Le grand plan économique du PQ en 5 points

Non seulement on apprend que l’économie est importante pour ce gouvernement, mais que l’emploi est même devenu sa priorité absolue.

Photo: Paul Chiasson/Presse canadienne
Photo: Paul Chiasson/Presse canadienne

Le gouvernement vient de dévoiler un vaste plan de relance de l’emploi et met toute la gomme pour redynamiser l’économie québécoise.

Cette seule nouvelle pourrait mériter des applaudissements. Non seulement on apprend que l’économie est importante pour ce gouvernement, mais que l’emploi est même devenu sa priorité absolue, c’est écrit noir sur blanc. Qui plus est, ce sont les investissements privés qui seront à la source des investissements créateurs d’emplois.

Je suis quand même étonné de voir naître avec tambours et trompettes cette «stratégie de mobilisation pour l’emploi», alors que les ministres du gouvernement clamaient jusqu’à tout récemment que l’économie du Québec allait bien et que la politique actuelle du gouvernement faisait des merveilles. Le gouvernement était à ce point installé dans le déni qu’il a même balayé du revers de la main les récentes données faisant état d’une très faible création d’emplois au Québec depuis un an, à contre-courant de ce qui se passe dans le reste du pays.

Il n’y aurait pas de problème, mais nous voici avec l’artillerie lourde pour le régler! La réalité a manifestement rattrapé le PQ. Depuis quelques semaines, tout investissement semble mériter une aide de l’État et une annonce par la Première ministre elle-même, qui souligne à gros trait les emplois créés et «consolidés». Le gouvernement est en mode pré-électoral et l’annonce d’une nouvelle stratégie veut projeter l’image d’une équipe qui agit promptement et fortement dans le domaine économique.

Voici mon analyse des cinq idées fortes derrière cette stratégie.

1. Les chiffres frappent: le gouvernement entend dépenser 2 milliards de dollars d’ici 2017, ce qui rendra possible des investissements de 7,6 milliards pendant la même période et assurera la création de 43 050 emplois. Vous voulez d’autres chiffres? Les milliards du gouvernement permettront des investissements de 13 milliards sur 10 ans et le gouvernement vise la création de 115 000 nouveaux emplois au cours des trois prochaines années. Et d’autres encore? Des 7,6 milliards d’investissements suscités par ces mesures, 2,8 milliards découlent «des quatre mesures phares» et 4,8 milliards des «quatre initiatives stratégiques». Limpide.

2. Ces mesures sont bien mieux détaillées que je ne le laisse entendre, mais je veux souligner ici la propension qu’on a au Québec de concocter des politiques, de patenter de nouveaux programmes tous plus extraordinaires les uns que les autres et de créer de nouveaux organismes. Nous voici maintenant avec un Centre d’innovation manufacturière, un Institut du transport électrique, un Réseau Recherche Innovation Québec et un comité d’experts sera créé pour sélectionner les PME les plus prometteuses qui auront droit à un accompagnement particulier. Si le développement économique dépend du nombre d’organismes, nous sommes les plus riches du monde.

3. Ce plan est exhaustif, rien et presque  personne n’est oublié. Le gouvernement veut encourager la R&D, promouvoir l’entrepreneuriat, développer les moyennes entreprises à fort potentiel, dynamiser le secteur manufacturier, accroître nos exportations, bâtir les infrastructures du Nord, investir 516 millions de dollars dans une stratégie d’électrification des transports et utiliser les gigantesques surplus d’électricité pour appâter des entreprises au Québec. Il y en a pour 152 pages. Voilà un beau supplément à l’Annuaire des subventions au Québec qui recense déjà 802 programmes d’aide aux entreprises dans ses 516 pages.

4. L’économiste Pierre Fortin m’a déjà dit que le Québec était «la république des crédits d’impôts à la R&D». Ces crédits nous coûtent une fortune et plusieurs s’interrogent sur leur efficacité. La solution du PQ: en accorder davantage et des plus gros. Le cadre financier total du plan présenté par Nicolas Marceau prévoit des dépenses supplémentaires de 1,29 milliard de dollars en crédits budgétaires et de 315,3 millions en mesures fiscales.

5. Pour le gouvernement, on crée des emplois en subventionnant des entreprises. C’est un principe de causalité: plus les crédits d’impôts et mesures fiscales augmentent, mieux se porte l’économie. En plus, cela semble automatique. Il suffit de créer une «Politique industrielle québécoise» et nous voilà avec 5 870 nouveaux emplois.

Je ne crois pas personnellement à cette savante mathématique des retombées économiques. Trop de facteurs sont à considérer pour qu’on puisse établir un  tel lien. Combien vaudra le dollar canadien? Quelle sera la conjoncture économique mondiale? Quel sera le prix des matières premières? L’automatisation éliminera-t-elle d’autres catégories d’emplois en usine? Ferons-nous des gains en matière de productivité?  Quel sera l’impact des imprimantes 3D? Les entreprises multinationales vont-elles choisir d’autres pays émergents avant de relocaliser leur production dans les pays développés? Le Québec est-il bien positionné alors qu’une bonne de partie de ses jeunes de 15 à 24 ans qui ne sont pas sur le marché du travail ou aux études sont sous-scolarisés dans un monde où l’éducation et la formation sont des facteurs décisifs?

Oui, des tarifs d’électricité plus bas «dans des secteurs stratégiques» peuvent inciter certaines entreprises à s’établir au Québec, mais j’admire le génie de ceux qui peuvent déjà évaluer que cela produira 1,3 milliard de dollars en valeur ajoutée en 2014-2015. On ne connaît même pas quel sera le rabais qui sera accordé à ces investisseurs qui ne sont pour le moment que potentiels!

Le gouvernement est le roi de la subvention, mais il est aussi l’expert des double-messages. Le climat d’incertitude qu’il a créé dans le secteur minier, au beau milieu d’une conjoncture mondiale misérable, a eu un impact négatif sur les décisions d’investissement et semé le doute chez les grandes minières. Le milieu des affaires montréalais craint que l’intention de forcer la francisation des PME (projet de loi 14) alourdisse un fardeau réglementaire déjà plus lourd qu’ailleurs. Les promoteurs du projet Rabaska, qui ont investi 60 millions dans cette affaire, n’ont pas plus aimé la façon cavalière dont ils ont appris la mort de leur bébé.

Le gouvernement gâte beaucoup les entreprises qui répondent à ses critères, mais aide-t-il à instaurer  un environnement prévisible et hospitalier pour l’ensemble des milieux d’affaires? Permettez-moi d’en douter. Pourtant, Pauline Marois l’a répété lundi, la prospérité actuelle et future du Québec dépend d’abord des investissements privés.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

8 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Le gouvernement gâte beaucoup les entreprises qui répondent à ses critères, mais aide-t-il à instaurer un environnement prévisible et hospitalier pour l’ensemble des milieux d’affaires? »

La méthode du PQ est beaucoup plus à même de favoriser la corruption et les conflits d’intérêts. Rien ne change au Québec, même la corruption.

Ce qu’il faut retenir: Cette sortie du gouvernement confirme sans l’ombre d’un doute que ça va vraiment mal en ce moment pour l’économie du Québec.

Dans ces conditions qu’est-ce qui est pire que pas de plan économique?

En tout cas clairement un plan économique concocté par le PQ!

(pas que le PLQ ou la CAQ auraient été si différents…)

L’interventionnisme débridé et l’état Léviathan ont mené le Québec là où il est rendu présentement, alors qu’est-ce qu’on fait? Je vous le donne en mille: On intervient davantage et on grossit la taille de l’état (et sa dette)!

Avec ces politiques d’un autre âge je suppose que le PQ voudra aller en élection afin d’obtenir une majorité. Et le pire, le cauchemar, c’est que ça pourrait marcher…

Officiellement, la priorité du gouvernement est de créer des emplois. À court terme d’abord, puis à moyen-long terme ensuite. Au fil du temps, des politiques de relance de l’emploi, j’en ai vu passer quelques-unes et celle-ci n’en sera jamais qu’une de plus. Et peut-être pas la dernière.

Hors si vous voulez créer de l’emploi, il faut donner de l’ouvrage, c’est aussi simple que ça. Ou bien c’est l’État qui donne de l’ouvrage à tous ceux qui en demandent ou bien ce sont les particuliers, les entrepreneurs, les investisseurs qui contribuent à cette création d’emplois. Bien sûr on peut considérer un système mixte et quoiqu’il en soit, quel que soit le système choisi, il faut produire des valeurs, il faut que ces valeurs se transforment en argent sonnant et trébuchant et il faut que cet argent sonnant se partage. S’il n’y a pas partage, il ne peut y avoir d’échange au niveau des valeurs produites ou bien ce sont les échanges qui sont déséquilibrés ce qui a précisément des effets pervers sur la croissance de l’économie en général.

Les mesures préconisées par le gouvernement ne vont pas contribuer à créer tant d’emplois que ça. Dans le meilleur des cas, cela permettrait de consolider des emplois déjà existants. Quant au nombre présumé d’emplois créés, cela a un coût, relativement élevé qui peut d’ailleurs être financé par un déficit contrôlé. Si ce n’est qu’en principe, du déficit au Québec, on devrait plus en faire. Reste à voir !

À noter que ce « Plan » est fondé sur le chiffre 4 :
— Quatre mesures phares
— Quatre initiatives stratégiques
— Quatre grands objectifs
Pour « un » Québec pour tous. C’est presque tout droit sorti d’un roman d’Alexandre Dumas.

Aussi comme c’est le choix du gouvernement — dont on sait son amour pour toutes sortes de symboles — d’avoir choisi le 4, il convient de regarder ce que signifie ce chiffre notamment en numérologie :
— Construction, réalisation, concret, ordre, stabilité, organisation
— Intransigeance, rigidité, entêtement, déséquilibre, obsession, pessimisme

Le 4 étant un chiffre double, par son essence divisible par paires ou multiplicateur ; la question est bien donc en toute fin de savoir si ce plan aura un effet multiplicateur pour l’économie ou bien son inverse : un effet plutôt réducteur et diviseur lorsque combiné avec certains démons qui reviennent souvent hanter les débats ; lesquels pourraient être qualifiés comme essentiellement d’une appartenance idéologique laquelle bien sûr n’aurait strictement rien à voir avec tout ce qui saurait en bien relever du divin.

Comme l’a écrit André Pratte, quelque soit le problème, il FAUT que le plan ait 5 points. Avec ça, t’as l’air de savoir où tu vas…:

http://blogues.lapresse.ca/edito/2013/10/08/limportant-cest-davoir-un-plan/

La recette est tellement vieille et éclusée que c’est est presque comique.

Le Parti québécois panique parce que depuis son élection il y a 9 mois, des dizaines de milliers d’emploi ont été perdus à jamais et devinez quoi? Son « plan » prévoit récupérer ces emplois en quatre (4) ans (oui…oui…4 ans pour réparer ce qu’ils ont fait!!!) et au coût de $2 Milliards assumés par les travailleurs québécois!!!

Foutez-moi cette bande d’incompétents dewors!!!

Plus ça change,plus c’est pareil.

Ça fait 50 ans qu’on vit dans un modèle où l’état se substitut en entrepreneur, qu’il croit qu’il peut « planifier » au lieu d’une économie de marché, qu’il crée des institutions financières (Investissement Québec, CDPQ, les fonds de solidarité) en investissant dans certains secteurs plutôt que d’autres. Une économie qui repose presqu’uniquement sur des investissements publics fait fuir les investissements privés.

Le Québec est la province qui donne le plus aux entreprises, mais aussi la plus pauvre. Coïncidence? Si ça marchait on le saurait!

Pendant ce temps ce sont les contribuables qui paient les frais de ses politiques. Endettement, augmentations des taxes, impôts et tarifs…

Je note le ton négatifs et défaitiste des commentaires , comme on entend de l’opposition en chambre , nous vivons un phénomène mondial et on essaie de faire des choses pour limité voir évité les dégâts. Voir l’Europe, le Japon les EU’s etc
Si quelqu’un a une meilleur idée qu’il la transmettre au gouvernement ou a l’opposition . En attendant soutenons les efforts des gens en place
Je ne suis pas et n’ai pas voter PQ, mais voyant les efforts et le travail dans un an de pouvoir C pas mal mieux que les 10 ans des libéraux

Les autres provinces canadiennes qui vivent dans le même Canada que nous créent des dizaines de milliers d’emplois alors que le Québec sous la botte péquiste en perd. LUI, par dizaine de milliers.

Ma suggestion? Foutre le P.Q. dehors!!!