Le gouvernement de l’impossible

«L’heure n’est plus aux mesures cosmétiques ou marginales, mais aux grands changements», a déclaré Philippe Couillard. Voici les impressions du blogueur Pierre Duhamel sur ce tout nouveau gouvernement axé sur l’économie et le redressement.

Blogue EconomieLe nouveau premier ministre a profité de la cérémonie d’assermentation pour donner et le ton aux actions de son gouvernement et l’ampleur du défi auquel il est confronté.

«Le nouveau gouvernement sera celui de l’économie et du redressement», a déclaré Philippe Couillard. «L’heure n’est plus aux mesures cosmétiques ou marginales, mais aux grands changements», a-t-il aussi déclaré.

Nous en saurons plus lors du discours inaugural et de la présentation du budget, mais tout indique que le Québec entre dans une période d’austérité budgétaire sans précédent depuis la crise du début des années 1980. Il faudra «agir avec force, courage et détermination», pour reprendre encore une fois les mots de Philippe Couillard.

On connaît la situation : la dette est élevée, les dépenses publiques énormes et le fardeau fiscal lourd. Le déficit de l’année dernière serait de 3,3 milliards de dollars et non de 2,5 milliards, comme annoncé dans le dernier budget péquiste. «On dépense plus que nos moyens ne le permettent», dit le nouveau premier ministre. Ce redressement financier et économique est une tâche colossale.

Pour dire non à tous ses collègues qui voudront des crédits supplémentaires, il nomme Martin Coiteux à la présidence du Conseil du Trésor. Cet ancien professeur à HEC-Montréal et économiste à la Banque du Canada a le poste le plus ingrat et le plus difficile. Il devra sabrer dans les dépenses, couper dans les programmes et élaguer dans la fonction publique. Martin Coiteux devra avoir une énorme paire de ciseaux et un courage sans limites, car ses décisions vont faire mal et déranger beaucoup de monde. Il ne devra toutefois jamais oublier que le professeur perd rapidement sa classe sans une excellente pédagogie et une continuelle mise en contexte des enjeux et des défis.

Jacques Daoust, à l’Économie, à l’Innovation et aux Exportations, est le grand responsable du développement économique. Il doit favoriser l’investissement privé et l’emploi pour générer plus de revenus pour l’État. Son travail est difficile, car on ne crée pas des investissements en cliquant des doigts. C’est un travail patient, alors que la situation exige des résultats rapides.

Jacques Daoust n’est pas, quant à moi  un grand stratège et un grand fabricant de politiques économiques. C’est un banquier qui préfère de loin faire des deals que des énoncés de politiques publiques. Cela peut être perçu comme une faiblesse, mais cette lacune peut aussi en faire un ministre pragmatique, plus intéressé aux résultats qu’aux points politiques.

J’applaudis à l’idée de redonner à ce ministère économique le mandat des exportations.

Carlos Leitao, le ministre des Finances, est le joueur pivot de ce trio. Tout commence et finit avec lui, car il est le grand responsable de l’équilibre entre les recettes et les dépenses. Son premier travail sera de rassurer les marchés financiers et de s’assurer de leur confiance. Il doit gagner du temps pour permettre à Martin Coiteux de bien fermer les robinets et à Jacques Daoust de créer les conditions qui permettront de relancer la machine économique.

L’économie, c’est plus que trois ministères. En fait, il y a 12 ministres dont le mandat recouvre des dimensions économiques, comme l’agriculture, l’énergie et les ressources naturelles, l’emploi, le transport ou le travail. Philippe Couillard a eu la bonne idée de nommer un entrepreneur, Pierre Arcand, pour dynamiser le secteur des ressources naturelles, et je pense qu’il fallait donner aux PME un champion au sein du gouvernement. Ce sera Jean-Denis Girard, le député de Trois-Rivières.

Ce gouvernement est plus homogène idéologiquement que le précédent, qui était trop tiraillé entre des ministres aux vues divergentes en matière de développement économique.

Il aura besoin de beaucoup de cohésion pour être à la hauteur des attentes des Québécois et des mandats qu’a donnés Philippe Couillard à ses ministres, mercredi après-midi.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Les commentaires sont fermés.

Beaucoup d’observateurs « experts » se prononcent quotidiennement sur le rendement de notre club de hockey. C’est correct mais beaucoup beaucoup moins fondamental que l’analyse du rendement des joueurs qui devront performer pour le bien être de notre société. Votre discours nous présente les nouveaux ministres comme les trios du grand club. C’est une œuvre passablement plus importante pour le bien commun. Félicitations, vos propos sont clairs et basés sur une connaissance aussi grande que celles diffusée par nos statisticiens du sport national. GO GOUVERNEMENT GO !

Alors que monsieur Leitao nous informait dès hier qu’il faudrait se préoccuper du « déficit structurel » de l’État québécois. Ce qui soit dit en passant n’était qu’un secret de polichinelle, puisque ce déficit existe depuis belle lurette. Je dois dire que ce qui continue de m’intriguer, c’est la taille des gouvernements qui évidemment ne contribuent pas réellement à réduire ce déficit structurel justement.

Est-ce que nous avons besoin de 27 personnes avec le Premier ministre autour de la table du Conseil ?

EN 2007, monsieur Charest s’était contenté d’un cabinet minceur de 18 ministres (parité parfaite : 9 femmes et 9 hommes).

Certes l’Ontario de madame Wynne ne fait pas mieux avec 26 ministres et la propension de cette province à produire du déficit (près de 10 milliards pour l’exercice 2012-13) n’est pas très brillante.

Récemment, le gouvernement français a décidé de s’en sortir avec 16 ministres et coupe copieusement dans le « staff » qui s’emploie autour des ministres, il y a certes des secrétaires d’État ; néanmoins c’est un pas dans la bonne direction.

Quant à l’Allemagne elle fonctionne très bien avec un cabinet de 17 ministres.

L’Italie arrive avec 16 également.

Au contraire au Royaume-Uni, ce sont 33 ministres qui siègent au Conseil et 143 personnes qui sont membres du gouvernement.

Je comprends ici que c’est encore le modèle étatique britannique qui prévaut dans la composition de ce gouvernement. Un modèle étatique très en vogue également lorsque c’est le Parti Québécois qui occupe les ministères.

Bref, je veux bien qu’on souhaite réduire les dépenses de l’État québécois. Il n’en demeure pas moins selon mes observations que lorsqu’on entend faire des économies il est de bon aloi de commencer par donner l’exemple. J’aurais bien aimé de la part de monsieur Couillard qu’il se fixe d’entrée de jeu, un régime comprenant un peu plus de frugalité.

— Amis contribuables, dites-vous bien que vous n’êtes pas encore prêt de sortir du bois.

L’éléphant dans la pièce on le connait, il s’appelle les fonctionnaires, leurs pensions, leur avantages sociaux, c’est là que vont 70% des dépenses de programmes. Il est temps d’agir et on verra si ce gouvernement a vraiment du courage ou s’il va juste chercher à colmater les brèches. Personnellement je m’attend à du colmatage.

Ce nouveau gouvernement est majoritaire et dispose de plus de quatre années pour redresser de manière marquée l’économie et consolider la réalisation de nos programmes sociaux. J’espère qu’il saura résister à la tentation de paraître faire flèche de tout bois dans les premiers mois, afin de plaire à « l’opinion », et qu’il privilégiera l’approche consensuelle concernant les principales mesures à adopter. Tout repose, je pense, sur les efforts de communication à venir de Monsieur Couillard et des membres de son cabinet. Il leur faudra sans cesse expliquer, démontrer, rallier. L’engagement clair du premier ministre envers une plus grande transparence me paraît être un premier pas en ce sens. Les faits étant têtus, autant les connaître tout de suite! Cela nous changera du précédent gouvernement, qui semblait poursuivre deux ou trois agendas cachés, et de celui de Monsieur Charest, qui semblait se satisfaire de quelques blagues faciles ou de quelques pirouettes pour mettre fin à des conflits. Avant d’être le « gouvernement de l’impossible », il faudrait sans doute être un « gouvernement sérieux ».

« …et qu’il privilégiera l’approche consensuelle concernant les principales mesures à adopter… » – jacques saint-cyr

Approche concensuelle? Vous plaisantez?

Moi dans le Québec que je connais le seul consencus qui fonctionne c’est le status-quo, l’immobilisme. La paix qui dure c’est la paix du plus fort et ici les plus forts ils s’appellent CSN, FTQ, etc… Sortez du cadre, défiez les rapports de forces en place et la marmite saute, vite fait à part ça.

Des mois de manifestation pour une simple hausse de frais de scolarité ne vous ont-il rien enseigné?

Le Québec est une société pacifique tant que vous respectez les rapports de force qui se sont construit par des décennies de lutte, sous les mythes et les apparences il y a une réalité beaucoup plus sombre.

Si vous comprennez ça vous comprennez qu’on est pas sorti de l’auberge.

Tout est relatif; l’Ontario a un déficit de 11 milliards! Pis aucune goutte de pétrole nulle part cachée.

M. Duhamel, avez-vous vu la dernière étude sur la classe moyenne?
Le Canada est numéro un. Ca veut dire que le Québec est parmi le top mondial.
On est loin de l’hystérie de Legault et Dubuc sur la pauvreté du Québec

Pis l’autre étude qui dit que c’est à québec le meilleur endroit pour vivre pour une femme!

On dirait qu’on ne vit pas dans le même Québec. Y’a la droite qui dit qu’on vit dans un enfer. Pis la gauche qui dit qu’on vit au paradis

Petite précision: le Québec est parmi le top mondial justement parce qu’il fait partie de notre beau et grand Canada et qu’il peut compter sur le très généreux système de péréquation pour y parvenir. Un GROS merci aux « red necks » de l’Ouest Canadien en passant.

Séparé, le Québec se comparerait aux pays en voie de faire faillite.

Harper et le génie des finances qui vient de mourir a produit pour 150 milliards de déficit, dont 56 milliards en 2010, un record historique.
Le Québec reçoit 9G de péréquation mais seulement 3 des 21G dépensés par l’armée. Pis juste 1 des 10G que coutent les Indiens. Pis moins d’un milliard sur les 8 milliards en Agriculture

@Brasseur.
Le prix des bungalows au Québec a bondi de 80G en 2000 à près de 300G aujourd’hui.
Endettés oui, mais assis sur un bon capital

Il n’y a pas à dire, avec vous, il faudrait élever un monument à la péréquation. En réalité, la péréquation n’y est pour rien ou presque rien.

9 milliards en 2014 , c’est rien…Décidément rien ne vaut d’avoir la tête dans le sable pour ne rien voir.

Bon an, mal an, la péréquation c’est en moyenne 2,5 % du PIB du Québec, des « peanuts », ce n’est pas avec ça que vous allez me recouvrir la tête. Maintenant, j’aimerais que vous m’expliquiez comment la péréquation distribuée aux provinces dites « pauvres », contribue à améliorer le revenu médian des Canadiens et des Québécois, d’autant que la péréquation est payée à même les impôts ce qui veut dire qu’elle diminue leurs revenus.

Et en plus, notre gouvernement fédéral dépense au Québec $16 Milliards DE PLUS qu’il n’en retire.

Le Québec est totalement dépendant des provinces riches de l’Ouest Canadien et ça, même le PQ ne le conteste pas.

Seuls quelques frustrés invétérés vivant sur LEUR planète nous servent leur rengaine habituelle et totalement fausse du « Québec-qui-envoie-plus-d’argent-à-Ottawa-qu’il-n’en-retire ».

Que voulez-vous…sont pas forts en chiffres ces diplômés en sciences molles pas de maths.

Savent même pas lire les comptes courants du Québec.

@François 1

Si vous ôtiez vos lunettes roses, vous verriez que là où ça compte, là où sont « les vraies affaires » c.-à-d., les dépenses directes en biens et services et les transferts aux entreprises, ce sont les autres provinces qui ont la large part du gâteau.

La classe moyenne Canadienne est une des plus endettée au monde et sa prétendue prospérité est en bonne partie un mirage. Tôt ou tard les pendules seront remis à l’heure.

Quand à l’Ontario c’est vrai qu’il suit les traces du Québec et c’est désolant. Mais cela ne nous aide en rien, bien au contraire!

Quand est-ce allez-vous comprendre qu’en comptabilité à côté du passif il y a un actif et qu’au bout du trait les actifs compensent pleinement le passif de l’endettement des ménages ?

Je comprends très bien qu’il y a un actif. Mais un actif non productif dont la value est gonflée à l’hélium du crédit. Je suis désolé mais ce n’est juste pas vrai que nous nous enrichissons en nous vendant entre nous des maisons de plus en plus chères achetées avec du crédit facile garanti par le gouvernement.

Attendez quelques années et vous comprendrez tout.

Si vous comprenez, vous serez en mesure de saisir que le crédit sert à financer des actifs et que ces actifs prennent de la valeur en fonction du marché.

Considérant qu’ils vont perdre quelques députés et ministres avec les scandals de financement qui s’annoncent prochainement, le Québec n’est pas sorti du bois.

Remettre l’argent volé « Commission Charbonneau et tous les scandales » de leur
gouvernement serait un bon début avant de penser nous rendre responsable et de
subir leurs égarements ….

En moins de 18 mois, le Parti québécois nous a laissé une économie en lambeaux et le défi de remettre le Québec sur les rails est de taille, MAIS l’équipe économique de Philippe Couillard est tellement dorte et professionnelle qu’elle saura faire.

Ça fait toute une différence avec l’équipe Marois remplie de diplômés en sciences molles pas de maths avec un ministre des finances en culottes courtes.

Il (les libéraux) vont nous remettre sur les rails, sauf qu’on est dans une côte (ascendante) et il n’y a plus de locomotive!

Mme Marois s’est inscrit à l’École des hautes études commerciales, où elle a complétée une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) en 1976.
MBA est une science molle François 1…?
« pas de maths… »?
C’est vous qui avez le cerveau mou François1.
Depuis le temps que vous la remâchez cette rengaine là !
Et vous quels sont vos diplômes en sciences molles qui vous permettent d’envoyer autant d’argent dans les paradis fiscaux ?
J’ai l’impression que vous en investissez autant dans les paradis mous à la maison pour pouvoir passer au travers votre haine de Pauline Marois, de la souveraineté et du PQ.

Malheureusement pour vous, la réalité est la suivante:
1- 30% ne sont pas allez voté, sur ce 30%, 20% étaient des séparatistes
2- 30% ont voté libéral
3- 70% ont voté pour autre chose qu’un libéral ou ils n’ont pas voté
4- 20% qui ne sont pas allez voter + 20% ont votés PQ = 40% de souverainistes + ont peut facilement penser qu’un autre 10% de souverainistes ont votés pour QS + pour ON + pour la CAQ + pour les autres et ont atteint notre 50% de séparatistes sans faire d’efforts au Québec.

Qu’on en parle adéquatement, qu’on ait quelques bons porteurs de la souveraineté, un homme d’affaires reconnus pour rassurer le milieu et en emmener d’autres, et en gagne quelques pourcent.
Ajoutez:
-un Couillard très fédéraliste, qui ne défende pas réellement les intérêts du Québec à Ottawa comme il semble déjà le faire en commençant par rencontrer Harper sans rencontrer les journalistes après,
-trop pro-monarchiste comme il a aussi commencé en faisant présider la cérémonie d’assermentation des ministres par le représentant de la reine,
-qu’il ne défende pas trop trop le français,
-une couple de scandales à venir à la commission Charbonneau,
-quelques députés sous enquêtes voir peut-être un arrêté voir un ministre aussi,
-une couple d’étincelles qui mettent le feu au poudre comme un péage sur le pont Champlain,
-une manifestation attend pas l’autre à cause de coupures des banquiers pro paradis fiscaux et anti taxes et impôts aux entreprises,
-des arrestations controversées,
somme toute, toutes des choses fort réalistes et prévisibles et nous voilà à un doigt d’un autre référendum.

On s’en reparlera dans 4 ans !

Et je verrai naître mon pays, notre pays du Québec avant de devenir poussières…

D’en haut je vous regarderez vous ronger les ongles jusqu’aux coudes et prendre vos médicaments contre les ulcères d’estomacs, haïssant chaque minute un peu plus que la précédente SirDecelles, Madame Marois, les souverainistes et le PQ !
Ça doit ressembler à ça le paradis pas fiscal !

Je me souviens très…très clairement que lorsque la Marois a reçu le ministère des finances, l’une de ses amies intimes lui a fait ce commentaire truculent, juste avant que les péquistes ne la poussent vers un autre endroit où les journalistes n’avaient pas accès: « Mais qu’est-ce que tu vas faire aux finances Pauline, toi qui n’est pas forte en chiffres… »

Marois n’a JAMAIS été reconnue pour ses qualités de gestionnaire et encore moins d’économiste. D’ailleurs, Gaétan Frigon, ex-président de la SAQ a qualifié Pauline Marois de pire ministre avec lesquels il a dû travailler. PIRE! Elle ne prenait jamais de décisions, reportait les résolutions importantes aux calandres grecques et ne revenait JAMAIS avec le résultat de ses « pensées profondes ».

Pour ce qui est du reste de votre intervention, je la mets sur le compte de la frustration d’avoir subi une dérouillée historique ainsi que de l’amertume qui vous habite de devoir faire face à la RÉALITÉ.

Je ne cherche pas la réplique Monique Desjardins.
Je ne suis rarement ici pour le dialogue ou les échanges, mais que pour exposer mon point de vue.
Il arrive très souvent que je m’amuse aussi. Si ça vous fait de l’effet tant mieux ou tant pis, ça dépend.
J’ai pas mal roulé, et je suis très peu influencé par ce qu’on peut lire surtout sur des blogues d’opinions.
Et ce n’est certainement pas en lisant Duhamel et sa gagne de Rogers ou d’autres de lapresse, que d’avance je connais déjà avant de lire le sens de leurs interventions que je vais changer d’opinions.

Riez ou souriez, de toute façon ça sa fait toujours du bien.

Tant qu’à mes chiffres, je suis convaincu qu’ils sont assez prêt de la réalité.
Mes prévisions seront à constater, mais prévisibles si on ne se laisse pas trop aveuglé par une philosophie partisane.
Est-ce que ça se développera vers un référendum, ça j’avoue que j’en suis moins certain…que je vais être en poussière d’ici quelques années…

Pas changer Sir decelles, des conclusions tirées par les cheveux!!Si je comprend bien vous devriez être normalement au pouvoir si.si.si.si.si…………..

Avez-vous étudiez que des sciences molles vous aussi beauly02?

1- Les libéraux ont eu 42% des votes des électeurs. Ce qui représente un peu plus de 30% de ceux en droit de voter.
2- Et donc 70% de la population en droit de voter l’ont fait pour un non libéral ou ils n’ont pas votés.
3- Ceux qui ce sont présentés aux urnes constituaient 70% de ceux qui avait le droit de vote.
4- Sur le 30% qui ne sont pas allez voter, l’Actualité que vous affectionnez tant (et d’autres, selon les études) nous a appris que 20% de souverainistes étaient restés à la maison.
5- Le PQ a obtenu 20% des votes de ceux qui avaient le droit de vote et sont des souverainistes. Ajouté au 20% de souverainistes qui sont restés à la maison, on est rendu à 40%.
6- Il est très facile de penser sans grand risque de se tromper qu’un autre 10% ou plus ont votés pour les autres parties.

Il peut y avoir une variante de quelques pourcentage en plus ou en moins j’en conviens…mais ça doit être assez prêt de la réalité.

Non moi je ne peux pas être au pouvoir car je ne me suis pas présenté à part que pour voter.
Si la nouvelle mouture péquiste qui s’apprête à remplir les verres peut faire la promotion de la souveraineté clairement et dans 4 ans dire aussi clairement qu’il n’y aura pas de référendum s’il remportait les élections ou dire clairement qu’il y en aura un si les circonstances s’y prêtent d’ici le déclenchement de ses élections, on pourra enfin se démarquer de la vieille garde qui pensaient attendre que « le peuple » vienne s’agenouiller devant eux pour les supplier de leur parler de souveraineté. Et ça semble bien parti…si un conseiller bien intentionné ne vient pas les convaincre de ne pas le faire. Auquel cas, le PQ rejoindra le rang de QS.
Comme je l’ai démontré, ce n,est pas les souverainistes qui manquent mais les leaders pour les rassembler et les guider.
Pour vendre du chocolat, il faut l’offrir, pas le cacher sous les tablettes et en plus en être mal à l’aise à chaque fois qu’un acheteur se présente. Si non, qui croira que votre chocolat est le meilleur?
Il ne reste plus qu’à attendre et à constater les autres faits dont j’ai parlés.

Sir Decelles, j`admire votre conviction! Et par dessus tout je dois admettre que ça prend des leaders pour créer un pays! Mais je crois fermement que d`abord et avant tout il faudra que les contribuables québecois se prennent en main solidairement et c`est pas demain la veille! Quand je parle des contribuables je pense surtout à ceux qui votent!

Maintenant que comme vous semblez le dire vous-même ; ceux qui votent lorsque l`enjeu est important , ce sont les plus agés car propablement ils sont en mesure de jauger la situation mieux que quiconque! Moi aussi je suis plus vieux et j`en ai vu d`autres comme vous! Alors la souveraité devra d`abord et avant tout est acceptée par les anciens!

Vous pouvez triturer, remâcher et tortiller les statistiques tant que vous le voudrez pour tenter de vous donner un minimum de contenance, la vérité c’est que les Libéraux, qui ont joué la partie avec les mêmes règles que les autres partis politiques ont gangé et le PQ a subi une déculottée historique. La pire de sont histoire. Rien de moins. Et ce malgré les Desgagné et autres z’artisses, PKP, la Charte (de la honte selon moi!), les Jeannettes et tutti quanti (les péquistes ont même traîné Jean Charest dans la boue pendant la campagne…) qui ont tenté de nous faire voter pour un parti en fin de parcours qui n’a plus rien à voir avec celui que René Lévesque avait créé.

Les Québécois ne sont pas aussi stupides que les péquistes voudraient le croire et ils en ont eu assez des carrés rouges et autres Pinault-Caron au pouvoir. Ils ont parfaitement décodé la « stratégie » plutôt simpliste de diviser le peuple pour mieux le manipuler et ils ont clairement signifié leur licenciement aux péquistes. Ils en ont eu assez après 18 mois seulement. Clair non?

@ François 1

« En moins de 18 mois, le Parti québécois nous a laissé une économie en lambeaux… »

Absolument faux!

C’est le parti libéral, pratiquement le même que celui de Couillard qui a Doublé la Dette nette en 9 ans.

Ce parti libéral a Doublé le salaire des médecins.

C’est ce parti libéral, le même que Couillard, qui a fait des déficit année après année.

Sous le même gouvernement que celui que Couillard dirige le budget de la santé a AUGMENTÉ de 30% en seulement 5 ANS.

Et l’équipe économique que tu adule a étudié en science MOLLE, en science humaine et sociales dont les sciences économiques font partie.

C’est toi qui a les culottes trop courtes au point que c’est indécent.

Je me réjouis de ce nouveau cabinet qui change des précédents tous partis confondus. Enfin! de nouvelles pointures, de nouveaux talents et Lise Thériault à tite de Vice-première Ministre est un atout. J’aime cette femme qui a su tenir tête aux têtes fortes de la construction, nul doute qu’elle saura naviguer dans ses nouvelles fonctions de ministre à la Sécurité publique également. Une équipe économique de talents, on n’est jamais assez pour contenir les dépenses et relancer l’économie en même temps. On note un changement de ton et de manières, j’espère qu’on gardera le cap et le moral. On a besoin de souffler un peu et d’aller vers de nouveaux horizons pas de faire du surplace comme on a connu ces derniers 18 mois, on est pas allé bien loin, nous sommes restés dans notre cour arrière.

Bonsoir,taxe plus impot, importation vs en plus et en moins exportation qui donne combien d’argent « neuf » voila equation que M.Daoust va avoir a repondre et le tout sans vendre « actif » et si il y a des « actifs » a vendre qui fasse la liste et faire un referendum sur les items,ou le peuple va voter.
Le bilan financier du Quebec ressemble a nos piscines presentement et il faut un traitement « CHOCK » pour une stabilisation que M.Leitao doit valider.
Bonne reflexion. Ecris avec pointeur lazer alors pas d’accent.

Il était grand temps de mettre une équipe professionnelle et aguerrie aux commandes des finances du Québec au lieu d’un ministre en culottes courtes.

BRAVO à toute l’équipe de Monsieur Philippe Couillard!

Avec le régime minceur que nous annonce Phillippe Couillard, ce sont des ficelles qui vont soutenir ses culottes.

Il se peut que se soit des ficelles comme vous le dites. Mais j`ai espoir que ce gouvernement prendra ses responsabilités et qu`il mettra fin au chantage des lobbys syndicaux ( syndiqués du gouvernement et parapublique ) plus bien sûr du monopole F.T.Q. construction ! Ce sont eux au cours des 2 prochaines années qui vont faire la différence entre un QUÉBEC économique sur la bonne voie et un QUÉBEC qui s`en va vers la défaite économique. C`est beau chialer après les gouvernements ( ils ont Tous été très permissifs depuis Duplessis ) mais ça prend un peu plus de concsience sociale et non SOCIABLE de la part de nos syndicats PUBLICS car ils FAUT QU`ILS COMPRENNENT que leurs salaires et avantages sociaux ( Sécurité d`emploi + Régimes de retraite à prestation déterminée+ augmentation de salaire sans vérification de prestation de travail) SONT PAYÉS PAR L`EMSEMBLE DES CONSTRIBUABLES et que si on voudrait une justice sociale comme le prétend notre QUÉBEC SOLIDAIRE il faudra que l`on retristibue tous les avantages SOCIAUX de nos syndicalistes ouatés à tous les contribuables!!

Dommage qu’il n’existe pas le livre « Le Syndicalisme pour les nuls », car je vous encouragerais à le lire, bien qu’il existe des livres peut être trop savant ou trop à gauche pour vous qui, à coup sûr, vous aiderait à faire tomber vos préjugés.

S’il y avait un monopole de la FTQ-Construction, comme vous le prétendez, je me demande bien pourquoi les ministres du travail successifs ont mis tend d’effort pour mettre en place un système de placement intersyndical. S’il n’y avait eu qu’un seul syndicat, des gens comme Bernard « Rambo » Gauthier se serait trouvé au « chômage ».

Concernant les fonctionnaires, je vous ferai remarquer que ce sont des travailleurs payés pour rendre un service, pas des bénévoles et que leur salaire selon la dernière étude de comparaison (Rémunération des salariés, État et évolution comparés), celle-ci signale qu’« [e]n ce qui concerne la rémunération globale, près de 6 emplois sur 10, qui regroupent environ 61 % de l’effectif, montrent un retard de l’administration québécoise par rapport aux autres salariés québécois. » Ce n’est pas dans le salaire des fonctionnaires que ce fait le gaspillage, c’est même bon marché.

S’il y a une personne qui devrait modifier sa conscience sociale, c’est vous.

Nul besoin de lire un livre du genre « Le Syndicalisme pour les nuls ».

Votre ami Rambo nous a très bien renseigné sur le sujet devant la Commission Charbonneau.

@ François 1

Ce n’est pas parce que tu chance de page pour raconter la même même désinformation que ce mensonge est plus vrai.

C’est le parti libéral qui à mis le Québec dans le TROU pendant 9 ANS.

Le parti libéral baissera l’impôt des plus riches.

Augmentera les taxes des plus pauvres.

Coupera dans les services.

Fera un déficit chaque année comme c’est son habitude depuis 40 ans.

Augmentera la dette du Québec comme il l’a fait depuis neuf ans.

Je répète, le parti libéral nous a mis dans le trou depuis dix ans et il le fera encore pendant encore 4 ans.

Le parti LIBÉRAL champion de l’ÉCONOMIE, vrai, pour nous mettre DANS le TROU.

Le Parti Libéral actuel avec son équipe d’économistes du Tonnerre est, et de loin, l’organisme le plus en mesure de pouvoir sortir le Québec du trou dans lequel les gauchistes l’ont enfoncé depuis 50 ans. Le seul!!!

La CAQ serait le deuxième.

Le PQ et QS à égalité en queue de peloton.

Le tonnerre, ce n’est rien que du bruit. Bruit que vos« trois amigos » vont entendre quand les casseroles se mettront à assourdir la rue en dépit de l’article 500.1 et de tous les règlements P-6 sur le territoire québécois.

Entre les « 3 amigos » et les « 3 Stooges » qui déblatéraient sur l’estrade du PQ le soir de la Grande Victoire Libérale, je prends le premier trio n’importe quand.

Tu es aveugle de l’histoire des lébéraux qui à doublé la dette nette en 9 ans et qui a doublé le salaire des médecins.

Les rêveurs votent libéral.

Pauvre youlle, la défaite est parfois amère; mais vous ne voyez que l`arbre devant vous et non la forêt! Pour vous le parti libéral est la mère de tous les vices! Depuis Duplessis , les gouvernements successifs ont utilisés à outrance la carte de crédit de nos actifs et ne l`ont jamais remboursée et maintenant il faut rembourser ! Alors comment on fait? Si demain le taux d`intérêt augmente d`un seul point nous sommes dans la marde!

A rrive en ville le bérêt! Comment vas-tu faire pour enfin rembourser la dette? Tu vas chialer contre le parti libéral! Solution tout à fait simpliste, car il est facile de mettre la faute sur les autres mais les autres c`est nous!!

Vous portez sans doute un béret blanc. Cher Monsieur, l’État québécois, emprunte à chaque jour. S’il ne remboursait pas ses emprunts, personne n’oserait lui prêter « une maudite cenne ». Ce qu’il accomplit méthodiquement en versant à vous et aux autres, les intérêts plus le capital lorsque les obligations du Québec arrivent à échéance.

@ François 1

« …le Québec est parmi le top mondial justement parce qu’il fait partie de notre beau et grand Canada et qu’il peut compter sur le très généreux système de péréquation pour y parvenir. Un GROS merci aux « red necks »… »

Absolument faux!

La péréquation est payé par les contribuables « canédians ».

L’Ontario et le Québec sont vingt millions (20 000 000) de population. Les les « red necks » de l’Alberta sont seulement 3,6 millions. Les autres reçoivent de la péréquation ou sur le bord d’en recevoir.

Alors paye le plus de péréquation? Le Québec et l’Ontario à 65%.

C’est le Québec et l’Ontario qui font vivre le Canada avec la péréquation PAS les « REDS NECK » trop peu nombreux ou trop pauvres.

Je comprends que cela est est un calcul trop compliqué pour toi.

Devriez en parler avec les péquisto-séparatistes parce qu’eux-mêmes reconnaissent que nous vivons aux crochets des « red necks » de l’Ouest Canadien.

SVP ayez la décence de vous renseigner au moins un peu avant d’avancer de telles sottises…

C’est toi qui persiste à étaler ton ignorance en maths.

Ce que j’ai écris sont des faits, de l’histoire que tu nie.

Tu veux nous faire croire que les 3,5 millions contribuables de l’Alberta payent aux Canadiens SEIZE MILLIARDS!!!!

Bla bla bla… Tu ne vaut pas la peine de plus de discussion.

NOTE DE L’ACTUALITÉ:
Étant donné la teneur de certains propos et le ton employé dans quelques-uns des commentaires, la fonction «Commentaires» a été désactivée pour cet article. Merci de votre attention.