plan d’aménagement TOD Canadien concerté avec toutes les provinces. Il est là le frein au développement. Les transports pour relier efficacement les régions du Canada, les provinces entre elles, les banlieus aux villes y compris les plan d’aménagements des villes qui ne tiennent pas compte du transport dans le développement de leur territoire.
Sans plan Canadien on continue de perdre du temps et de l’argent a développer des choses pour après avoir des rendements déficiant parce qu’ils sont difficiles accessible.
Un plan d’aménagement efficace n’est pas un trait le plus court possible entre 2 grandes villes, entre 2 grand infrastructure de transport (port, gare, aéroport, centre-ville et parc industriel). Au contraire c’est le tracé le plus efficace qui rejoint les différents infrastructures essentiels et oblige le développement d’immobilier a haute densité dans toute les gares et aux accès majeures d’autoroute.
Par exemple Si vous faites une ligne de transport TGV-MONORAIL pour rejoindre Gatineau-Montréal-Québec(Gaspé et Fermont) vous ferez bien de les faire passer par Rouyn, Hudson, Lachute, Mont-Tremblant, St-Jérôme, Boisbriand, Laval, Mont-Royal, MTL centreville, Aéroport PE, Pointe-Claire,île Perrot, 10-30Brossard, Longeuil, St-Bruno, Sherbrook, Drummondville, St-Hyacinthe, Trois-Rivières, Québec, Lévis, Riviére du Loup, Rimouski, Matapédia, New-Richmond, Murdochville, Grande-Vallée, Gaspé et de Québec au Grand-Nord en passant par Chicoutimi, Baie-Comeau, Port-Cartier, Sept-Iles, Fermont et la poursuite vers le Grand-Nord.
Pourquoi c’est plus rentable de faire une route qui rejoindre tout le monde avec une seule route que d’en faire 10 je vous laisse deviner.
Donc le MONORAIL arrête partout et le TGV a des arrêts aux grandes gares Cités autosuffisantes construites en densité très élevé avec des tour résidentielles, tour institutionnelles(méga-hopitaux et centre d’études du préscolaire à l’université et de recherche), des tours commerciales, tours de condo-hotel qui permet a des gens d’invertir pour développer des installations touristiques mais payées à 75% par des investisseurs particuliers qui mettent leur unités en location quand ils ne les utilisent pas, avec des installations imposantes en amphithéatre, sportifs et culturelles, marinas, port et parc industriel avec entrepôts et tours multiservices en Gare Pont habité à Gatineau, Montréal, Québec, Gaspé et autres gares cités a Sherbrook, Mont-Tremblant, Boisbriand, Fermont, Rimouski, Chicoutimi, Baie-Comeau, Sept-Iles et Kuujjuarapik dans le Grand-Nord là ou le TGV arrêtera aussi. Dans les autres localités le TGV passe il pourrait s’il devait arrêterpour cause extraordinaire mais n’arrête pas de manière régulière, c’est le monorail qui déssert toutes les autres localités.

p.s.TOD (transport oriented development)

Budget du Canada: 280 G
Impots des cies: 27G
Une farce! Une honte lorsqu’on pense que les seules banques font 20G de profits par année!
Le modèle américain est le bon: on taxe les cies et on taxe moins les citoyens
En passant, 49% des Américains ne paient pas d’impots, contre 42% des Québécois.

Voler une idée ça peut être payant. Mais s’associer avec la pseronne visionnaire et créative qui peut non seulement en produire d’autres mais surtout trouver les solutions efficaces pour les réaliser l’est davantage. Entre une bonne idée et sa réalisation il y a toujours plusieurs obstacles c’est là que le parenariat avec la personnes visionnaire et créative est encore plus utile.

détail technique pour les wagons monorails et ceux de tgv privés et publics doivent pouvoir être pilotté manuel et télépilotté que ce soit pour l’arrimage et l’arrivée en gare pour embarquer et débarquer de la voie de service. Si chaque wagon est capable de se mouvoir les arrivée et départ seront plus rapide puisqu’ils pourront quitter la voie d’embarment pour la gare personne et les entrepôts ou usines de manière autonome électrique évidement mais toujours être munie d’une génératrice (au gaz ou autre) pour ne jamais risquer la panne. Les wagons privés ou corporatifs pourront se mettre a la queue du TGV qui lui aura ses rails au dessus des monorails. Les circuit sera aménagé de manière a ce que le train ne passe jamais dans un tunel. Donc si on développe éventuellement des équipement individuel volant qui peuvent être arrimé au dessus en mouvement ou arrêté il n’y aura pas de changement a faire sur les infrastructures. par exemple pourpermettre a des hélicoptère de voyager sur le dessus et de déployer les hélices pour quitter ou s’arimer sur le train. Donc les MULTISSS-millionnaireSSSS qui vourdront investir dans le TGV-MONORAIL sont bienvenus, Ils pourront l’Utiliser pour les longues distances et quitter au moment voulu de leur wagon en mouvement de préférence pour aller se réfugier dans leur domaine que l’immensité du territoire permettra d,avoir dans son plan d,aménagement en règlementant évidement sur la dimension maximale de ces domaines pour ne pas immobiliser tout le territoire pour une poignée de riche mais bien pouvoir aller chercher des taxes provinciales astronomiques. Les développement a immeubles a densité plus élevés de même que de garder une portion de terrains verts très importantes autour sera la voie de l,avenir. Vivre dans des milieu plus autosuffisant en eau, énergie, gestion de déchet, production de produits alimentaire mais en gardant un milieu de plein air permettant a la biodiversité de régner sur une plus grande partie du territoire. Plus d’air, plus d’arbres plus de logements mais en hauteur et au sous-sol. des bâtiments durable accesible failement par transports en commun jusqu’aux gares de TGV-MONORAIL. Chaque ville aura avantage a développer son réseau de transport en commun en fonctions du TGV_MONORAIL. On comprend qu’on ne pourra plus désormais compter sur le développement d’autoroute et de route pour rejoindre les nouveaux développement. Ce modèle a eu sont lot d’échecs et d,erreurs. Des chemins terrestres pourront être construits mais pour véhicules tout terrains amphibiens qui pourront circuler aussi bien dans la neige, l’eau, la glace et autre conditions. C’est clair que le gel, dégel, inondation, génèrent des couts d,entretien et de développement astronomiques inutiles. Donc les chemins terrestres seront utilisés plus comme alternatives au transport en commun et que la priorité sera mis sur le transport en commun des personnes et des marchandises. Si on décide de vivre a un endroit qu’on ne peut pas payer soit même pour relier au réseau municipaux on ne pourra le développer . Il vous faudra trouver des partenaires capable de le faire. Si vous vouler vivre sur un domaine vous devrez avoir les moyens de construire le lien terrestre et monorail pour l’arrimer aux municipal le plus proche sinon vous ne pourrez y vivre. Vous pourrez si vous en avez les moyens opérer votre hélicoptère mais pas si vous compter exclusivement sur ce moyens. Un lot ne doit pas être enclavé. Il doit avoir accès a une route intermunicipale (non pavée, non déblayée, simplement entretenue pour ne pas être recouverte par les végétaux qui pourraient la rendre impratiquable a des tout terrains amphibiens.
Trop avancé pour ceux qui manque de vision bien sur qu’un e idée en engendre une autre et qu’une fois les détails d,une construits on se retrouve devant les problèmes futur a construire les solutions.
p.s. Pourquoi multisss et millionnairesss parce qu’on doit comprendre que la propriété de grands espaces doit rapporter gros au gouvernements pour qu’on s,en servent pour faire du développement pour réduire les chargent sociales sur ceux qui ont des revenus plus faibles. Et on s’entend qu’il faut monter les salaires minimum de manières a pouvoir se nourir et s’habiter, s’éducquer et prendre soins de sa santé de manière autonomes.

@Rod j’aime mieux payer des impôts, mager et avoir des soins de santé. Pourtant nos riches de veulent pas y émigrer. Pourquoi?
Je pense que un certain réalisme force a voir que rien n’est impossible et que la peur de se retrouver sans le sous citoyens américain est pas mal pire que de l’être mais citoyens canadien. L’Incertitude voilà se qui faire agir, rester et choisir le Canada comme la meilleure destination au monde que ce soit pour un citoyen de n’importe quelle taille de porte-feuille.
Entreprendre comporte toujours une part de risque. On a beau tout prévoir et essayer de mettre sa famille et soi-même a l’abri être investisseur implique mettre sa sécurité financière en danger. Et vaut mieux être dans un pays ou oui on purra repartir de rien si le pire arrive.
Ceux qui n’ont jamais rien entrepris ne voit pas les enjeux réels que courent les entrepreneurs. J’admire ces gens dans la mesure ou bien sur ils sont assez responsable pour payer leur employés un salaire qui leur permet de vivre eux aussi de leur investissement de temps, énergie et compétence. Il faut définitivement augmenter le salaire minimum a un point ou les gens pourront bien en vivre. Et d’un autre côté réduire les coûts de la vie individuelle en ayant des logements durable autosuffisants, des écoles publiques performantes (pas en augmentant le salire aveuglément des professeurs mais sur la performance et les résultats. Oui il faudra revoir les ressources et permettre aux bénévoles et au tempspartiel de venir aider les élèves a réussir et a se sentir encouragés et aidés à le faire. Pas en nivelant vers le bas, en mettant en place des cours, supplémentaires, des devoirs et du supports au devoirs pour bien réussir. Pas en leur enlevant l,accès aux cours de sciences et aux math avancées). Remettre l’histoire en perspective. L’Histoire n’est pas d’Une importance capital. Arrêtez de voir les étudiants comme des citoyens a faire voter pour l’indépendance et voyer la somme des connaissances qu’ils doivent acquérir pour réussir a développer leur compétences et leurs intérêts pour pouvoir réussir dans leur choix de carrière qui les passionne vraiment et en faire des citoyens engagés. Au lieu de leur remplir la tête des idées de ceux qui leur enseigne en faire des gens éducqué et actif pour avoir le jugement nécessaire pour faire LEUR propre choix.
Les pays qui réussisent le mieux économiquement ne sont pas ceux qui donnent les meilleurs cours d’histoires mais plutôt ceux qui donne le plus de soutient a l,acquisition d’une formation générale COMPLÈTE (incluant des sciences et des mathématiques).

Le Cegep pas besoin de ça. Il garde exactement le même fonctionnement pour les techniques et une année préuniversitaire est ajouté à l’entrée de ceux qui sorte du secondaire et choisissent une formation universitaires sciences humaines ou sciences pures. Au terme de laquelle ils seront admis dans le programme de leur choix. Les universités ont déjà des profs qualifiés ils n’auront qu’à en engager plus et des tuteurs pour faire du monitorat tout au long du bac. Pour le cegep, l’université, le secondaire et le primaire on ajoutera des ressources supplémentaires pour des cours d’appoints obligatoires pour ceux qui ont des difficultés (subventionnés aux parents ou aux étudiants qui n’ont pas les revenus suffisants pour se les payer). De plus de l’assistance web sera donné gratuitement par des bénévoles. Les cours d’appoints, le tutorat et l’assistance web sera donné par des professeurs, des retraités et des gens disponibles qui recevront de la formation et passeront des tests de compétences régulièrement.Les professeurs et les ressources en services de garde devront suivrent de la formation continue et passer des évaluations régulièrement et sur la matière mais aussi par la clientèle qu’ils déservent et sur leur aptitudes a accomplir leurs tâches. Si une année un prof pour une raison ou une autre n’est pas apte a accomplir ses tâches il recevra d,autres tâches de correection etc après 2 années il sera amener a suivre une formation pour se recycler dans une autre profession.
Je suis d’accord pour dire que le cegep est inutile. Il devrait donner la formation a ceux qui veulent faire une technique uniquement.

@ lagentefeminine

Vous avez de très bonnes idées en matière d’aménagement du territoire. Toutefois, vous vous trompez quelque peu sur ce qui trait à la technologie des TGV qui ne sont pas conçus avec des wagons et dont la conception fonctionne sous forme de rames. Ce qui veut dire un seul ensemble articulé qui offre une meilleure cohésion interne et aussi une sécurité accrue pour circuler à grande vitesse. On pourrait concevoir à la rigueur des rames corporatives arrimées aux trains mais pas spécifiquement des wagons. Le plus simple étant de réserver des espaces (modulables par exemple) dans les trains qui puissent être attribués s’il y a lieu à des sociétés ou à certains particuliers plus fortunés.

D’autre part, arrimer des hélicoptères sur le dessus des trains ferait perdre à ceux-ci beaucoup d’aérodynamisme, ce qui les forcerait à réduire leur vitesse.

Si une solide éducation générale est une des clefs du succès pour une société évoluée, vous sous estimez, je pense les bienfaits de l’histoire qui est un science humaine et une science sociale. Une éducation bien faite doit intégrer aussi les sciences humaines. Il est d’autant plus difficile d’avoir la vision de… et prévoir ce que nous serons, si en même temps nous ignorons complètement ce que nous avons été.

Qu’est-ce que l’histoire? Est-ce que les faits les plus importants y sont rapportés? Est-ce que ce qui est écrit est conforme a ce qui a été écrit. Il suffit de voir une conférence de presse à la télévision ou d’y être pour voir le traitement et la perception différentes qu,en feront chaque personnes. Alors pourquoi donner tant d’importance aux histoires qui sont publiées? On sait que des intérêts se cachent derrière ses histoires et que ça ne représente qu’une interprétation des faits.
Que faites vous de tout ces gens qui ne les connaissent pas leurs origines? Ils ne peuvent exister? Et que faites vous du fait que la majorité des élèves qui fréquentent nos écoles ont des parents qui arrivenet d’ailleurs? Ou sont eux même nés ailleurs? Ou sont le résultat de don de spremes. Il faut remettre l’histoire a sa place. Alors qu’il y a 60ans ce qu’on jugeait important de leur apprendre était le français, les mathématiques, les arts ménagers et l’économie domestique. Avec l’avènement du savoir les jeunes ont intérêts a avoir des connaissance sur l’alimentation, l’économie, le droit, la communication écrite et orale(minimum 2langues), intelligence émotionnel, de grandes capacités d’adaptation, des connaisances générales en sciences les aideront a mieux aborder les problèmes environnementaux et de santé qui se multiplieront avec la destruction de l’environnement.
Le Québec change, il change vite, et Père Gédéon n’est plus.
http://www.youtube.com/watch?v=__MGHrThrGo&feature=related

@ rod

Le modèle américains est tellement bon que les entreprises ne crée pas de jobs ou ils déménage pour fuir le taux d’impôt trop élevé des corporations.

Même les pays scandinave ont compris ça,

@ lagentefeminine

Si vous souhaitez que les gens acquièrent de meilleures connaissances en économies. Peut-être est-il intéressant de savoir qui étaient : Adam Smith, Karl Marx, John Maynard Keynes. Quelles étaient leurs théories.

Si vous souhaitez parfaire vos connaissances en alimentation et en nutrition. Il peut-être utile de connaître les origines des aliments. De savoir que les pâtes alimentaires ont été inventées par les chinois voici quelques 2500 ans. Ou même d’un point de vue environnemental apprendre toutes les méthodes culturales incluant les plus archaïques.

Tout cela, c’est de l’histoire et le sens de celle-ci vous permet d’inter relier les choses entre elles. D’éveiller la curiosité. Tout le monde peut connaître ses origines. Il suffit de les chercher et d’évoluer dans un cadre de vie qui facilite l’acquisition de toutes les connaissances. Si vous vous efforcez de limiter les jeunes dès le plus jeune âge, vous ne leur rendez pas service. L’acquisition de nouvelles connaissances n’en seront que plus difficiles.

Une plante ne peut pas se développer quand elle ne dispose d’aucunes racines.

Une plante repliée sur elle-même au lieu d’être tournée vers le soleil developpement de grandes racines mais ne grandit pas.
Avec le développement de l’hyperspécialisation nos jeunes doivent devenir de bons généralistes pas des spécialistes en sciences humaines pour bien fonctionner dans le monde d’aujourd’hui. Votre recette n’est pas adaptée au monde d’aujourd’hui. Et passer un temps fou a chercher ses origines est inutile vaut mieux partir de qui ont est maintenant et de projeter ou on veut aller que de chercher dans le passer des connaissances qui seront inutiles dans l,avenir puisque n’est pas dans un cycle, le monde change il faut regarder en avant et essyer d,anticiper nos besoins futurs pour avancer il ne sert a rien revenir en arrière. Sortez de la boucle si vous vouler avancer. Le hamster tourne et tourne et n’avancera jamais.

David nous raconte:

« Le modèle américains est tellement bon que les entreprises ne crée pas de jobs ou ils déménage pour fuir le taux d’impôt trop élevé des corporations. Même les pays scandinave ont compris ça,! »

Ridicule ! Je répète: le commentaire de David est ridicule.

David va probablement me répondre que j’ai tout un argument et je lui répondrai qu’il est à la hauteur de son commentaire.

J’ajouterai cependant qu’une entreprise suédoise verse 122,15$ pour chaque 100$ de salaire (le 22,15$ étant la contribution sociale obligatoire – taux janvier 2011) alors qu’une entreprise située dans l’enfer syndicalo-socialiste québécois ne verse que 116,43$.

David pourrait surement nous dire combien verse une entreprise située aux USA ? On attend sa réponse mais pour l’aider un peu je lui soumets ce tableau provenant de l’OCDE.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Cotisations_sociales_OCDE.png

David nous prends pour des cons. Il me fait plaisir de lui dire que son jugement est défaillant.

La réforme dans le domaine de la construction doit donner aux individus le droit d’être travailleurs autonome et indépendant de tout syndicat. Payer quelqu’un pour avoir le droit de travailler c,est tout a fait le système de la mafia mais inscrit dans la loi. Que ceux qui trouvent avantage a être représentés par des syndicats le fasse et que les autres aient le droit de se représenter eux mêmes. Et ce dans tout les domaines, immobiliers, médecine etc etc. Le gouvernement est capable de voter des lois et des vérificateurs pour en faire lla vérification et imposer le respects.

» Les Québécois et les entreprises faisant affaires au Québec sont surtaxés comparativement à la province voisine. »

La province voisine fait dur et j’aimerais bien qu’elle ne serve pas de référence. Pourquoi pas le paradis libertarien suédois ?