Le commerce de notre époque

Dollarama annonçait mercredi une hausse de ses ventes de 12,8 %, des profits plus élevés et l’ouverture de 57 magasins au cours du trimestre clos le 31 juillet dernier. La famille Rossy a eu une intuition forte en 1992 en transformant certains de ses magasins en commerces à un dollar. Voilà une affaire qui a le vent dans les voiles, poussée par des vents hautement favorables.

Il y a maintenant 667 Dollarama au Canada, dont 209 au Québec. 77 % des ménages canadiens auraient acheté dans un magasin à un dollar au cours de la dernière année. La tendance est encore plus forte aux États-Unis.

Dollar General, Familly Dollar et Dollar Tree ont à leur trois plus de 20000 magasins et emploient quelque 200 000 travailleurs. Le plus important joueur, Dollar General affiche des revenus de 13 milliards de dollars et commence à offrir la livraison à domicile !

Qui achète dans les magasins à un dollar ? À peu près tout le monde. Chez Dollar General on affirme que 22 % des clients font partie de ménages gagnant plus de 70 000 dollars par année. Économiser est devenue à la mode et les magasins à un dollar sont à la mode. Il y a même un site qui évalue les nouveaux produits en magasin chez Dollarama !

Mais il y a plus. On apprenait hier que 15,1 % des Américains vivaient sous le seuil de la pauvreté, soit 46,2 millions de personnes. Ces commerces sont bâtis pour une époque comme la nôtre et pour une clientèle plus démunie. Dans un prospectus, Familly Dollar indiquait que 55 % de ses clients gagnent moins de 40 000 dollars par année, dont 24%  moins de 20000 dollars. 34% de ses clients sont des Noirs ou des Hispaniques et 68 % sont âgés de plus de 45 ans.

Ces magasins ont à peu près la même formule. Dollarama offre 4000 produits différents dans ses magasins. On y trouve de grandes marques à de meilleurs prix qu’ailleurs et toutes sortes d’autres choses qu’on ne penserait pas acheter ailleurs.

Comment ces détaillants font-ils pour faire beaucoup d’argent en vendant à si petit prix ? Il faut une logistique d’enfer et une discipline absolue pour les coûts.

À partir des résultats du dernier trimestre, j’ai essayé de reconstituer ce qui arrive avec un dollar chez Dollarama. Le coût des ventes est de 63,7 cents et une fois enlevés les frais d’opération et d’administration (17,5 cents), l’amortissement (1,86 cent), les charges financières (2,9 cents) et l’impôt, il reste un bénéfice net de 5,9 cents. Vendre pas cher peut être payant…

 

Laisser un commentaire

Tout comme Walmart et d’autres, ces magasins permettent aux plus pauvres de se procurer des biens à prix raisonnable et contribuent à garder les prix bas grâce au jeu de la concurrence; bref, tout le contraire des monopoles étatiques.

Si l’État devenait propriétaire de ces commerces, les prix se multiplieraient aussitôt par 10 et le service disparaîtrait totalement.

L’État accompli toujours le tour de force d’augmenter les coûts tout en diminuant les services.

Plus de cochonerie toujours plus de cochonerie. les gens ont tellement besoin de consommer qu’ils s,achètent des cochoneries a 1$ qu’ils n’ont même pas besoin qu,ils vont jeter ou finir pas mettre dans une vente de garage ou donner a des ouevres de charité dans le meilleure des cas. Les bons exemples sont les émissions de désordre extrême. Les gens deviennent tellement vide en dedans qu’ils comblent leurs vides en s’entourant d’une multitude de cochoneries. Faudrait mettre a la mode un peu plus le feng shui, la simplicité volontaire charger une taxe d’environnement sur chaque produit en fonction des son cycle de vie et des coûts pour le récupérer et le recycler. En considérant toute l’énergie et lres ressources que ça a pris pour le produire et le transporter.
L’éducation, la sensibilisation c’est pas assez ça prend un coût économique directe pour que les gens réfléchissent. Ok Ça coute 1$ je peux me l’offrir mais ça m’en coute 3$ pour son impact, heuuuuux peut-être que la question j,en ai-tu vraiment de besoin va venir, du moins j,espère. Mais en utilisant ces argents pour les récupérer, les recycler on créera des jobs au lieu de faire des montagnes de déchets.

Dans le cas de cet article, je dois constater que le modèle made in China est bien intégré dans notre société »développée ». Favoriser ce type d’approche commerciale, ne fait que légitimer la délocalisation massive d’emplois en Chine ou ailleurs.

Augmenter la concurrence et faire baisser les prix? Je ne suis pas sûr, avec une croissance de l’IPC de près de 4% cet année et l’inflation galopante. Avez-vous vu, en tant que consommateurs, baisser votre facture ?

Les prix à la consommation n’arrêtent pas de grimper, notre pouvoir d’achat diminue et presque 50% de nos dépenses dans ce type de commerce se retrouvent à l’étranger.

Certes, le magasin à un dollar est favorable aux gens qui essaient d’économiser, donc tout le monde. Cela étant dit, sauvons-nous réellement de l’argent ?

Avec le nombre d’emplois précaires crées dans ces magasins, et le nombre d’emplois délocalisés, sommes-nous réellement gagnats au change?

http://www.mablanchette.com/

Drôle de découverte. Alors que je suis allée voir si Nathalie Normandeau avait des racines amérindienne dans wikipédia j’y apprend qu,elle est de nationalité.QUÉBÉCOISE, donc je décide d’aller vérifier la nationalité de Jean Chrétien et il est de nationalité CANADIENNE. Comment déterminetons si quelqu’un est de nationalité Québécois ou Canadienne?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Normandeau
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Chr%C3%A9tien
Alors toujours aussi curieuse je décide d’aller voir pour Jean Charest, allez y jeter un coup d’oeil et dites moi si l’habit ne fait pas le moine ;-O
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Charest

Pay your self first, le principe qui fait que les anglo épargnent plus. Ils épargnent avant de payer les comptes. Donc ne calculent pas le revenus disponible pour s’endetter de la même manière. Mais il n’en demeure pas moins que de n’avoir un revenu insuffisant pour assumer l,essentiel décent ne peut donner au travailleur la dignité nécesaire a être fier de ce qu’il fait et le faire avec plaisir. Ça change toute la dynamique du travail aussi. je travaille parce que ça me fait bien vivre et me permet de profiter de la vie. Alors ça vaut encore plus la peine d’investir temps et énergie pour faire une carrière qui m’intéresse. A condition bien sur qu’on puisse accéder aux connaissances, donc à la formation (financièrement mais aussi pratiquement en pouvant avoir le soutient nécessaire pour réussir et une place dans le programme choisi. Le cancer est dans le système il faut faire des changements drastiques

suis rtout a fait daccord avec francois 1.si cest magasins nexistais pas ou tout ces pauvres gens qui nen ont pas les moyens pourrait il se procurer ces petites choses utiles certainement pas chez sears.etc faut des magasins pour tout le monde ,riche comme pauvres.ces aussi vraie que ca naide pas notre economie.alors nous navons qu a en produire des choses pas chers nous aussi.mais nous ne puvons pas a cause que nous tenons a nos gros salaires et avantages.alors tant pis pour nous

@ Marc-André Blanchette (# 3):

1- Si ces usines de fabrication de gogosses étaient au Québec comme c’était le cas dans les années ’40 (vous voulez vraiment retourner en arrière?), peu ou prou voudraient y travailler et les salaires payés seraient au minimum, tout comme ceux consentis aux employés de Dolarama et autres. So much pour la délocalisation des emplois…

2- Si ces magasins n’existaient pas, les mêmes articles seraient vendus beaucoup plus cher car la concurrence serait plus rare (économie 101 pardieu!). Voyez par exemple les prix pratiqués par notre monopole de la SAQ versus les mêmes articles vendus 50% moins cher aux USA où la concurrence fait son oeuvre. Je sais de quoi je parle car j’y suis allé à multe reprises. Bref, les monopoles étatiques, tant prisés par les gauchistes, contribuent à alimenter l’inflation.

3- L’inflation surtout est le reflet de la politique monétaire de nos gouvernements qui ont le monopole sur la monnaie et qui gardent les taux d’intérêts artificiellement très bas tout en imprimant de l’argent à go-go, alimentant ainsi l’inflation et encourageant indirectement les consommateurs peu avertis et illettrés économiquement à s’endetter au-delà de tout bon sens. Nos États sont d’ailleurs les premiers à nous montrer le chemin du dangereux surendettement d’où ma propension à vouloir en réduire le volume en le dégraissant de son inutile fonction publique.

@Francois 1:
1)Ramener les emplois au pays, c’est rétrograde? Comment justifiez-vous le buy american act? La crise actuelle est pausée par un manque criant de main d’oeuvre. On continue de délocaliser nos actifs et notre main d’oeuvre dans l’espoir que la Main Invisible et les avantages absolus ne soient pas épuisés en arrivant chez nous?

2)Et si les emplois n’étaient pas si précaires, aurions-nous réellement besoin que la marchandise soit aussi peu dispendieuse? Le pétrole est cher, où sont les joueurs pour faire baisser les prix? Vous soutenez que les entreprises privées ne nous mènent pas à l’inflation? Bonne lecture des rapports de la Banque du Canada. Citation: l’inflation et la montée des prix sont causées par les hausses des coûts énergétiques (dans 75% des cas des pétrolières.)

3)C’est en pensant comme ça que nous nous dirigeons vers une récession <>. Couper dans les dépenses quand le marché est fragile. S’opposer au déficit est un chose, couper pendant uhe reprise qui tarde à pointer, une autre. Plein de généralisations hâtives votre texte M. François. Ne croyez-vous pas qu’il y a un rôle d’éducation face à la consommation qui va à l’encontre des principes d’une entreprise?

http://www.mablanchette.com/

@François 1
»Je sais de quoi je parle car j’y suis allé à multe reprises »
Ça parait, vous les trouvez tellement so much… much more than that ben moi je trouve qu’y sont passés date. Ça ne marche pas leur modèle. Ils ont le nez dedans et refuse toujours de le voir. Vouloir péter de la broue a tout le monde. ça coute cher. Ils sont superficiels et veulent toujours paraitre mieux qu’ils ne sont en réalité. Moi je préfère les gens intègres qui n’utilisent pas le mensonge et l’illusion pour épater la galerie.

@ Marc-André Blanchette (# 8):

1- Si je vous comprends bien, vous êtes de ceux qui voudraient contrôler le marché mondial à partir du Québec et fixant des règles sur l’importation des produits et l’exportation des jobs, comme tout bon gauchisto-interventioniste illettré économiquement rêve de le faire.

Imaginez maintenant que les gauchistes des autres pays agissent comme vous… Le Québec étant un pays exportateur (presque 75% de nos jobs dépendent directement ou indirectement de l’exportation, principalement aux USA!!!), il en souffrirait à un point tel qu’il ferait faillite. Pas de clients, pas d’argent!

2- À part les jobs étatiques dont les salaires ne n’ont rien à voir avec le gros bon sens, tout emploi dans l’économie est le fruit de l’offre et de la demande. Si une catégorie d’emploi ne requière qu’un minimum de connaissance et peut être comblée par des gens non-instruits, il sera moins bien payé et moins bien protégé que celle d’un chirurgien cardiaque que peu de gens ont la capacité de combler. Avez-vous des difficultés à comprendre cela?

3- LA principale cause de l’inflation actuellement est le fait que les gouvernements impriment de l’argent à go-go créant par la fait même de l’inflation qui, soit dit en passant, a presque toujours existé dans le monde civilisé.

@ lagentefeminine (# 9):

« Moi je préfère les gens intègres qui n’utilisent pas le mensonge et l’illusion pour épater la galerie. » (sic)

Alors, je vous suggère très fortement de déménager aux USA car là-bas, ils ne semblent pas s’enfoncer dans la corruption endémique qui caractérise la province de Québec…

En plus, leurs politiciens ne semblent pas être perçus comme les nôtres, soit pires que des « vendeurs de chars de seconde main… »!

@Francois1

1)Vive les suppositions et l’absence de compréhension des lectures… Vous n’avez rien compris de mon objectif. Mon objectif est de faire en sorte que les impôts canadiens soient dépensés au Canada. Le commerce, c’est autre chose.

Acheter dans les magasins à 1 dollar va nécessairement précariser l’emploi. Vous considérez-vous lettré économiquement ? Il n’y a pas que les échanges commerciaux, ceux-ci représentent un peu plus de 25% du PIB, on a d’autres aspects économiques à gérer que les échanges internationaux. 80% de nos exportations dépendent de nos voisins du Sud.

Mon inquiétude se situe dans les baisses d’impôt massives et la possibilité que l’argent de nos taxes se ramasse dans les paradis fiscaux.

2)Les PDG qui se paient en dividendes de compagnie pour payer 18% d’impôt sur leur salaires vous trouvez que c’est ça le bon sens ? Il y a des abus autant du public que du privé, mais je vois que vous n’êtes pas capable de mettre de l’eau dans votre vin, alors bon monologue.

3) Le rapport de la Banque du Canada, comme je l’ai dit stipule que les hausses du prix du pétrole contribuent énormément à l’inflation galopante mondiale. C’est faits sont scientifiquement détaillés dans toutes les institutions qui se respectent, pas chez les conspirationnistes d’extrême-droite libertarienne.

Bon monologue.

http://www.mablanchette.com/

Quand je parle des américains c’est généralisé. Ils ont individuellement cet égo démesuré a vouloir être les maitre du monde.
Je suis d,accord avec vous sur la calamité de l’industrie de la corruption (comme l’a si bien dit JJC)qui atteint nos institutions publiques et déborde non seulement dans les entreprises criminelles mais privées d’un méchant paquet de secteur.
Il faut une réforme en profondeur de nos lois et de notre système de justice qu’on puisse sortir ça de notre système. Ça va prendre plus qu’une commission d’enquête publique.Ça ça ne feriat que leur permettre de laver le linge sale en famille, ne pas être accusé et tourner la page pour mieux recommencer.
Il faut changer les lois, les façons d’administrer le système pour les empêcher de pouvoir agir en enlevant les partis politiques ça serait déjà un début. En enlevant du pouvoir aux partis politiques en organisant le système comme une grosse coopérative ou les citoyens sont considéré et peuvent agir comme des membres. En enlevant le pouvoir a des entités qui n’ont^pas de vie, pas de santé, que des intérêts économiques a faire valoir et dont la propriété peut changer de mains sans avoir a vivre les impacts environnementaux. La planète et ses ressources appratiennent aux citoyens. On a des frontières donc a ceux qui y vivent a conditions bien sur qu’il n’y ait pas d’impacts sur l’environnement mondial et que tout les pays soient ultimement responsable de préserver les qualités de l,environnement, de l,équilibre écologique par qu,en bout de ligne tout le monde devrait avoir accès a de l’eau, une alimentation de base, une air de qualité, et la pays devrait être considéré comme un patrimoine mondial envers qui tout citoyens, gouvernements, entreprises, ou organisations a la responsabilité de ne pas détruire, gaspiller et altérer la qualité. Ça peut avoir l’air utopique mais si tout les gouvernements devaient rendre compte et avoir cette obligation première a faire respecter et qu’il soit redevable et doive servir et protéger les droits des citoyens dabord et avant tout. Bien sur il y a une refonte en profondeur de notre système de justice a faire, et de mettre en place des organisations a l,extérieur du politique pour vérifier la bonne marche du système sur lequel les politiciens (sans partis, représentants élus pour consulter la population sur ses priorités et assurer l,administration de l,exécution du plan selon les choix des citoyens). Ça rendrait la corruption et la collusion plus difficile, car les décideurs sont les citoyens, les politiciens des administrateurs et les organisme de vérification des exécutants. La police est supposée être responsable de faire appliquer les lois par d,abord des compte a rendre aux politiciens et d’être soumis à leurs choix d,enquêtes. Ce sont les citoyens qui doivent établir les priorités d,enquêtes et les rapport doivent être rendus publiques. de même que l’identité des criminels de toute sorte publique sur internet et dans un répertoire, pour protéger le public, découragers les criminels, mais aussi permettre au citoyens de faire des choix éclairés quand il veut faire affaire avec des gens. Tout les crimes tout les délits accessibles a tous. Il le sont pour certaines organisations mais ils doivent l’être pour tout le monde. C’est une façon de faire exercer le controle. Le citoyen en ayant accès aux information de tout le monde, peut savoir qui est son voisin, qui est cet entrepreneur, qui est cette entreprise. Tout le monde va marcher les fesses plus serrées comme dans un village. Si tu veux avoir tout ce que tu fais se sait et le monde se sent obliger d’avoir un code de conduite plus stricte.

@ Marc-André Blanchette (# 12):

1- En quoi les achats dans les magasins à $1 « précarisent-ils les emplois » et non ceux faits dans les autres magasins à rabais tels les pharmacies, les magasins dépôts ou les magasins de meubles à rabais?

De plus, savez-vous pourquoi les échanges commerciaux ne représentent qu’environ 25% de notre PIB? Parce que nous retournons 75% de NOTRE argent dans les poches des politiciens, ceux-là mêmes que nous considérons comme aussi crédibles que des « vendeurs de char de seconde main! ». Un gros merci aux gauchisto-interventionistes!!!

Les baisses d’impôt sont un vent d’air frais pour TOUS les contribuables. Ceci leur redonne un peu de liberté de choix que les gauchistes leur ont volé; et selon moi, s’ils ont été suffisamment intelligents pour savoir gagner LEUR argent, ils seront tout aussi intelligents pour bien le dépenser…ne croyez-vous pas?

2- Que voulez-vous faire? Empêcher les dirigeants de NOS sociétés de pouvoir toucher des dividendes (TOUS les Québécois touchent des dividendes, via leurs actions que TOUS peuvent acheter, ou via notre Caisse de Dépôt et autres monstres étatiques!!!)? Mais allez-y et vous verrez le peu de sièges sociaux qui s’entêtent encore à demeurer au Québec déménager ailleurs en Amérique. Résultat? Vous aurez réussi le tour de force d’augmenter le chômage chez les gens instruits tout en appauvrissant toute la province. BAVO!

3- Les prix du pétrole ne sont qu’UN facteur parmi d’autres et ces prix sont le résultat de l’offre et de la demande. Rien d’autre.

@ lagentefeminine (# 13):

Vous savez ce que ça prendrait pour arrêter imédiatement la corruption québécoise?

ATTENTION car ça va faire aml: dépouiller nos fonctionnaires et nos politiciens des privilèges monnayables qu’ils possèdent et PRIVATISER une grosse partie de nos édifices et routes.

Dans le privé, lorsqu’une société pratique la corruption, elle en paie le prix fort et à moyen terme, elle disparaît par son manque éventuel de concurrence. das le public, SEUL le contribuable paie pour la corruption. Ceux qui en bénéficiene ne sont pas inquiétés.

Le reste de votre intervention est à l’avenant…

@ François 1 # 15

La corruption, dans le présent cas, est initiée par l’entreprise privée qui y voit un avantage immédiat et qui est laissée à elle-même sans aucune supervision. Comme vous le savez très bien, une entreprise est une personne morale contrôlée par des administrateurs rarement redevables… un peu comme le secteur public dirais-je.

Et si par malheur, une entreprise se fait pincer à corrompre et bien oui, elle disparaîtra en prenant bien soin d’enrichir ses gestionnaires.

Si vous pouviez un moment réfléchir au fait que nous vivons en Société démocratique et que cela implique que l’État doive jouer un rôle important dans le déroulement de la « société ». Privatiser les édifices, les routes??? Et ensuite, ce sera quoi? Hydro-Québec, la Santé, sous contracter les firmes de génies-conseil pour qu’elles perçoivent l’Impôt à la place de Revenu-Québec?

Ça ressemble au Far-West votre fixation

Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est un gouvernement qui a sacrifié le MTQ en leur enlevant l’expertise qu’il possédait et nous en payons le prix. Mais, ce n’est pas nouveau, nous avons déjà fait cela dans le passé avec les Soquip et Soquem avec comme résultat que nous nous apprêtons à renouveler la loi sur les Mines et investir des milliards dans le Plan Nord sans avoir l’expertise de base.

Continuez François, vous faites un sacré bon boulot!!!

@ lange (# 16):

« La corruption, dans le présent cas, est initiée par l’entreprise privée… » (sic)

FAUX!!!

La corruption est initiée par le secteur public qui possède des avantages et des privilèges monayables qu’il échange contre des faveurs (voyages, biens de consommation, réélection, etc…).

LA solution? RÉDUIRE la taille de l’État opressif et tentaculaire et ainsi étouffer dans l’oeuf la corruption endémique québécoise.

Le Québec est l’État le plus syndiqué et où il y a plus de fonctionnaires et politiciens au pied carré en Amérique .

Il est également le plus corrompu.

Vous ne voyez pas le lien?

C’est ce que je pensais…

Enlevez vos oeillères et vous verrez la lumière.

On s’est éloigné du Dollorama, me semble… Alors pour y revenir, moi, je vois dans ce phénomène la preuve par neuf de l’appauvrissement de notre population.

Alors, on peut revenir au Dollorama? Le blogue de Pierre Duhamel n’est pas celui de Jean-François Lisée!

Ciboire, y’a ben du vent ici. Soit on parle haut et fort en discours de sourd sans se préoccuper de ce que les autres disent (question de se pavaner au son de sa propre voix et de « plogger » son site), soit on discuté de l’article sans l’avoir vraisemblablement lu. Avez-vous examiné les statistiques? Il n’y a pas que les pauvres qui y vont, loin de là. Preuve que bien ds gens n’écoutent pas et n’entendent que ce qu’ils veulent.

@ Jean-François Lacerte (# 18):

Z’avez raison. Revenons aux magasins Dolarama…

En quoi le fait d’aller au Dolarama et de vouloir payer le meilleur prix possible (magasiner intelligemment quoi!) pour certains biens de consommation est-il un signe de notre appauvrissement?

Notre gouvernement ne nous donne t’il pas l’exemple du contraire?

Avant que vous tentiez de ridiculiser mon exemple, ce que je veux dire c’est que l’État québécois semble, contrairement aux acheteurs de chez Dolarama, vouloir payer le maximum pour le moins de biens que possible.