Le récalcitrant

Gilles Fortin, PDG des magasins de vêtements Tristan, l’avoue : « Je détestais faire de l’exercice. » Mais lors d’un party, il y a de cela une dizaine d’années, il s’aperçoit que tous ses amis – lui y compris – commençaient à avoir des « seins d’hommes ». « Ça m’a fait peur ! »

Photo : Martin Laprise

Depuis qu’il s’y est mis, le dirigeant de 58 ans fait de la gym deux fois par semaine, et il a même vendu sa voiture, en 2004, pour se rendre au bureau à vélo ou à pied, ce qui ajoute 45 minutes d’exercice quotidien. « J’ai maintenant beaucoup plus d’énergie qu’avant. Au travail, les jeunes de 25 ans ont du mal à me suivre ! »

Ce zèle athlétique ne lui est pas venu naturellement : après que sa femme l’eut inscrit au gymnase, Gilles Fortin a mis deux ans avant de s’y rendre ! Après trois mois d’entraînement, il voulait abandonner, mais il s’est ressaisi : « J’ai promis à mon entraîneur que je le paierais pour les séances que je raterais. À 5 000 dollars par année, ça motive ! »

Gilles Fortin est tellement convaincu des bienfaits de l’exercice physique pour lui et le personnel qu’il a installé son siège social le plus près possible d’une piste cyclable : celle du canal de Lachine ! Tristan offre des horaires flexibles pour permettre aux employés de s’entraîner pendant la journée – le président donne d’ailleurs l’exemple en entrant à 10 h deux jours par semaine, après la gym.

Le PDG de Tristan est cependant un peu déçu par le manque de motivation de ses employés – qui n’avaient pas demandé de tels avantages, admet-il. Le programme stimule surtout les employés dans la quarantaine, alors que l’âge moyen du personnel est de 25 ans. « Leur sport préféré, dit-il, c’est encore de s’installer sur la terrasse et de jaser. »