Le modèle SNC Lavalin

Récession ou net ralentissement, une chose est certaine, l’économie américaine en arrache. La croissance économique n’a été que de 0,6% au dernier trimestre de 2007, ce qui entraîne les marchés à la baisse. La bonne nouvelle, c’est que nos voisins ne sont pas seuls au monde.

Contre vents et marées, l’économie mondiale devrait poursuivre sa croissance cette année. On parle d’une augmentation de la production de 4,1 % en 2008. C’est plus faible qu’en 2007 (4,9%), mais cela reste très robuste.

Cela explique aussi pourquoi certaines grandes entreprises américaines comme McDonald’s et IBM enregistrent de très solides résultats ces jours-ci, malgré la torpeur de leur marché domestique. Les États-Unis comptent sur un réseau extraordinaire de grandes sociétés multinationales qui ont fait de la planète leur terrain de jeu. Cela est un net avantage comparativement au Québec et au Canada qui comptent peu d’entreprises implantées à travers le monde.

L’une d’entre elles est vraiment digne de mention. Depuis dix ans, SNC Lavalin a multiplié par quatre ses revenus (qui dépassent les 5 milliards $) et ses profits. L’entreprise a des bureaux dans 35 pays et compte des projets dans 120 pays. En 2007, l’entreprise montréalaise a réalisé 16 acquisitions, en France, aux États-Unis, en Espagne et au Brésil. Elle a aussi acheté une firme d’ingénierie en Inde employant 700 personnes et active dans les projets d’infrastructures qui manquent tellement à ce pays.

Des centaines d’ingénieurs québécois traversent chaque année les continents, bâtissant des barrages, des raffineries, des usines ou des routes. L’économie mondiale est en pleine effervescence et le Québec y contribue.

Laisser un commentaire

Pourtant, y’a une décennie à peine, la cie était sur le c…
C’est Bourassa qui avait mis le paquet pour la sauver. Quebecor en arrache présentement, on cherche Jean Charest?
—–
Une petite étude sur le prix des cabanes par rapport au revenu médian. Le Canada est le plus meilleur des 6 pays étudiés. Le Québec est dans le top évidemment
Une maison coute 11,5 ans de salaire médian à LA; au Saguenay on paie la cabane avec 2,1 ans. On est-y ben icite?

http://www.demographia.com/dhi.pdf

« Récession ou net ralentissement, une chose est certaine, l’économie américaine en arrache. La croissance économique n’a été que de 0,6% au dernier trimestre de 2007, ce qui entraîne les marchés à la baisse.. »(pierre Duhamel)

J’ai des doutes sur vos dires M. Duhamel. M. Gagnon notre grand expert, notre gourou, nous prêche exactement le contraire.

« Des centaines d’ingénieurs québécois traversent chaque année les continents, bâtissant des barrages, des raffineries, des usines ou des routes. L’économie mondiale est en pleine effervescence et le Québec y contribue. » (Duhamel)

Et nous sommes que 7 millions de débutants M, Duhamel!

Il ne faut pas sous estimer ou sur estimer les USA. Cela est valable pour le Québec aussi.

Le coup de maitre de SNC fut d’absorber Lavalin quand ils ont été en difficulté. C’est Lavalin qui était le chef de file, pas SNC.

Je ne veux pas vous contredire M. Garamond, vous avez raison, mais ces coups de maîtres sont le plus souvent permis par le biais du hasard.

Il ne faut pas compter sur ce genre de situation pour améliorer notre sort, mais aussi en profiter.

‘On est-y ben icite? Je ne vous savais pas l’apôtre de Jean Chrétien, Monsieur Noel. Attention car Monsieur Fleurent vous tombera vite sur la marboulette pour cet affront à la théologie indépendantiste si vous vous éloignez du message : nous sommes persécutés, victimes du vol de centaines de milliards de dollars par années, etc.etc., etc., , in vitam eternam, ad nauseam

@ Yvon Fleurent :

This paper investigates the value of employment data as real-time recession indicators. Among popular monthly labor measures, the unemployment rate is the most useful as an indicator of recession, whereas two top measures of employment growth–payroll jobs and civilian employment–have little value. Two other series, the labor force participation rate and the employment-population ratio, also provide little or no value in anticipating a recession. The best pre-recession employment indicator is actually weekly claims for unemployment insurance (UI). The paper reviews a new technique for predicting recessions, and develops an employment recession probability index. The index indicates a 35.5 percent chance that the U.S. economy is in recession, sharply up from 10 percent last month.

http://www.house.gov/jec/studies/2008/Employment%20Numbers%20as%20Recession%20Indicators.pdf

P.S.: Le cas SNC-Lavalin est un bon exemple de ce que permet la mondialisation.

Je ne savais pas que Loraine était amateure de substance illicite.

Faites attention Loraine, vous pouvez devenir rapidement accro à ces produits.