Le test du «Black Friday»

Le Black Friday, qu’on a bêtement traduit ici par le Vendredi noir, est devenu un indicateur économique incontournable, explique Pierre Duhamel.

BRITAIN-CONSUMERS-RETAIL-POLICE
Photo : Getty Images

La reprise américaine est-elle réelle et solide ? Nous aurons la réponse sous peu, alors que des hordes de consommateurs ont pris d’assaut, dès jeudi soir, les grands magasins, à la recherche de l’aubaine ultime ou du solde irrésistible.
Blogue Economie

Le Black Friday, qu’on a bêtement traduit ici par le Vendredi noir, est devenu un indicateur économique incontournable. Les détaillants réalisent le cinquième de leurs ventes annuelle en novembre et en décembre, et la gigantesque opération promotionnelle de la fin de semaine de la Thanksgiving marque le coup d’envoi de la saison des Fêtes. Dès vendredi matin, on a une bonne idée de l’humeur des consommateurs et de la santé financière des détaillants.

Les dépenses des consommateurs représentent 70 % du PIB des États-Unis. Quand les consommateurs sont endettés et fauchés, l’économie fléchit, et elle rebondit quand les magasins font de bonnes affaires.

Jusqu’à maintenant, les nouvelles sont bonnes. Les consommateurs se sont bousculés aux portes des magasins dès leur ouverture, jeudi soir, et ils sont plus nombreux que jamais.

Pas moins de 22 millions d’Américains ont franchi les portes d’un magasin Walmart entre 18 h et 22 h, jeudi soir, alors qu’ils n’étaient que 10 millions l’an dernier. Target rapporte ses meilleures ventes en ligne à vie, de même qu’une augmentation de 40 % comparé à l’an dernier.

Près de la moitié des Américains devraient franchir les portes d’un magasin en fin de semaine, et les ventes totales devraient être de l’ordre de 60 milliards de dollars — de 2 % à 4 % de plus que l’an dernier.

Le taux de chômage est en baisse aux États-Unis, et les revenus des familles sont plus élevés. La baisse du prix de l’essence se traduit par une économie mensuelle allant de 20 à 30 dollars pour le propriétaire d’un véhicule.

Voilà des dollars qui seront dépensés pour l’achat de vêtements pour enfants, d’une tablette ou d’un téléviseur. Les Américains se sentent riches quand l’essence est sous le le seuil psychologique de 3 dollars le gallon.

Après le Black Friday, ce sera au tour du Cyber Monday, en début de semaine, où les Américains auront droit à d’intéressantes réductions s’ils achètent en ligne.

La vente au détail a changé depuis quelques années, où les opérations promotionnelles comme celles de la fin novembre sont suivies par une ronde incessante de soldes et de réductions.

Les consommateurs en profitent, mais cela a aussi des effets pervers sur l’économie. Les marges des détaillants sont plus minces, et les plus robustes (et plus gros) ont un net avantage sur les petits commerces.

De plus, les consommateurs s’habituent à des prix très bas et hésitent à acheter des articles au prix régulier. Pourquoi payer 1 000 dollars pour un téléviseur après l’avoir vu soldé à 500 dollars ?

Morale de cette histoire : nous sommes à des années-lumière de la simplicité volontaire !

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Laisser un commentaire

D’un côté de la bouche, M. Duhamel valorise la consommation et le plein emploi pour les USA et, de l’autre, il fait la PROPAGANDE de la politique libérale d’austérité qui ralentit notre consommation et notre emploi…

Les entreprises qui engrangent les subventions et crédit d’impôt n’attendent pourtant qu’un embelli de cette consommation pour commencer à réinvestir dans leur production…. Alors que font nos VALETS-BANQUIERS au gouvernement…. Ils réconfortent, plutôt, les GRANDS FINANCIERS de ce monde en voulant réduire la dette à vitesse grand V…… sûrement pour le bien commun….

M. Duhamel,

« Jusqu’à maintenant, les nouvelles sont bonnes. Les consommateurs se sont bousculés aux portes des magasins dès leur ouverture, jeudi soir, et ils sont plus nombreux que jamais.

Pas moins de 22 millions d’Américains ont franchi les portes d’un magasin Walmart entre 18 h et 22 h, jeudi soir, alors qu’ils n’étaient que 10 millions l’an dernier. Target rapporte ses meilleures ventes en ligne à vie, de même qu’une augmentation de 40 % comparé à l’an dernier.

Près de la moitié des Américains devraient franchir les portes d’un magasin en fin de semaine… »

Suppositions pour nous faire passer un suppositoire.

« É.-U.: les ventes du Black Friday plus modestes »

http://affaires.lapresse.ca/economie/etats-unis/201411/30/01-4823813-e-u-les-ventes-du-black-friday-plus-modestes.php

« Magasins moins fréquentés pendant le Black Friday »

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201411/30/01-4823882-magasins-moins-frequentes-pendant-le-black-friday.php

Désolé de péter votre balounne.