Le dur combat de Dumoulin

Dumoulin, c’est une marque sérieuse au Québec. Une entreprise qui appartient à des intérêts québécois dans un secteur où un grand joueur américain (Best Buy/Future Shop) domine. Aussi, je suis attristé par les difficultés que rencontre l’entreprise qui s’est mise à l’abri de ses créanciers.

On apprenait jeudi que les propriétaires cherchait un investisseur qui pourrait mettre de 1 million à 10 millions de dollars dans la chaîne de magasins d’électronique grand public pour assurer sa relance.

Je ne veux pas ici me prononcer sur les difficultés propres à l’entreprise, mais plutôt sur son environnement commercial.

J’ai devant moi 6 dépliants de Best Buy et de Future Shop que j’ai reçu ce matin, encartés dans trois quotidiens. Six ! Le grand joueur américain compte sur le marché canadien pour compenser sa stagnation sur le marché américain. Il entend ouvrir 18 magasins à grande surface cette année au Canada, trois fois plus que dans son marché principal.

Pourquoi Best Buy éprouve-t-elle des difficultés ? Les ventes de ses magasins comparables sur le territoire américain ont chuté de 5 % au troisième trimestre de 2010 et ses revenus totaux de 1 %. Il y a derrière ces chiffres une tendance de fond qui dépasse la  la seule conjoncture économique, selon un article du Wall Street Journal. Une tendance qui a emporté Circuit City, le grand concurrent de Best Buy disparu il y a deux ans, et qui explique que l’immense chaîne de librairies Borders est sous la protection des tribunaux.

Les grands détaillants spécialisés sont pris à partie par l’ouragan Amazon. Dans l’électronique et ce qu’on appelle le « non médias » (livres…), Amazon a vu ses ventes croître de 66 % aux États-Unis et atteindre 18 milliards de dollars. Best Buy ne peut tout simplement pas rivaliser avec Amazon côté prix.

Comme si cela ne suffisait pas, il y a le phénomène des magasins Apple qui ont vu leurs vente croître de 83 % pour atteindre 2,8 milliards de dollars au quatrième trimestre. Sony a aussi ses propres magasins.

Finalement, les magasins d’électronique grand public dépendent beaucoup de l’implantation de nouvelles technologies. Pendant plusieurs années, le remplacement des téléviseurs par des postes haute-définition a alimenté les caisses enregistreuses. Sommes-nous prêts à les descendre au sous-sol ou à les abandonner pour acheter des téléviseurs 3-D ? Vous avez la réponse.

Laisser un commentaire

surtout pas car la 3d on veut nous l enfoncer dans la gorges de force mais la technique et la qualité d image est loin d être pas au rendez vous

…Sommes-nous prêts à les descendre au sous-sol ou à les abandonner pour acheter des téléviseurs 3-D ? Vous avez la réponse…

Nous avons pris moi et ma conjointe le chemin inverse. Fni la télé, fini le cable, comme ça, nous économisons environ 500 $/an en frais de cable (forfait télé français de base) et nous n’aurons pas à changer notre vieille télé à écran cathodique. Elle ne servira que pour écouter des films sur DVD.

En nous coupant de la course folle à la technologie (pas de câble télé, pas de télé HD ou 3-D, pas de cellulaire, pas d’IPOD, IPAD ou autre bidule du genre,juste deux vieux ordino.) nous économisons entre 1 500 et 2 000$/an et même plus. Ce en considérant le rythme de désuétude d’un cellulaire, d’une télé, d’un IPOD, d’un ordino et des autres bidules si on veut rester non pas à la fine pointe de la technologie, mais seulement à jour.

Gilbert Duquette
Témiscouata sur le Lac

Je trouve dommage que l’on ne fasse pas plus connaître les entreprises d’ici, ces dernières sont souvent établies depuis fort longtemps et peines à faire concurrence aux géants du commerce à grandes surfaces. Je ne suis pas un consommateur de gadget techno, mais lorsque le temps est venu, comme dans tous mes achats, je cherche toujours à favoriser le commerce local avec des produits autant que faire se peux d’ici ou à tout le moins canadiens, en autant que le rapport qualité / prix reste présent.
Mes vieux appareils font l’affaire pour longtemps encore, et je suis toujours preneurs des dons de ceux qui courent les nouveautés technologiques pour utiliser et recycler leurs » vieux bidules désuets » .

Emmanuel D.

Je comprend maintenant l’arrogance de BestBuy car ils sont à la veille de pêter au « fret ». De toute manière,je viens de vivre toute une expérience avec leur service à la clientèle. Plus jamais, j’encourage Dumoulin maintenant.