TransForce : le roi du camionnage

TransForce vient d’acheter Transport America et ses 1 500 camions et 4 400 remorques. Voilà une autre acquisition pour cette entreprise québécoise méconnue, qui possède la plus importante flotte de camions au Canada — et l’une des plus substantielles en Amérique du Nord.

Blogue EconomieOn apprenait, lundi, que TransForce achetait  — pour la somme de 310 millions de dollars — Transport America et ses 1 500 camions et 4 400 remorques.

Voilà une autre acquisition pour cette entreprise québécoise, qui possède la plus importante flotte de camions au Canada et l’une des plus substantielles en Amérique du Nord.

TransForce est un autre de ces joyaux cachés qui passent sous l’écran radar du grand public. On voit les camions et remorques circuler sur nos routes, mais il est difficile de les associer à TransForce, qui exploite une cinquantaine de transporteurs arborant des raisons sociales différentes — fruit d’une centaine d’acquisitions réalisées au fil des ans.

Ils sont peu nombreux à savoir que cette entreprise affiche des revenus de plus de 3 milliards de dollars annuellement (dont près du tiers réalisés aux États-Unis), et qu’elle origine d’une société fondée à Cabano, en 1957.

TransForce est ce que l’on appelle un consolidateur : elle achète des concurrents dans un marché encore très fragmenté. Mais c’est un marché difficile, directement corrélé à la santé de l’économie, et du secteur manufacturier en particulier.

La disparition d’emplois au profit de procédés de fabrication réalisés en Ontario a eu de lourdes conséquences sur la rentabilité de la société de camionnage. Sans compter la météo, qui peut vous gâcher des résultats trimestriels, comme ce fut le cas au dernier trimestre.

Son président, Alain Bédard, a eu la bonne idée de miser ces dernières années sur des marchés plus stables, comme la collecte et l’enfouissement des ordures, l’entreposage et le déplacement de tuyaux pour l’industrie pétrolière et, surtout, la livraison le jour même de courrier et de colis. Ce dernier marché est en plein essor, et les revenus de TransForce y sont passés de 295 millions de dollars en 2009 à 1,3 milliard de dollars en 2013.

Chaque fois que vous faites affaire avec un service comme Canpar, Loomis Express, Dynamex ou ICS, vous êtes sans le savoir un client direct ou indirect de TransForce — ce géant méconnu des routes.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.