L’économie, après la cuisine !

Le prix du pétrole s’envole, des pays européens risquent de se trouver en défaut de paiement parce qu’ils sont incapables de rembourser leur dette,  le marché de l’emploi ne s’améliore pas aux États-Unis qui acculent un déficit historique : rien n’y fait, les Québécois ne semblent pas intéressés par l’information économique.

« Alors que l’économie est le sujet le plus suivi à travers le monde (et au Canada anglais), les nouvelles économiques n’occupent que le 8e rang dans les médias du Québec, derrière la cuisine » déclarait vendredi Jean-François Dumas, le président d’Influence Communication, à la clôture du congrès de l’Association des économistes québécois, à Gatineau.

En matière de douche froide, c’en était tout une. Voilà des propos qui appellent à la modestie, mais qui remis en contexte ne sont peut-être pas si étonnants. « Le Québec est l’une des régions au monde les moins préoccupées par les nouvelles économiques, nationales et internationales. Nos médias sont très québecentristes », disait Jean-François Dumas.

En 2010, les sports – et pour l’essentiel le Canadien qui accapare 77 % de l’espace  dévolu à l’information sportive – , les faits divers et les nouvelles locales occupaient la plus grande place dans les médias. « En termes d’information, le Québec est un gros Gatineau », selon Jean-François Dumas.

Vous n’êtes pas convaincus ? Quel a été le sujet le plus suivi dans les médias québécois en 2010, bien devant la crise de la dette en Grèce (92e rang) ou  le budget fédéral (80e place) ou même de Jean Charest, pourtant très médiatisé pendant toute l’année 2010 grâce (!) à Marc Bellemare et au parfum de scandale dans l’industrie de la construction ? L’échange de Jaroslav Halak, le 17 juin 2010 ! Le Premier ministre occupe le deuxième rang.

Influence Communication collige et analyse chaque jour plus d’un million d’articles provenant de sources d’informations provenant de 160 pays et en 22 langues différentes.

« Les Québécois ont de la misère avec la réussite et l’argent », disait quelques minutes auparavant le ministre Clément Gignac au même congrès. Le ministre souhaite que nous soyons aussi fiers de nos entrepreneurs que de nos artistes.

Je pense qu’il fait erreur. Il faudrait que nous soyons aussi intéressés par le succès de nos entrepreneurs et de l’économie pendant 12 mois que par la performance des joueurs du Canadien et de l’équipe montréalaise pendant six mois !

 

Laisser un commentaire

« …les nouvelles économiques n’occupent que le 8e rang dans les médias du Québec… »

Eh oui, il faut admettre la réalité M Duhamel, vous êtes un marginal! 🙂

Nul doute cependant que les Québécois finiront par s’intéresser de très près à l’économie, comme s’y intéressent aujourd’hui les Grecs et les Espagnols…

Parlant des Espagnols c’était assez pathétique de les voir dans la rue cette fin de semaine. Mais que s’imaginent-il donc? Que la prospérité c’est quelque chose qu’on acquiert par des moyens de pression? Par le gouvernement? Que quand ça va mal il suffit de prendre (un peu plus) aux riches?

Il est clair que le moment venu les Québécois, aussi en majorité des illettrés économique, réagirons de la même façon.

Le pauvre Gignac. Il y a quelques semaines à peine, il soutenait qu » au Québec, le PIB par habitant est 5000 $ inférieur à celui de l’Ontario, 7000 $ moins élevé que celui du Canada et 17 000 $ en deçà de celui des États-Unis»
Où est-ce qu’il a pris celà????
——
Les médias québécois sont québécocentriques, c’est vrai. Mais que penser des médias américains? Combien connaissaient DSK avant la semaine passée?

Au Québec, grâce au français et à l’anglais, on a accès à la presse du monde entier. Alors, pas grave que nos médias soient très locaux.
Dumas parcontre a raison pour le CH. Pus capable. Pus capable de me faire casser les oreilles du matin au soir avec le CH. Boycotons le maudit CH qui boycotte le talent québécois (on va se retrouver en final de la Coupe Stanley avec pleins de vedettes québécoises alors qu’il n’y a en aucune qui joue pour le CH)

——
Avez-vous vu les taux d’intérêt que doivent payer les Grecs pour emprunter?
17%!!! Dix-sept pourcent!

@rod – D’accord avec vous pour le CH, moi aussi j’en ai raz le bol de cette surenchère autour de ce club en fin de compte médiocre!!! Même que j’ai été soulagé de leur élimination. Voila au moins deux mois de bêtise ambiante que nous n’aurons pas à nous taper…

@brasseur

Est-ce que quelqu’un a parti une page Facebook « boycottons le CH »?

Je n’en peux plus de me faire casser les oreilles, 12 mois par année, par un sujet que ne m’intéresse absolument pas.

Je n’écoute pas le Canadien, je ne les suis jamais. Or, pas moyen d’ouvrir la radio ou la télé, sans se faire casser les oreilles par toutes les sagas autour de la Sainte-Flanelle.
Été comme hiver, ca ne lâche jamais. Tout ca pour une équipe très moyenne, sans talent québécois.

Je n’en peux plus. BOYCOTTONS LE CH

Cela devrait être une bonne nouvelle M. Duhamel.

Cela veut dire que les québécois s’intéressent à une multitude de sujets (hormis les Canadiens de Montréal qui semblent prendre une place disproportionnée au palmarès, mais c’est saisonnier, ça ne dure que 7 à 8 mois sur 12, car ils se rendent rarement loin en série éliminatoires) et ça démontre le degré de polyvalence des Québécois.

J’exècre les dogmes et le dogmatisme. L’économie fait partie des sujets sur lesquels je me renseigne, tout comme une pléiade d’autres matières, et aucun d’eux ne fait foi ou n’est érigé en religion.

Depuis un certain temps déjà, une myriade de productions télévisuelles, canaux spécialisés, revues et blogues traitant d’économie ont fait leur apparition et l’on ne peut pas dire que les adeptes ne sont pas légion.

Tout est une question de dosage et les québécois me semble très équilibrés en ces matières, leur soif de savoir et leur ouverture d’esprit sont légendaire.

Comme le dirait si bien mon frère spirituel: «l’abstinence, c’est comme l’abus, c’est pas sain».

Ou si vous préférez Confucius: «Appliquez-vous à garder en toute chose le juste milieu.»

@ PBrasseur

« D’accord avec vous pour le CH, moi aussi j’en ai raz le bol de cette surenchère autour de ce club en fin de compte médiocre!!! »

Il faut dire que le CH et tout ce qui en parle nous vient du privé qui selon les privatiseux, les dretteux admirateurs de l’entreprise qui selon eux fait bien mieux pour le bien être de la population et pour les informer.

Quand l’économie avec assez bien dans une région du monde, on en parle moins dans cette région!

C’est la nature humaine et dans l’ordre des choses…

Incroyable, alors que le sujet est « l’illétrisme économique » des Québécois, 3 des 4 premiers messages s’attaque au CH. Comme vous dites, ça va mal.

Si les Québécois s’intéressaient un peu plus à ce qui se passe ailleur, nous pourrions en tirer des leçons au lieu de foncer droit dans le mur comme la Grèce, l’Espagne, le Portugal, le…

Comme le dit M. Brasseur, nous n’auront pas le choix de s’y intéresser… un jour… lors d’un réveil brutal.

Pourquoi???

L’économie c’est de la frime! C’est ce qui rend le monde triste et narcissique. La richesse des uns c’est la pauvreté des autres. Arrangeons nous pour que chacun est un toit, de quoi se vêtir, à manger et le choix de s’instruire et de s’épanouir. Le reste n’est pas important. Le reste, c’est ce qui nous détruit. C’est l’économie, le pouvoir absolu sur les autres, de tout possèder. Ce n’est plus en prévision, c’est posséder pour la puissance. Péladeau, Desmarais… sont l’exception qui confirma la règle. Les québécois ne sont pas assoiffé de richesse comme les américains qui, en règle générale, peuvent détruire leurs proches pour un cent de plus.

Très intéressant votre billet, Monsieur Duhamel. Pour ma part, je crois que la population québécoise s’intéresserait davantage à l’économie si celle-ci faisait partie des programmes de formation dans les écoles élémentaires et secondaires du Québec. C’est mon opinion, et je la partage avec un millionnaire qui, ô suprême ironie, habite lui aussi Gatineau (pour en savoir plus, visionner l’hyperlien suivant : http://vtele.ca/videos/dumont/nouveau-cabinet-harper-a-t-il-pardonne-aux-quebecois-les-secrets-d-un-homme-riche_29873_29874.php)

Pas vraiment surpris par ces résultats car la plupart des Québécois sont des illettrés économiques.

Je pense que les gens sont inquiets pour leurs emplois – en tout cas si je vivais à Vancouver ou le prix moyen d’une maison est de plus de 800 000 $ et l’hypotheque moyen est de 600 000 $ je serais très inquiète en effet et je lirais les nouvelles dites ‘économiques’.

Je travaille avec des économistes et ce qu’ils suivent de près ce sont les développements technologiques partout dans le monde, par exemple, l’émergence des véhicules qui s’alimentent au gaz naturel. J’écoutais justement un reportage sur le groupe Westport qui fabrique des moteurs pour ces véhicules.

http://www.westport.com/

Ceux qui investissent le font en regardant vers l’avenir.

Deux choses qui obsèdent les Québécois c’est le passé et le nationalisme – deux sujets qui isolent les gens et les empêchent de se concentrer sur l’avenir et le monde extérieur.

Pourquoi se préoccuper de l’économie quand peu importe ce qui ce passe, le gouvermaman pourvois aux besoin de tous…

@ P.Brasseur

Il y aura une marche « bleu » contre la faillite de l’état !
:o)

@ Youlle

Votre haine flétrit vos commentaires…

@ Yann

Tellement d’accord avec vous. Un cours d’Économie 101 et de Politique 101 devrait avoir une place dans le programme scolaire !

Quelque chose m’échappe dans notre sociale-démocratie… Le principe, c’est de s’unir afin d’aider ceux qui ont besoin afin que l’ensemble de la société soit meilleur.
Alors pourquoi mettre en place un filet social universel – qui bénificie aux bien nantis comme aux pauvres – qui accumule déficit par-dessus déficit année après année ? Ces programmes sociaux
ne pourront durer éternellement. Alors seulement une génération ou deux en profiteront et les suivantes en paieront le prix.

La sociale-démocratie c’est: La facture au suivant ! Personne ne veut en entendre parlé, personne ne veut amélioré le système afin de diminuer cette conséquence.
Ne pas prendre ses responsabilités en tant que membre de la société; c’est de l’individualisme !

Ne leur parlé pas d’économie…

Voilà la gauche sensible au grand coeur de nos chers québécois émotifs!

Moi aussi «pu capab» d’entendre parler de hockey 24/24 et de voir les «ti» fanions sur les «chars».

Je m’intéresse vivement à l’économie, mais les journaux n’offrent pas grand chose à leurs lecteurs sur ce plan.

Je demande, mais où se trouve l’offre ?

« Pas vraiment surpris par ces résultats car la plupart des Québécois sont des illettrés économiques. » François1

Sauf évidemment françois1 qui devrait gagner le Nobel très prochainement.

Moi ce dont je ne suis plus capable d’entendre parler c’est de l’économie et de la richesse. La richesse c’est la pauvreté des autres! La pauvreté n’est pas un phénomène de la paresse c’est le phénomène du pillage! Il y a assez de tout pour tout le monde sur la planète. Et en négligeant le 4/5 de la planète (le tiermonde) le monde entier se prive de l’imagination et de la créativité de milliard de citoyens. La ressources humaines est gaspillée car trop de gens sont exclus. Car notre système ne permet pas à tous de s’épanouire. Vous pouvez bien critiquer la pauvreté vous êtes tous née dans l’abondance que vos parents vous ont offert car eux aussi sont nés du bon côté de la frontière sociale. Notre système dois être plus égalitaire. Et ce qui cré les déficites c’est les riches entreprises et leut milliardaires voraces.

@Francis Nadeau

Ce sont les riches nantis qui mènent le monde… même au Québec!

Il y a quelque chose de simpliste de dire que la sociale-démocratie, c’est la facture au suivant, comme de dire que le capitalisme, c’est de refiler la facture à d’autres!

Il me semble que dans une société riche, l’accès universel a des soins et à l’éducation, c’est dans l’ordre des choses… et dans les moyens de la société…

En tout ca depuis le déclenchement des élections il semble que les gens sont plus intéressé par le développement économique les sujets qui sont le plus parlés sont le TGV-Monorail(infra commun j’espère), l’amphithéatre, les Nordiques, le vieux-port, le nouveau pont Champlain(j’espère, habité avec des marinas et heliport), le plan nord, Port-Harey, parc automobile-autobus et camionage électrique, le développement des énergies vertes (éolien, solaire, marémotrice), le développement durable (normes de construction net-zéro, énergies positives, sustainables city, tours agricoles), mont orford, olympiques, évènements culturels et sportifs internationaux, CHUM, mégacentre d’études et de recherche(aerospacial, ingénérie, mines, transport, santé, scientifique). Il me semble donc qu’à l’aube du troisiéme millénaire la population est plus que jamais impliqué et intéressée par la réingénérie du transport, de la construction, des moyens d’exploitation, de transformation, développement de méga-infrastructures (énergie,santés, sportifs, culturels, logements sociaux, transports en communs, etc).
Alors qu’il y a un intérêt marqué pour la cuisine et la santé en général(comme culture personnelle), le développement économique lui semble occuper davantage les discussions. On est conscien de la nécessité de générer de la richesse pour assumer nos programmes sociaux et améliorer nos conditions de vie.
La discussion entre tgv et monorail trens-qubec connait une solution beaucoup plus appropriée pour répondre a nos besoins de transport autant urbain que de réduire de manière important les trajets longues distances.
Le trens-quebec repond a un urgent besoin dans le transport urbain et interurbain pour de courtes distances et des arrêts fréquents. Parcontre pour parcourir de grandes distances le TGV répond plus efficacement ex.Gaspé-Québec, Gatineau-Québec, Le grand Nord et Québec. Au lieu de se tirer dans le pied et de réduire l’offre de services. Le TGV-Trens-quebec en utilisant les mémes infrastructures gouvernemental provincial. Le T-Q(coop) surpendu avec les rail du TGV(privé) au dessus. Le TGV 550km/ ET le T-Q 250km/hr.Ex. vous partez de Gaspé en TGV faite un transfert a Québec à la même gare pour le T-Q pour vous rendre au Mont- Tremblant. Donc des infrastructures publiques partout sur le territoires et un trens-quebec (coop) et un TGV (privé) partout sur le territoire. Une voie de chaque côté des autoroutes ex.20-132, 50-40-138, 117-15-10-55, 175-…-389.
http://www.youtube.com/watch?v=AUrHVCtffws&ytsession=N8MWfbEZL_4TtcjQisOFjPKNSzck2EgLxJ7-5PBSHyW_AlgI2jPj-UU5_u4OlQ-8SsofCZyFg6SmfyO1YzAghQ5H6uq7zVYHN7gXSQupjTMYm_sYX1Fg-L2ttEfZgFw7Jzr-NUjocaC7CyBu7_hlaGHhlQBYe0Q3G2WvmUKsY6vmz7SO9-GH8soemBJmIPoP3YnFu1T0YiL3pQ3B0w8XZdxdVGwTqqY9W3VpfDa0vRxxODvkKd0l4tFyznLGQs7ZFpfeLrGUKq6kFTrothhZ4sHhFf-B6vSvFzeO5I8uOW0

@Benton – les riches ne sont pas tous nés riches. Plusieurs ont grandit dans la pauvreté ou proviennent de la classe ouvrière (Paul Desmarais père, par exemple, Bill Gates, Thomas Edison, Roy Thomson). S’ils deviennent riches c’est parce qu’ils le veulent, qu’ils ont des bonnes idées ou des bons produits à vendre, qu’ils travaillent fort pour le faire. Ce n’est pas un défaut. Je n’ai aucun respect particulier pour le désir de médiocrité.

Le Canada est devenu un pays riche parce que nous avons choisit une société « libérale » ou l’on encourage les gens à développer leur plein potentiel. Je sais que vous aimez bien vous moquez des gens qui réussissent, mais Jean Chrétien, par exemple, et d’autres membres de sa famille, ont réussit dans la vie même s’ils proviennent d’une famille nombreuse de la classe ouvrière. Dans certains pays cela n’aura pas été possible.

Les jeunes sont ennivrés des discours creux gauche-droite, mais le fait demeure, et il est indéniable, que le Canada s’est développé, comme les USA, dans une poussée de libéralisme. Ceux qui confondent socialisme et libéralisme font une grave erreur et aurait besoin de lire un peu plus l’histoire.

@ Benton

Oui, c’est simpliste. Mais c’est tout de même un fait.

Il est vrai qu’une société en moyen se doit de rendre les soins et l’éducation le plus accessible possible, mais d’une meilleure façon qu’actuellement. Ça ne devrait pas être universel justement, mais plutôt ciblé.

Je voulais savoir si le Québec pouvais équilibrer l’
indice du coût de vie de la construction et des petites automobiles économiques au système routier.

Je pense qu’on doit considérer l’impact de l’activité humaine dans les choix de développement. Donc on doit y prévoir que toute activité de production comme d’élimination des déchets soit incluses dans le projet. Comme si on était une ile, une station spacilae et qu’on ne puisse utiliser d’autres sites pour éliminer les déchets. Construire des villes autosuffisantes a dimensions humaines sans utiliser plus de territoire que nécessaire a un espace de vie agréable et sain. Et en limitant son utilisation a ses limites. De construire en hauteur et de conserver des espaces suffisament d’espace extérieurs pour donner protéger la biodiversité et pour permettre des activités de loisirs et d’éducation pour toute la communauté. Si exemple on dit que ça prend 1 kilometre carré minimum pour préserver la biodiversité, ils faut a celà rajouter tout l’espace nécessaire pour faire les autres activités humaines et protéger les espaces sauvages, tout en ne causant pas de déséquilibre dans la biodiversité pour ne pas que des espèces deviennet en surpopulation. Avec les changements climatiques on doit envisagers de construire a l’intérieurs tout les espaces nécessaire a la production alimentaire et aux maintient de la vie de la communauté. Donc la production de nourriture suffisante, la récupération et le traitement des eaux usées, de même que la gestion efficace des déchets. On comprend que ça impliquera nécessairement une consommation raisonable de bien durable et des normes de construction très élevées pour assurer la pérénité des installations. Mais il faut aussi prendre en compte le fait des impacts du mode d’occupation sur l’entretien et le bon fonctionnement des installations. Par exemple quand on a des propriétaires versus des locataires on a un plus haut degrés de responsabilisation face a l’utilisation. Mais quand c’est privé copropriété plutôt que coopératif la différence importante est au niveau du financement et des argents disponible pour l’entretien. Quand c,est copropriété chaque fois que ça change de propriétaire ça doit être refinancer ce qui augmente le coût d’usage (les intérêts, les frais de rénovations pour mettre au gouts des nouveaux propriétaires, les frais de transfert de propriété, de partage etc) ce qui laisse moins d’argent disponible l’entretien et les rénovations essentielles. Tandis que coopératif il y a comme dans le cas de la copropriété un fond de réserve mais en plus quand les inatallations sont payées une fois on peut constituer un fond important et après celà utiliser les surplus pour en développer d’autres.
Il faut aussi des politiques sur le renouvellement de la population. On doit comprendre que plus on vit longtemps plus le taux de natalité doit être bas mais que ça laisse aussi une population de plus en plus âgées donc on doit robotiser davantages les activités pour permettre aux gens d’assurer leurs survie et d’avoir une répartition démographique à peut près semblable dans 10-40-100 ans. Une planification intégrée des divers aspect de la vie doit être pris en compte dès le départ. Autant dans le mode de vie, la consommation des ressources, leur utilisation, leur durée, leur entretien, la prises en charge des responsabilités. Plus on prévoit dans les détails plus on a de chances de succès. Donc faire les calculs pour trouver la taille optimales des nouvelles villes autosuffisantes et la planification de sa démographie, la capacité de développer le savoir faire et les compétences a son maintient. Que ce soit de 50 ou 100’000 personnes on doit tout considérer. La sécurité des personnes, leur éducation, leur nourriture, les activités humaines et le maintient de la biodiversité etc. On doit aussi prévoir la construction de transports entre les diverses communautés autosuffisantes pour échanger des même que des lieux de rassemblement pour permettre des activités publiques sécuritaires, des lieux protégés encore plus vastes pour la protection de la natures afin de permettre non seulement aux communautés de survivre mais aussi une perspective planétaire du développement. Niveau d’oygène, espace de forêt, protection des cours d’eau, esapce plus grand pour assurer un climat viable (en tenant compte des facteurs comme accumulation d’énergies, d’humidité, impacts des courants venteux, protection des marais etc). Il est temps de mettre à profit tout le savoir des différentes spécialités pour assurer des conditions de vie optimales aux communautés, tout en jouant un rôle concient dans l’équilibre planétaire et d’adopter un mode de vie, des lois et des sanctions qui permettent un contrôle partout sur la planète. Car malgré les efforts même si 80% de la planète était géré efficacement on sait que si on laisse les activités de destruction possible si minimes soit-elles elles pourront affecter voir menacer les conditions de vie des autres. Ça prend des efforts concertés. Donc toute course, compététitivité, guerre, lutte, surexploitation, non respect de la biodiversité et d’avoir des moyens de production et d’exploitation respectueux du maintient de l’équilibre compte dans la réussite. Au lieu de poursuirvre des efforts financiers incroyable dans le développement de station aerospatiale (on doit penser d’abord et avant tout au développement et aux maintient de mode de vie sain ici), l’un empêche pas l’autre, mais c’est une question de gestion de priorités.
Accordons nos violons.

Et augmenter la performance technologique,écologique
des moteurs des automobiles en suivant exemple sur les appareils de courses de formules 1 ou d’aéronautiques. En étudiant la question.

@ loraine King

« S’ils deviennent riches c’est parce qu’ils le veulent, qu’ils ont des bonnes idées… »—« …qu’ils travaillent fort… »

Vous devriez vous informer d’avantage sur Paul Desmarais père et Bill Gates. Vous resteriez surprise de devoir réajuster votre déclaration.

J’ai un oncle qui est né sur une terre et qui à accumulé une fortune dans la construction en travaillant très fort entre les deux oreilles 25 heures par semaines.

Ce n’est pas en travaillant longtemps et très fort que l’on accumule une fortune, mais en ORGANISANT. Malheureusement pour vous les grands fortunés ont très rarement accumulé leur fortune de façon honnête.
=========
Pour ce qui est du Canada riche, vous pourrez remarquer qu’en vous informant qu’il né en même temps que les États Unis d’Amérique et qu’il ne fait que dix pour cent de ces derniers. La raison est qu’une grande partie des efforts des élites canadiennes ont été consacrés à écraser la plus grande partie de la population perce qu’elle était francophone.

Ce dogmatisme a fait que le Canada est un tout petit pays économique aujourd’hui comparé à ses voisins. À remarquer que les fondateur de ce pays ont refusé d’inclure la langue parlée dans la constitution.

Contrairement à ce que vous dites, le Canada ne s’est pas développé comme les États Unis et de très loin.

@Loraine

J’ai un oncle multimillionnaire qui a travaillé toute sa vie « honorablement » et continue encore à 72 ans. Je le respecte beaucoup parce qu’il a fait son argent en respectant les lois, en payant ses impôts et sans faire de pression sur qui ce soit…

Paul Desmarais a travaillé fort lui aussi. Sauf que maintenant, il utilise ses énormes ressources pour faire pression sur les gouvernements et je ne crois pas qu’il le fasse dans l’intérêt des concitoyens.
Bill Gates a su profiter des faiblesses d’un nouveau marché en créant un monopole, que les cours de plusieurs pays ont recadré depuis.
Thomas A. Edison a eu la clairvoyant de breveter ses inventions… et celles des autres qui ne l’avaient pas fait! Il a souvent freiné le développement et l’ingéniosité de tout ce qui était hors de son entreprise. (Tout comme Gates!)

Sans doute que l’argent finit par corrompt certains.

Qu’importe, est-ce qu’un monde sans Edison, il n’y aurait pas eu d’ampoule? Est-ce qu’un monde sans Gates, il n’y aurait pas eu de système d’exploitation ? Est-ce un monde sans Rockfeller il n’y aurait pas eu de pétrole ? Est-ce qu’un monde sans Ford, il n’y aurait pas eu de Ford ?
Est-ce qu’un monde sans Heast il n’y aurait pas eu de presse ?

Comme la nature a horreur du vide….

Les cimetières sont remplit de gens irremplaçables et les riches pas plus que le commun des mortels!

@Francis Nadeau

Tout aussi simpliste de croire que les dettes du monde occidentales sont dû a leur système de santé universel. Les États-Unis, malgré un système privé, investisse deux fois plus par personne dans la santé qu’au Canada… et vivre en moyenne 3 ans de moins. Faut croire que l’efficacité du privé est surfaite et que le rapport qualité/prix n’y est pas!

@ Benton (# 28):

Votre raisonnement au sujet des gens qui ont grandement contribué à l’épanouissement de notre société est lamentable…

la richesse créée par les Bill Gates de ce monde est rédistribuée à tous, incluant les pauvres qui en profitent bien au-delà de leur contribution réelle.

Si les inventions du privé ne trouvent pas grâce à vos yeux (avec des « si » comme vous le faites, on pourrait mettre Paris dans une bouteille!), à cause de « l’égoïsme » des capitalistes, que pensez-vous vraiment de la loi Maltais-Marois où VOTRE Parti québécois gauchiste veut museler tout un peuple pour faire profiter PKP d’une entente économique plus ou moins légale?

Ont-ils raison de vouloir contourner une loi existante, comme le font les gros méchants capitalistes en investissant dans des paradis fiscaux? Pourquoi vouloir faire taire un peuple pour favoriser des « Pousseux de puck » multimillionnaires?

Ah…ils sont beaux, les « défenseurs des intérêts du Québec »!!!

Est-ce que l’école secondaire offre une formation sérieuse en économie? Est-ce que la population québécoise demande que leurs enfants reçoivent une formation en économie? Est-ce que nos leaders politiques, économiques et financiers réclament que les programmes d’études de l’éducation fondamentale offrent une formation économique? Qu’est-ce que nos médias, qui attirent l’oeil et l’oreille, offrent au public?

Nous avons la réponse. Les Canadiens de Montréal et le retour des Nordiques de Québec font les grands débats publics au Québec. A-t-on déjà calculé la rentabilité d’une équipe de hockey? Combien d’emplois seront créés, à Québec, avec le retour des Nordiques? Des données ont été publiées, notamment dans Le Soleil, mais ces nouvelles n’intéressent pas le public parce que celui-ci ne sait pas ou ne veut pas savoir ce genre d’information. Que voulez-vous! On ne fait pas boire quelqu’un qui ne veut pas.

L’économie se positionnerait derrière la cuisine, laquelle a maintenant sa chaîne spécialisée, dont ça ne me semble pas être un si mauvais positionnement pour l’économie.
Aussi, j’écoute Radio-Canada (1ère chaîne) tous les jours, et les nouvelles économiques m’y semblent omniprésentes. Même si CKOI et CKMF n’en parlent pas, beaucoup de gens écoutent Radio-Canada, non ?
Aussi, par rapport au hockey, et aux Canadiens en particulier, les émissions qui en discutent se reproduisent comme des mouches, à la télévision comme à la radio, mais est-ce que ça signifie que c’est ce qui intéresse les gens en premier lieu ? Pas certaine. C’est du remâché.
En bref: c’est bien beau de faire parler des statistiques, mais il faudrait mettre les choses en perspective.