Le retour du Bonhomme Sept-Heures

Le Québec n’a rien de néolibéral. Le poids de l’État est plus important que jamais. Les programmes sociaux se sont multipliés. La pauvreté a reculé. Les inégalités n’ont pas augmenté.

Photo : Mario Beauregard/PC

Dans les manifestations des derniers mois au Québec, des banderoles ont invité à la « mobilisation contre les politi­ques néo­libérales qui appau­vrissent la classe moyenne ». Le néolibéralisme menace-t-il le Québec ?

Le néolibéralisme est une idéo­logie qui considère que le secteur privé est capable à lui seul de réguler l’activité humaine. L’État est vu comme une nuisance. On prône la liberté indivi­duelle sans con­traintes, le désengagement de l’État, la déréglementation du marché du travail et du capital, la privatisation des activités économiques, l’introduction de la con­­currence dans le secteur public et l’affaiblissement des protections sociales. La doctrine néolibérale a été appliquée dans plusieurs pays, dont l’Angleterre et les États-Unis, depuis 1980.

Mais les politiques économiques et sociales du Québec n’ont rien à voir avec cette idéologie extrême. Chez nous, le poids de l’État dans l’économie est plus important que partout ailleurs en Amérique du Nord. Il s’est même accru depuis 30 ans. Les dépenses provinciales et municipales équivalent à 34 % de notre revenu inté­rieur, contre 24 % dans le reste du Canada. Aucun État américain ou autre province canadienne n’a un taux de couverture syndicale aussi important que le nôtre (39 %). Le pouvoir d’achat de notre salaire minimum est parmi les plus élevés d’Amérique du Nord. Le Québec est le seul État sur ce continent où, globalement, les inégalités de revenu n’ont pas augmenté depuis 35 ans. Loin de s’appauvrir, notre classe moyenne s’est enrichie. De 1995 à 2010, inflation déduite, le pouvoir d’achat médian de nos familles biparentales a progressé de 33 % ; celui de nos familles monoparentales, de 49 %.

Nos politiques sociales ont connu une forte expansion depuis 15 ans, que ce soit sous les libéraux ou sous les péquistes. On a eu la réforme de l’aide sociale, l’assurance médicaments, l’équité salariale, les garderies à cinq puis à sept dollars, les congés parentaux étendus, la prime au travail, le soutien aux enfants, alouette. Ce qu’il y a de génial dans ces politiques, c’est qu’elles se sont attaquées aux causes de la pauvreté, pas seulement à ses effets. Elles ont favorisé l’accès des personnes pauvres à l’emploi et à l’autonomie financière. Le taux d’emploi des mères de familles monoparentales est passé de 61 % en 1996 à 78 % en 2008.

Oui, le Québec a privatisé la Raffinerie de sucre, à Saint-Hilaire, Sidbec, à Contrecœur. Mais produire du sucre et de l’acier n’était pas le moyen le plus pertinent d’encourager l’économie du savoir. Oui, nous devons composer avec la loi sur le déficit zéro, de Lucien Bou­chard. Mais nommez-moi un État progressiste qui peut survivre s’il ne paie pas ses factures. Oui, on veut introduire plus de concurrence en éducation et en santé. Mais il n’y a pas un établissement scolaire ou hospitalier qui cherchera à exceller s’il n’est pas soumis à une émulation et à une évaluation périodique. Oui, le Québec prélève des tarifs – les plus bas d’Amérique du Nord – auprès des consommateurs d’électricité, des usagers des garderies et des étudiants universitaires, et il les dégèle de temps à autre pour suivre les coûts. Mais des tarifs, il en faut un peu, non ? Ça nous responsabilise.

Le néolibéralisme aux États-Unis doit être pris au sérieux. Mais rien ne justifie de faire peur au monde en affirmant que le Qué­bec est néolibéral lui aussi.