Le décalage horaire, bientôt chose du passé?

Photo: Altrendo images
Photo: Altrendo images

Voyager de Montréal à Shanghai, descendre de l’avion et filer tout droit à une rencontre sans jamais cogner des clous sera peut-être bientôt plus facile qu’il n’y paraît, rapporte le International Business Times.

Des chercheurs de l’université d’Oxford, de l’université Notre-Dame et du groupe pharmaceutique suisse Hoffmann La Roche affirment en effet avoir identifié un mécanisme cérébral qui empêche l’horloge circadienne de s’ajuster aux changements des cycles de lumière et de noirceur, au cours d’une même journée, lorsqu’on change de fuseau horaire.

Après avoir bloqué l’effet du gène responsable de ce mécanisme sur des souris — une simulation visant à recréer les effets du décalage horaire —, les chercheurs ont constaté que ces dernières se remettaient plus rapidement des dérèglements de leur rythme circadien et de la confusion qui en résulte.

Selon l’un des chercheurs, il est normal que notre cerveau soit doté d’un tel mécanisme pour assurer une certaine stabilité à notre horloge circadienne. Si les signaux reçus sont faussés par rapport à son cycle habituel, le mécanisme envoit un message au corps pour qu’il « ralentisse la machine » en fonction de la durée de lumière naturelle détectée au cours de 24 heures — d’où le décalage horaire.

Même si ce n’est pas demain la veille qu’on n’aura qu’à gober une pilule pour ajuster son horloge intérieure suivant le fuseau horaire où l’on se trouve, le simple fait d’avoir compris l’origine du décalage horaire forme déjà une avancée significative, affirment les chercheurs.

Une telle médication pourrait même permettre de traiter certaines maladies mentales, voire des problèmes d’immunodéficience ou des maladies chroniques comme le cancer, le diabète et les maladies du coeur, puisque on a établi certains liens entre toutes ces affections et les perturbations du rythme circadien.

Presque toutes les formes de vie terrestre disposent d’une horloge circadienne, qui fonctionne 24 h/24 et qui synchronise notre routine et nos besoins quotidiens (manger, dormir…) avec les cycles du jour et de la nuit.

Pour plus de détails, consultez l’article du International Business Times en cliquant ici.

Pour me suivre sur Twitter, c’est par là.

 

Laisser un commentaire