Le progrès, voilà l’ennemi !

J’écoutais dimanche dernier à Tout le monde en parle Mathieu Roy, le coréalisateur du film Survivre au progrès, nous annoncer les pires catastrophes si nous n’arrêtons pas la course folle du progrès. Le progrès, voilà l’ennemi à abattre. Aurions-nous trouvé enfin la cause des immenses problèmes de l’humanité ?

Hélas non. Ce discours anti-production et anti-consommation existe depuis la nuit des temps et il est constamment recyclé avec les mêmes peurs et la même prémisse : il y aurait juste trop de monde sur terre compte tenu de sa capacité de nous nourrir et de fournir les ressources suffisantes pour la satisfaction des besoins humains.

La version moderne, telle que racontée par le professeur Vaclav Smil de l’Université du Manitoba, une des personnes interviewées dans le film, nous dit qu’il il y aurait aujourd’hui 5 milliards d’être humains qui ont peu ou rien et dont la satisfaction des besoins et des désirs risque d’épuiser toutes les ressources et de rendre la terre invivable, à moins que nous limitions nous-mêmes notre consommation d’énergie et de ressources. C’est du moins ce que je lis sur le site anglais du film. Drôle de raisonnement. Il faudrait qu’on s’appauvrisse pour permettre aux autres de s’enrichir.

Déjà que 5 milliards de démunis, c’est un chiffre aberrant. Il y a 7 milliards d’humains. The Economist estime que presque 60 % de la population du globe fait dorénavant partie de la classe moyenne. Selon McKinsey, la nouvelle classe moyenne des pays émergents compte déjà presque 2 milliards de personnes. Leurs dépenses atteignent 6 900 milliards de dollars , un montant qui devrait presque tripler d’ici la fin de la décennie et représenter alors deux fois la consommation totale des États-Unis.

Selon le raisonnement des obsédés de la pénurie, faudrait-il conséquemment qu’on diminue par trois notre consommation dans les pays développés ? Ou que les habitants des pays émergents prennent leur mal en patience au nom de l’intérêt collectif ?

Ce discours culpabilisateur et pessimiste est dangereux. Notre économie recule de 0,5 % pendant une année de récession et c’est la panique. Le chômage se met alors à augmenter et la misère s’étend. Ce que l’on nous propose, c’est de provoquer nous-mêmes une telle situation, dans l’espoir de sauver la planète de nos propres excès. Un peu d’auto-flagellation avec ça ?

En 1798, l’économiste anglais Robert Malthus nous annonçait déjà la catastrophe démographique et l’épuisement des ressources. Il y avait alors 800 millions d’être humains sur terre.  Nous sommes 7 milliards aujourd’hui. Dans les années 1960, le grand-père de l’écologie politique, Ivan Illitch reprenait le discours de la décroissance. En 1968, le Club de Rome arrivait à la conclusion que les réserves connues de pétrole seraient épuisées dès 1992. Sans même tenir compte des sables bitumineux, les réserves prouvées de pétrole ont augmenté de 46,7 % entre 1992 et 2010.

Un autre livre, The Population Bomb, lui aussi publié en 1968, prédisait des famines massives dans les années 1970 et 1980 à cause de la croissance de la population et de l’épuisement des ressources. La Révolution culturelle en Chine et les guerres civiles en Afrique ont provoqué des famines, pas l’augmentation de la population ni le développement économique.

Ces illustres prophètes ont-ils eu raison ? Les pénuries anticipées se sont-elles produites ? Notre situation s’est-elle détériorée et doit-on craindre le pire ? Non, non, non et non.

En fait, on ne mesure pas l’immensité du progrès accompli. Entre 1730 et 1749, les trois-quarts des enfants londoniens n’atteignaient pas cinq ans. Je peux comprendre le pessimisme de Thomas Malthus. Les chantres modernes de la non-croissance n’ont pas cette excuse.

Entre 1950 et 1960, l’espérance de vie moyenne d’un être humain était de 47 ans. Il atteint aujourd’hui 69 ans. En Amérique du Nord, la longévité moyenne est passée de 69 ans à 81 ans pendant la même période. Est-ce là le signe d’un monde en perdition ?

Qu’est-ce qui explique cette formidable augmentation de l’espérance de vie ? Le développement économique a permis celui de la science et de l’hygiène, ce qui a rendu possible une baisse spectaculaire de la mortalité infantile. Les progrès de la médecine et le développement technologique ont aussi contribué à l’augmentation de l’espérance de vie, et ce, à peu près partout dans le monde. Il y a enfin le développement spectaculaire de la productivité agricole. Résultat : des centaines de millions de personnes se sont déjà sorties de la pauvreté, et des centaines de millions d’autres pourraient en faire autant au cours des prochaines années. Encore et toujours, ce satané progrès…

Et les fameuses pénuries ? La technologie a fait des prodigues. La production de céréales est passée de 824 millions de tonnes en 1960 à 2179 millions de tonnes en 2010. C’est 2,6 fois plus.

Depuis 1960, nous avons plus que doublé la production de protéines de boeuf, de moutons et de chèvres. Nous avons quintuplé la production de protéines de porcs, décuplé celle des protéines de volailles et multiplié par 35 la production de poissons d’élevage.

Les résultats sont extraordinaires. En 1968, année où on a écrit beaucoup de conneries, il y avait 3,5 milliards d’humains. 878 millions d’entre eux, soit 25 % de la population mondiale, souffraient de malnutrition.

Est-ce pire aujourd’hui comme on le laisserait entendre ? En 2010, où il se dit encore beaucoup de bêtises, 925 millions d’hommes sur une population globale de 6,8 milliards souffrent de malnutrition, soit une proportion de 13, 6 %. C’est encore beaucoup trop, mais mesurons l’exploit. Le nombre de personnes sous-alimentées n’a presque pas bougé, malgré 3,3 milliards de bouches de plus à nourrir et une sévère récession.

Le progrès tue ? Non, le progrès sauve.

Cela fait plus de 200 ans que les adversaires du progrès annoncent la catastrophe imminente. Ils ont toujours eu tort jusqu’à maintenant, précisément parce que le progrès scientifique et économique et l’innovation ont énormément amélioré les conditions de vie des hommes et des femmes. Et c’est ce même progrès – et lui seul – qui peut assurer la subsistance des 7, 8 ou 9 milliards d’êtres humains dans les prochaines décennies.

Toujours pas convaincu ? Je vous lance un défi. Prenez vos clefs d’automobiles (les 2 si vous en avez deux) et votre téléphone portable. À trois, jetez-les dans les toilettes. Vous vous sentirez mieux  après avoir si magnifiquement contribué à la survie de l’espèce.

>> À lire aussi : la blogueuse scientifique Valérie Borde répond à Pierre Duhamel.

Laisser un commentaire

On a pas écouté la même émission. M. Roy ne parlait pas contre le progrès mais contre ses excès.

Le progrès doit être au service des gens et non de la finance.

M Duhamel, Vous m’avez fait vivement sursauté, mais je vous propose un compromis…

Vous avez raison, ce n’est pas le progres le coupable, mais sa conséquence! Et on peut y remédier simplement en changeant notre mode de vie! Pourquoi pour

Bravo M. Duhamel ça fait du bien de vous lire!!

En effet, le discour contre le progrès est extrèmement simpliste. Ce qui nous manque le plus au québec ce sont des cours d’économie au secondaire. On en avait ils les ont coupés.

Je suis d’avis que le destin de l’humanité n’est pas de nous appauvrir au maximum pour être toujours plus nombreux.

Je salue l’effort de la chine de limiter l’expansion de sa population. S’ils ne l’aurait pas fait on aurait de sérieux problèmes aujourd’hui.

Les panneaux solaires et les éoliennes sont issue du progrès. Les systèmes éco-responsables sont aussi issue du progrès. La solution n’est certainement pas de nuire au progrès ou de nuire à notre capacité de nous développer.

Vous avez raison c’est le même vieux discours anticapitaliste du Club de Rome.

C’est quand même renversant après la chute des régimes socialistes et suites aux révélations sur les conditions de vie sous ces régimes que des gens en soit encore à promouvoir ce genre d’idée.

Désolé, je ne veux pas être grossier mais il faut bien appeler un chat un chat: ces gens, tout universitaires qu’ils soient, sont des imbéciles.

« Le progrès doit être au service des gens et non de la finance. »

la finance est administrée par des automates?

pour le reste : faut-il vraiment s’en surprendre? Si ce n’avait été du progrès, nous creuserions encore la terre avec nos doigts et tenterions de tuer les animaux à mains bues ou avec des roches. on vit longtemps comme ça…

Vous avez travaillé fort aujourd’hui…

Un p’tit mot sur la bouffe: y’a maintenant plus d’obèses que d’affamés. Beaucoup plus en fait.
Parlez-en au Docteur Kampai…

Et qu’est-ce qui explique ce développement économique formidable? La liberté de commercer, la propriété privé, la suprématie du droit et des cours de justice… bref le système capitaliste.

Il me semble que la situation actuelle n’a rien avoir ave celle qui régnait, le monde a changé. C’est une vue à court terme. On ne peut pas construire de plus en plus en accaprant les terres agricoles. Le montant de déchets est problématique dans l’océan et sur la terre. J’aimerais bien savoir qui a déterminé les critères de la classe moyenne. Un ramassis de références sur le passé ne sont pas nécessairement un reflet de la situation actuelle et future. Et je n’ai pas encore parlé de pollution. Mais c’est tellement plus facile de se mettre la tête dans le sable… Ou d’espérer comme Midas que tout se transforme en or sans se rendre compte des conséquences. Mais allez-y Monsieur Duhamel rêvez, après tout c’est votre droit…

Pour la personne qui ne veut pas voir les chiffres et les faits en face (que la population mondiale s’enrichit, que les pénuries se réduisent en nombre et que la mondialisation diversifie le contenu des assiettes), il ne suffit que de constater qu’il existe de plus en plus d’émissions de cuisine populaires à travers le monde.

Dans un contexte de pénurie, il serait étonnant que ces émissions existent (et soient populaires) pour nous parler de comment apprêter la palourde royale, le couscous, comment faire une paëlla ou comment faire différent sa truita catalana.

Note: Je demande souvent à ceux qui me lancent que la Terre ne peut supporter d’où ils tiennent ça. Comme la source semble inexistante, j’ai simplement l’impression que nos illuminés de la décroissance ne font que répéter le discours de Malthus, qui, nous le savons aujourd’hui, avait tort en sous-estimant grandement les révolutions technologiques & industrielles et les ressources de cette planète.

Juste avec les moteurs (de navire, de voitures, au centre d’une usine, etc.), la consommation de charbon puis de pétrole était énorme à une époque. Aujourd’hui, on se soucie qu’elle est juste ce qu’il faut de carburant pour l’usage la plus efficiente/optimale possible, question de coûts aussi.

Le progrès c,est l,amélioration des conditions de vie. Pas la destruction de la planète. Il y a progrés la ou il y a amélioration des conditions de vie mais pas au détriment de l’environnement et de plus des 3/4 de citoyens.On ne bâti pas son bonheur sur le malheur des autres. Ça n’a rien avoir avec le progrès.
On a les technologies et la capacité de produire de l’énergie(marémotrice par exemple c,est pas demain la veille que les vagues vont cesser de rouler), de produire des aliments de qualités bio dans des conditions optimale(en tour agricole), aussi dans des tours d’aquaculture pour nourrir convenablement tout la population dans des bâtiments durable et autosuffisants.
On a les technilogies disponibles pour tous rouler en véhicules électriques et réduire les émissions de gaz a effet de serre.
Et on continue malgré tout a gaspiller les ressources, polluer, appauvrir et mettre de plus en plus de gens dans la rue parce qu’ils ne peuvent pas arriver a travailler et vivre décement. Vous appeler ça le progrès. NON. Le progrès c’est utiliser intelligeament le savoir pour améliorer les conditions pour tous. Aider ceux qui ont des difficultés et les amener a participer de manière constructive et non destructive. Si le progrès c’est avoir pelin d’argent comment expliquez-vous les suicides, la prise d’antidépresseurs et les crimes de plus en plus dégradant de l’espèce humaine (tue et abuse leurs propres enfants, prostitution, drogue, dépendances de toutes sortes etc). Si le progrès c,est la déshumanisation de l’état qui a pour rôle de protéger les citoyens. Alors vaudrait mieux revenir en arrière. car j’ai pas l’impression qu’on avance dans la bonne direction.

Entre 1900 et 2000 aux États-Unis, les émissions de CO2 ont augmenté de 8,5 fois, l’utilisation de molécules chimiques de synthèse a augmenté de 101 fois, l’utilisation des métaux a augmenté de 7,2 fois et le PIB/habitant a augmenté de 6,9 fois.

Conséquences: l’espérance de vie est passée de 47 ans à 77 ans et la mortalité infantile est passée de +100/1 000 naissances à 7/1 000 naissances.

Encore mieux, le taux d’incapacité chez les personnes âgées a diminué de 28% entre 1982 et 2005. De plus, les maladies les plus mortelles (cancers, cardiaques, respiratoires), frappent désormais les gens de 8 à 11 ans plus tard qu’en 1900.

En multipliant leurs histoires de peur, pour mieux dénoncer notre mode de vie, la gauche réussit uniquement à démontrer que cette idéologie est devenue anti-progressiste.

Bonjours M.Duhamel

Je tien à rapellé que le progrès la technologie ou la science ne sont que des concepts et ne peuvent être en aucun cas responsable de quoi que ce soit. Le seul qui est responsable si une technologie est nocives ou bénifique est l’homme.
Et croyer moi sur parole que si on utilisait la technologie à meilleur escient on pourrait avoir une qualité de vie cent fois mieux pour l’ensemble de l’humanité et pas seulement l’occident.

La dernière crise financière et les dépense militaire sont la démonstration du très maivais usage que nous faisons de la technologie.

Ps.
Lacher donc la chasse aux messies et aux bouc émissaires, vous ne faites que tourner autour du pot sans rien régler

La poignée de défenseurs de ce genre d’idées doit camper dans un parc quelque part en croyant NOUS faire du bien.

S’ils étaient au pouvoir, nos cultivateurs laboureraient encore leurs champs avec des boeufs… C’est tout dire.

M. Duhamel et quelques commentaires dans ce blogue:

Je viens de visiter le muséum d’histoire naturelle à Paris: il est triste et angoissant de voir la liste des espèces végétales et animales disparues dans le dernier siècle. En effet, la 6ième extinction massive des espèces est en cours.

M. Duhamel, je suis ingénieur géologue. Pour le pétrole, ce que vous n’écrivez pas, c’est que les nouvelles sources de pétrole sont de plus en plus difficiles à exploiter (il ne s’agit pas de pétrole léger). Ces sources sont très polluantes: dans le cas des sables bitumineux, il faut détruire les forêts et épuiser la nappe phréatique pour des millénaires.

Pour l’espérance de vie, l’augmentation est phénoménale. Tout le monde veut vivre plus longtemps. Mais si l’espérance de vie augmente, les statistiques indiquent aussi que dans la dernière décennie, l’augmentation de l’espérance de vie ne se fait plus maintenant qu’en perte d’autonomie, souvent forte à totale. Pas tout à fait le bonheur, ni un progrès de vivre dans un CHSLD gavé de pilules, à attendre la mort, inévitable.

Pour la production alimentaire, encore faudrait-il parler de ce que nous mangeons maintenant. Le cocktail chimique est de plus en plus inquiétant. Par ailleurs, l’élevage intensif cause de plus en plus de problèmes de pollution et de destruction de la biodiversité. Pour produire, nous épuisons les sources d’eau (par exemple, le Colorado ne se rend plus à l’océan Pacifique et il faut aller chercher l’eau de plus en plus en profondeur)et par ailleurs, les océans sont vidées progressivement pour nourrir une population de plus en plus – trop – importante. Et les ressources alimentaires s’épuiseront, que vous soyez d’accord ou pas.

Il est facile de traiter les gens de la gauche de stupides, souvent avec des données et statistiques ne montrant qu’un portrait partiel. Je suis écoeuré pour ma part de cette opposition droite-gauche: il faut encourager le progrès, c’est évident. Mais ce n’est pas être contre le progrès que se questionner sur notre modèle économique actuel. Parfois plus profondément: qu’arrivera-t-il quand toute la planète aura été bétonné de lifestyle centers avec des stationnements à perte de vue? Parfois juste en considérant des modifications au modèle actuel, comme densifier les villes et augmenter le transport collectif.

En Amérique du Nord, nous sommes un pays pauvre pour le transport collectif (quelle différence avec la France par exemple). De plus, il faut diminuer l’étalement urbain: le transport collectif pour aller de plus en plus loin, ce n’est pas une solution. Est-ce le progrès de devoir se déplacer 2 à 4 heures pour aller travailler chaque jour?

À moins de ne lire que partiellement les données statistiques et économiques et de ne pas lire aucun article sur l’évolution de cette terre, il faut être aveugle ou être de mauvaise foi pour ne pas voir qu’il y a péril en la demeure.

La Terre vit présentement la 6ième extinction massive des espèces. Celle-ci provoqué par l’homme, et cette extinction se déroule en un temps record. La Terre s’en remettra comme pour les précédentes extinctions: son horizon de temps est le très long terme. Nous ne disposons pas de ce temps. Les conséquences pour les humains et les autres espèces seront dramatiques: que nous le voulions ou non, le nombre d’humains diminuera alors sur la Terre, conséquence des impacts des changements environnementaux et de la diminution de la biomasse.

Certains des commentaires lus me désolent que l’on ne soit pas plus documenté et que l’on s’en remet à la pensée magique, comme si nous pouvions tout faire et que tout se règlera tout seul.

En passant: il ne faut pas juste lire la littérature économique et scientifique, et pas juste celle de droite (ou de gauche), mais aussi lire l’Histoire. Des humains (et des animaux) ont épuisé leur milieu de vie dans le passé et ont dû quitter ce milieu, voire sont disparus. La différence, c’est que cette fois-ci, notre milieu de vie, c’est la planète toute entière, et que nous l’épuisons à la vitesse grand V.

Il y a quelque chose qui me dit que la petite Mme en connait pas mal plus long que M. Lizée sur les tenants et aboutissants de son mandat. Et qu’elle n’a pas bsoin de stratège néophite.
Son mandat est plus long que ce qui reste du poste actuel de celui qui l’a mis en place. Alors ceux qui ont des choses a cacher vous pouvez aller vous chercher des pillules pour dormir. Car même si vous n’êtes pas obliger de vous présenter ça ne les empêchera pas de parler de faits qui vous lient, la police pourra faire son travail tranquille et quand vous recevrez votre ordre de comparution de la court là vous n’aurez pas le choix, mais la preuve sera compilée davance.
Mme Marois commence a perdre pas mal de crédibilité a répéter sans cesse la même rangaine.
Les syndicats veulent mettre le trouble encore en faisant débrailler les étudiant. Donc les profs seront payés sans travailler et les seules perdants seront les étudiants. On le sait que nos finances ne marchent pas et qu’on devra couper dans le gras partout.
Les frais de scolarité aussi. Les étudiants devront peut-être considérer prendre les transports en commun au lieu de leur voiture et de concentrer a faire leur études dans un moins grand nombre d,années. Si seulement Charest pouvait abolir la formation préuniversitaire au cegep et l’envoyer pour un an en préuniversitaire a l’université. Il pourrait diminuer le décrochage au niveau du cegep (65% a la première session) et régler le problème de manque de place au cegep (900 dans la région du Grand Montréal qui n’ont pas eu de place en septemble 2011). Et ainsi réduire d’une année le cheminement. Ça vaut combien de dollard une année??? Beaucoup de $$$$ et pour les étudiants et pour l’état. Et on en sortira gagnant en bout de ligne car les étudiants au lieu de végéter dans un milieu ou il n’y a pas d’identification a un groupe pour les préuniversitaires qui se trouvent mélanger et donc finissent par se perdre. Il seront en préuniversitaire a l’université ensemble en formation générale a cotoyer des gens qui étudient déjà dans les domaines qui les intéressent et donc la possibilité de faire des jumelages mentorat entre professeurs, élèves de dernière année du bacc ou de maitrise et nouvel étudiants pour faciliter l’intégration mais aussi guider, informer, suivre et motiver.
Pour des solutions efficaces. La hausse des frais de scolarité est justufuée, mais la réduction de la durée et le changement de lieu pour le préuniversitaire aussi. Les université on déjà toute l’organisation nécessairee t les programmes d’études préuniversitaires. Tout ce qui manque c,est une décision.

Harper a plus que tout ces autres prédécesseurs intérêt a renégocier les accords contitutionels avec le Québec en ne gardant que l’armée, un infrastruture majeure pour le libre circulation des biens et des personnes a la grandeur du territoire canadien et le dollard. Le timing est bon, on a 30ans de retard sur l’europe et les pays émergents sont en train de tous nous dépasser a cause de nos infrastructures déficients en matière de transport rapide, on handicape tout notre marché. Alors le TGV_MONORAIL et le remaniement de la constitution plus que jamais les conditions gagnantes sont réunies et ça va tout a fait dans l’idéologie de droite de Harper. Les investisseurs du monde entier sont intéressés a investir au Canada et le transport a toujours été un nvestissement de choix. Alors vivement un PPP pour un TGV-MONORAIL, une grande boucle d’un bout a l’autre du pays rejoingnant toute lres régions tant au nord qu’au sud. C’est l’infratrutre qui sera de propriété fédérale de même qu’un TGV, d’autres TGV pourront circuler moyennant des frais. Et les monorail seront opéré par les provinces et terrioires. Ils seront encourager a développer chacun sur leur territoires des infrastures provinciaux de monorails pour déservir efficacement les rigons, les communauté urbaines et interrurbaines. Si on peut virevolter en manège de manière sécuritaire. Il est sans contredit avantageux d’avoir un train aérien dont les infrastructures sont visés dans le roc et a une hauteur suffisante pour permmettre a la biodiversité de coexister (forêts animaux) malgré le passage du TGV-MONORAIL, les monorails eux pourront déservir plus efficacement pour les déplacements urbains et interurbains de personnes. A moindre cout pour les provinces. Le TGV pourra transporter efficacement les personnes et les biens sur de grande distance à prés de 600km-heure à l’électricité.
Les villes et régions pourront relier les industries majeures et les parcs industriels aux infrstructures du TGV par des rails pas nécessairement aériens, pour améliorer le transport des biens plus efficacement

Les provinces pourront développer les infrastrutures rails aériens pour arrimer les industries majeurs et les parcs industriels aux infrastructures de TGV-MONORAIL et de développer un réseaux de rails pour monorails pour le transports urbain et interrurbains intrarégionaux pour les déplacements des personnes.

Le problème n’est pas le progrès mais le partage de la richesse, l’avidité des dirigeants et des puissants,la destruction accélérée de notre environnement et les conflits assurant la pérénité de cette situation.
Imaginons un monde de partage ou notamment, les argents dépensés en armements et en guerres seraient investis en nourriture, éducation et santé. L’histoire de l’humanité nous montre malheureusement que c’est une utopie.
Au Québec la chasse à la corruption, à la collusion et autres abus gruge énergie et argent. Durant ce temps, notre système de santé défaille, nos infrastructures s’écroulent etc… Oui,c’est bien déprimant.

M. Duhamel,

N’y a-t-il pas une expression qui dit: on arrête pas le progrès?

Laissons-le donc aller!

D’accord, Monsieur Duhamel. Vous prenez Robert Malthus et démontrez qu’il n’a pas encore eu raison, à l’aide d’arguments essentiellement fallacieux qu’on a déjà vu répétés des dizaines de fois. Par exemple, si la convention de Rome se trompait sur la date d’épuisement des stocks de pétrole conventionnel, c’est assez évident tout de même que les stocks sont à la baisse, et qu’on sera à court d’ici quelques dizaines (centaines si on est optimiste) d’années.

D’un autre côté, vous défendez une théorie farfelue dont on se demande comment on peut l’énoncer sans rire: la croissance exponentielle à perpétuité.

Je ne crois pas que le documentariste Mathieu Roy soit contre l’idée du progrès qui lui a permis d’ailleurs d’avoir accès à la technologie pour produire son film. Malgré ce raisonnement de base qui me semble erroné, je dois admettre que votre position est très bien défendu et il est rafraîchissant de voir un blogueur aux allégeances de droite utiliser des faits et une argumentation étoffé pour prouver son opinion, sans dire de demi-vérités. Tout mon respect, ça fait changement des Éric Duhaime et des Natalie Elgrably-Lévy.

C’est du partage de la richesse dont il est question dans la trame de fond de ce documentaire.
Le néant dans lequel les spéculateurs nous entraînent.
La perte de nos repères de la vrai création de richesse.
À preuve encore cette semaine Apple annonce 28 milliards de chiffre d’affaire dans le dernier trimestre avec un plus de 6 milliards de profits et son titre est en baisse à la bourse. Les attentes étaient plus grandes.
Non mais ça va pas, Voilà ce dont ce documentaire parle
jamais assez, Consommons encore plus

Ce qui est très déprimant a mon avis c’est quand celui qui se prend pour le président du monde prend le micro a la télé pour se péter les d’avoir d’avoir tuer un criminel. Un emprisonnement et une thérapie, qu’il s’amende de ses crimes aurait probablement mieux satisfait les victimes. Mais pas ce prétendu héros qui fait du cinéma de ces massacres. Le sang qu’il a sur les mains ne le rend pas moins criminel peut importe la cause.
Raz le bol de l’égotripe des amaricains et il s’imagine qu’en nous rendant complice ça l’exempte de nos critiques. Je suis pour le fait d,avoir une armé et de s’en servir pour arrêter la répression pas pour faire des show de téléréalité et se prendre pour des héros. Vraiment débile comme attitude. Si on était vraiment incapable de le prendre vivant au moins n’en faisons pas un spectacle.

Les écosystèmes sont fortement sollicités et les spécialistes de l’agriculture mondiale reconnaissent que celle qui est pratiquée actuellement ne fait qu’ajouter au problème.

Monsieur Duhamel est dans les généralités au point que je soupçonne qu’il n’ose regarder le diable dans les détails de trop près.

Mais l’Actualité m’a toujours semblé plutôt « Business as Usual ». Le « progrès » lui-même a exigé parfois des révolutions dans les façons de penser et de faire.

Ce n’est pas parce que les catastrophes annoncées au cours des siècles derniers ou à des époques lointaines ne se sont pas réalisées qu’elles ne se réaliseront pas cette fois-ci. La planète montre des signes de fatigue évidents. Les économies jadis exemplaires sont en pleine déroute. La pauvreté augmente partout dans le monde. Les ressources s’épuisent à un rythme effréné et la liste des inquiétudes légitimes s’allongent à tous les jours. Tous ces constats font du sens et s’appuient sur des recherches solides. On n’a pas besoin d’avoir inventé le bouton à quatre trous ou la pain tranché pour se rendre compte qu’il y a quelque chose qui cloche dans notre merveilleux monde de la surconsommation et du profit à tout prix. Dites-vous que ce n’est pas parce qu’on s’est déjà trompé dans nos évaluations et nos mises en garde qu’on se trompera toujours. Les alarmistes et les réalistes un petit peu pessimistes ont peut-être raison de crier gare. Vous ne trouvez pas?!!!

@ michel Hains (# 22):

…et votre solution RÉALISTE est?

Dans le monde capitaliste et libertarien, tous les efforts des individus convergent vers une utilisation la plus appropriée, la plus performante et la plus efficace des matériaux et des énergies pour produire un bien. En plus, ce bien doit répondre aux attentes (et demandes) des clients.

Pas le choix car les compétiteurs sont là qui vous mordent les fesses.

Dans le monde gauchisto-interventioniste où les politiciens, les gratte-papiers et les syndicats règnent en maître, c’est tout le contraire: on dirige et on alourdit la production, on entraîne des coûts exhorbitants, on vend des services qui ne répondent pas aux besoins réels de la clientèle et SURTOUT personne n’est jamais imputable et en plus, on refile les coûts aux clients captifs car l’une des caractérisriques vicieuses de ce monde sicialiste, c’est de se protéger en créant des monopoles étatiques et bien protégés contre toute compétition.

Vous lisez trop de revue d’économie pour pouvoir parler, de façon objective, d’environnement.

Notre environnement est indispensable tandis que
l’économie ne fait pas vivre le monde. C’est une invention moderne qui exploite la société au profit d’une minorité.

Car l’économie dont tout le monde parle n’est juste une question d’engranger pour des jours de disette. Non, ces l’économie qui exploite les plus démuni.

J’en ai assez d’entendre cette fameuse phrase,(on dirait que les opinions sont stéréotypée que tout le monde se met a utiliser le même phraser), de établir la confiance.
La confiance ça se mérite, mais au delà des apparences (tellement importante dans le monde politique) on doit rétablir les FINANCES. Et pour ça la commission devrait mettre a jour les statagèmes et suggérer des façons de faire pour en finir avec la corruption et la collusion dans nos institutions publiques. On a trop de bsoins de notre argent pour se payer l’essentiel, des soins de santé efficaces, éducquer nos jeunes efficacement en leur donnant les moyens de réaliser leurs talents et les développer pour les mettre à contribution dans notre société.
Bonne affaire de mettre les commissions scolaire au services des écoles en y regrouppant des ressources et sercice.
Autre chose qui rendrait nos organisations plus performantes faire de même avec les syndicats.
Les sortir des entreprises, ils devraient être au service de leurs membres (ceux qui choisissent de contracter leurs services) pour négocier des conventions, faire des démarches auprès de l’employeur quand un employé (qui a choisi de leur payer des contributions imposables, et a choisi cette accréditation)leur demande de faire des démarches et des représentations en son nom (concernant par exemple la santé et la sécurité, le respects des normes, des conditions de la convention etc), autrement leur présence n,a pas lieu d’être dans les lieux de travail.
Ce sont des contractuels qui négocient et font des représentations au nom de l’employé QUAND et seulement QUAND l’employé de son plein gré avec la liberté de choisir de faire affaire avec ou sans syndicat, choisi l’accréditation de son choix. Les syndicat nos rien a voir dans les opérations des entreprises et n’ont pas affaire dans les lieux de travail. des inspecteurs du gouvernement vérifient régulièrement les différentes entreprises que les employés y soit en tout ou en parti syndiqués. C’est le gouvernement qui doit vérifier si les normes et lois du travail sont respectés dans l’entreprise.
Le syndicat est un sous traitant qui a un lien seulement avec les employés qui choisissent individuellement d’y référer. En tout temps c’est l’employé qui demeure en contrôle de poursuivre ou non avec les recommendations du syndicat. Ces représentations ne sont pas une obligation mais un consultant qui suggère. C’est l’employé qui décide. Mettre les syndicats a leur place ça veut dire de réprésenter ceux qui le leur demande et de conseiller, non pas de controler et d’imposer quoi que ce soit, ni à l’employé ni à l’entreprise.

Votre billet ne prouve absolument que Roy se trompe.

Moi il ya deux mots qui me donnent de l’urticaire. Ils sont constamment employés et le sont et ad nauseam justement par ceux qui s’en servent essentiellement aux fins de leurs intérêts personnels.

Les mots : économie et progrès.

Promouvoir la consommation des biens d’une façon intelligente donc rationnelle n’est pas l’oeuvre de capotés ou d’illuminés au contraire.J’apprécie toujours les prophètres de malheur qui nous invitent à la frugalité pour faire contrepoids à toute cette publicité morbide qui nous sollicite à tous les instants de notre existence sans aucunes retenues.Les économistes de votre espèce,haut parleurs du pouvoir en place, sont là pour ridiculiser ou carrément condamner les propos et les avertissements qu’un jour la terre ne pourra plus répondre à la demande.La revue Actualité devrait toujours nous offrir les meilleurs des chroniqueurs avec conscience éclairée pour faire contrepartie à tous ces messagers de la surconsommation sans limites.

Ce n’est pas le progrès qui pose problème au contraire, c’est le mauvais usage qu’on en fait.
Il ne faut pas confondre progrès et société de consommation. Si le problème est un plus ,la société de consommation au contraire est un cul se sac.

Ou la, la… Beaucoup de choses traiter en même temps!
»
D’abord des catastrophes dues au « progrès », il y en a eue et plusieurs. Les historiens dénombres entre 10 à 30 civilisations qui sont tombées parce qu’elles n’ont pas sue gérer leur environnement (Small is beautifull, je crois). Dans les cas que je connais, elles ont épuisées lors ressources naturelles locales (eau, arbres). À ces époques, le local couvrait un petit territoire. Aujourd’hui le local, c’est la planète au complet (ça fait peur, regarder juste le poisson).

Je trouve plutôt insouciante, l’idée de regarder le passé en se disant: « nous sommes encore en vie, il n’est donc jamais rien arrivé ». D’abord, il y en eu des catastrophes, ensuite à regarder la « météo » certains semble dire que les humains affectent vraiment les choses. Il ne faut pas se fermer les yeux, de nombreuses alarmes sont allumées actuellement et la consommation y est pour quelque chose.

Quant au progrès… Ce pourrait être un grand progrès que de produire beaucoup moins de déchet (par recyclage, réutilisation, ). Ça ne veut pas nécessairement dire que l’on consommera moins. Il faudrait donc revoir complètement le cycle de vie des choses.

Le progrès se peu vouloir dire d’utiliser des énergies renouvelables, de cultiver dans les villes, de réduire la pollution, de réinventer nos façons de faire.

Donc il nous faut du progrès et du développement, beaucoup je dirais. Arrêter la consommation, peut-être que nos crises économiques et quelques catastrophes y arriveront. Réduire la population? Des épidémies c’est pas impossible. La peste noir, c’était une catastrophe. Que 7 milliards deviennent sage demain matin: impossible!

Quant à arrêter le progrès, impossible aussi de toutes façons, les neurones, ça bougent tout seul! S’il y a des gens convaincus, prêts à partir en autarcie biologique, pourquoi pas. Ça existe aussi. Qu’il y ait des gens pour nous faire peur, c’est bien aussi, ça peut orienter le progrès.

Maintenant dite avec moi: « Ooouuuummmm! »

Il est important de se relire. M. Duhamel,je note trois fautes de français dans le premier paragraphe: annoncé, pire, trouver. Le progrès ne doit pas devenir l’ennemi de notre langue!

On apprend que votre héros est mort par sa faute!
Steve Jobs, le plus grand inventeur contemporain a soigné son cancer avec des graines pendant les 9 premiers mois de sa découverte! Lorsqu’il est passé à la médecine moderne il était trop tard!
Incroyable quand même. Le grand génie de la techno moderne, qui a changé le monde, ne croyait pas à la médecine moderne!

Vous etes tomber dans le piege M Duhamel! Je suis bien d’accord, le progres est tres utile et souhaité par tous. Il est tres simpliste de dire que c’est la cause, mais il est tout aussi étroit d’esprit de dire que ce ne l’est pas! La surconsommation est ce qui mets des batons dans les roues pour tout a l’exception de l’économie alors que »tout » est naturel contrairement a l’économie qu’on s’est inventé pour créer la richesse (économique).

Prenez l’exemple de certains pays de l’est, ils ne sont pas riche, ils protegent leur ressources, ne surconsomment pas a outrance et en situation de crise éconimique, ils arrosent leurs jardins paisiblement dans un air d’assez bonne qualité…..

Vous dites que les prédictions se sont toujours avéré fausses? Par contre on s’en rapproche a chaque fois, Et Murphy dit que si une situation est possible elle va arriver.

Si un jour on tombe en mode survie, je suis riche, vous etes pauvre!

On est pas obliger de courir a la croissance, si au lieu on visait une stabilité en établissant les valeurs selon leur couts de production, plus on arrive a être perfomant et efficient, donc réduire le cout pour tout le monde et ainsi d’avoir la possibilité d’investir dans le développement de d’autres choses.

Qu’est-ce qui a causé la vague orange. Le bon Jack, malgré toutes ses qualités il était le même depuis le début de la campagne mais la campagne a pris un tournant inimaginé quand ? Apèrs le débat des chefs. Quels ont été les éléments déclencheurs? Non ce n,est pas l’exposé du programme qui séduisait déjà les jeunes. C’est la déclaration qu’il pouvait compter des buts au Canada. Duceppe a du s’en mordre les doigts car c,est de son arrogance qui a provoqué cette affirmation de Jack. Les gens québécois réalisaient ainsi qu’il y avait une possibilité de faire mieux, de faire représenter ses demandes non pas juste à l’opposition mais au pouvoir. Ça c’est une chose, mais il y en a eu une autre. Quand Jack a dit que si le vide constitutionnel était une priorité pour le Québec de régler la question constitutionnelles. À ça Harper c’est empressé de dire que ce n’était pas important pour les québécois mais c,est faux. On veut régler cette question en déterminant clairement quels sont les possibilités pour le Québec de décider et de gérer en particulier sur l’éducation et la culture tout se qui touche la langue. Et denterniner les décisions prises a ce sujet. A ça les Maritimes ont emboité le pas car les questions sur la langue les préoccupent tout autant. De même que celles sur l,environnement et le régistre des armes a feu.
Il est de l’intérêt de Harper de régler la question constitutionnelle pour de bon. Pourquoi? Parce que c’est ce qui refroidit les ardeurs des investisseurs a l’égard du Québec et du Canada. La grande majorité des québécois ne veulent pas une séparation. Ils veulent une situation claire dans laquelle ils ont plus de pouvoir en matière de langue, culture et éducation incluant la langue d’affichage et la possibilité de mettre des règles plus sévères en matière d,environnement. Si Harper profite de sa majorité pour oser faire un référendum sur les options possibles pour le Québec en signant un accord qui règle la question il aura de plus grand appuies au québec et s’en fera un partenaire solide dans le maintient d’un Canada uni.
Chaque province pourra négocier son propre partenariat avec le Canada. Tout en maintenant un impôt fédéral pour assumer la défense du territoire, construire et entretenir des infrastructures efficace pour permettre la libre circulation des bien et des personnes partout au Canada au nord comme au sud, des ports en eaux profondes, des aéroports internationaux, postes canada, le maintient d’une station d’information d’une côte a l’autre BILINGUE, et le controle de télécommunication des règles minimales commeunues en matière de santé et controle, d’agriculture, de pêches, de ressources naturelles. des règles minimum mais que chacun peut rendre plus sévères et un système légal criminel pour contrer la criminalité. Bien sur il faut quil soit plus sévère mais on doit aussi investir dans le traitement et la réhabilitation des malades et des criminels. On ne doit plus tolérer de conduite dangereuses pour autrui sous prétexe de droit de ne pas se faire traiter. La sécurité des citoyens prime sur les droits individuels.
Je pense que la commission tel qu’annoncée par Jean Charest va porter fruits davantage qu’une commssion publique habituelle. Pourquoi est-ce que présentement des gens savent on été témoins mais ne parlent pas. La loi d’omerta, les gens se font intimider et savent que leur dénnciation les mets encore plus a risque de subir des représailles parce que les criminels controlent plusieurs personnes a l’intérieur même du systéme de justice.
Si on avait une commission d’enquête selon les règles habituelles les seules personnes que ça avantageraient ça serait les criminels. Pourquoi? Parce qu’il pourrait tout dire et avoir l’immunité sur tout ce qu’ils auraient déclaré. Dans ces conditions ça ferait comme la commission Gomery des amnésie épidémiques. Si tu sais que le criminel que tu vas dénoncer contitnuera de courir, tu vas fermer ta boite.
Mais dans la proposition de Charest étant donné qu’il n’y a pas d’immunité tout ceux qui n’ont rien a se reproché ou peut iront parler parce qu’ils savent que ça va donner lieux a des enquêtes qui vont les conduire a des sentences. Donc pas d’immunité ça mettra plus de monde en prison. J’imagine que le monde du crime organisé avait donné leur accord sur cette proposition en se disant que ça n’aurait peut ou pas de conséquence puisque les gens ne seraient pas obliger d,aller parler. SAUF que plusieurs élu ont dit qu’ils allaeint y aller. Sachant qu’ils ne peuvent plus faire marche arrière, et que ça sent le chauffé, en faisant sortir le barreau et les syndicats pour faire pression pour avoir l’immunité ils espèrent s’en sortir avec rien. On va voir les gens défiler comme dans Gomery sous contriante venir dire qu’ils ne savent rien pourquoi parce qu’ils savent que les criminels seront protégé par l’immunité. Bien sur on met l’enphase sur la contrainte pour nous faire passer la pillule mais poser vous les bonnes questions QUI ^ça avantage le plus cette histoire de contrainte et d’immunité? Les criminels.
On en a déjà vu des commissions et on le sait que selon ses règles habituelles ça ne donne pratiquement rien. Il faut vraiment défaire le système et mettre ses criminels en prison. Commençons comme prévu et si chemin faisant on a vraiment aucune accusation criminelles qui s,en suit on réajustera.

Les ennemies du progrès ont l’habitude de faire des campagnes de peur…

« Civilization will end within 15 or 30 years unless immediate action is taken against problems facing mankind »
-Biologist George Wald, Harvard University, April 19, 1970

« By 1995, somewhere between 75 and 85 percent of all the species of living animals will be extinct. »
-Senator Gaylord Nelson, quoting Dr. S. Dillon Ripley, Look magazine, April 1970

« Because of increased dust, cloud cover and water vapor the planet will cool, the water vapor will fall and freeze, and a new Ice Age will be born. »
-Newsweek magazine, January 26, 1970

« The world will be eleven degrees colder in the year 2000. This is about twice what it would take to put us into an ice age. »
-Kenneth Watt, speaking at Swarthmore University, April 19, 1970

« By the year 2000, the entire world, with the exception of Western Europe, North America and Australia, will be in famine. »
-Peter Gunter, North Texas State University, The Living Wilderness, Spring 1970

« We are in an environmental crisis which threatens the survival of this nation, and of the world as a suitable place of human habitation. »
-Biologist Barry Commoner, University of Washington, writing in the journal Environment, April 1970

« Man must stop pollution and conserve his resources, not merely to enhance existence but to save the race from the intolerable deteriorations and possible extinction. »
-The New York Times editorial, April 20, 1970

« By 1985, air pollution will have reduced the amount of sunlight reaching earth by one half. »
-Life magazine, January 1970

« It is already too late to avoid mass starvation »
-Earth Day organizer Denis Hayes, The Living Wilderness, Spring 1970

Au lieu de regarder les glaciers d’eau douce fondre et augmenter le niveau de la mer, la rendre plus douce, moins lourde ce qui influe aussi sur les courants, ne pourrait-on pas récupérer directement l’eau de la fonte des glaciers. Que ce soit pour iriguer les déserts et y faire pousser de la végétation pour réduire l’impact de l’érosion et augmenter la superficie cultivable.
Ou simplement la récupérer dans des réservoirs pour la transporter là ou les besoins sont les plus criants.
Arrêter d’utiliser les rivières pour de l’hydro-électricité quand on peut fort bien utiliser le marémotrice et le mouvement perpétuel infini de la mer.
Récupérer une partie des eaux des rivières avant qu,elles ne se jetent dans la mer.
Au lieu de faire des toits vert de faire des serre sur tout les édifices. En ayant des toit en ppente on peut récupérer cet eau pour la traiter et l’utiliser dans la serre et l’édifice.

C’est quoi la démocratie? Donner le pouvoir à nos élus de décider et de gérer tout en gardant une oreille sur les priorités de la population, de l’ensemble des citoyens.
Les syndicats ne se cachent même plus pour dire que ce sont eux et selement leurs intérêts qui doivent primer. Ils sont habituer a mener les décisions, celle de l’état celle des entreprises peut importe la manière. Ils essaient d’imposer aux gouvernements et aux entreprises leur volontés, de contrôler les dépenses et les priorités des gouvernements et des organisations tant publiques que privés. Assez c,est assez il est temps de remettre les choses en perspective et de redonner la place aux citoyens et non a des organisations qui veulent controler et s’approprier nos impôts. On veut des écoles performantes qui donnent des résultats on en veut pas de commissions scolaires qui gaspillent des sommes astronomiques. Le gouvernement a déjà un ministère de l’éducation pour faire l’administration des programmes, il peut avoir des bureaux régionaux mais pas un appareil lourd comme les commissions scolaires.
Le placement de la main d’oeuvre c,est encore une fois la démonstration du controle syndical. Ils n’ont pas d,affaire là. Les travailleurs peuvent très bien se regrouper en coopérative agence de travail.
Les syndicat c,est pareil comme un aidant qui pour continuer la justification de son rôle t,empoisonne pour garder sa job.
S’il veulent négocier des conventions, faire des représentation auprès des employeurs pour des suivit de csst, de réclamation, de plaintes etc. Ils n’ont qu’a contracter avec les employés qui le veulent et sortir des entreprises. Ils n’ont pas d’affaire ni dans la gestion ni dans les opérations.
Ils vont nous faire la démonstration que de perdre le pouvoir qu’ils ont acquis sur nos institution, nos entreprises et notre pouvoir démocratique de dépenser selon les besoins de tout les citoyens et non en priorités aux syndiqués ils vont nous faire la démonstration qu’ils ne respectent pas notre système démocratique et essayer par toutes les façons de nous contraindre a les laisser contrôler l’appareil d’état. Eux on ne doit pas leur donner l’immunité on doit les convoquer en cour de justice une fois la preuve bien étaillée bien solide. Mais que feront-ils si la lois leur imposent des obligations comme d’habitude. Ont-ils le respect des lois, cest la démonstration qu’ils feront, notre démocratie, nos lois ils s’en balance ce qui les intéressent ce sont nos impôts, les profits des entreprises, le pouvoir a tout prix, des obsesifs du controle. Et ça on n’a plus les moyens de supporter un tel système, ça détruit nos démocratie, notre économie, notre appareil judiciaire et nos programmes sociaux.

Si vous en avez assez de payer pour enrichir les syndicat et les mafieux faites leurs savoir a tout ces saboteurs de systèmes que vous en avez assez. Ceux que vous connaissez qui travaillent au noir, qui contournent les lois, qui achétent des produits illégaux pour leur petite personne et sont inconcientes des effets sur tout notre système démocratique faites leurs savoir. Que ce n’est pas annodins que tout ces petits gestes détruisent notre système. Et que de fermer les yeux et de ne pas dénoncer à des répercussion sur le maintient d’une société démocratique, sur la richesse et l,entretien d’un système collectif, la santé, l’éducation, la sécurité, les routes, les pensions on ne peut plus rien se payer d,efficace si on tolère la cancer dans le système. C’est a chacun d,entre-nous d’y voir. Ça nous appratient on doit protéger nos institutions de droit, de sécurité, de programmes sociaux et d’infrastructures communes. Quand bien mêm on serait tous riche comme crésusse il faudrait quand même avoir des routes et des transports sur la circulation des biens et des personnes. Un systéme qui protège et aide les plus démunis et donne a tout le droit a des soins de santé et d’éducation c,est encore une valeur foncdamentale ici.
Protégoens nos institutions, protégeons les droits des citoyens et faisons échec aux saboteurs de système.

C’est déjà une caricature dans ses propos l’exemple du militant que vous prenez pour appuyer à vos propos. Il y a un abus du progrès qui doit être dénoncé. La productivité pour la productivité débouche inévitablement sur un désastre environnemental, social, mais surtout économique. La ville de Thedford Mines fut l’exemple parfait pour illustrer cette dérive du progrès et de la productivité à tout pris…

C’est le progrès dans sa logique actuelle qu’on doit repenser avec des vecteurs économiques comme l’environnement, la mobilité de la population… Je pense au débat aujourd’hui que Terrebonne refuse un plan d’aménagement urbain pour favorisé la construction d’unifamiliale encore plus de taxes et des revenus pour la ville, mais sans tenir compte de la congestion sur les autoroutes qui se totalise par des milliards par année en temps, en pollution et en perte de productivité.

Des exemples des méfaits du progrès sont nombreux. Être contre c’est plutôt naïf, mais repensé le progrès en tenant compte du développent durable que tout doit être fait pour le long terme dans une perspective de valeur humaniste oui pour le progrès, mais prenons notre temps pour qui arrive… Le scandale ce n’est pas le progrès, mais le peu de savoir scientifique que la population possède pour évaluer les inventions du progrès. Des milliers de molécules dans tous les domaines se développement aujourd’hui et sans critère évaluation sur l’impact sur la santé humaine, sur l’environnement…

Dans vos généralités, vous avez raison, Monsieur Duhamel, mais le progrès dans le quotidien doit être repensé

C’est vraiment drôle quand ça ne va pas c,est la faute de l’autre et quand ça va vous voulez tout a chacun vous en attribuer le crédit.
Les gosseux de patentes finalement ça faisait rire tout le monde que se reconnaissaient bien dans ça.
Continuer de vous mettre la tête dans le sable et d’évacuer le rôle des mafieux dans tout ce qui se passe. Comme si le rôle de PM était au dessus de tout et qu’il n’en tenait qu’à lui de tout décider.
Bien plus commode de tirer sur un gars que de se battre contre une organisation qui se soustrait au pouvoir de nos lois et de nos règles.
Il faudra chager les règles qui donne l’immunité et l’impunité aux criminels.
La loi de la concurence est probablement celle qui a les dents les plus longues car c,est a l’accuser que revient le fardeau de la preuve. La collusion c,est contre la loi de la concurence. Serveont nous en.
Et arrêtons de minimiser le rôle de chacun dans le maintient de ce réseau de saboteurs.
Tant que les gens ne voudront pas admettre que le fait d’être un observateur muet, ou de participer peut importe que vous en minimisiez les incidences elles sont réels.
Arrêter le discours que la drogue, la prostitution existe depuis la nuit des temps et qu’on y peut rien. C’est faux on doit vouloir y mettre fin, c’est la source du cancer. Toutes ces activités illicites qui cause la détresse humaines, entretienne le crime et la pauvreté. Que ça ait des apparences légales ou illégales ça entretien des réseaux de mafieux qui sabotent notre système jusqu’à mettre la sécurité des personnes et de nos richesses collectives(proagrammes sociaux, environnement et ressources naturelles) en péril.
Vous répugner a vous engager personnellement dans la lutte au crime et préférer avoir des boucs émissaires et des patantes légales pour vous laver les mains et justifier votre inaction et participation à l’amnésie collective. C’est pas un show de télé qui va changer les choses en profondeur. C’est la décision individuelle de tout a chacun de mettre un terme aux pratiques et idéologies qui entretiennent le crime.

Quand je dis il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée. Je ne dit pas que Monsieur Charest a changer son point de vue sur la proatection des témoins, la contamination de la preuve, sa volonté de mettre les criminels en prison. Non il a changé la perception de son rôle dans la prise en charge de la commission. Au lieu d’imposer son point de vue et de baliser la commission en prenant sur son dos toute la responsabilité, il charge la personne qu’il a nommé responsable de prendre les mesures qu,elle jugera nécessaire pour y arriver. Pour moi c,est une excellente nouvelle. Ce qu’il fait c,est de donner plus d’autonomie à la commission en lui donnant un mandat large, en plus d,avoir nommé des personnes crédible a la tâche, il lui donne la lattitude, sans l’imposer pour ne pas ouvrir la porte toute grande à l’Immunité des criminels. Pierre, Jean, Jacques qui exige que kles règles soit changé et veulent donné le droit systématique de contrainte et de facto , l’immunité des témoins, en fait veulent politiquement contrôler la commission en lui fixant les rèlges au détriment du meilleure jugement et des compétences de controler la commission a l’avantge du système pour mettre les plus de criminels en prison.
Les médias sont en crise. Ils ont perdu de leur pouvoir d’influencer seul l’opinion public en publiant seulement leurs points de vue.
La démocratisation des médias sociaux donnent aux citoyens plus de pouvoir de faire cheminer leurs opinion. Mais comme avec internet chaque citoyens peut aller chercher plus d’onformations pour se faire une opinion. Notre société sera en bout de ligne gagnante, parce que plus de citoyens s,Negageront et prendront part au débat et feront avancer le développement de nos lois et de nos institutions dans le sens souhaiter par les citoyens.
Il y a encore un fossé énorme entre rêve et réalité. Et il ne faut pas s’illusionner en confondant idéologies et les faits. On doit pour changer le monde participer non pas juste a voter, mais a garder aux élus le pouvoir réel d’agir en notre nom et de changer ses décisions en fonction de nos besoins. Pas ceux des organisations criminels (les saboteurs de notre système démocratique) ni ceux des organisations qui représentent leurs intérêts popre et non ceux de leurs membres. Laisser au citoyens le pouvoir d’influencer et réduire le pouvoir des organisations (publiques, privés et groupe d.intérêts incluant les partis politique). C’est le citoyen ses besoins, ses idéologies et sa participation qui doit primer. Et nos élus sont là pour faire mettre en place et gérer les processus qui permettront de réduire le pouvoir des organisations et donner le pouvoir aux citoyens à l’expression même de la démocratie.

L’ennemi du progrès pour les sociétés ce sont les partis politiques. On élit des individus pour gérer nos impôts et mettre en place les mesures pour répondre aux besoins des citoyens. Et ultimement ceux qui décident vraiment sont une poigné de congressistes qui peuvent facilement être achetés par des groupes d’intérêts. Notre système d’éducation n’est pas efficace, pas performant, on y dépense une fortune et le profs ne sont même pas évalués, pas imputables des résultats et il semble que l’objectif soit le diplome du secondaire. Qu’est-ce que ça fait dans la vie, c’est quoi cette formation là? Non ça prend des diplôme qui ouvrent les portes sur le marché du travail. Comment ça se fait que partout ailleurs quand le jeune sort du secondaire il peut faire une demande d’admission dans n’importe quel programme, que ce soit un métier, une technique, une profession mais ici pour entretenir un système de fonctionnaire on a multiplié des étapes, multiplié les années, et au final ils ne décroche même pas la possibilité d’aller faire un métier.
Et c’est qui qui va décider des priorités de la population? Un groupe politique, des congrassistes qui ont des choix de société et des idéologies qui ne sont pas réaliste compte tenu de nos moyens financiers. Ces congrassistes ne sont pas imputables de rien. Ils ont simplement ACHETÉ leur droit a décider des orientations et des dépenses de l’état. Pourriture.
Il faut élire des représentant qui mettront en oeuvre les demandes des citoyens sondé par référendum avec possibilité de compléter par internet. L’implication des citoyens augmentera certainement puisqu’ils auront une voix sur les enjeux pas juste sur les représentants.
La commission sur la constructions et sur la collution révèlera je l’espère l’impossibilité pour une société de mettre de l’avant les intérêts de l’ensemble des citoyens avec un système qui est basé sur l’élection de partis politiques. Il faut que ÇA change. On doit élire des représentants et ils doivent tous travailler ensemble. Trop de fonctionnaire, trop de gaspillage en débat stérile puisqu’en bout de ligne les élus et les citoyens ne sont pas ceux qui décident mais une poignées de congrasssites a valises qui finance le parti.
Autre sujet, un recourt colllectif constitué des entreprises, des travailleurs et de leurs familles qui sont lésé par la perte de revenus qu’occasionne les débrailements illégaux de syndicats. ça doit pouvoir se faire. Ils doivent être imputables de leurs actions et soumis à la justice.

Voulez-vous vraiment suivre les traces des grecs jusqu’au bout pour savoir ou ça mène. Ils ne produisent plus rien. Des fonctionnaires, des syndicats, ça ne met pas du beurre sur le pain.
On doit sortir les groupe d’intérêts qu’ils soit politique, syndicaux ou autre de L’instruement étatique.
On doit développer notre économie autrement. de manière rentable pour l’ensemble, efficace et efficiente.
Le PPP du Grand-Nord tripartite, Coopérative de travailleurs (pas de syndicat, plus de productivité et de protection de l’environnement 45%), le gouvernement (provincial 25% et fédéral 5%) et l’entreprise (25%).
L’obligation d’investir dans un fond des générations (j’aime bien cette idée) et dans un fond de développement régional (pour diversifier l’économie et dans la transformation).
Des investissements privé seront solicité mais pas en bourse. En obligations garantis par le gouvernement. Donc pas de pouvoir sur les décisions, avec pas de risque. Excellent pour les fonds de retraite et le développement de la richesse d’ici avec les argents d’ici. Mais ça n’exclu pas les investissement étranger.

@David

On a dit aussi que le Titanic était insubmersible!

En réalité, il n’y a que des ennemis de la nuance et de la pondération….

@ Pierre Duhamel:

Loin de moi de vouloir étouffer la créativité de certains intervenants ou de boycotter quiconque ici mais êtes-vous vraiment obligé de publier toutes les interminables litanies de la « gent féminine »?

Ça devient fastidieux, et épuisant à la longue.