Le Québec, un champion mondial de l’entrepreneuriat

Les lacunes de l’entrepreneuriat québécois cachent une vigueur réelle, à maints égards exemplaire, révèle une nouvelle étude.

Photo : Startup Stock Photos
Photo : Startup Stock Photos

Blogue Economie

L’activité entrepreneuriale est très dynamique au Québec. L’entrepreneuriat y est très valorisé, et le Québec surclasse tous les pays du G8 — à l’exception des États-Unis et du reste du Canada — pour la proportion d’entrepreneurs parmi la population totale. Qui plus est, le Québec est l’endroit au monde où les entreprises survivent le plus à leurs dirigeants.

Voilà, en quelques mots, ce que révèle l’étude sur la situation entrepreneuriale québécoise produite dans le cadre du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) par Étienne St-Jean et Marc Duhamel (aucun lien de parenté), deux professeurs de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Né à l’initiative du London Business School et du Babson College (une école de commerce américaine spécialisée dans l’entrepreneuriat), le GEM collige et compare, à partir d’une même méthodologie, l’activité entrepreneuriale dans une centaine de pays.

C’est la seule étude du genre au monde. Les données de chaque pays sont établies à partir d’un questionnaire d’au moins 2 000 répondants et d’entrevues réalisées avec plusieurs dizaines de spécialistes dans chacun des endroits.

Cette année encore, cette étude confirme le proverbe qui dit que «quand je me regarde, je me désole ; quand je me compare, je me console».

L’entrepreneuriat québécois a de graves lacunes. Le vieillissement de la population et un dynamisme économique moindre que ses voisins limitent le potentiel entrepreneurial. Très peu d’entreprises québécoises s’inscrivent en Bourse, et le Québec peine à créer de nouvelles grandes entreprises à rayonnement international.

Ces lacunes cachent néanmoins une vigueur réelle, à maints égards exemplaire. Voici ce que révèle l’étude québécoise du GEM.

1. Il n’y a pas un endroit dans les pays identifiés au G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni) où l’entrepreneuriat est plus valorisé : 79,1 % des résidants du Québec estiment en effet que l’entrepreneuriat est un bon choix de carrière, comparativement à 50,5 % des Canadiens des autres provinces. Sur cette question, le Québec serait au cinquième rang mondial des pays développés (ou pays «tirés par l’innovation», dans le vocabulaire du GEM), derrière Taïwan, la Norvège, Singapour et la Suède.

2. L’intention d’entreprendre y est plus élevée que dans le reste du Canada : 19,1 % des Québécois aimeraient démarrer leur entreprise dans les trois prochaines années. C’est plus que dans le reste du Canada, et en forte progression depuis 2013.

3. Il y a évidemment une différence entre les intentions et l’action. On observe que les Québécois connaissent personnellement moins d’entrepreneurs et qu’ils s’estiment moins compétents que les autres Canadiens. Près de 40 % d’entre eux ont peur du risque, soit une proportion identique aux autres Canadiens. Par contre, les Québécois qui veulent se lancer en affaires le font parce qu’ils voient là une occasion favorable, et non pas parce qu’ils se sentent obligés de le faire. Les Québécois sont entrepreneurs par choix et non pas par nécessité.

4. Le Québec se situe au sixième rang des pays «tirés par l’innovation» pour ce qui est des entrepreneurs naissants, et au milieu du peloton pour ceux qui sont en affaires depuis plus de quatre mois et moins de 42 mois. Ce sont ceux que le GEM appelle les «nouveaux entrepreneurs». Par contre, le pourcentage des entrepreneurs établis — ceux qui sont en affaires depuis plus de 42 mois — est le plus élevé du G8, à l’exception du reste du Canada.

Voilà, somme toute, des données encourageantes. L’entrepreneuriat a la cote au Québec, et les Québécois sont plus portés à reconnaître le succès des entrepreneurs qui réussissent.

Assurons-nous maintenant que les climats économique et politique contribuent à l’essor et au développement d’une toute nouvelle génération d’entrepreneurs qui vont contribuer à enrichir le Québec.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

14 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Le Québec, un champion mondial de l’entrepreneuriat »… Ne dites pas cela, M. Duhamel…

Cela va déplaire aux trolls qui préfèrent toujours rabaisser les Québécois de peur qu’ils prennent confiance en eux… La dévalorisation et l’insécurité financière des citoyens québécois a toujours mieux servi le fédéralisme…

( « et qu’ils s’estiment moins compétents que les autres Canadiens » SIC )

Eh Ben…. Comment ça !!!!

Une moitié de notre population, au Québec, aime frapper sur l’autre, en plus de presque toute celle du ROC… Tout cela, par la peur ( bien entretenue ) d’un éventuel référendum… Et souvent, bien émotivement et sans grande connaissance macro-économique. ( Pour se sortir de cercle vicieux: Une information scientifique et VÉRITABLE + une ouverture d’esprit )

Il y a quelques pays, actuellement, qui misent sur le développement économique DURABLE et qui prendront de l’avance dans des domaines, bientôt, INCONTOURNABLES….

Et cela, pendant que la plupart des autres cherchent toujours à prendre de plus grandes parts de marché dans des industries (d’une ère dépassée) qui s’asphyxient, et qui sont dominés par conglomérats gigantesques et apatrides, qui font TOUT pour conserver LA PALME dans leur expertise. Et même si cela menace l’humanité, tout entière.

Si le Québec devient un pays progressif, l’ENSEMBLE de sa population pourra, ENFIN, oeuvrer dans une même direction et dans un projet stimulant pour l’avenir de TOUS….

Un projet, BIEN AU-DESSUS d’une chicane partisanne pour un » club politique « … dans une fédération axée sur une EXTRACTION COLONIALE et EFFRÈNÉE des ressources fossiles.

Indice ( 🙂

« TOUT PEUT CHANGER » par Naomi Klein, chroniqueuse canadienne affiliée au New York Times, au Guardian et à The Nation.

« Une moitié de notre population, au Québec, aime frapper sur l’autre, en plus de presque toute celle du ROC… Tout cela, par la peur ( bien entretenue ) d’un éventuel référendum…

« Et souvent, bien émotivement et sans grande connaissance macro-économique. »

Ouff!.

C’est le lot de tout l’Occident. Pas seulement des Québécois.

Vous n’avez qu’a suivre l’Occident VS l’Asie.

Ce que je veux dire c’est que comme la moitié des Québécois l’Occident aime frapper sur l’Asie. En premier sur la Russie, la Chine (guerre froide) Brésil BRICS etc …

Liens, http://www.les-crises.fr aux USA, Sputnik Russie, Slate France, Xinhua Chine, People’s Dayly Chine,

C’est une game de pouvoir, et à la limite un rapport de force nucléaire dangereux.

Pour suivre n’est pas de tout repos. Vous aurez affaire à la propagande des deux côtés. Celle de l’Occident ment et se dément et celle de l’Asie est constante, surtout la Russie. À vous de comparer avec le New York time et le Monde fr.

Bonne méfiance!

On nous dit dans ce billet que le Québec est le champion mondial de l’entrepreneuriat et on nous dit dans d’autres que le Québec est un pleutre.

C’est la même chose à la grandeur de la planète. Pour l’instant.

Les citoyens dorment et devront de tenir debout ou ramper.

J’oubliais,

Vous avez pu remarquer que le soit un champion n’intéresse pas grand monde. Les citoyens dorment.

Au contraire si on avait dit que le Québec est peut être un pleutre, des dizaines de trolls se seraient rués pour essayer de l’affirmer.

Vous avez pu remarquer que le Québec soit un champion n’intéresse pas grand monde. Les citoyens dorment.

« Par contre, le pourcentage des entrepreneurs établis, ceux qui sont en affaires depuis plus de 42 mois, est le plus élevé du G-8, à l’exception du reste du Canada. » (Pierre Duhamel )

Je suppose que vous pensez à l’Alberta.
////

Les « pluss » meilleurs du G-8, ça veut dire que les Québécois sont meilleurs que les Américains?
/////////

Votre avis:

« En fait, le vieillissement de la population explique ce qui pourrait être considéré comme étant un manque de «guts». » (Pierre Duhamel )
////

Est-ce que les Québécois s’intéressent suffisamment à l’économie de leur province, de leur pays, du monde en général? (Tery-Tanya Espin)

« Pas vraiment. » (P. Duhamel,)
///////

« Pourquoi les Québécois ont-ils peur de développer leurs ressources? Je pense entre autres au Plan Nord ou aux gaz de schiste. »(Tery-Tanya Espin)

« On croit à tort qu’on peut se passer de ces développements économiques, et c’est ce qui m’inquiète: la valeur des gaz naturels a diminué au cours des dernières années. Nous ne sommes pas les seuls producteurs de ces gaz. » (Pierre Duhamel)

Je ne savais pas que le Québec était producteur de gaz en 2012.
//////////

« Au Québec, 50 % de ce qui est produit est vendu ailleurs qu’au Québec. »(Pierre Duhamel)

Heu! Où?

http://www.lecollectif.ca/ces-entrepreneurs-qui-transformeront-leconomie-quebecoise/
///////

Et c’est sans oublier que selon vous certains entrepreneurs dans l’agroalimentaire (les producteurs de fromage fins) sentent le fromage.

D’un côté vous envoyez des fleurs à l’entrepreneuriat quand il fait soleil et quand il fait noir, vous envoyez le pot avec la terre.

Autrement dit vous envoyez de la poudre aux yeux des gens pour vanter les petites entreprises, et, derrière le rideau, vous protégez la grande entreprise.

L’exemple du plan nord des minières Étrangères pour qui nous payons et que vous soutenez et qui ne rapporte rien aux Québécois est frappant.

J’ai toujours pensé que les Québécois excellerait au capitalisme … si on les laissait faire! Les Québécois sont en réalité travaillant, débrouillards et créatifs.

Le problème ce n’est pas la volonté d’entreprendre, le problème c’est le manque de capital. La faute incombe à l’état qui siphonne trop de richesses et effraie les investisseurs.

Z’avez lu ça les gauchistes?

Les Québécois CHAMPIONS MONDIAUX du CAPITALISME!!!

Et VLAN!!!

C’est sûr que pour toi mon petit francois, tout est simple et n’a que deux aspects… tu ne peux pas » processer » plus de deux facteurs à la fois..

Alors, je composerai avec cela et je te demanderai de réfléchir QUE sur deux aspects du Capitalisme…. Selon toi, quelle est la différence entre un capitalisme sauvage et un capitalisme à visage humain ?

Aujourd’hui, contrairement au siècle dernier, ce n’est QUE cela le véritable enjeu….. Le péril ROUGE ou JAUNE, c’est fini… Cesse d’avoir peur…

Ce n’est plus que la crise climatique que tes MAÎTRES néo-libéraux tentent d’occulter…

Alors petit VALET…. Mets toi à l’oeuvre et clames ton scepticisme climatique, ton opposition aux mesures règlementaires et à la Science. Exiges la réduction de la taille des États. Vomis sur les coûts exorbitants et prohibitifs de la lutte à la pollution.

Tout cela pour que tes IDOLES puissent continuer à pirater la terre et à jouer les gorges chaudes sur le sort de leurs petits servants qui continuent de s’imaginer, un jour, bien assis en leur compagnie dans leurs Boy’s Club, un verre de whisky à la main !!!!

Mais là, je sens que j’en ai trop mis… Je t’ai perdu en route.. C’est sûr… ( 😉

Bon…presque tous les clichés des frus de la go-goche s’y trouvent…

Une chose: s’il y avait MOINS d’interventionnisme de la part de l’État socialiste québécois obèse, tentaculaire et inefficace, il y aurait encore BEAUCOUP PLUS d’entrepreneurs au Québec. BEAUCOUP PLUS!!!

« Une chose: s’il y avait MOINS d’interventionnisme de la part de l’État socialiste québécois obèse, tentaculaire et inefficace, il y aurait encore BEAUCOUP PLUS d’entrepreneurs au Québec. BEAUCOUP PLUS!!! »

Tous des mots garochés en l’air.

Tu ne sais pas de quoi tu parles.

Je te répète:

L’impôt du Québec est le moins cher en Amérique du Nord. Si tu dis est vrais les entreprises des USA débouleraient aux lignes vers le Québec.

La Chine est TRÈS INTERVENTIONNISTE et TRÈS SOCIALISTE et COMMUNISTE et elle est la CHAMPIONNE de l’économie sur la planète.

Que sa te plaise ou non l’avenir est aux pays des BRICKS et NON PAS au libéraliste qui est en train de faire faillite.

Même la seule Russie a fait plus d’entente économique que Washington donc plus d’entrepreneurs.

Tu es très mal placé pour parler de clichés. Tu n’as qu’a te regarder le nombril.

On voit que vous ne connaissez ni le sujet, ni la finance…

Il n’y a pas que les impôts qui comptent lorsqu’un entrepreneur s’installe dans un endroit. Il y a l’ensemble de la réglementation (Dieu sait qu’ici, au Québec, on en a des tonnes de copies!!!), la qualité des infrastructures (no comment!), la complaisance des gouvernements envers les grosses centrales syndicales (no comment ici itou!), le coût des emplacements, la goinfrerie fiscale envers les individus et les dirigeants des entreprises (toujours no comment!0 et plein d’autres facteurs comme du même acabit.

La Chine est une économie très fermée (j’y suis allé récemment…) et les informations crédibles sur ses propres finances publiques ne sont accessibles qu’à très peu de gens. Pour les autres, c’est du « guess work »; cependant, affirmer que la Chine d’aujourd’hui est « très communiste » ne fait que confirmer votre totale balourdise du dossier. TOTALE! S’il y a UNE chose que nous savons tous au sujet de la Chine, c’est que depuis la mort de Mao, elle S’ÉLOIGNE à grands pas du communisme qui lui a coûté 50 ans d’évolution et des dizaines de millions de morts pour se rapprocher de l’économie de marché (i.e.: le CAPITALISME!!!). Idem pour Cuba d’ailleurs…

Fais attention!

Les bloggeurs et les troll qui te renseignent mentent pour arrondir leurs fin de moi$.