Le Site – Vendre en ligne, mode d’emploi

Trouver des programmeurs de talent n’est pas toujours chose facile. Parlez-en à Michael Bliah et Jean-Philippe Cormier, cofondateurs de Le Site, une entreprise montréalaise qui développe des sites Web pour le commerce en ligne. 

lesite
Jean-Philippe Cormier et Michael Bliah, cofondateurs de Le Site – Photo : Martin Flamand

Trouver des programmeurs de talent n’est pas toujours chose facile. Parlez-en à Michael Bliah et Jean-Philippe Cormier, cofondateurs de Le Site, une entreprise montréalaise qui développe des sites Web pour le commerce en ligne. « Nous avons recruté un Brésilien l’hiver dernier. Dès son arrivée, nous lui avons mis un manteau sur le dos et go ! Il fallait qu’il soit fonctionnel au jour 1 », raconte Jean-Philippe Cormier, le vice-président.

Pour trouver les perles rares, Le Site préfère les voies parallèles aux petites annonces : forums de discussion, réseaux sociaux, bouche-à-oreille, etc. La démarche tient presque du travail d’enquête !

[brightcove videoID=3790337072001 playerID=636457847001 height=509 width=600]

La cinquantaine d’employés qui travaillent dans cette agence située en plein cœur du Plateau, à Montréal, sont chouchoutés. Les « Sitoyens », comme ils se nomment eux-mêmes, ont accès à des jeux vidéo dans une salle de repos, un bar, des postes de travail debout s’ils souhaitent se délier les jambes, des vendredis plus relax et même, petite attention, des plats remplis de bonbons dans les salles de conférence.

Michael Bliah s’inspire de Google pour créer une culture d’entreprise qu’il qualifie d’ouverte et sensible aux suggestions des employés. Il leur paie le club de gym — situé dans le même immeuble que Le Site — et libère du temps pour que ses troupes puissent suivre les formations dont elles ont besoin. « Des employés heureux sont les meilleurs porte-paroles de l’entreprise », dit-il.

La société fondée en 2007 a depuis quintuplé ses revenus, notamment grâce à la popularité croissante de la consommation en ligne. Et parce qu’elle est la plus grande agence Web certifiée Magento au Canada. « Quand vous faites une recherche dans Google pour trouver un développeur capable de programmer un site sur la plateforme Magento, vous nous trouvez en haut de la liste », dit le président de Le Site. Magento, une plateforme propriété d’eBay et de PayPal, a fait une percée fulgurante ces dernières années auprès des entreprises en raison de ses nombreuses fonctionnalités facilitant le commerce électronique.

Michael Bliah, Québécois d’origine française, a fait ses classes en commerce de détail chez le marchand de chaussures Aldo, où il a été directeur du marketing. Il a appris les rudiments des technologies en tant que chargé de compte chez Nurun, une entreprise pionnière du Web au Québec, aujourd’hui propriété de Québecor.

Jean-Philippe Cormier, lui, était un programmeur à son compte avant de cofonder Le Site, nom d’entreprise on ne peut plus simple ! « C’est ce que je faisais, alors pourquoi chercher ailleurs ? » dit-il. Dans l’entreprise, il gère la production, tandis que Micheal Bliah s’occupe du développement des affaires.

Lauréate de nombreux prix de design pour la convivialité de ses sites, Le Site compte dans son portefolio des marques connues, comme Keurig, Kamik, Marcelle, Jack and Jones et Chantelle, des clients qui l’amènent à brasser des affaires majoritairement au Canada, mais aussi en France et en Allemagne. L’objectif ? Conquérir le marché du commerce en ligne, un site à la fois…

Activité : Développe des sites Web de commerce en ligne
Chiffre d’affaires en 2013 : Entre 2 et 4,9 millions
Nombre d’employés en 2013 : 47
Ventes hors du Canada en 2013 : 9 %
Croissance 2008-2013 : 596 %
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Pour avoir travailler la bas, je ne me souviens pas qu’on me payer la gym ou quoi que ce soit…
Par contre le coup du brésilien, je m’en souviens, dés le lendemain on m’a fait travaillé sur le front end d’un template…

Bonjour M. Turcot,

Tout d’abord, merci pour votre commentaire constructif.

Les conditions de travail que nous sommes en mesure d’offrir ces dernières années sont le fruit du travail de toute notre équipe depuis 7 ans.

Quand nous avons démarré notre entreprise, nous n’avions pas de bureau, pas d’employés, pas d’argent, bref pas grand chose… Donc, on était très loin de penser au gym ou au PlayStation. Petit à petit, nous avons gagné des clients, agrandit l’équipe, ensuite déménagé de bureau, etc… Bref, nous avons progressé à notre rythme en améliorant à chaque année nos faiblesses tout en gérant les besoins relatifs à notre forte croissance.

Avons-nous un parcours parfait? Non et qui pourrait affirmer une telle chose. Est-ce que nous aurions pu faire mieux? Probablement. Mais une chose est claire, nous avons toujours tenu à coeur nos employés.

Aujourd’hui, 7 ans plus tard, nous sommes entouré d’une cinquantaine de personnes. Notre réalité est bien différente qu’à nos débuts. Nous avons la capacité et la volonté d’investir dans nos employés et d’offrir des conditions de travail pour que chacun y trouve sa place et soit heureux, tant au travail que personnellement. C’est pas toutes les entreprises qui ont soit les capacités ou la volonté.

Votre commentaire porte un jugement gratuit envers nous et notre équipe. Vous jugez nos capacités d’aujourd’hui à prendre soin de nos employés avec votre expérience datant de plusieurs années et qui surtout, était dans une toute autre réalité.

Sur ce, je vous souhaite bonne continuation dans votre parcours.
Si jamais vous êtes un jour entrepreneur, j’imagine que vous comprendrez mieux les enjeux de croissance d’une entreprise et que vous nous montrerai comment faire.

En espérant que vous avez trouvé l’entreprise parfaite pour vous.