Le cinéma, La Romaine et moi

Mon ami et collègue blogueur Jean-François Lisée me fait jouer dans un film où je ne suis pas. Il me reproche, si je comprends bien, d’oser critiquer un film et son propos sans l’avoir vu.

Je n’ai pas vu le film. Je ne le mentionne même pas dans ma chronique. Je dis dans mon précédent billet que c’est le texte de Jean-François sur le film qui m’a donné l’idée d’écrire sur une polémique bien antérieure à la sortie de ce documentaire. Le débat sur le développement hydroélectrique du Québec, et de la La Romaine en particulier, n’appartient pas au cinéaste ni à ceux qui commentent son oeuvre. J’ai des opinions sur ce sujet et je crois avoir le droit de les soumettre.

De la même façon, je connais par coeur les arguments avancés par Roy Dupuis sur ce dossier parce qu’il en parle depuis plusieurs années. Je ne croit pas parler à travers mon chapeau en reprenant les propos qu’il tient dans  la bande-annonce du film. C’est d’ailleurs le seul lien que je fais avec l’oeuvre.

Ai-je un biais idéologique sur le fond de la question ? Bien évidemment, et je ne crois pas être le seul à en avoir un.

Je n’accorde pas beaucoup de crédit aux écologistes politiques. Mon collègue et ami rend compte de toutes leurs contributions au débat public. Je me permettrai à mon tour de parler des prophéties de ces vieux adversaires du développement économique.

En fait, toutes les inventions qui ont changé pour le mieux notre vie ont été prises à partie par des militants se réclamant de la défense de l’environnement. Il y avait au 19e siècle des militants qui protestaient contre les chemins de fer à cause de leur impact sur le système nerveux des animaux.

Pour eux, les ressources sont extrêmement limitées et nous courrons tout droit à la catastrophe si nous ne limitons pas notre consommation. La production de biens leur cause un sérieux problème. Le renoncement, voilà  « la nouvelle richesse » évoquée par le grand comédien.

Ce mouvement n’existe pas depuis hier et son argument de base est toujours le même : le développement tue. Les grands-parents idéologiques de nos écolos d’aujourd’hui prédisaient que l’utilisation des produits chimiques causerait une épidémie de cancer et que l’espérance de vie baisserait à 42 ans aux États-Unis en 1980. Le biologiste américain Paul Ehrlich a prédit la mort de centaines de millions d’individus dans les années 1970 à cause de l’incapacité de la terre à nourrir tant d’êtres humains et l’extinction de toute vie maritime pour 1980. Le Club de Rome évoquait il y a 40 ans le spectre de l’épuisement imminent des ressources.

Je crois en la science, au progrès technologique et au commerce. Je sais, cela fait ringard et ce n’est absolument pas poétique. Malgré tous les prophètes de malheur, j’observe plutôt que les humains sont mieux nourris, mieux logés, mieux protégés contre la maladie et vivent plus vieux qu’à n’importe quelle autre époque. Il doit bien y avoir une raison.

C’est une conviction forte chez moi. Il n’y a pas d’autres façons de s’enrichir que de développer l’économie, profiter de nos ressources et, comme toujours, compter sur l’innovation et la science pour trouver des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Justement, pourquoi ne pas investir dans ces fantastiques énergies alternatives ? J’ai l’impression que c’est ce que nous faisons. Le gouvernement et Hydro-Québec donnent de jolies subventions aux acheteurs d’autos électriques et à ceux qui veulent un système géothermique. Hydro-Québec vise une économie de 11 TWh d’ici 2015. C’est plus que la production de La Romaine ( 8 TWh). Le éoliennes ? Le gouvernement veut 4000 MW de production, ou encore 2,6 fois La Romaine.

Je n’ai rien contre le développement de substituts aux hydrocarbures et même à l’hydro-électricité. On pourrait néanmoins débattre sur le coût réel de ces options. Les « économies » coûtent cher en subventions et l’éolienne coûte plus cher que l’hydro-électricité.

Je pose la question : pourquoi le Québec devrait-il renoncer à un atout qui le distingue et l’enrichit ?

Et ne parlons pas trop vite du pétrole de  l’île Anticosti et de celui du golfe Saint-Laurent. Qui verrons-nous s’opposer à ces développements et nous tenir un beau discours sur le nouveau sens de la richesse ?

Laisser un commentaire

Et Vlan… BRAVO Monsieur Duhamel.

Il est grand temps qu’un intellectuel lucide se lève et remette en question la pensée unique de la go-goche verte qui nous bombarde de catastrophes à venir qui n’ont finalement jamais lieu. Ils oublient totalement, dans leur grande sagesse unidimentionnelle, que l’être humain est capable de grandes découvertes scientifiques et qu’il possède également une énorme faculté d’adaptation.

Lisée devrait s’en remettre…

Il n’y a rien de moins scientifique que la science qui de décennie en décennie est sans cesse remise en question.
L’argent dicte les sciences
Pour ce qui est de la destruction de nos rivières il faut, faune et flore oblige que ça cesse si nous pouvons trouver des énergies plus propre comme l’éolien, le solaire, les marées, la roue universelle etc…

L’écologisme est la maladie du siècle. Nos enfants sont touchés dès la maternelle. On ne leur apprend plus à aimer leur pays, leur famille, leur culture. On leur apprend à vénérer la planète Terre menacée par l’Homme!

Votre argumentaire est tout à fait justifié. Toutefois, ce documentaire est loin d’être un simple exercice de militantisme écologique. Ce film présente des alternatives, sans pour autant désavouer l’hydroélectricité. Il est vrai que certaines sources énergies renouvelables sont encore peu compétitives, mais pas tous.

Le film est bien documenté et appuyé par des experts crédibles, des ingénieurs, des économistes, des entrepreneurs. Pas seulement des écologistes politiques comme vous dites.

La question n’est pas de savoir si nous devons arrêter la construction de barrages, mais de se demander si, en 2011, il n’y a pas de meilleures alternatives. Aucune allusion à freiner le développement ici. L’efficacité énergétique, par exemple, est un moyen extrêmement efficace de libérer de nouveau kWh, à coût beaucoup plus faible que la Romaine. Redéfinir ce que d’être riche, c’est peut-être « mieux consommer » comme le dit si bien Hydro-Québec lui-même. Aujourd’hui, l’investissement accordé à l’efficacité énergétique au Québec fait piètre figure vis-à-vis les milliards injectés dans le projet de la Romaine.

Au Québec, la majorité des foyers sont chauffés à l’électricité (70%). Lorsque chauffée à l’électricité, 54% de la facture d’Hydro est dédiée au chauffage. Cette pratique est unique au monde. L’électricité, c’est la forme d’énergie avec la plus grande valeur utile. L’électricité peut faire fonctionner des appareils électroniques, des machines, des moteurs, bref des opérations à très grande valeur ajoutée. Le chauffage peut être obtenu avec des sources d’énergie beaucoup plus simple. La géothermie, la biomasse, le solaire passif permettent aujourd’hui de chauffer nos maisons à des coûts inférieurs de ceux de la Romaine. Il faut se rappeler que 1 kWh de chaleur = 1kWh d’électricité. Chaque nouvelle maison construite au Québec (40 000 chaque année), consomme des nouveaux kWh électriques coûtant beaucoup plus cher qu’auparavant.

Si l’on veut parler de création de richesse, pourquoi s’entêter à exporter notre électricité et toujours en produire plus sans réfléchir. Pourquoi ne pas plus plutôt se questionner sur l’utilisation que nous en faisons. Avec cette richesse, le Québec dispose des outils pour se débarrasser des hydrocarbures. Électrifions nos transports. (Comment expliquer que des lignes de train de banlieue fonctionnent toujours au diesel?). Bâtissons intelligemment, pensons autrement.

Les hydrocarbures de l’île d’Anticosti, bonne idée, mais encore une fois une solution court terme. Notre société vit sur du temps emprunté, grâce à ces magnifiques cadeaux enfouis sous terre. Mais il y a une fin à tout ce beau rêve…

SVP Monsieur Duhamel, vous êtes une personne intelligente, pourquoi vous vous entêtez à vous justifier et à montrer qui est le plus fort. Il n’y aura pas de gagnant.

Visionnez ce film avant de présumer… (ceci est également valable pour tous…)

Francis Allard

« Redéfinir ce que d’être riche, c’est peut-être “mieux consommer” comme le dit si bien Hydro-Québec lui-même. » (Francis Allard)

Mon ami comptable me disait « Une cenne de sauvé, deux cennes de gagné »

Et il est en moyen$.

La richesse n’est pas toujours sous forme de lingots.

« qui nous bombarde de catastrophes à venir qui n’ont finalement jamais lieu »… J’ai le souffle coupé par ce commentaire!!! L’année 2010 n’a été qu’une succession de cataclysmes plus dramatiques les uns que les autres, que vous faut-il donc de plus pour comprendre que si nous continuons comme ça l’humanité cette fois court réellement à sa perte?!
Nous vivons mieux? Oui, bien sûr, parce que les plus forts (les requins) exploitent honteusement les plus misérables au nom du développement économique!! Il est en effet grand temps de songer à gaspiller moins et à changer notre façon de vivre!

Hum… Ça parait que vous n’avez pas étudié en science et que vous n’y comprenez rien…
Dire que les scientifiques se sont plantés dans les années 70 pour discréditer leur thèse en 2010, ce n’est pas très valable. Sachez que la méthode scientifique ne cesse de s’affiner et que nous apprenons de nos erreurs passées. Il n’y avait pas d’ordinateur très performant dans ces années là non plus…

De plus, il faut tenir compte des limites de la science. La science établit des PROBABILITÉS, il n’y a aucune certitude en science. Ce que les scientifiques disent, c’est que les PROBABILITÉS sont très fortes que nous courrons tout droit vers la catastrophe. Alors, l’argument des climato-sceptiques qui s’attaque au fait que nous ne pouvons pas être sûrs de nos prédictions ne tient pas la route, puisqu’eux-mêmes ne peuvent être sûrs de ce qu’ils avancent. La certitude n’existe pas, nous sommes donc forcés de jouer les probabilités. En tant que scientifique avec un diplôme universitaire, j’estime que les risques soulevés par les écologistes sont beaucoup plus légitimes que les arguments des climato-sceptiques et qu’il y a lieu de se poser de sérieuses questions.

Beaucoup de politiciens et de gens des affaires ont étudié l’économie et le droit, ils sont donc des experts de ces domaines. Par contre, pouvez-vous m’expliquer comment ils peuvent critiquer les scientifiques s’ils ne comprennent rien de ce qu’ils font??? Ce n’est pas avec de l’information trouver sur Internet que vous pouvez aller très loin, car il faut avoir un esprit critique pour déterminer ce qui est valable ou non, et ce n’est pas un baccalauréat aux HEC qui vous donne ces aptitudes…

Si vous vous fiez à « la science pour trouver des solutions aux problèmes auxquels nous sommes confrontés « , vous ne faites que prouver que vous avez une pensée magique et une incompréhension totale des enjeux scientifiques du 21e siècle. La science n’a pas réponse à tout, elle possède des limites (qui sont visiblement inconnues des gens d’affaires).

Quand vous parlez d’humains mieux nourris, mieux loger et j’en passe,j’imagine qu’on parle des 2,5 milliards de personnes qui vivent avec moins de 2$ par jour… (source: http://data.worldbank.org/)

M. Duhamel, d’après les oncologues 1 personne sur 3 souffrira d’un cancer au cours de sa vie. C’est pas une épidémie ça?
173,800 nouveau cas de cancer ont été diagnostiqués au Canada en 2010. C’est pas mal épidémique ça non?
réf: http://www.cancer.ca/~/media/CCS/Canada%20wide/Files%20List/liste%20de%20fichiers/PDF%20-%20Policy%20-%20Canadian%20Cancer%20Statistics%20-%20French/Canadian%20Cancer%20Statistics%202010%20-%20French.ashx

Votre exemple sur le cancer était plutôt mal choisi. Rien que dans ma famille je compte 4 décès par le cancer + 1 décès immiment.

@Jacob

Le bogue de l’an 2000 ca vous dit quelque chose?
Des années à énerver tout le monde. A nous dresser des scénarios d’enfer.Des missiles qui allaient partir tout seul des silos soviétiques pour venir frapper NY.
Ce qu’il y avait de merveilleux avec le bogue c’est qu’au moins il y avait une date de préamption.
Là, avec le réchauffement de la planète, on n’en finira jamais. Ils vont nous étirer ça jusqu’à l’écoeurement total

@ Claude Martin (#6):

Les catastrophistes nous mentent à tous les jours:

http://www.antagoniste.net/2011/02/15/les-rechauffistes-mentent-encore/

Depuis le « Climategate », je suis l’un des sceptiques qui remettent en question la pensée unique, voire fanatique des écologistes exlatés.

Ils se sont fait prendre « les culottes à terre » et ils nous ont abusé scandaleusement.

Pour ce qui est des « catastrophes », allez-vous également reprocher aux « Hummers » l’élévation de la température sur Mars et les éruptions solaires maintenant plus nombreuses?

Notez, au passage, qu’il y avait des vignes au Groënland au moment de sa découverte par les Vickings, bien avant l’ère industrielle. Aujourd.hui, ce même Groënland est couvert de…neige!

D’un côté, je crois que le réchauffement climatique dépend énormément des cycles solaire et qu’on n’y peu rien. La température du globe a toujours variée.

De l’autre, la grande quantité de produits chimiques avec laquelle nous sommes en contacte ne doit certainement pas nous être favorable. Je pense à l’industrialisation de la Chine, de l’Inde, du Vietnam, etc… Au niveau de l’environnement, ces états ont un retard considérable. La planète en prendra tout un coup !

Oui au développement économique, mais de façon responsable et durable.

@ rod

Justement, ça revient à la notion de probabilités. On n’en sait rien, c’est pourquoi il faut être prudent. Est-ce que des gens pouvaient nous garantir qu’il n’y aurait pas de bug? Absolument pas. C’est la même chose avec les éruptions solaires en ce moment. Nous avons une probabilité d’être affectés avec nos satellites, mais encore une fois, seul l’avenir nous le dira…
Préférez-vous avancer les yeux fermés et vous croiser les doigts que ça va aller pour le mieux, ou bien prendre des mesures pour optimiser nos chances de ne pas avoir de problèmes?
Voyant à quel point les gens d’affaires ne cessent de prendre des paris risqués comme le cas du déversement de BP (je vous invite à regarder le reportage de l’émission Enquête cette semaine, ça nous rappelle à quel point le capitaliste est merveilleux…), je ne suis pas surpris que ces gens préfèrent ne rien faire et espérer qu’on va s’en sortir quand même…

@ Francois

Un bel exemple d’une personne qui prend des informations dans Internet à gauche et à droite et qui devient soudainement un expert en climatologie. Le climategate n’a rien prouvé du tout. En science, on ne se base jamais sur une seule étude, c’est PLUSIEURS études ensemble qui permettent de tirer des conclusions. La science du climat étant jeune, c’est normal de faire des erreurs et d’être imprécis. Et tout comme dans le monde des affaires, il y a des gens malhonnêtes. C’est comme dire que parce que Vincent Lacroix a fraudé, tous les hommes d’affaires sont des fraudeurs…
Cependant, une forte tendance se dessine étude après étude, et ce, sur plusieurs années. Le plus gros problème avec la climatologie, c’est justement que les gens interprètent tout croche les informations. Les scientifiques ne font pas un bon travail de vulgarisation pour le grand public. Un scientifique de formation va prendre leurs données en faisant naturellement les nuances qui s’imposent, mais sans une formation adéquate, les gens prennent tout au pied de la lettre sans pouvoir analyser correctement ces données. Rajoutez des journalistes qui ne nuancent pas leurs propos et vont extraire des informations hors de leur contexte, et on a un joyeux festival de la confusion…

Félicitations pour votre excellent texte. Ne vous laissez pas faire par ceux qui veulent vous faire taire ou vous rendre plus circonspect.

@ Jacob (# 13):

Donc, il n’y a que vous et vos semblables qui ont raison. Bravo pour l’ouverture d’esprit!

Ceux qui « osent » penser différemment (ils sont très nombreux aujourd’hui à remettre en question vos évagiles apocalyptiques!) ne sont que des ignares et des illettrés incompétents.

Pourtant, le Climategate a bel et bien existé et a été PROUVÉ. On a manipulé des statistiques pour que les faits allégués confirment la théorie des réchauffistes et ceux qui étaient à la source même de cette fraude intellectuelle étaient les leaders d’opinion dans leur domaine, contrairement à Vincent Lacroix.

Si EUX ont trompé la population MONDIALE, combien d’autes le font encore pour continuer à avoir accès à leurs généreuses subventions étatiques?

Je regrette mais le lien de confiance a été brisé!!!

@ Francois

Croyez-vous réellement que les scientifiques sont différents des autres? Saviez-vous que la proportion des professionnelles de la santé aux prises avec des problèmes de toxicomanies sont les mêmes que dans la population en général (de l’ordre de 10% si je me rappelle bien)? Alors, s’il y a des gens malhonnêtes dans la population en général, c’est évident qu’il y a la même proportion de scientifiques malhonnêtes, c’est comme ça… Prenez le paramètre que vous voulez, les proportions seront toujours équivalentes!

D’où l’importance d’avoir des connaissances approfondies en science pour bien juger le vrai du faux. Ça va dans les 2 sens… Combien de scientifiques sont très, mais très grassement payés par des multinationales pour dire que le réchauffement climatique n’existe pas???

La critique envers les scientifiques est toujours la même : Il y a juste vous qui avez raison. Que ce soit les pratiquants de médecines alternatives (homéopathie, acupuncture, etc…) ou bien dans la science du climat, les opposants nous invitent toujours à « ouvrir notre esprit « .
D’accord pour l’ouverture d’esprit, encore faut-il que vous ayez des arguments rationnels dans l’esprit de la méthode scientifique si vous voulez débattre.

Tout le monde a droit à son opinion, et c’est vrai. Ceci étant dit, toutes les opinions ne se valent pas. Si elle n’est basée que sur des jugements superficiels et des impressions, votre opinion n’a pas le même poids qu’une personne qui a passé des dizaines d’années de sa vie à étudier en science… Croyez-vous sérieusement que l’opinion d’une personne qui navigue sur Internet et qui écoute Découverte a la même valeur qu’une personne qui a étudié des milliers d’heures à l’université?

Ça va dans les 2 sens. Si je me mettais à donner mon opinion sur la fusion de la Bourse de Toronto et de Londres, mon opinion n’aurait pas beaucoup de valeur vis-à-vis celle de M. Duhamel et probablement la vôtre. Ma connaissance de l’économie se résume à un cours en secondaire 5, ce qui, vous en conviendrez, fait pâle figure à côté du CV de la majorité des intervenants sur ce blogue…

P.S. En passant, je n’ai pas dit que le Climategate n’a pas été prouvé et je ne nie nullement cet évènement. J’ai dit que cela ne prouve rien, puisque ce n’est pas la seule étude sur laquelle on se base. Ce n’est pas la même chose! Je vous invite à relire mes commentaires qui sont beaucoup plus nuancés que seulement « oui le réchauffement existe » ou « non c’est une invention »…

« Pourtant, le Climategate a bel et bien existé et a été PROUVÉ. »

Faux!

Il a été prouvé en maintes reprises que le « Climategate » est une fumisterie de la part des opposants aux scientifiques et des dretteux politiques qui ont interprété des courriel volés à leur façon.

Le climategate est le résultat de manipulation des dretteux conservateurs.

@ Youlle

En fait, il est vrai qu’il y a eu de l’exagération à certains endroits et que certaines conclusions sont parfois abusives. Les climatologues ne sont pas tous des saints, ne nous leurrons pas…

Entendez-vous souvent dans les médias les calculs d’incertitudes reliés aux théories du climat? Chaque donnée scientifique est toujours reliée à une incertitude.

Prenons par exemple une table. Si elle mesure 5 mètres, un scientifique se doit d’établir une mesure d’incertitude, car il n’a aucune certitude que la table ne mesure pas 5,0001 mètres par exemple. Ceci est dû à l’imprécision des instruments et à la manipulation. Nous dirons donc que la table mesure 5 mètres plus ou moins 0,01 mètre avec un intervalle de confiance à 100% (ceci est un exemple, l’incertitude n’est pas toujours de 0,01…). Nous sommes sûrs que la table mesure entre 4,99m et 5,01m, mais nous ne savons pas exactement combien elle mesure. Donc même pour mesurer une simple table, nous n’avons pas de certitudes. Ici, on parle simplement de mesurer une table, alors imaginez quand des milliers de paramètres entre en ligne de compte et que vous faites des prévisions de ce qui va se passer dans 100 ans…
En ne nuançant pas leur propos et en ne publiant que les conclusions, les climatologues s’exposent à des critiques simplistes non fondées de gens qui n’ont même pas pris la peine de lire les études en questions…

Il n’en demeure pas moins que malgré l’incertitude entourant les données, on peut dégager des tendances qui indiquent que les changements climatiques sont très probables. Cependant, personne ne peut prédire leur gravité, du moins, pas pour l’instant, puisque les outils ne sont pas très précis.

Comme pour mon exemple de la table, nous ne sommes pas sûrs qu’elle mesure 5 mètres, mais nous savons avec certitudes qu’elle mesure environ 5 mètres. C’est la même chose pour le climat. Nous ne pouvons pas prédire exactement ce qui va se passer, mais nous savons que ça risque de ne pas être une partie de plaisir…

J’espère que mes commentaires permettent à certains d’entrevoir toute la complexité de la question et qu’il ne suffit pas de se fier à ce qui est rapporté dans les médias et dans certains sites Internet d’une qualité plus que discutable pour se faire une idée… Rome ne s’est pas bâti en un jour, et une expertise scientifique ne se bâtit pas en une journée non plus…

@ Jacob (# 17):

Bien sûr que l’opinion d’une huile dans un domaine est plus crédible que celle d’un amateur quoique…

MAIS le problème avec le réchauffisme c’est que plusieurs scientifiques remettent en question la théorie du réchauffement induit par l’homme.

Le blogue de Jacques Brassard, ex-Ministre de l’ENVIRONNEMENT péquiste est une source intarissable de renseignement à ce sujet et je vous invite à y parfaire vos connaissances:

http://blogjacquesbrassard.blogspot.com/

Bonne lecture!

@ Francois

Voici la formation de quelques-uns de nos élus qui sont ou était ministre de l’environnement. Dans le cas de Mme Normandeau, elle n’est pas ministre de l’environnement mais il lui incombe de prendre des décisions importantes dans les ressources naturelles telles que les gaz de schiste. Même chose pour M. Charest.

John Baird : Bacc en science politique
Jacques Brassard : Diplômé en pédagogie avec spécialisation en histoire
Nathalie Normandeau : DEC en science humaine, Bacc en science politique
Pierre Arcand : HEC
Peter Kent : Pas trouvé, mais a débuté sa carrière comme journaliste
Jean Charest : Droit

Est-ce que nos élus sont des imbéciles qui n’ont pas fini leur primaire? Non. Est-ce qu’ils ont une formation adéquate pour comprendre les grands enjeux scientifiques? Non. Ce sont des gens qui ont été élevés dans un milieu économique ou législatif qui ne sont pas conscients de la réalité scientifique. Beaucoup de politiciens sont choisis à cause qu’ils sont des amis du partie ou apportent beaucoup d’argent. Il ne faut pas voir en leur nomination une compétence directe en la matière. Ajoutez le lobbying et la pression des grandes compagnies, on repassera pour la neutralité de leurs opinions…

Vous savez, il ne suffit pas de trouver un contre-exemple pour prouver un point. Même si vous me citez un vrai scientifique, comme je l’ai expliqué précédemment, il peut être biaisé, soit parce qu’il reçoit de généreuses subventions du gouvernement, soit parce qu’il reçoit de généreuses subventions du privé. Comment ferez-vous pour les différencier? Je vous ferai remarquer que ce n’est pas écrit avec des néons et même lorsque c’est écrit, il y a souvent la possibilité d’avoir un « ghostwritter » (écrivain fantôme, mais je ne suis pas sûr que ce soit un terme qui existe en français). Bref, vous voyez la complexité de la chose?

« Le blogue de Jacques Brassard, ex-Ministre de l’ENVIRONNEMENT péquiste est une source intarissable de renseignement à ce sujet et je vous invite à y parfaire vos connaissances: »

Et voilà que François 1 nie l’enquête qui prouve que les voleurs de courriels ont tordu les faits pour parvenir à leur fin.

La preuve pour prouver sa négation, le blogue à Brassard, un diplômé en pédagogie, ex péquissse frustré à l’os et un site plus que douteux. Évidemment un site c’est financé, c’est pas gratis.

Quelle science et tant de preuve.

C’est comme l’argent des libertariens, elle vient du néant comme le dit si bien son ami et dirigée par la main invisible du dieu libertarien.

J’ai tombé trois fois en bas de ma chaise pour faire les recherches.

Alors si j’ai bien compris, nous devrions accepter sans critiques ni contestations toutes formes d’exploitations des ressources naturelles!? Nous devrions aussi croire,en toute confiance,tous les experts qui nous disent de ne pas nous inquiéter car tout est sous contrôle puisqu’ils connaissent leurs affaires. Ces mêmes expert engager par les mêmes entreprises qui veulent nos ressources!? Nous devrions aussi être solidaire de nos politiciens qui nous disent que toutes ces exploitations sont bonnes pour l’avenir du Québec et que l’important c’est l’argent et les emplois qui s’y rattachent!? Sérieusement!??? Les nouvelles en provenances de nos voisins du sud sont remplies de scandales, de tromperies et problèmes environnementaux impliquant des compagnies multinationales qui tiennent ce genre de discours illusoires;(Halliburton, Schlumberger,BJ services,BP,GE,etc..) L’ère Duplessis est révolue depuis longtemps et nous ne seront plus jamais dupe. Le scepticisme est de mise et nous revendiquons le droit de douter puisque nous avons été berner trop souvent et pendant trop longtemps.

@ Jacob (# 22):

Peut-être ne le savez-vous pas mais plusieurs personnes peuvent marcher et mâcher de la gomme en même temps!

On peut À LA FOIS être diplômé en management ET être connaisseur en environnement, surtout lorsque l’on est titulaire de ce ministère et que l’on est entouré de spécilaistes sur la qeustion.

Brassard ainsi que les environnemento-sceptiques demeurent pour moi une source d’information crédible et la passé leur a donné plusieurs fois raison.

Au sujet des vignes qui poussaient au Groënland il y a des centaines d’années et du réchauffement sur Mars…vous avez une explication?

@ François

Écoutez, je pourrais moi aussi vous donner des centaines de sites qui parlent en faveur des changements climatiques, tout comme vous pouvez m’en sortir des centaines qui parle d’une pure invention. Je veux savoir COMMENT vous faites pour accorder plus de crédibilité à un site qu’à un autre. Là est toute la question.

Saviez-vous que seulement 10% de la littérature médicale sont de qualités et de pertinence clinique (désolé, je ne connais pas le pourcentage pour les autres types d’études)? Ce n’est pas parce que l’on détient une étude que ça prouve quelque chose… Lors d’une formation qui se respecte en science, on apprend à faire la lecture CRITIQUE d’études et de ce qui nous est apporté comme faits. Des dizaines, si ce n’est pas des centaines d’heures sont consacrées à simplement comprendre les rouages d’une bonne étude et pouvoir faire le tri dans ce qui est pertinent et pas.

Faites-vous confiance à votre médecin pour votre bilan de santé annuel? S’il est compétent, c’est évident.

Par contre, feriez-vous confiance à ce même médecin pour construire un pont? J’espère que non, car sa formation est axée sur la physiopathologie, et non sur les mathématiques et la physique. Ce n’est pas parce que le médecin a lu un blogue et quelques sites Internet sur comment bâtir des ponts en bâtonnet de popsicle qu’il devient aussi compétent qu’un ingénieur, malgré tout son talent pour la médecine…

On appelle ça exercer dans son champ de compétence.

Je sais pertinemment que les politiciens sont entourés d’experts. Cependant, je vous ferai remarquer que ces derniers sont souvent ignorés pour des raisons purement économiques. Alors, il est faux de prétendre que parce qu’ils prennent une décision, cette décision en est une d’expert…

Tout le monde peut citer des sources provenant d’Internet. Mon neveu de 7 ans est capable de faire ça. Par contre, ça ne veut pas dire qu’il comprend pour autant ce que la source implique…

Hier soir j’entendais un savant crétiqueux du développement de la Romaine comme un acte de dévastation de toute la région du nord par ces mots « je suis contre tout développements parce que j’aimerais voir la possibilité que mes petits enfants puissent aller encore à la pêche aux saumons dans cette rivière » Voilà un argument projeté par nos savants destructeurs de tout développement au Québec.
J’invite ces pourfendeurs Roy et sa troupes de joyeux lurons à visiter l’Estrie où il pourront constater comment la nature fait bien les choses puisque plusieurs rivières ont été arnachées autrefois et que plusieurs lacs ont été créés tel le Memphrémagog pour constater la beauté de son environnement.

« Notez, au passage, qu’il y avait des vignes au Groënland au moment de sa découverte par les Vickings, bien avant l’ère industrielle. Aujourd.hui, ce même Groënland est couvert de…neige! »

Sa le libertarien tente de nous faire croire qu’il n’avait plus de neige sur le Groënland en disant que ce dernier est couvert de neige aujourd’hui et qu’avant la neige il y avait des vignes.

Les vignes sauvages poussent dans des régions passablement au nord.

L’âge de la calotte glacière du Groëndland varie en âge allé jusqu’à 140 000 ans. La calotte à certains endroit 2,5 Kilomètre d’épaisseur. Le libertarien et son brassard nous disent Boff y avait pas de neige il y a quelques années.Il s’est retenu pour les palmiers.

Le libertarien et Brassard trouvent certainement que le Laboratoire de Glaciologie de l’Université Libre de Bruxelles est une gagne de fraudeurs payés par de pauvres écolos gagauche sans le sous. Ce laboratoire effectue les analyse pour 14 pays, certainement tous des gogoches sans cerveau.

Incroyable de voir comment les libertariens et les dretteux sont IGNORANTS. Il est à remarquer que beaucoup d’entre eux le sont par intérêt$.

M. Duhamel,
j’ai l’impression d’entendre un dinosaure parler, déconnecté de la réalité du XXIe siècle.
La croissance éternelle est impossible à l’intérieur d’un monde limité. Et la science ne peut pas tout régler. Et comparer les scientifiques d’aujourd’hui avec ceux qui croyaient au XIXe siècle que les vaches allaient devenir folles… on aura tout entendu…

Misère ! Vous n’avez pas vu le film, soit. Mais vous n’avez pas plus lu votre collègue attentivement ! Il n’est pas question de renoncement, mais d’alternatives ! Comme l’éolien à moindre coûts mentionné par M. Lisée au lieu de la Romaine. Ce n’est pas un bon argument ?