Le mythe de l’obsolescence programmée

Certains voient dans le concept de l’obsolescence programmée le piège ultime du capitalisme. Et si, au contraire, les innovations nous facilitaient la vie et contribuaient à notre bien-être ? demande Pierre Duhamel.

75455873-man-with-a-computer-in-an-office-gettyimages
Photo : Getty Images

Chaque fois qu’il est question de limiter volontairement la croissance économique à des fins environnementales ou sociales, un thème est immanquablement soulevé. Il s’agit de l’obsolescence programmée, une manière compliquée de dire que les biens manufacturés ne seraient plus ce qu’ils étaient, et qu’ils seraient même conçus et fabriqués pour avoir une durée de vie limitée pour nous pousser à consommer davantage.

PolitiqueCe concept fait le bonheur des mouvements écologistes, qui sont en faveur de la décroissance économique et d’une certaine gauche, car on fait ici le procès d’un système économique et des entreprises qui agiraient délibérément pour nous vendre de mauvais produits à durée limitée à l’unique fin de se remplir les poches.

Cette dénonciation fait aussi le bonheur de tous les amateurs de théories du complot, toujours persuadés que des forces occultes nous manipulent contre notre gré.

Hélène Baril, dans La Presse, décrit ainsi l’obsolescence programmée : «Nous sommes tous à même de constater que la durée de vie utile des biens est de plus en plus courte. Les effets de la mode et du marketing, les coûts élevés de réparation ou l’impossibilité de réparer, dans le cas de certains produits électroniques, encouragent la consommation.»

Dans Le Devoir, Alexandre Shields est, à son habitude, encore plus catégorique : «Les exemples d’appareils électroniques ou électroménagers dont la durée de vie nous semble trop brève sont légion. Cette obsolescence, programmée dans certains cas, provoquée par des effets de mode ou la piètre qualité des matériaux dans d’autres, est une réalité pour ainsi dire indéniable.»

Cette réalité «indéniable» — que nous serions «tous à même de constater» — n’est jamais documentée au-delà de l’anecdote et encore moins prouvée. Et il y a une bonne raison pourquoi personne n’en a fait une démonstration scientifique : c’est que ce phénomène n’existe pas.

Rappelons trois principes de base du capitalisme, soit la segmentation des marchés, la concurrence et l’innovation.

Commençons par la segmentation des marchés.

Je ne connais pas de manufacturier qui se targue de mettre en vente un mauvais produit. Tous les produits ne sont pas égaux pour autant, car ils s’adressent à différents marchés et à différentes attentes de la part des consommateurs.

Quand il s’agit d’acheter un bien, certains d’entre nous privilégient le faible coût, la variété ou la nouveauté, et d’autres la qualité ou la durabilité. En temps normal, un bien acheté chez Dollarama ne sera pas de la même qualité qu’un autre vendu chez Linen Chest.

Certaines montres seront produites à la main, avec les meilleures composantes et en nombre très limité par des artisans talentueux (et très bien payés), dans un pays où les salaires sont très élevés. Une montre suisse produite de façon artisanale est un produit de grand luxe qui coûtera très cher et qui aura une durabilité exceptionnelle.

À l’opposé, on peut trouver des montres à très petit prix, fabriquées en usine dans un pays asiatique. Je ne gagerais pas sur leur fiabilité à long terme, mais elles indiquent tout aussi bien l’heure, et ce, à une fraction du prix.

Vous pouvez acheter un pull en coton chez Gap qui va se défraîchir beaucoup plus rapidement qu’un autre en cachemire acheté chez Simons. Dans un cas, on privilégie le prix et la nouveauté et dans l’autre, le confort et la durabilité.

Le pull en coton n’est pas «programmé» pour se défraîchir : c’est juste que le tissu réagit naturellement à des contraintes physiques et chimiques au moment de la lessive. Compte tenu du prix d’acquisition, vous ferez aussi bien plus attention à votre chandail en cachemire.

Passons à la concurrence.

Pendant des décennies, la Toyota Corolla avait la réputation d’être la voiture la plus fiable et la plus endurante dans sa catégorie. Toyota soutient même que 80 % des Corolla achetées au Canada entre 1993 et 2013 étaient encore sur la route l’an dernier.

La robustesse et les prix raisonnables des véhicules japonais ont obligé leurs concurrents à améliorer leur fiabilité et leur accessibilité. Les manufacturiers nord-américains ont dû s’ajuster, car les consommateurs les abandonnaient.

La qualité des véhicules s’est tellement améliorée qu’on pourrait les garder en notre possession pendant des décennies, parce qu’ils sont littéralement indestructibles. Quand votre voiture est en panne ou en réparation, vous remarquerez aussi que ce n’est pas le moteur qui est généralement en cause, mais l’électronique ou les composantes qui s’usent immanquablement à l’usage (comme les plaquettes de frein).

Pourquoi change-t-on alors de voitures si elles peuvent rouler encore pendant des années ? Pour toutes sortes de raisons très valables qui touchent à la fois à la sécurité, au confort, aux performances, à l’économie d’essence ou aux respects des normes gouvernementales en matière d’émissions toxiques ; pour avoir accès à de nouvelles technologies (comme la voiture électrique ou hybride) ; ou alors, tout simplement parce que nos besoins changent. Les voitures s’améliorent et elles sont bien meilleures que celles de ces temps anciens qu’on idéalise.

Oui, il y a des consommateurs qui sont plus sensibles au design, à la nouveauté ou au symbole attaché à la possession d’un véhicule, mais ils ne changent pas d’automobile parce que leur ancienne voiture a été programmée pour s’arrêter subitement à une date de péremption.

N’oublions pas non plus que des magazines comme Consumer Reports (aux États-Unis), Protégez-Vous (au Québec) ou 60 millions de consommateurs (en France) décortiquent des centaines de produits à chaque année et les comparent les uns aux autres. Un mauvais aspirateur, une cafetière incompétente, un frigo inepte ou un citron sur quatre roues se font immanquablement démasquer.

La concurrence oblige enfin à l’excellence et à l’innovation.

Nous bénéficions tous des gains réalisés en performance et en efficience, et cela nous conduit à acheter de nouveaux produits qui intègrent ces améliorations.

Mon téléphone mobile est un vieux iPhone 4 qui aura cinq ans cette année — aussi bien dire un dinosaure. Je suis en retard de quatre générations de modèles et de microprocesseurs. Je n’ai pas accès aux versions récentes du système d’exploitation et il y a plein de choses que je ne peux pas faire avec mon téléphone.

Mon téléphone est peut-être obsolète selon les critères du moment, mais il reste un très bon téléphone mobile qui m’offre un accès convenable à Internet. Ce serait toutefois une bêtise de proclamer qu’il a été programmé pour être obsolète. Depuis cinq ans, la technologie et les besoins ont évolué. Ce qui est l’ordinaire des nouveaux téléphones intelligents n’était tout simplement pas offert il y a cinq ans.

Si j’utilisais davantage mon téléphone intelligent pour des applications professionnelles plus lourdes, ou si j’étais un mordu de jeux vidéo, il me faudrait un téléphone comme le iPhone 6, avec ses deux milliards de transistors qui lui procurent 50 % plus de puissance et d’efficacité que la puce précédente.

Ce n’est pas une machination, mais une évolution des besoins qui pourrait exiger que votre appareil soit plus rapide, plus performant et que cela ne se fasse pas aux dépends de la durée d’utilisation permise par la pile.

Dans la même veine, on peut dire que les ordinateurs sont obsolètes dès leur conception, compte tenu des progrès technologiques et de la lourdeur des nouveaux logiciels. Faut-il stopper le progrès pour autant ?

Ceux qui croient à l’obsolescence programmée vont souvent donner l’exemple de l’appareil qu’il vaut mieux remplacer que réparer. Ce serait là l’ultime preuve que les méchants capitalistes veulent nous faire dépenser pour rien.

Je ne crois pas que cela tienne la route. Je fais réparer ce qui vaut la peine d’être réparé. La question ne se pose pas pour une voiture relativement neuve, mais est-ce que je voudrais remplacer la moitié des pièces d’une bagnole qui a plus de 20 ans si je ne suis pas un collectionneur ?

Le cas des ordinateurs est intéressant. Certaines pièces pourraient ne pas être offertes chez mon vendeur ; elles peuvent être chères parce que rares. Il y a des frais de transport si mon ordinateur doit être acheminé à un atelier spécialisé sur le continent ou ailleurs, sans compter les frais de main-d’œuvre.

Il se peut aussi que les nouveaux microprocesseurs ou les nouvelles piles vendues aujourd’hui ne fonctionnent tout simplement pas dans mon vieil équipement. Ces pièces sont généralement plus petites, car les consommateurs préfèrent de nos jours des ordinateurs plus légers et qui consomment moins d’énergie. Ce n’est pas un complot, c’est la demande !

La meilleure proposition économique pourrait être d’acheter un nouvel ordinateur, surtout que les prix, à puissance égale, n’arrêtent pas de baisser.

En dernier recours, les «complotistes» vont invariablement nous parler des ampoules électriques et des cartouches d’encre des imprimantes.

Les ampoules incandescentes étaient le fruit d’un fâcheux compromis physique entre leur luminosité et leur durabilité. Pour les faire brûler plus longtemps, il aurait fallu diminuer leur performance. En ce sens, les ampoules DEL, quasi inusables parce qu’elles produisent moins de chaleur, marquent un grand progrès.

Ah, les imprimantes ! J’ai remplacé la mienne il y a un mois et je suis pris avec des cartouches inutilisables sur le nouveau modèle. Pourquoi ai-je remplacé une imprimante qui fonctionnait bien ? Parce qu’elle ne pouvait pas imprimer à partir d’un appareil mobile, ce qui devenait de plus en plus fâcheux dans l’exercice de mon travail. Toujours le progrès…

Quant à l’encre, sachez qu’il y a dans chaque cartouche assez de technologies pour que le manufacturier prenne la peine d’enregistrer des centaines de brevets. Par exemple, l’encre ne doit pas sécher instantanément sans jamais faire de bavures, et la cartouche doit être simple d’utilisation et se remplacer facilement — sans compter qu’elle doit être parfaitement adaptée au modèle vendu.

De plus, les fabricants ont instauré un modèle économique par lequel ils cèdent à leurs imprimantes à faible prix dans l’espoir de vendre plusieurs cartouches d’encre. Une cartouche moins chère se traduirait par des imprimantes à prix plus élevé.

Malgré tout, certains voient dans ce concept de l’obsolescence programmée le piège ultime du capitalisme. Je me demande pourtant si nous serions plus «verts» et mieux portants si nous roulions tous dans de vieilles bagnoles polluantes et gardions pour l’éternité nos appareils ménagers énergivores.

Je pense au contraire que les innovations nous facilitent la vie et contribuent à notre bien-être.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes de la chaîne Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

69 commentaires
Les commentaires sont fermés.

vous avez raison… procéder à des réductions de coûts dans le développement d’un produit (donc de la diminution de la qualité des matériaux), banalement justifié par l’appropriation de ce produit à un marché spécifique, ce n’est pas de la programmation, c’est de insouciance volontaire!! c’est faire l’autruche derrière votre tas de sable économique !!!

Vous me dégoûtez par cette argumentation fallacieuse !!

Du calme Alex,

Vous avez raison: M. Duhamel SEMBLE ne pas avoir dépassé le cegep et le cours d’économie 101…. ( concurrence pure et parfaite + information libre et disponible à tous !!! )

Mais je crois plutôt qu’ il existe un CONCOURS chez ces blogueurs à gages : Celui qui suscite le plus de réactions gagne un repas gratuit le vendredi….. ( 😉

Je tiens à dire que votre texte est d’une aussi faible analyse que les tenants des théories conspirationniste, en plus d’emprunter un ton clairement méprisant à l’endroit de l’opinion adverse. Vous écartez également les exemples allant à l’encontre de votre position et vous vous situez légèrement à côté de la question tout au long de votre exposé (l’obsloescence programmé n’en est pas une de choix, de progrès et de marketing uniquement mais se situe plutôt dans les défaillances de fonctionnement). Je suis surpris de lire un texte aussi peu rigoureux écrit par un expert de l’actualité économique, traitant d’un sujet aussi complexe et crucial d’autant plus.

À mon avis, votre billet ne mérite pas la note de passage. Au moins il fait réagir.

Bonjour,
J’aimerais savoir pourquoi un tel article d’abord? « La France sanctionnera l’obsolescence programmée » . Cet article est écrit par M.Laurent LaSalle.
Depuis qu’il a tapoté sur son Commodore Vic-20 à l’âge de 3 ans, Laurent est (un peu trop) obsédé par la technologie. Passionné d’informatique et de jeux vidéo, il a notamment été blogueur pour Radio-Canada et chroniqueur techno pour MusiquePlus avant de devenir rédacteur en chef du blogue sur lequel vous vous trouvez en ce moment.
Ce monsieur me semble bine informé. Merci

Petite erreur : un iPhone, c’est 2 milliards de transistors et non pas 2 millions. Et tous doivent être en parfait état de marche.

L’histoire du complot est ridicule, je l’admets. Par contre, l’obligation trimestrielle de performance à l’infini pour les entreprises ne peut que favoriser l’obsolescence. Ou si vous préférez, le déclassement d’un appareil par un autre plus performant, tout en bridant les vieux appareils, même si une mise à jour complète serait souvent possible.
D’ailleurs, pour moi, votre article explique très bien l’obsolescence : croissance à l’infini, concurrence, mise en marché agressive …
De plus, lorsque je vois les milliers de dollars investis en informatique, incluant les téléphones intelligents de M. tout le monde et les réseaux des entreprises, gouvernementales et privées, je suis effaré par le peu de performance. On devrait inventer un ratio utilisation/capacité de l’appareil. C’est là qu’on trouve le plus gros gaspille d’argent et de ressource.
Regardez les téléphones intelligents. On met dans les mains d’analphabètes informatiques des appareils qui ont des capacités infinies. Si on faisait le ratio dont je parle, le coût d’un téléphone dont on a besoin ou dont on est capable de tirer le maximum ne serait pas supérieur à 15$.

« On met dans les mains d’analphabètes informatiques des appareils qui ont des capacités infinies. »

Il y a 2 problèmes importants avec votre raisonnement. Tout d’abord les capacités de ces appareils ne sont ni littéralement ni figurativement infinies. Bien sûr ce sont des outils puissants, davantage que les micro-ordinateurs d’il y a 10 ans à peine, et cela m’amène au 2è problème : une grande partie de cette puissance est utilisée justement pour permettre que ces personnes qui n’y comprennent rien à la technologie soient capables de s’en servir.

En réalité, plus un appareil est compliqué et vise des individus technologiquement analphabètes, plus le coût en ressource devrait être élevé (et donc le coût de l’appareil aussi).

N’oubliez pas que le coût d’un téléphone moderne inclus des dizaines, voire des centaines de milliers d’heures de développement/programmation de plus que les vieux téléphones cellulaires à affichage ACL. Si vraiment, ces analphabètes informatiques dont vous parlez ne peuvent pas se servir d’aucune autre fonction que de faire des appels téléphoniques ou des textos, oui peut-être avez-vous raison en disant qu’ils pourraient se suffire d’un téléphone qui coûterait 15$ à produire.

Par contre, dans le cadre de mon travail je discute à tous les jours avec ces analphabètes informatiques et ils sont capables de faire beaucoup plus que seulement des téléphones, par exemple : lire leurs courriels, aller sur facebook ou télécharger et jouer à des jeux.

Je vous crois bien naïf à vous lire et vous êtes sûrement un adepte de la production à tout prix,
Vous choisissez de mauvais exemples pour étayer vos dires. Personne ne critique que la techno évolue et pour cela change la façon de faire. Je possède une camionnette 1996 que je répare tant que ce pourra mais le constructeur a programmé une obsolescence: le tuyau d’échappement est fabriqué tout métal inoxydable mais voilà que l’union qui joint la partie avant et arrière n’est pas de métal inoxydable. Où croyez-vous que le bris se produit? Ma souffleuse à neige avait des coussinets métalliques qui sont remplacés par des coussinets plastiques maintenant, mon ordinateur de 3 ans doit se faire remplacer un ventile de $20 et il faut tout démonter pour y accéder, j’ai un frigo de 35 ans que je n’ai jamais remplacé et un autre de 12 ans que je dois remplacer, on remplace les ampoules par des 10000 heures qui n’en durent que 2000, une cie de rembourrage que je fréquente fait fortune avec les meubles neufs de concessionnaires qui sont à réparer, vous voulez que je continue…… Oui, je crois en l’obsolescence programmée et l’Europe est en train de se prémunir contre les excès mais pas en Amérique,,, tant qu’il y aura des avocats de la production à tout prix pour remplir les décharges publiques

Monsieur Duhamel,

Aviez-vous des réflexions aussi tordues lorsque vous étiez trotskyste??? Léon doit se retourner dans sa tombe 🙂

Votre texte est rempli de sophismes. En voici un: « Je pense au contraire que les innovations nous facilitent la vie et contribuent à notre bien-être. »

De plus, les cartouches d’imprimantes indiquent qu’il faut les remplacer alors qu’il reste au moins 30% d’encre à l’intérieur; gaspillage et pollution.

Et je précise que les fabriquants d’imprimante n’ont pas fait le choix d’être gentils en nous vendant des imprimantes peu chers et des cartouches très chères, ils ont plutôt constaté que les consommateurs changeaient de cartouche plus souvent.

La plupart de vos innovations technologiques ne servent qu’à une chose: faire tourner l’économie. Je sais de quoi je parle car j’ai travaillé pour le R&D d’une compagnie manufacturière où notre seule occupation était de trouver des bidules inutiles aux produits existants.

Vous ne regardez pas les bonnes affaires pour essayer de détruire le mythe.

L’obsolescence programmée n’est pas un mythe, ce n’est pas un accident, c’est une tactique commerciale. D’un point de vue business, c’est même une bonne idée puisque ça soutient les achats répétés/renouvelés. Ce serait bien d’arrêter de jouer à l’autruche parce que les compagnies ne veulent pas se faire poursuivre en justice.

En électronique, plus particulièrement dans le domaine des ordinateurs de tous genres (de bureau, téléphone intelligent, tablettes, etc), rien en programmation ne justifie qu’un appareil moderne ralentisse autant d’une version du système d’exploitation à une autre au point d’être « lent » (certes il fonctionne toujours, mais la performance disparait de façon assez flagrante).

Pour ce qui est des vêtements, on sait tous depuis une vingtaine d’années que seule la marque justifie le prix au détail d’un vêtement puisqu’ils sont tous plus ou moins fabriqués dans les mêmes usines en Asie dans les zones franches industrielles. Il serait temps de re-lire No Logo de Naomi Klein, ou est-ce aussi un mythe selon vous?.

Les appareils ménagers à contrôles électroniques ne sont pas réparables, c’est voulu. La bouffe marquée de date d’expiration exagérées qui nous font la jeter plus tôt que normal, c’est voulu aussi.

Ce n’est pas un guerre aux mythes commerciaux des anti-capitalistes qu’il nous faut, c’est une guerre à l’hypocrisie bien-pensante des journalistes qui font mal leur boulot.

Vous dites que le phénomène de l’obsolescence programmée est un mythe et que ce n’est pas documenté. C’est tout à fait inexact. On enseigne dans les grandes écxoles comment utiliser les statistiques pour optimiser le rendement. Ce n’est pas une question idéologique, mais une question de survie pour les entreprises. Une entreprise productrice de biens nécessairement remplaçables (persone n’a jamais produit de bien éternel) doit savoir combien de temps durera son produit à un prix donné, ce qui a un effet sur la garantie, sur ses ventes, sur ses profits, sur son actionnariat et à la limte, sur la planète elle-même. Dire que c’est un mythe revient à dire que la conception d’un produit et le choix des matériaux revient à un simple exercice au hasard uniquement basé sur le prix de revient, sans mesure précise de la qualité. La qualité n’est pas qu’une question de prix de revient des composantes, ça se vérifie à l’avance. Une entreprise qui agit au hasard a aussi une survie qui relève du hasard.

Vous avez droit à l’erreur, mais je vous conseille de faire plus de recherches sur la question : l’obsolescence programmée est vitale dans toute économie qui se veut optrimisée. C’est très très loin d’être un mythe.

Vous avez raison sur bien des points mais pas sur le fond. Il est évident que le capitalisme d’aujourd’hui est basé sur la façon de faire le plus d’argent possible pour les actionnaires en fournissant le produit au prix que le consommateur sera prêt à payer, pas nécessairement le prix juste et équitable, et on sait aussi que la durée de vie d’une corporation peut être plus ou moins longue dépendant de sa capacité de faire de l’argent vite sans trop irriter les consommateurs. Les corporations se fichent éperdument du bien-être des gens mais uniquement de leur bottomline, de leurs profits.

Il y a plein d’exemples de produits qui pourraient durer beaucoup plus longtemps mais qui deviennent obsolètes uniquement par le fait de ceux qui les produisent. Par exemple, si vous avez la suite Office for Mac 2008, MSWord ne peux plus fonctionner à 100% depuis les changements au système d’exploitation Yosemite d’Apple parce que Microsoft a cessé de mettre à jour ce logiciel pour nous forcer à acheter Office 2011… qui deviendra obsolète probablement dans la 2ième moitié de 2015.

S’il est vrai que les innovations nous facilitent la vie en général, il est tout autant vrai que le profit est le seul but des corporations et celles-ci doivent miser sur le fait que les biens deviennent obsolètes si elles veulent durer un peu plus longtemps. Ça, c’est un fait.

J’ai été un peu perturbé par cette affirmation:

« Ce n’est pas une machination, mais une évolution des besoins… »

Je suis comme vous et n’y vois pas de machination, mais plusieurs d’entre nous se questionnent sur cette « évolution des besoins ». Quelles sont les besoins comblés par un objet qui, il est vrai, apporte un peu plus de performance que son prédécesseur, mais en définitive, comme vous le mentionner pour votre iphone 4, n’apporte que bien peu de changement? Quel est cette nécessité qui nous pousse à de constante innovations qui en définitive ne fait qu’encourager une compétition constante et qui semble avoir de la difficulté à respecter ceux qu’elle ne privilégie pas. La nature ne se charge t’elle pas déjà assez de nous diviser sans que nous y mettions une pression de plus? Peut-on découvrir quelque chose de plus grand et de plus profond en diminuant le rythme?

Je ne poserai qu’une dernière question:

Croyez-vous qu’une diminution de la vitesse des découvertes que nous apporte notre mode de vie actuelle signifie la destruction de l’humanité?

Et à titre de réponse j’aimerai dire ceci:

Pour s’élever, je crois que l’Homme a de besoin d’amour et non de peur.

Monsieur Pierre Duhamel, votre billet me convainc totalement.
C’était ce qui me manquait pour me demander si je devais ou non continuer à lire vos propos quasi religieux, vos croyances inconditionnelles en faveur de tout ce qui appartient à la finance.
Comme ils sont bons pour nous vos zamis!

Plus je vous lisais et plus ma banque de données accumulaient les exemples à clavierpoter pour détruire vos idées sur ce dernier mythe qui pourrait trahir la malhonnêteté de ceux pour qui vous prenez le crachoir ainsi et la vôtre.

En lisant les commentaires j’ai constaté qu’il semble que jusqu’à maintenant 100% des intervenants sont de mon avis, enfin, ne sont pas du vôtre.
C’est certain que mes exemples et mon exposé seraient certainement les meilleures entre tous, mais je sauverai du temps en m’en contentant.
Surtout je ne gaspillerai pas mon temps d’avantage. Il semble bien que ce ne sera pas nécessaire. Naïfs ou malhonnêtes, ceux qui pourraient partager vos vues naïves ou malhonnêtes sur l’obsolescence programmée semblent absents, les doigts trop gelés pour écrire à cause du froid intense alors que la dernière fournaise installée il y a deux ans sans aucun doute en a été victime ou se font très rares si non inexistants.

Je tiens à souligner vigoureusement cependant en terminant, que le chef de fils en la matière,
le roi en obsolescence programmée,
en malhonnêteté en promesses non tenues,
en mise-en-marché agressive et irrespectueuse voir abusive de ses clients,
de l’inondation de produits qu’il sait déjà à la mise en vente qu’ils sont défectueux et qu’il se charge par des mises-à-jour de camoufler les problèmes en diminuant les performances pour prolonger leur vie au delà de la période de garantie pour qu’il n’ait pas à les réparer ou encore à les remplacer à ses frais
est le très grand manufacturier qui offre ses produits aux prix de l’or et des diamants: APPLE.
Pourquoi ne pas en faire un billet démontrant la grandeur d’âme et de générosité pour sa clientèle du fabricant de votre iPhone?
J’en aurai long, très long à raconter!
Je prendrais les heures nécessaires pour ne rien oublier.
Je songe de plus en plus a en faire un blogue dédié.

Ont attend ce blog avec impatience. Ont veut la liste de ces appareils soit disant défectueux. J’ai sept produit Apple sous la main et j’aimerais savoir ce qui les attends.

Mais Marcel II, n’attendez pas après moi ainsi, aussi bien pourvu en produits aussi prestigieux, vous devez bien savoir faire une recherche sur le web.
Moi aussi je possède des produits de cette célèbre marque, cinq pour être exact.
Mais à part vous et moi, sur la terre il y a eu et aura encore beaucoup d’autres propriétaires ou locataires de produits de cette marque.

Le premier iPad qui a cessé d’être supporté après un peu plus d’un an d’utilisation. Que je n’aurais pas acheté si il avait été facile à l’achat de savoir la quantité de mémoire RAM il était pourvu. Tout ses compétiteurs indiquent cette particularité sur les étiquettes de vente dans les magasins et sur leurs boîtes d’emballage. Et voilà pour la transparence, Apple garde tout secret comme des stratégies guerrières.
Le iPod 4 qui lui aussi a cessé d’être supporté après moins de deux ans.
Un iMac payé $3,000.00 en septembre 2011 qui a eu un problème de carte graphique qu’Apple a dissimulé aussi longtemps que possible.

Et c’est là que j’ai commencé à en connaître plus sur celui qui est considéré comme le plus grand. D’aveugle sur les stratégies d’affaires dans tout les domaines, j’ai rapidement été éblouis par autant de magouilles.

Et depuis et avant j’ai découvert que les Macbook Pro et d’autres aussi de LA marque ont aussi souffert de problèmes de cartes graphiques à répétition et ce depuis le début du siècle.

Malgré ses faits connus dès leurs mises-en-marché, la petite pomme mesquine a toujours nié la situation, a camouflé les faits, envoyé des mises-à-jour pour diminuer les performances des appareils dans le but de retarder les conséquences autant que possible au delà de la période de garantie et imposer aux clients naïfs surtout, ignorants et peu combatifs de payer les réparations.
Les cartes graphiques ne sont qu’un aspect de la situation. Qui d’ailleurs fait présentement l’objet d’un recourt collectif aux états-unis contre cette pomme…qui continu bien évidemment à nier les faits.

Il y a aussi l’offre d’achat d’un nouvel appareil neuf au store pommé si vous brisez l’écran de votre iPod, iPhone, iPad prétendument irréparable. Si vous rouspétez un peu, cette firme poussera alors sa bonté envers le client que vous êtes, en vous donnant un rabais de quelques dizaines de dollars. Et pourtant, sur internet mais aussi dans un magasin indépendant situé à Montréal, pour moins de $30. vous pourrez acheter un kit de réparation et si vous ne vous sentez pas la main assurée pour ce genre de manipulations, pour un autre $30. vous pourrez faire effectuer la réparation sur place. Soixante dollars est quand même mieux que $250. et plus.

Je m’arrête ici…ou presque. Et voila pour le matériel pour aujourd’hui. Cherchez et vous trouverez. Vous trouverez que le positif si vous ne voulez pas voir toute la réalité.

C’est sans compter les mises-à-jour du système qui apporte toujours son lot de surprises négatives…alors qu’Apple en a vanté que les mérites des gains souvent minimes en omettant tout ce que vous perdrez au passage en plus de toujours avoir de plus en plus de main mise de la firme sur ce que vous faites et vos données et de bénéficier de cadenas dont seul Apple a toutes les clés de l’appareil que j’ai payé $3,000.
D’ailleurs du jour au lendemain, si l’éditeur indépendant qui vous fournissait un programme jusqu’à là, décide de ne plus le mettre à niveau, tout ce que vous avez fait devient alors indisponible. J’ai déjà perdu ainsi 3000 heures de travail en données impossible à consulter. J’en suis maintenant à tripler certains documents sous diverses formes.

C’est sans parler des programmes offerts soit disant gratuitement par la très généreuse firme qui perde aussi en fonctionnalités que vous aimiez peut-être mais que vous retrouvez put-être soudainement offertes à l’achat d’un logiciel d’un éditeur « indépendant ».

Un éditeur dernièrement, nous a averti qu’il ne supportera plus les OS et IOS à part les derniers. Ça veut donc dire, que tout ce que son programme contient y compris les données personnelles ne sera plus disponible à moins d’acheter un appareil tout neuf.
Forme d’obsolescence programmée?
Entente avec Apple pour forcer l’achat de nouveaux appareils?
Ils nous assurent que non!

C’est d’ailleurs à se demander si j’ai acheté mes produits d’Apple ou si je les ai loués à vie.

Une chose est certaine, j’utilise le même programme de comptabilité depuis 2001 sous Windows, même s’il n’est plus produit et supporté depuis environ 2007. Il fonctionne toujours même sous W7 et 8. J’y fais toujours ma comptabilité une fois chaque semaine en plus d’utiliser un programme sur Apple. La seule fonctionnalité qui ne fonctionne pus est la possibilité de se connecter aux sites web des banques et des firmes financières, ce que je n’utilise pas de toute façon.

En voulez-vous d’autres?

En ce qui me concerne, ici, ce sera tout.

Je songe toujours à faire un blogue dédié. Peut-être qu’Apple y achètera-t-il de la publicité ?
Je l’écrirai avec un pc.
Car je suis à reformater toutes mes données avec des programmes Windows.
Je ne serai plus un pourvoyeur de produits Apple.
Si depuis les cinq années bientôt que je suis passé de Windows à Apple autant de dictature a été imposée par cette firme qu’en sera-t-il dans cinq ans.
D’ici là et bien avant, j’aurai la véritable clé de mes choix.

P.S.: Une petite dernière: pour faire le traitement de photos et de vidéos j’utilise souvent beaucoup de filtres, en choisissant dans des quantités de plusieurs milliers de photos et aussi j’utilise des programmes musicaux consommant de la puissance et de l’énergie et le tout demande un ordinateur performant. Hors avec les nouveaux appareils de cette firme, aucun ne peut faire le travail adéquatement et surtout facilement. Au store on m’a suggéré le nouveau Mac Pro qui serait à la hauteur de la tâche. Son prix pour mes besoins, selon eux: au moins $4,500. Et pourtant un pc portable de $2000. fait le même travail avec toute la satisfaction demandé.
Les nouveaux iMac sont des bébèles pour ado qui passent leurs journées au lit sur le net à communiquer à la seconde ce qu’ils font. Ceux qui sont des joueurs véritables (ce qui n’est pas mon cas) ont des pc. Les cartes graphiques fournies par Apple ne supportent pas le travail pour les derniers jeux les plus populaires.

En voulez-vous d’autres?

Ouais…. Mais l’important cé pas ca, cé cool d’avoir la pomme, en plus ca montre mon pouvoir d’achat et pis d’ailleurs cé quoi qu’on voit dans tous les films…. Cé du apple…. Ben cé pasque cé le mieux… ( 😉

Effectivement c’est cool d’être capable de monter sa vitrine de produits branchés lorsque l’on en a les moyens ou que papa et maman payent.
Mais lorsqu’on est « autonome » pour soutenir toutes les nouveautés plus au moins utiles qu’Apple et d’autres offrent abusivement à tout les quelques mois, certains/plusieurs/beaucoup deviennent incapables de subvenir à leurs besoins de bases, de payer leur loyer du mois, leurs frais de scolarité de la session prochaine et ont besoin plus de subventions ou de la gratuité scolaire mur à mur.
Mais, tout de même, ils ont la possibilité de le communiquer en temps réel 24 heures sur 24, où qu’ils soient au travers la planète et même au delà!

J’eu une expérience semblable avec Apple.

La prochaine fois ce sera un pc et Chinois.

Les produits occidentaux deviennent lentement les plus mauvais de la planète.

Chinois… Occidentaux…
Existe-t-il des ordinateurs fabriqués, pas qu’assermblés mais fabriqués en occident avec des pièces fabriqués en occidents?

Obsolescende programmée ou pas, il reste que le grille–pain basse gamme que j’avais acheté dans les années 80 avait duré plus de 25 ans, tandis que les deux grille-pains (aussi de basse gamme) que j’ai achetés après sont fini dans le bac à recyclage (démantelés), chacun après deux ans. Au lieu de parler de complot, il faudrait peut-être penser que la mauvaise qualité de nos produits aujourd’hui est due au fait qu’ils sont produits essentiellement en Chine, par des travailleurs surchargés de travail et mal rétribués. Morale de la leçon : je n’ai plus de grille-pain.

Comme on peut facilement dire que c’est la même chose pour la majorité des appareils que nous achetons, avez-vous encore un réfrigérateur, une cuisinière, une laveuse et le reste?
Si non, avez-vous encore l’électricité Pierre?

p.s.: En 2015 on peut faire effectuer n’importe quel travail selon nos spécificités presque partout dans le monde, y compris en Chine.
Je vous rappel que les appareils grand public vendus les plus chers en informatique, considérés à tord à mon avis, comme la référence en la matière et du haut de gamme, sont des produits de la firme Apple qui sont aussi fabriqués en Chine par des travailleurs mal payés et subissant des conditions souvent condamnables.

Des si non les grilles-pains de hautes gammes sont aussi fabriqués en Chine ou en Inde.
Au fait qu’est-ce qui est du haut de gamme?
Un grille-pain équipé de toutes sortes de fonctionnalités y compris vous permettant de faire bouillir de l’eau ou qui st fabriqué avec des composantes de qualités, dans les deux cas vendus beaucoup plus si non trop cher?

Au fait, existe-t-il en 2015 et depuis plusieurs années, des grilles-pains ou d’autres appareils, même payés plus cher, beaucoup plus cher qui nous garantissent qu’ils ont été construit avec des composantes de hautes qualités et avec soin?

Au fait, du bas de gamme ou du haute gamme, les garanties sont les mêmes. Les garanties de base ou prolongées sont offert pour les mêmes périodes.
Il n’y a pas très longtemps le compresseur de tout les réfrigérateur étaient garantie pour 10 ans. Aujourd’hui cela varie entre 1 et 2 ans en garantie de base, et l’offre de garantie prolongée ne dépasse pas 5 ans.
Combien coûte cette garantie?
Entre 20 et 50% du prix total de l’appareil.

Si pour monsieur Duhamel tout ceci s’explique, pour moi aussi ça s’explique.
Pour moi, c’est que vous ne payez pas, vous ne payez plus, vous ne pouvez même plus avoir le choix de payer plus cher pour obtenir plus de qualité, mais pour avoir plus de fonctionnalités….comme un grille-pain connecté au web peut-être pour le mettre en marche de la chambre à coucher ou encore avec une minuterie qui vous réveillera en même temps que vos toasts seront prêtes.
Si la qualité était au rendez-vous, les garanties de 10 ans pour les électro-ménagers entre autres existeraient encore et pourraient variées selon le prix payé qui offrirait donc une qualité des composantes en conséquence.
Hors ce n’est pas le cas!

La base des affaires est le capitaliste.
Ce capitaliste pour fonctionner adéquatement pour remplir les poches de 1% de ceux qui possèdent la majorité des richesses de la planète doit produire et vendre en quantité.
La qualité, la véritable ne permet pas et n’oblige pas de renouveler les appareils rapidement.
Bas de gamme ou haut de gamme, en cas de bris, on vous offre l’achat d’un nouvel appareil, pas de le réparer. On vous dira que ça coûtera trop cher. Mais aussi dans un très grand nombre de cas, les pièces de rechanges pour faire des réparations ne sont pas produite. Ce n’est pas pour rien qu’en cas de bris, il arrive souvent, comme pour des ordinateurs entre autres, on vous garantie un remplacement sans attente. Il n’y aura pas de pièces de disponible pour en faire les réparations…du moins facilement.

Il y a quelques années j’ai acheté un réfrigérateur LG. Deux mois après la fin de la garantie prolongée de 2 ans, à la place de celle de base de 1 an, ce qui a coûté plus de $200., il c’est mis à ne plus garder la température adéquate. Diagnostic: compresseur à changer pour….$900. Comme dans les 2-3 jours que cela a pris pour connaître ce résultat la situation a empirée et nous avons décidé d’acheter un nouvel appareil SAMSUNG pour $980. sans garantie prolongée. J’espère qu’il ne consultera pas cet écrit et n’en profitera pas pour me faire mentir dans les prochains jours, car y tough encore après 5 ans.

Oui, j’ai encore l’électricité. Mais je vois que vous manquez de quelques étincelles.
Mon petit commentaire faisait allusion au fait que beaucoup, voire la plupart des produits aujourd’hui sont de moindre qualité qu’auparavant, peu importe la gamme.
Ce n’est pas une opinion fondée sur des études comparatives, mais sur ma modeste expérience. Et mon explication pour tout cela : la piètre qualité du travail.
À son tour, ce dernier est dû au fait que la plupart des produits que nous pouvons acheter sont produits en Chine, où les droits des travailleurs sont bafoués, ou en Inde, où ils sont très limités. Des pays qui sont les paradis du capitalisme post-moderne : un régime dit communiste qui gère une économie clepto-capitaliste où le capital n’a pas d’opposition, et un État soi-distant démocratique contrôlé par des nationalistes fascisants.
Ai-je tort ? Peut-être.
En tout cas, le pouvoir d’achat des travailleurs ici comme ailleurs dans les pays dits développés n’a pas bougé beaucoup depuis 30 ans par rapport au taux d’inflation et le taux de profit des grandes entreprises, ce qui explique pourquoi beaucoup de gens comme moi en ont marre de la pacotille que l’on retrouve sur les étagères.

C’est parce que je ne comprend pas du tout ce que à voir vos explications, et en quoi il y a un rapport entre les chinois qui exécutent et le système dans lequel ils vivent, dans la mesure ou les produits qu’ils fabriquent le sont selon une commande précise d’un américain, d’un canadien, d’un australien, d’une petite compagnie ou d’un consortium, d’une grosse firme internationale, et que nous achetons sur les tablettes d’un marchand ou que nous commandons en ligne.
Le produit est de la qualité commandé selon les spécifications exigées.
Le problème n’est pas le système idéologique dans lequel peu importe qui le fabrique, ni celui qui le fabrique, mais les exigences du fabricant et les consommateurs que nous sommes qui achetons toutes les merdes sans rouspéter ou si peu !
Quoi que si on veut un produit de très haute qualité, même si on est prêt à payer ce qu’il en coûterait, c’est à se demander si ça existe: haute qualité et durabilité ? Je ne crois pas!

Le problème c’est que l’on ne contrôle pas la qualité des produits. Quand les entreprises occidentales délocalisent, elles font de la sous-traitance et font fabriquer les produits en Chine, en Inde et ailleurs par des entreprises locales. Par ailleurs, beaucoup des entreprises qui nous vendent des produits sont chinoises et indiennes. En tout cas, désormais les pièces pour fabriquer un produit viennent de partout et sont assemblées dans un dernier pays d’où partent les produits. Quand ces produits arrivent dans les ports canadiens, par exemple, ils ne sont pas vraiment contrôlés : au maximum, 1% des produits passent par une vérification de la douane. La qualité en tout cas d’un produit est directement liée à la qualité du travail. Un travailleur qui oeuvre 60-70 heures par semaine, qui habite dans un dortoir mal airé (loin de centaines de kilomètres de sa famille) et qui attend son salaire pendant 3 mois ne fait pas un bon travail. Voilà la raison pour laquelle les produits que l’on achètent sont de piètre qualité.

le choix de répondre n’étant plus offert, je réplique ici à votre écrit: Par Pierre R le 6 février 2015 à 15 h 43 min.

La qualité des produits est ce qu’elle est parce que les manufacturiers/fabricants/marchands les ont commander et/ou fait effectuer ainsi, point à la ligne.
Si les produits mis sur le marché sous la bannière de Canadian Tire commandé du fabricant Black and Decker qui a fait fabriqué ses produits par telle usine en Chine jugeaient les produits reçus non conformes à ses attentes, spécifications et devis, il ne les mettrait pas sur les tablettes pour ne pas salir son nom et ferait fabriquer à l’avenir ailleurs.

Regardez autour de vous, ici au Québec, des pères et des mères qui travaillent au salaire minimum en occupant plusieurs emplois différents et qui travaillent 60–70 heures par semaine sont très nombreux. Mais d’autres aussi qui le font avec de bons revenus pour toutes sortes de raisons.

Pierre R nous ne devons pas vivre sur la même planète vous et moi.

Sir Decelles: On vit sur la même planète, mais vous, dans votre grande ouverture d’esprit, me traitait d’extraterreste. Peu importe ! Malheureusement, les détaillants et les entreprises ne vont pas nous dire combien de produits défectueux sont retournés (et parfois refilés à quelqu’un d’autre). Sans compter que beaucoup de consommateus finissent par jeter les produits sans les retourner car cela ne vaut pas la peine de le faire, faute de temps ou du bas prix du produit lui-même.

Peu importe les produits, nous sommes d’accord sur une chose: la qualité n’est plus au rendez-vous peu importe ce que vous êtes prêt à payer. Plus c’est cher, plus il y a de fonctionnalités, je l’ai écrit plus haut, le plus souvent que plus de gadgets inutiles et qui dénature au final le produit…

Ceci écrit, pourquoi vous diminuez-vous autant et volontairement.
Qu’est-ce qui dit que l’extra-terrestre n’est pas moi.
Les vendeurs avant ou après vente, ont souvent hâte de se débarrasser de moi.
J’ai l’impression alors d’être le seul sur la terre à rouspéter, à contester les affirmations et les promesses à deux sous, à ne pas prendre pour du tout cuit toutes les balivernes invraisemblables que l’on nous proposent.
En plus quand j’ose critiquer la grande, la grande APPLE, j’ai l’impression de sortir d’un autre monde, tant les religieux orthodoxes, extrémistes voir terroristes de la marque me regarde avec haine et mépris. Je serai agressé par un kamikaze sous peu que je n’en serais pas surpris.
Mais à moins que ma mort s’en suivre, je ne suis pas à la veille de me taire.
Je suis cependant découragé de voir autant de moutons ignorants qui embarquent dans les trains de la bêtise et des conneries abusives des publicités, des modes et des compagnies ainsi que des discours de nos politiciens, des défenseurs de la droite et de l’indéfendable. Ce billet de monsieur Duhamel est d’ailleurs très éloquent en ce sens.

M Duhamel vous avez toute ma sympathie, vous essayez d’expliquer la base du capitalisme (une méritocratie ouverte à tous dont les participants sont en concurrence) à une bande d’illettrés économiques et vous vous ramassez avec une volée de bois vert!!!

Faut croire que dans ce cas vous avez touché un point sensible mais vous avez raison l’obsolescence programmée est bien un mythe. Évidemment la qualité offerte est souvent un compromis pour offrir un prix plus bas. Plus de qualité coûte plus cher et les acheteurs le savent très bien. Autrement dire que les fabricants s’entendent pour offrir des biens de qualité moindre est une absurdité dans une économie libre, concurrentielle et bien réglementée.

Par contre la collusion pour en donner moins pour le prix est tout à fait normale dans une économie moins libre où la concurrence est restreinte notamment par la réglementation. La commission Charbonneau nous a fourni suffisamment d’exemples…

Wouawww, Concurrence pure et parfaite, bien règlementée ( mais sans d’État restrictif!!!). Marché libre…. dans lequel, l’information circule parfaitement…

Eh Eh. C’est-ti pas beau cela!!! Et les causes des collusions sont gouvernementales et non par la cupidité cro-magnonne de certains acteurs privés du merveilleux monde de la prédation sans bride…

Vite, Vite, un rafraichissement de vos connaissances: LE PRIX DE L’INÉGALITÉ » par Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d’économie

Bien Sûr, qu’il y aura toujours des inégalités…. Ce sont de TROP grandes inégalités qui provoquent les CRISES….

Il y a aussi cette mode qui consiste à évincer tout ce qui choque l’éthique ou les mœurs du moment par ce simple qualificatif: théorie du complot. Évidemment personne ne désir être désigné comme «complotiste», mais c’est tellement surutilisé et simpliste comme »argumentaire » (notez les guillemets) que ça ne veut plus rien dire… Il y a même ce moment au cours de la lecture où on se demande me prend-t ‘il pour un(e) imbécile ou est-il… Comme lectrice, je m’attends à une rigueur intellectuelle. Je ne lis pas pour me demander si l’auteur fait preuve de paresse intellectuelle ou s’il désir simplement me convaincre de son point de vue avec l’idée que tous les lecteurs sont ignares. Alors laissez-moi vous informez que votre »mythe », votre »théorie du complot », soit l’obsolescence programmée était des plus en vogue dans les années 30 comme solution à la grande dépression. Bernard London auteur du document «Ending the depression through planned obsolescence» y a grandement contribué. On voulait même que Roosevelt passe une loi permettant de taxer les consommateurs qui conservait leurs biens trop longtemps sans les renouveler. Ce qu’il ne fit pas évidemment mais le concept a néanmoins fait grand écho. Brooks Stevens, designer industriel, a popularisé l’expression et une forme privilégiée du concept ( l’introduction du concept de mode pour les objets quotidiens) via des articles, conférences, cours, etc., à tel point que c’est devenu une expression courante. Et au fait, depuis peu, la France a mis en place une loi contre l’obsolescence programmée (i.e. contre la théorie du complot dans votre jargon)… où la peine encourue est jusqu’à deux ans de prison et 300 000 euros d’amende… Bref si vous désirez convaincre qui que ce soit de votre point de vue, ayez d’autres arguments que la négation de l’existence d’un concept économique connu. (Vous savez, lorsque quelqu’un tente de vous convaincre en tenant d’induire une distorsion ou une omission de faits, la première idée qui nous vient en tête est que son intérêt ne sert pas le nôtre). Ou si vous désirez informer, soyez-le vous-même avant tout. Un niveau au-dessus, tentez de faire partie de la solution en amenant des idées nouvelles permettant de concilier les besoins économiques, sociaux et environnementaux. Cela demande néanmoins beaucoup plus d’intelligence et d’effort que simplement crier à la théorie du complot.

La droite, la gauche… soyons honnête
De toute évidence, le sous-entendu de votre texte est que la gauche est «complotiste» puisque associée aux politiques sociales et environnementales… Vous êtes probablement bien au fait des politiques françaises et européennes concernant l’obsolescence programmée. Le but de votre texte est bien évidemment d’influencer l’opinion pour éviter que le débat ne se transporte jusqu’à notre scène politique. Ne nous le cachons pas, la durabilité des biens diminue la consommation et l’obsolescence est une véritable manne pour la pérennité économique des entreprises. Le problème est que les ressources sont finies, que les déchets engendrés par cette fabrication effrénée de produits contamine notre environnement et met en péril la santé et la vie, rien de moins. Ceci dit, le problème est de taille. L’obsolescence programmée, qu’elle soit issue du niveau technique ou de la création du besoin de nouveautés, est le moteur permettant le succès du système capitaliste, celui même qui régit notre société tout entière, rien de moins. Entendre les prêcheurs de la droite dissocier toutes activités économiques de ses conséquences néfastes (vous avez même remplacé la religion au titre des grands détracteurs des connaissances scientifiques) autant que ceux de la gauche minimiser les bienfaits que peuvent amener le système capitalisme par rapport aux autres existants, est soûlant. Ce sont des croyances et vous niez systématiquement ce qui confronte vôtre idéologie. Vous tentez même de freiner la réflexion d’autrui par des procédés grossiers de peur de perdre ce que vous croyez vous est le plus utile. Sachez que vous faites partie du problème, pas de la solution.

Vous avez raison. Toujours la même morgue. Le message est clair: « Si vous n’êtes pas d’accord avec moi, vous êtes des attardés »

J’ai peur d’être mal compris, je suis 100% d’accord avec Mélanie bien sûr et la « morgue » dont je parle est celle de l’auteur de l’article.

Il faudrait bien qu’un jour cette maladie soit ajoutée dans le livre les règlementant…pour pouvoir soigner adéquatement les économistes qui en sont atteint !!!
J’ai bien apprécié lire votre commentaire qui fut éducatif, clair et savoureux !

Mélanie, votre commentaire est hautement informatif et fait preuve d’un esprit critique remarquable….

Vous avez raison: « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».
Ceux qui pensent qu’une croissance illimitée est possible sur une planète aux ressources évidemment limités sont soit des fous, soit des économistes!

— Permettez-moi de relever une phrase… parmi tant d’autres : « Une montre suisse produite de façon artisanale est un produit de grand luxe qui coûtera très cher et qui aura une durabilité exceptionnelle. »

Pourriez-vous me citer quelles marques de montres Suisses sont fabriquées actuellement de manière artisanale ? À ma connaissance aucune, ce sont des produits de « haute technologie » et de grande valeur ajoutée. Comme ces produits sont exceptionnels, il est possible d’offrir des garanties à vies pour certains modèles.

L’industrie horlogère Suisse a qui plus est la grande intelligence de produire des gammes de produits, de très bonne qualité à presque tous les prix. On peut s’offrir en effet des montres Suisses pour à peine plus chères que des montres plus ordinaires façonnées ailleurs.

C’est à la fois ce double standard qualitatif et quantitatif maintenu au fil du temps, qui permet encore aujourd’hui à ce petit pays d’être tête de fils sur plusieurs marchés, incluant l’horlogerie, mais pas seulement. Nous sommes assez loin ce me semble de ces conceptions simplistes en matière d’artisanat que nous lisons là.

J’aimerais ajouter encore, que la Suisse n’a pas attendu que le mot soit à la mode pour choisir à tous niveaux, les principes du développement durable qui usuellement plaisent à ces écologistes que vous décriez, lesquels n’auraient « naturellement » rien compris au capitalisme.

— Bref résumons : Les Suisses, tout comme les écolos forment une grosse gang de demeurés, attardés (probablement mentaux), qui n’ont strictement rien compris à l’économie de marché. L’économie de marché n’ayant d’ailleurs nullement besoin d’être capitaliste pour pouvoir exister.

En conclusion : Je pense que les Thomas Edison et Nicolas Tesla de ce monde apprécieraient cet article à sa pleine valeur, des gens promis à imaginer un : « fâcheux compromis physique »…. Vraiment ce billet était bien divertissant, il aura à tout le moins contribué à me faire retrouver ma bonne humeur proverbiale 🙂

Il y a quand-même quelques entreprises de mauvaise foi. Je ne sais plus si c’est à La Facture ou une autre émission qu’un électricien a ouvert le moteur d’un ventilateur et déroulé le fil pour révéler un fusible qui n’avait rien d’autre à faire que de stopper le moteur une fois détérioré. Le fusible enlevé et le fil soudé ensemble comme il aurait dû l’être dès le départ a donné un ventilateur à la vie largement prolongée. Tout ce travail fait chez un réparateur coûte plus cher qu’acheter un appareil neuf, donc quand il est grillé, on est grillé.

Le gros de la baisse de qualité vient quand-même de notre comportement de consommateurs qui cherchent toujours le plus bas prix. Dans les années 70, il était pratiquement impossible de trouver un frigo à moins de mille dollars. Aujourd’hui, on en trouve à moins de cinq-cents dollars. Difficile de construire aussi solide à ce prix! Internet accélère encore la chose. On fait une recherche sur un produit; on classe par ordre inverse de prix et on commence par le moins cher. Peu de gens se rendent en bas de la liste pour voir les plus chers qui ne sont ainsi pratiquement jamais affichés et demandés. C’est aussi pour ça qu’il y a moins de service dans des avions aux places de plus en plus petites; la majorité des billets sont achetés sur des comparateurs de prix…

« Certains voient dans le concept de l’obsolescence programmée le piège ultime du capitalisme.” (Pierre Duhamel)

Donc l’obsolescence ne serait pas un piège? OUFF!

Vous parlez d’électroménagers c’est-à-dire un grille-pain, un frigo, etc et vous dites obsolescence programmée. Connaissez-vous les programmes des grille-pains?

Pour parler d’obsolescence programmée il faut qu’il soit possible de programmer dans le temps un appareil qui fonctionne avec un programme numérique. Sinon ce n’est pas programmé et c’est souvent une petite pièce difficile d’accès qui lâche.

En fait, que connaissez-vous des électroménagers? Avez-vous été mécano de laveuses dans une autre vie? Moi je l’ai été nécano de haute performances auto.

« Cette réalité «indéniable» — que nous serions «tous à même de constater» — n’est jamais documentée au-delà de l’anecdote et encore moins prouvée. Et il y a une bonne raison pourquoi personne n’en a fait une démonstration scientifique : c’est que ce phénomène n’existe pas. »

Ce que vous écrivez est absolument faux M. Duhamel.

Jacques Quenouilles, Yves P et Marc Ménard vous donnent des liens informations très pertinentes.

La documentation pour mettre à 0 les datas des imprimantes Epésun existe. C’est un logiciel russe sur le net qui sauve l’imprimante des rebus voulus par Epésun. Je l’ai utilisé et sa marche très bien.

D’ailleurs Apple a été poursuivie pour refuser de changer les piles et a été obligé de changer les piles de ses appareils.

Vous parlez d’automobiles.
Croyez-vous que les concepteurs de GM était à ce point ignorants et imbéciles pour concevoir et mettre sur le marché les affreux Chevrolets Vegas et Pontiac Astre? Ou s’ils le savaient?

Mous essayez de nous mêler avec innovation et obsolescence et c’est tout juste si vous ne dites pas qu’il faut faire moins bon pour créer de l’emploi et faire des affaires.

Les néo-conservateurs ont le conspirationnisme facile et sensible.

Je ne comprend pas comment vous pouvez affirmer que Protegez-vous et compagnie puissent détecter le manque de durabilité des produits?

Article intéressant.

Article écrit d’abord pour les intérêts du commerce et du système capitaliste.

Article qui rend occulte les conséquences du commerce effréné: à savoir des accumulations gigantesqeus de déchets de plastiques et de déchets chimiques qui s’accumulent ailleurs sur la planète et que l’on ne veut pas voir.

Je persiste à croire qu’il faut changer notre manière de faire l’économie à partir des leçons apprises avec ces deux vieux systèmes (capitalisme et communisme): ce qui veut dire opter de plus en plus pour une économie mixte!

Nous devons de plus en plus changer notre notion du confort. Pour moi, le confort, c’est d’abord de respirer de l’air pur, de boire une eau propre et cristalline, d’avoir un toit et de la nourriture de base.

Voyagez un peu à l’extérieur de l’Amérique du Nord et de l’Europe. Allez dans des pays d’Afrique ou d’Asie et vous allez vite vous rendre compte que des millions de gens n’ont pas accès à ce confort de base.

Tous ces nouveaux gadgets qui nous facilitent trop la vie ou qui nous distraient, s’ils menacent ce confort de base, et bien, je serais prêt à m’en passer pour assurer la bonne santé de cette planète.

S’il vou plaît, usons de note imagination non seulement pour innover mais aussi pour gérer nos déchets!

Je parierais ma chemise qu’il y a beaucoup plus de produits qui sont remplacés par l’attirance des gens à la mode du mois que par l’obsolescence programmée…

Et je parierais ma chemise,

que cette attirance consommatrice soit, en bonne partie causée, par une propagande publicitaire, aidée par des JOURNALISTES À GAGES qui nous incites à détourner nos neuronnes de notions néfastes à une idéologie marchande sources de tous les BONHEURS……

« Je parierais ma chemise qu’il y a beaucoup plus de produits qui sont remplacés par l’attirance des gens à la mode du mois que par l’obsolescence programmée… »

Je paierie que tu vas la perdre ta vieille chemise, et que même que tu risque te ramasser tout nu.

Les entreprises sont là pour faire de l’argent rien d’autre. Rien ne les empêche de faire de leur produits qu’ils seront « scrap » dans deux ans ou trois.

Le public à la mémoire courte comme en politique.

Il y a plein d’exemples pour le prouver.

AHHHH , J’oubliais: si ce n’est pas défendu…, alors….

Et aussi, Démembrons les États qui tentent de règlementer les excès qui plongent la société dans un dépotoir de plus en plus vaste….

Sommes-nous libres de vouloir se détruire ou pas….? De toutes façons, avons-nous les compétences nécessaires pour en décider..?. Nous, humains de peu d’ESPRIT CRITIQUE…..

«Cette réalité «indéniable» — que nous serions «tous à même de constater» — n’est jamais documentée au-delà de l’anecdote et encore moins prouvée. Et il y a une bonne raison pourquoi personne n’en a fait une démonstration scientifique : c’est que ce phénomène n’existe pas.» Haha! Vous êtes drôle! Vraiment? Pourquoi ne pas jeter un coup d’oeil à ce clip : https://www.youtube.com/watch?v=x228WYJqFAE et il y en a d’autres si vous vous donnez minimalement la peine d’effectuer une recherche.

Je me rappelle d’une poursuite collective contre Sony (je crois) parce qu’une pièce dans leurs lecteurs CD flanchait peu après la fin de la garantie. La compagnie a été reconnue coupable et condamnée pour obsolescence programmée. Je n’ai malheureusement pas retrouvé de référence.

Un autre exemple, ce sont les IPOD des trois premières générations, dont les boitiers étaient fermés, ce qui rendait le remplacement de la batterie impossible. Ces batteries flanchaient après un an et demi. Si vous n’appelez pas ça de l’obsolescence programmée…
http://www.nextinpact.com/news/79222-l-obsolescence-programmee-vue-par-organisation-consommateurs.htm

L’étude européenne sur l’obsolescence est accessible à http://www.europe-consommateurs.eu/fileadmin/user_upload/eu-consommateurs/PDFs/publications/etudes_et_rapports/Etude-Obsolescence-Web.pdf

Et un autre rapport, moins récent: http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/rapport_op_bdef_2_.pdf

J’ai moi-même aussi eu un grille-pain qui a bien fonctionné pendant 25 ans. La seule réparation effectuèe sur celui-ci a été le changement du cordon d’alimentation. Depuis, mes grille-pains ne durent que quelques années. Pourtant, le mécanisme d’un grille-pain est des plus simple et il devrait être possible de continuer à en faire de très bons à faible coût…

Votre prochain grille-pain vous permettra de partir vos toast dès que de votre lit vous mettrez le pied à terre ou dans un délais que vous aurez décidé et aussi d’allumer les lumières de votre cuisine, prendre vos messages et de consulter votre journal en numérique préféré. Évidemment, il coûtera un peu plus cher, mais pour autant de possibilités et comme l’écrit si bien Pierre Duhamel: «La concurrence oblige enfin à l’excellence et à l’innovation. Nous bénéficions tous des gains réalisés en performance et en efficience, et cela nous conduit à acheter de nouveaux produits qui intègrent ces améliorations. » faut bien payer un peu plus.
Cependant lui non plus ne durera pas plus que quelques années. Enfin pour vous connecter et le reste, surtout si c’est un Apple, à tous les 3 mois, il ne sera plus supporté et vous devrez en acheter un autre… À moins de vous contenter que de faire des toasts avec votre grille-pain branché.
Par contre si c’est un 4 tranches, peut-être comme pour les cartouches d’encre des imprimantes, s’il manque une tranche, il ne fonctionnera pas. C’est à songer avant de faire l’achat d’un 2 ou d’un 4 tranches!
Que voulez-vous c’est ça l’innovation et le progrès.

C’est la que monsieur Duhamel et moi divergeons beaucoup sur le sens à donner aux mots et à certains amalgames.
Je trouve que de plus en plus souvent, trop souvent, presque toujours et en presque tout, l’innovation est de moins en moins un signe de progrès, automatique. Enfin pour le consommateur que je suis en tout cas. Je dirais même que c’est de plus en plus souvent le contraire.
Je lui ferai cependant la concession que cela est tout de même un progrès dans les coffres des marchands et des fabricants.

SirDecelles et M. Duhamel,

Pas de progrès, pas d’avancement, pas d’avancement, pas de progrès, pas d’innovation, pas de progrès, pas d’innovation, pas d’avancement.

Cé bien mêlant et sa coûte cher. 🙁

Quand j’étais jeune…
Oui c’est vrai on l’entend souvent.
Mais maintenant passé à l’âge d’or que j’appelle moi, chez les p’tits vieux, je ne peux faire autrement que de faire des comparaisons.
Il me semble qu’on commençait à avoir plus de choix, plus de qualité, plus de durabilité sur plein de choses…et plus de liberté.
C’était au siècle dernier: dans les années 60-70 (1960, pas 1860…).
Et on nous promettait tellement mieux pour l’avenir. Le futur, c’était les années que je vis présentement.
Les ordinateurs nous emmèneraient la liberté de choix et une personnalisation de tout et dans tout sans fin.
J’ai cherché pour me faire fabriquer une paire de bottes d’hiver d’un modèle et d’un style à mon goût il y a quelques mois. Je n’ai pas trouvé. Pour les hommes la mode est très quelconque et au choix des manufacturiers. Je suis près à payer, mais je n’ai tout simplement pas ce choix.
Les ordinateurs qui me faciliteraient tellement tout, tel que promis, ne sont pas au rendez-vous.
Ah bien certainement que je peux faire toutes sortes de choses que je ne pouvais pas faire avant.
Mais l’appareil lui-même est capricieux, loin de la facilité d’opération et n’est pas ce qu’on peut qualifié de fiable.
Il est un peu au niveau de l’électricité à ses débuts alors qu’il y avait plusieurs systèmes différents qui se faisaient compétition. Imaginons à Montréal, que chaque quartier, oh pardon, chaque arrondissement ait son propre système d’électricité…encore en 2015 et donc avec ses branchements qui son propre, etc….
Évidemment que je ne reviendrais pas à cette époque, mais ce qui se passe est très loin de ce que j’imaginais.

Avancement, progrès, évolution, innovation….que de mots….qui profitent à qui d’abord et qui est pour le bien de qui en premier?
Pour le consommateur, le client, l’utilisateur, le malade et qui d’autres ou pour les investisseurs, les fabricants et les commerçants?
Qui sont-ils donc tous pour savoir à ma place ce qui me convient?
Où est donc passé le choix infini et personnalisé qu’on nous avait promis?
Les choix sont ceux qui conviennent au système et aux chaînes de montages avant tout et à leurs propriétaires!

visiblement vous n’avez jamais entendus parler du cartel Phœbus… je vous invite a faire une recherche …

Je ne sais pas si tous les produits électroniques ont une obsolescence programmée mais les imprimantes, je crois que oui.

J’ai possédé plusieurs marques d’imprimantes et je suis toujours demeuré perplexe lorsque celles-ci m’avertissaient que les cartouches étaient sur le point de rendre l’âme quand ce n’était pas le système qui refusait carrément d’imprimer une seule nouvelle feuille.

De guerre lasse, je possédais alors une une Brother, et avant qu’elle ne me laisse savoir qu’il manquait d’encre, je suis allé sur « les Internet » et j’ai découvert un site qui m’a informé de la procécdure à suivre pour remettre le compteur de feuilles imprimées Brother à zéro, ce que j’ai fait.

J’ai imprimé quantité de feuilles pendant près de 2 ans après l’avoir remis à zéro.

Devant cette arnaque, j’ai changé de marque d’imprimante ce qui était le seul geste logique à faire. Heureusement que la compétition existe dans ce marché… Imaginez si nous étions « pognés » avec UN SEUL fournisseur de cartouches d’imprimantes comme nous le sommes avec la SAQ!!!

Quoi qu’à l’exemple des imprimantes, la SAQ ne pourrait-elle pas vendre des bouteilles qui refusent de verser le liquide qu’il contient lorsque l’utilisateur en a déjà eu assez?

Tant qu’aux imprimantes, appareils qui pourraient et devraient durer très longtemps, en tout cas pour une utilisation à la maison, l’obsolescence prend plusieurs formes.
1- Au niveau de la cartouche qui indique qu’elle doit-être remplacée alors qu’elle contient encore de l’encre.
2- Au niveau que même si vous voulez imprimer une copie en noir (et blanc comme disent certains: ont-ils déjà cherché à faire l’achat d’une cartouche d’encre blanche????), aussitôt qu’une cartouche est considérée par l’appareil comme vide, vous ne pourrez plus imprimer, y compris en noir seulement (même si la noire est pleine).
3- Au niveau de la cartouche d’encre jaune qui est utilisé pour tout les documents même lors d’une impression en noir et qui est la première à se vider.
4- Au niveau du compteur de pages imprimées comme vous l’avez souligné.
5- Au niveau des recommandations des fabricants notamment HP, qui si vous laissé votre imprimante ouverte en permanence, sort de vieille régulièrement pour une vérification périodique régulière, pour le nettoyage des têtes, pour l’impression d’une feuille test, et autres. Si vous la fermé après chaque utilisation, avant de pouvoir vous en servir, même pour une numérisation qui n’utilise alors pas d’encre, tout le processus de vérifications se fera avant de faire quoi que ce soit, et donc les vérifications et la majorité du temps le nettoyage des têtes et des buses. Tout ceci prend beaucoup d’encre. Dans mon cas, plus d’encre a été utilisé à faire « l’entretien » qu’à imprimer.
Chose curieuse, enfin qui s’explique, alors que l’impression d’une page n’était pas satisfaisant, une page de test elle était parfait, mais l’impression d’une page à nouveau n’était pas acceptable. En fermant, débranchant et rebranchant l’appareil et en la redémarrant, tout entrait dans l’ordre jusqu’à une prochaine fois.
6- Il y a aussi la mise-à-niveau des systèmes d’exploitations qui viennent à la rescousse des fabricants d’imprimantes, qui en profitent alors pour ne plus rendre disponible un pilote reconnaissant le nouveau système. Et là c’est la fin véritable. Ça m’est arrivé 3 fois pour des imprimantes et 2 fois avec des numériseurs HP, dont le dernier après 6 mois d’utilisation qui remplaçait l’autre pour la même raison. Tout ses appareils si non, seraient probablement encore fonctionnels.

Apple est le chef de fils de toutes les magouilles inimaginables, oh pardon, de toutes les innovations qui rendent les appareils rapidement incompatibles, les fabricants ayant de la difficulté à suivre toutes les mises-à-jour et surtout les mises-à-niveau à chaque année et même des « majeurs » entre temps, donnant souvent que peu d’améliorations significatives et avantageuses pour l’utilisateur ou encore leur donnant les prétextes nécessaires pour ne pas les supporter en favorisant ainsi l’achat de nouveaux appareils. Évidemment qu’Apple en profite aussi en cessant lui-même de supporter ses vieux appareils…vieux étant quelques fois aussi peu que moins de deux ans. (Le iPhone 4 de monsieur Duhamel est sortie en 2011 et n’est plus supporté depuis l’an dernier).

Tout ceci n’étant pas de l’obsolescence programmée, ni quelque magouille que ce soit, mais pour me faciliter la vie et contribuer à mon bien-être, en délestant ainsi et en même temps mon porte-monnaie. Qui autrement dans le cas des imprimantes, qui pour moi et selon mes besoins, pourraient simplement imprimer une page ou deux au besoin, numériser de temps en temps, envoyer un fax 4 fois par année, faire une photocopie ou deux chaque semaine, et ainsi physiquement et mécaniquement parlant, la deuxième que j’ai acheté il y a 15 ans devrait encore faire le travail demandé pour lequel je l’ai acheté, si ce n’était des besoins que l’on m’offre de prendre ou de m’en passer et de me passer aussi et ainsi de tout appareil….si je ne veux pas ou ne veux plus être le dindon de la farce et au service, mon porte-monnaie inclus des fabricants alors que le contraire devrait être le cas et encore exister.

C’est le choix que vous défendez et que j’ai?

En tout cas, ce n’est pas le choix extraordinaire que l’on me faisait miroiter pour le futur dans les années 1970.
Ce n’est pas le choix que j’avais imaginé alors pour le futur que je vis présentement.
Le choix impliquant que je puisse choisir ce qui me convient.
Hors ce qui me conviendrait ne m’est pas offert.
On a même poussé l’odieux, pour mon avantage selon Monsieur Duhamel et d’autres, jusqu’à me rendre inutilisable rapidement ce qui me, ME convenait.
À part que pour faire fonctionner le système au profit de quelques milliers de richissimes financiers, il n’y a aucune raison valable pour qu’il en soit ainsi, car tout est là, disponible pour me faciliter toutes les tâches selon mes choix…mais les choix, les miens eux ne sont pas offert.

« Évidemment qu’Apple en profite aussi en cessant lui-même de supporter ses vieux appareils…vieux étant quelques fois aussi peu que moins de deux ans. (Le iPhone 4 de monsieur Duhamel est sortie en 2011 et n’est plus supporté depuis l’an dernier). »

Rien de plus vrai pour les deux.

=======

« On a même poussé l’odieux, pour mon avantage selon Monsieur Duhamel et d’autres, jusqu’à me rendre inutilisable rapidement ce qui me, ME convenait. »

Faire dépenser, heu…gaspiller 150$ au peuple pour que l’entreprise fasse 10$.

La drette, les conservatifs et les libertariens aiment bien se faire fourrer.

Évidemment comme un troll tu fais dévier le sujet vers la SAQ.

Je te répète que l’Alberta la plus privatisée vend des alcools DIX SEPT % plus cher qu’au Québec.

Ce n’est pas tout, l’équivalent de la SAQ de l’Ontario un MONOPOLE vend ses alcools exclusivement dans les « Liquor Stores » c’est l’état étatique socialiste l’ex URSS de la bière. Impossible de trouver du vin ou de la bière dans les dépanneurs ou les épiceries comme au Nouveau Brunswick.

Et devine quoi; l’Ontario vend ses alcools MOINS CHER que partout au Canada. Même la province la plus privatisée au Canada à l’exception de l’Alberta, le Québec, c’est plus cher à l’exception de l’Alberta et de la CB.

C’est comme l’obsolescence voulue.
++++

Quant à tes imprimantes « watch » toi. Les libertariens et néo-libéralistes sont des sacrés menteurs.

Ils t’ont eu pour tes imprimantes j’en ai bien peur.

Au sujet Brother: Pourrais-tu nous faire parvenir le lien dont tu parles? J’en ai une et je suis certain que tu rendrais service à plusieurs lecteurs de l’Actualité.

Voici celui d’Epson « SSC Service Utility »

On attend avec impatience!

Juste comme ça: j’ai eu des multifonctions couleurs EPSON et HP. L’Epson faisait aussi le scan des diapositives (j’en plus de 10,000 et donc c’est encore en processus) jusqu’à un arrêt du support pilote. Pour continuer les diapos…, j’ai dû la remplacer par une multi-fonctions et un numériseur. J’ai eu des numériseurs Epson, HP; je suis maintenant à Canon. La bouffeuse d’encre, la pire, était une HP OFFICE PRO de $480. au prix régulier. Je test une SAMSUNG noir (et blanc 🙂 ) sans d’autres fonctionnalités, au laser, depuis l’été dernier. La meilleure à ce jour. $59.00 en spécial. Je songe à risquer une multi-fonctions couleurs au laser du même fabricant…
J’ai cessé de mettre-à-niveau les systèmes d’exploitations d’Apple…pour un oui ou un non et quoi d’autres…

Tant qu’à François 1…ah never mind !

Pour un ordinateur Apple, vous l’achetez vous faites une ou deux mise à jour le jour où vous l’achetez et n’en faites plus jamais, sinon ils vont le ralentir et bous installer des bugs. C’est pourquoi ce sera Chinois, Acer.

Pour les imprimantes elles sont toutes pareille.

François 1 et M, Duhamel essaient de nous passer un sapin sur l’obsolescence.

« François 1 et M, Duhamel essaient de nous passer un sapin sur l’obsolescence. » (sic)

Ah…Ah…Ah…est bonne celle-là…

Relisez-moi et si vous êtes capable de comprendre, vous allez trouver que ce je pense est exactement le contraire de ce que vous affirmez ici.

@ SirDecelles : Je sais pas pour les autres, mais moi j’ai des migraines à chaque fois que j’essaie de lire vos commentaires. Vous avez appris où votre français ? J’espère que ce n’est pas ça le français officiel du Québec

Pas de preuve scientifique? Il n a pas regarde le reportage sur le sujet sur arte monsieur Duhamel? Demandez a epson et a sa puce electronique qui neutralise les imprantes apres X milliers de copies.

J’ai voulu lire votre article, curieux de trouver des arguments sages face à ce phénomène non moins réel qu’est l’obsolescence programmée, mais qui mérite quand même qu’on fasse la part des choses. Malgré tout, j’aurai aimé un article plus étoffé, qui ne se cantonne pas à simplement vouloir démonter une théorie par une autre.
L’obsolescence programmée n’est pas un mythe. il y a quelques années, j’avais ue imprimante jet d’encre « en panne »… il s’agissait simplement du nombre d’impressions prévues par le constructeur qui avait été atteintes. Il a suffit de remettre le compteur à zéro pour pouvoir la réutiliser… Comment trouver ce genre de choses acceptables ?
On laisse aussi trop de pouvoir aux médias et aux publicités qui nous explique ce qui est bien pour nous ou comment nous devons nous comporter. Bien sur, nous en sommes les premiers responsables. Ma derniere voiture est partie à la casse à 430 000 km, et mon actuelle vient tout juste d’atteindre les 200 000, autant dire qu’elle a de beaux jours devant elle. pour beaucoup de gens, c’est inconcevable, parce qu’ils ont simplement bien appris la leçon… mais la meilleure façon de réagir face à ça n’est elle pas de justement le dénoncer fièrement ? quitte à être montré du doigt par des personnes qui défendent sans réfléchir les ordres établis en critiquant des théoristes du complots attaquant ces ordres établis sans plus de reflexion ? c’est les mêmes en fait, mais juste pas dans le même camps…

Alors que chacun croie ce qu’il veut, mais le fasse intelligemment. que chacun fasse la part des choses ! rien n’est blanc, rien n’est noir, et pourtant personne n’ose considérer le gris.

Un frigo acheté aujourd’hui sera arrivé en fin de vie utile avant un frigo acheté il y a quarante ans.

Un vieil Ipad en parfait état de marche devient inutilisable suite à l’installation d’une mise à jour de Apple qui ne donne pas la possibilité de revenir en arrière.

La transmission d’une Toyota ne peut servir à réparer ou remplacer celle d’une Honda alors qu’elles ont exactement les même spécifications – puissance à l’entrée, nombre de rapport … -. Il en est de même pour le moteur, les injecteurs, l’unité de climatisation et pratiquement toutes les pièces d’une automobile sauf les pneus.

La mode nous fait cesser de porter des vêtements en parfait état.

Il est impossible de réparer un grille-pain récent parce que le boitier est riveté et aucune pièce n’est disponible sur le marché.

Il en coûte plus cher de concevoir des pièces qui brisent peu de temps après la fin de la garantie que d’en concevoir qui ne brisent jamais.

Pierre Duhamel met beaucoup trop d’énergie à faire accroire que l’industrie capitaliste est la vertu incarnée et que les environnementaliste sont des idiots ignorants pour pouvoir être crédible.

.

« Chaque fois qu’il est question de limiter volontairement la croissance économique à des fins environnementales ou sociales, un thème est immanquablement soulevé »

Quand on n’a aucun argument valable contre quelqu’un on lui attribue de tares inventées comme celle de toujours répéter la même chose.

.

« l’obsolescence programmée, une manière compliquée de dire que les biens manufacturés ne seraient plus ce qu’ils étaient, et qu’ils seraient même conçus et fabriqués pour avoir une durée de vie limitée pour nous pousser à consommer davantage. »

L’obsolescence programmée est parfaitement claire et sacrément plus simple que votre phrase à trois propositions.

.

« Ce concept fait le bonheur des mouvements écologistes »

Les écologistes ne se réjouissent pas du gaspillage de ressources et d’énergie que cause obsolescence programmée. C’est complètement stupide de soutenir un tel mensonge.

L’obsolescence programmée « fait le bonheur des » manufacturiers. grossistes et détaillants.

.

« amateurs de théories du complot, toujours persuadés que des forces occultes nous manipulent »

Quand on n’a aucun argument valable contre quelqu’un …

.

« La qualité des véhicules s’est tellement améliorée qu’on pourrait les garder en notre possession pendant des décennies »

On ne pourra pas rouler avec les voitures d’aujourd’hui dans cinquante comme Cuba roulent avec les GM des années ’50 aujourd’hui. Impossible.

.

« Pourquoi change-t-on alors de voitures si elles peuvent rouler encore pendant des années ? »

Pare qu’elles ne « roulent » plus comme avant, parce qu’elles ont toutes sortes de « criquets » sortis on ne sait d’où, parce que les pièces pour les réparer sont introuvables, parce que la publicité fait accroire qu’on a l’air fou avec notre vieille voiture, etc. Tous des problèmes causés par l’industrie.

.

« .. des magazines décortiquent des centaines de produits .. Un mauvais aspirateur, une cafetière incompétente, un frigo inepte ou un citron sur quatre roues se font immanquablement démasquer. »

Cela n’a rien à voir avec l’obsolescence programmée. Ignorant.

Ils ne se targuent pas, ils le font…
Cela JAMAIS sur le marché……
une meilleure qualité de lumière,pas de scintillement et surtout: pas d’émission de chaleur. Une ampoule FIPEL pourra surmonter le problème des OLED a savoir la faible durée de vie, la surchauffe si trop de courant passe a travers…

Au total le Professeur Carroll, développeur de la technique, nous dit bien «Ce que nous avons constaté, c’est une façon de créer de la lumière plutôt que de chaleur. Nos appareils ne contiennent pas de mercure, elles ne contiennent pas de produits chimiques caustiques et ils ne se cassent pas comme ils ne sont pas en verre. » Il affirme que son ampoule neuve ne coûte pas cher à faire et il a un « partenaire commercial » intéressé dans la fabrication de l’appareil. Il pense que la première production aura lieu en 2013.
http://www.juldelf-reef.com/?p=2160

Ils vont nous seriner que l’obsolescence programmée est un mythe:
Il est évident que produire de la qualité, c’est plus intéressant pour le fabricant: on tente de justifier l’injustifiable:

http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=7583

Nos voitures récentes rouillent bien moins, ont moins de pannes: CQFD sauf que on les a bourré d’électronique et celui-ci révèle sont coût un peu plus tard en pannes moins nombreuses mais bien plus chères et cet électronique a un effet de mode car il faut absolument le gadget du moment et bien sûr même sur modèles de base donc on rogne sur le reste !

les smartphones : certains sont fiables, Apple pas en tête, mais là on joue sur une succession rapide de modèles avec des innovations minimes mais le marketing fait le reste et en plus la qualité ne se vend pas bien !
http://www.lesmobiles.com/actualite/11125-le-marche-des-smartphones-haut-de-gamme-s-essouffle-t-il.html

comment expliquer le succès d’IKEA, pourtant vraiment pas pour moi !
s’il n’y a JAMAIS de crise pour le super grand luxe, pour le haut de gamme populaire: pas pareil !
Et on sait tous que la classe moyenne, conséquence du réchauffement climatique….., fond comme neige au soleil: CQFD !

Faites circuler cette info édifiante !
https://www.youtube.com/watch?v=e9HeobOZGA0