L’effet Obama ?

Depuis le début du mois, les pertes boursières sur l’ensemble des marchés se chiffrent à 11 billions de dollars, c’est-à-dire 11 000 milliards ! Les marchés boursiers appréhendent une récession mondiale et cela les rend incroyablement nerveux. Une mauvaise nouvelle et la Bourse s’écrase. Mais depuis hier, on dirait que la dynamique a changé.

Les nouvelles économiques étaient pourtant atroces hier. On apprenait que la confiance des consommateurs américains s’était effondrée à un niveau jamais vu depuis 1967. On anticipait aussi le pire au sujet des chiffres sur le PIB américain qui seront dévoilés jeudi matin. Néanmoins, les cours ont rebondi de façon spectaculaire à New York et à Toronto et le mouvement s’est poursuivi aujourd’hui en Asie et en Europe. Que se passe-t-il ?

On pourrait expliquer la remontée par une baisse probable des taux d’intérêts aux États-Unis et en Europe. Ou encore par des résultats financiers meilleurs que prévu pour Procter & Gamble, Kraft ou même Rogers au Canada. On pourrait.

L’agence Bloomberg y va d’une autre hypothèse : l’effet Obama. Depuis 1900, l’indice des valeurs industrielles Dow Jones a augmenté de 9,8 % dans les 12 mois qui suivent l’élection d’un président démocrate. Par contre, l’indice est en recul de 2,5 % après l’élection d’un républicain. C’est peut-être une coïncidence et je soupçonne Bloomberg d’avoir choisi les présidents qui lui permettaient d’arriver à un tel résultat.

Mais cela a finalement peu d’importance. Il semble que les marchés anticipent (c’est leur spécialité après tout) une victoire démocrate et qu’ils s’en accommodent plutôt bien.

Laisser un commentaire

Obama n’a rien à voir avec la remontée spectaculaire d’hier.
L’opposition entre les mauvaises nouvelles et la remontée indique sans doute qu’on a atteint le bottom. A plusieurs reprises le 8000 a été testé et il a tenu le coup. The buck stops here comme y disent

—–
Est-ce que j’ai bien compris? Charest va donner 141 millions à Pratt & Whitney pour créer 565 jobs à Mirabel? 2,5 millions la job! 2 millions et demie la job!!!! Et personne ne monte dans les rideaux?

Pis on parle d’un gouvernement capitaliste (un mot qu’on n’utilise plus de nos jours!) non-intervensioniste?

« Mais cela a finalement peu d’importance. Il semble que les marchés anticipent (c’est leur spécialité après tout) une victoire démocrate et qu’ils s’en accommodent plutôt bien. »

Un chûte de 40% c’est « plutôt bien »?

Qu’est-ce que ça serait si c’était « plutôt mal »?

Youpi, les cours remontent
No comment !!!

Cette volatilité boursière est l’expression de la peur et la panique qui s’est emparer opérateurs !

Sur le front du Nouveau Bretton woods, les Nouvelles ne sont pas très bonne !!! Les propositions composé en trois points faites par Brown et Sarkozy pour le sommet du 15 novembre ne sont pas bonne du temps. On sent une large inspiration de l’empire financier de la city.

Après le forum Europe Asie et les bons échanges autours d’une nouvelle architecture financier viable et juste. Est-ce que Sarkozy aurait capitulé devant l’empire ?

La bataille n’est pas entre le riche et les pauvres, entre les bon pays et les mauvais ou autres faux débats. La question fondamentale est la bataille contre l’empire de la finance basé à la City de Londres pour sauver les nations et leurs intérêts, leurs populations.

La situation politique est instable, rien n’est décidé !!! Nous pouvons noter énormément de contradiction dans les paroles de nos leaders, il ne faut se laisser emporter par l’impuissance du cynisme !

La question que nous devons nous poser et que nous devons débattre :

Sommes nous en Mars 1933 en Europe avec la monté du fascisme ou en Mars 1933 avec le New Deal de Roosevelt ?

La France doit intervenir dans ce débat qui semble essentiel pour comprendre l’importance de la conférence du 15 novembre 2008 à Washington.

Nous sommes dans le brouillard

Pour vous permettre d’avancer !!! Je vous propose la lecture sur Capital.fr de l’interview de Jacques Cheminade (son analyse et sa solution) à lire sur : http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?interview=O&numero=71347&Cat=ACT

Dans cette période révolutionnaire, il faudra que le citoyen profite de cette instabilité pour développer son jugement et aiguiser ses convictions politique et économique pour entrer dans la bataille. Contre la folie de la tyrannie financière, Citoyens lève toi et demande un Vrai Nouveau Bretton Woods.

Tout savoir sur le Vrai Nouveau Bretton Woods : http://www.nouveau-bretton-woods.com

David C.
David.cabas.over-blog.fr

La carte de crédit est au boute et les marchés paniquent. Il y a juste quelques fortunés futés qui savent quoi faire. Quand ça monte et que sa baisse il en a qui empochent et d’autres qui se ramassent sur la paille.

Maintenant qu’il y a la mondialisation et que les USA perdent lentement mais sûrement leur suprématie, de nouvelles règles financières mondiales sont sûrement à venir.

Les états-uniens dont admiraient les libéralistes et les libbertatiens récemment le salaire le niveau de vie et la richesse des individus et nous les vantaient, le faisaient à crédit depuis au moins 10 ans.

Maintenant que le peuple des USA a vécu depuis de années à 110% de son revenu, il devra vivre à 85% de son revenu pendant des années.

Est-ce la confiance, le bout de la carte, ou les deux?

Mon petit doigt me dit que le citoyen commence à en avoir son voyage de la finance et de ses expert qui sont tout aussi efficaces en finance et en prévisions que les astrologues.

J’espère que les marché sont content. Les démocrates vont ouvrir les coffres de l’état pour sauver les incompétents de la faillite.

Mais dans les mois qui vont suivre, quand les gens devront payer la taxes sur le capital imposer par Obama, les petits actionnaires risquent de la trouver moins drôle.

Obama c’est comme les Olympiques de Pékin.

Un gros party qui sera suivi d’une méga gueule de bois.

En tout cas c’est ce qui va arriver si les démocrates haussent les impôts au beau milieu d’une récession.

@ Yvon Fleurent Longueuil

Si les libertariens sont en ce moment au pouvoir aux USA alors le pape est une star porno!
Nonobstant ses paroles, GWB fut un des présidents les plus dépensiers et plus interventionnistes qui furent! Le drame c’est aussi qu’en faisant trop souvent le contraire de ce qu’il préchait il a donné un mauvais nom au libéralisme.

Il n’y a pas que l’Amérique qui vive au dessus de ses moyens (le taux d’endettement des Canadiens est semblable), TOUS les états providences le font, c’est dans leur nature même et TOUS en paieront le prix tôt ou tard.

« Nonobstant ses paroles, GWB fut un des présidents les plus dépensiers et plus interventionnistes qui furent! »

Et dire que Gagnon affirme que c’est Clinton…

Les violons sont désaccordés chez la droite.

Ils ont des relents d’antiaméricanisme primaire d’adolescent.

« En tout cas c’est ce qui va arriver si les démocrates haussent les impôts au beau milieu d’une récession. » (Pierre Brasseur)

Hausser les impôts de 5K des salaires de 250K et plus pour baisser les impôts des moins riches ne massacre pas l’économie. Au contraire cette mesure stimulera l’économie, le 5K ira directement pour la consommation des moins riches.

C’est quand on surtaxe les petits salariés qu’on nuit à l’économie. C’est aussi en concentrant l’argent vers moins de gens plus riches que l’économie souffre.

Quand les pauvres deviennent trop pauvres y a plus une cenne à faire avec eux, pas moyen de rien leur vendre, donc pas de production.

Pour la dette sa fait des dizaines et des dizaines d’années qu’on en traîne une et l’économie et le niveau de vie augmente. Idéalement ne pas en avoir est très bien.

Présentement il y a beaucoup d’argent à investir dans les infrastructures défectueuses. Alors c’est le temps plus que jamais de s’endetter pour les réparer pendant que l’économie est moins bonne et qu’il y a moins de travail.

Si l’économie est moins bonne ce n’est pas le temps de se pogner l’arrière train à deux mains pour déprimer.

« quand les gens devront payer la taxes sur le capital imposer par Obama, les petits actionnaires risquent de la trouver moins drôle. » >dgagnon

Encore de la désinformation de la part de Gagnon!

Voici la vérité:

« Capital Gains Rate: It’s untrue that Obama is proposing a 28 percent capital gains tax rate. He said in an interview on CNBC that he favors raising the top rate on capital gains from its present 15 percent to 20 percent or more, but no higher than 28 percent. And as for a 28 percent rate, he added, « my guess would be it would be significantly lower than that. » Furthermore, he has said only couples making $250,000 or more (or, his policy advisers tell us, singles making more than $200,000) would pay the higher capital gains rate. That means the large majority of persons who pay capital gains taxes would see no increase at all. »

http://www.factcheck.org/askfactcheck/would_obama_tax_my_profits_if_i.html

« Si les libertariens sont en ce moment au pouvoir aux USA alors le pape est une star porno!
Nonobstant ses paroles, GWB fut un des présidents les plus dépensiers et plus interventionnistes qui furent! Le drame c’est aussi qu’en faisant trop souvent le contraire de ce qu’il préchait il a donné un mauvais nom au libéralisme.

Il n’y a pas que l’Amérique qui vive au dessus de ses moyens (le taux d’endettement des Canadiens est semblable), TOUS les états providences le font, c’est dans leur nature même et TOUS en paieront le prix tôt ou tard. » – P. Brasseur

C’est drôle mais notre ami Fleurent n’a pas répondu à ça.

« Présentement il y a beaucoup d’argent à investir dans les infrastructures défectueuses. Alors c’est le temps plus que jamais de s’endetter pour les réparer pendant que l’économie est moins bonne et qu’il y a moins de travail. » – Fleurent

Wow… tu chiale que les américains vivent au dessu de leurs moyens et tu propose qu’on augmente la dette avec des investissement dans des infrastructure!! Étrangement, c’est ce que Charest fait depuis des années et c’est complètement débile!!! On ne crée pas de la richesse par le travail, on crée de la richesse par de la production utile! Pour ça c’est pas l’état qui est le mieux placé, c’est les entreprises elle même qui évaluent la demande dans chaque secteurs et s’adaptent de manière ponctuelle Adam Smith appelait ça la main invisible.

@ Campagna

Bof j’ai oublié ma boule de crystal et donc je ne sais pas s’il vas augmenter les taxes mais je sais qu’il a fait de belles promesses interventionnistes et protectionnistes donc……………..

@ Raymond Campagna:

Je n’ai jamais dit le contraire.

Sur mon blogue j’ai salué les politiques économiques néo-conservatrice de Clinton.

C’est pas Clinton qui a mis sur pied un régime d’assurance médicament public, c’est Bush.

Cette semaine sur ce blogue quand j’ai dit que les américains ne pouvait pas se permettre d’avoir un autre président interventionniste, je parlais de Bush !

Pierre Brasseur et moi somme sur la même longueur d’onde.

P.S.: La taxes sur la capital actuellement est de 15%. Obama veut la hausser à 20%.

http://online.wsj.com/article/SB122488938501868507.html

@DGagnon

Il aurait fallu donner toute l’information au lieu de farfiner:

« Capital gains and dividend taxes would increase to 20% from 15% for those making more than $250,000, although capital-gains taxes on investments in « start-ups » would be eliminated. »

Une autre tentative de désinformation.

C’est dur sur la crédibilité…

« TOUS les états providences le font, c’est dans leur nature même et TOUS en paieront le prix tôt ou tard.” – P. Brasseur

Nommez-nous un état non-providence qui ne vit pas au-dessus de ses moyens pour que le monde suive ce modèle parfait.

@dgagnon

PS. Si tu avais lu et compris le FactCheck (#9), tu aurais évité de te rendre risible avec ta simplification.

Et que c’est donc beau la religion des libertariens avec la main invisible d’Adam Smith vers le ciel.

@ Raymond Campagna:

250 000$.

Directe dans la mire des PME. La gauche est plus seulement en guerre contre les grandes entreprises mais aussi contre les méchantes PME…

Lâchez pas…

@ Raymond Campagna:

Je vis au Québec dont la seule et unique chose que me préoccupe vraiment chez le prochain président c’est de savoir s’il est protectionniste et veut ré-ouvrir l’ALÉNA.

Obama veut le faire, McCain ne veut pas.

Brown, DSK et Obama : même combat !

http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/30/dominique-strauss-kahn-je-proposerai-au-g20-un-plan-de-nouvelle-gouvernance-mondiale_1112710_1101386.html

http://elections-americaines.lesechos.fr/article.php?id_article=2272

Depuis quelques semaines, l’oligarchie financière internationale est entrain de s’organiser pour prendre le contrôle total sur le système financier international à l’issu du 15 novembre. Il y a une tentative brutale de transformer ce sommet en British Woods. Déjà beaucoup de rumeurs courent sur l’échec de ce sommet, un méga crack est annoncé pour le lundi 17 novembre.

Le problème de ces Loperello de l’oligarchie financière, ils croient que le système est seulement boiteux ! Il pense qu’il suffit quelques corrections pour sauver le système de la City et Wall Street.

Mais la vérité, c’est que ce n’est pas une simple crise financière! C’est que le système est MORT !

Il est temps pour les citoyens et les décideurs de comprendre les réels enjeux du Bretton Woods II à Washington du 15 novembre 2008. C’est ici que seront défini nos vies et celle de nos enfants pour le pire et pour le meilleur.

DSK a raison sur une chose beaucoup de choses changent à toutes les niveaux en ce moment.

Citoyen ! lève toi ! et mobilise toi pour transformer cette réunion capital pour notre avenir.

Afin d’aiguiser vos convictions politiques et économiques pour dire NON au Hold up de l’oligarchie financière. Je vous invite à prendre connaissance des éléments d’un VRAI Nouveau Bretton Woods ! http://david.cabas.over-blog.fr/pages/La_recette_dun_VRAI_Nouveau_Breton_Woods-816002.html

Je vous invite aussi à lire l’interview de Jacques Cheminade sur Capital.fr : http://www.capital.fr/Actualite/Default.asp?numpage=&Cat=ACT&numero=71347&interview=O&source=FI

Tout savoir sur le VRAI Nouveau Bretton Woods : http://www.nouveau-bretton-woods.com

David C.
david.cabas.over-blog.fr

» la seule et unique chose que me préoccupe vraiment chez le prochain président c’est de savoir s’il est protectionniste et veut ré-ouvrir l’ALÉNA. » > dgagnon

C’est assez limité comme horizon.

On comprend ton appui à Palin.

@ Raymond Campagna:

Horizon limitée ?

C’est toi qui m’a dit que je ne devrait pas me préoccuper des politique fiscal des USA puisque je ne vis pas aux USA.

Faudrait que tu te branches.

Obama dépasse le cadre américain et fait exploser la vision égoìste des petits arrivistes.

Bravo.

@ Raymond Campagna:

Explique moi comment un président protectionniste fait « exploser la vision égoìste des petits arrivistes. »

Refuser que des gens non américains puisse gagner leur vie en faisant des affaires avec les USA, c’est la définition même de l’égoïsme.

« Refuser que des gens non américains puisse gagner leur vie en faisant des affaires avec les USA, c’est la définition même de l’égoïsme. »

Gagnon avec ta religion libertarienne tu es rendu dans l’enfer d’un autre monde harcelé par des vilains démons qui ont deux bras gauches.

Les commentateurs parni vous qui qui prétendez que Obama va hausser les taxes, lisez son livre L’Audace d’espérer et vous comprendrez que pour la majorité des Américains de la classe moyenne, Obama n’a nullement l’intention de hausser leurs taxes. Dans son livre Obama fait un diagnostic trés juste des maux qui affligent l’Amérique et il expose sa vision des solutions qu’il propose. Si vous aviez lu l’Audace d’espérer vous sauriez qu’Obama a rencontré le second homme le plus riche au monde, en l’ocurence, Warren Buffet qui le soutient et à l’instar de ce dernier, Obama déplore que les impôts des milliardaires aux États-Unis sont risibles. Et ça c’est un fait indéniable. Warren Buffet préconise comme Obama que les riches américains doivent payer davantage d’impôt. Warren Buffet et Obama trouvent les politiques d’imposition actuelles inéquitables et croient que les riches américains ne mourraient pas s’ils payaient un peu plus d’impôt.

Quant aux mesures financières pour le redressement de la crise financières, elles ne sont pas imputables à Obama, ni aux Démocrates, elles vont aussi à l’encontre de l’idéologie économique des Républicains, mais Bush a en fait une question de vie ou de mort et McCain les désirait plus encore, autrement sa campagne avortait. Ce n’est pas pour rien que McCain a annoncé qu’il suspendait sa campagne présidentielle tant que des mesures financières n’étaient pas votées pour rescaper les institutions financières. Bush et McCain ont toujours été deux apôtres de la dérégulation des marchés, par conséquent, ils se faisaient pas prier pour se casser la tête afin que que les institutions financières soient monétairement aidées. Autrement, les banques n’auraient plus eu confiance de se faire des prêts entre elles. Les entreprises se retrouveraient sans marge de crédit, des compagnies ne pourraient faire leur payroll, quant à monsieur ou madame Tout le monde n’en parlons pas. Bref, ça aurait été à court terme une catastrophe pire encore que la faillite de quelques institutions financières, ça aurait été la paralysie du système. McCain ne voulait pas perdre sa crédibilité à cause de l’idéologie du laissez-faire des marchés à laquelle Bush et lui ont toujours souscrit. Il ne voulait tout simplement pas que ce drame financier soit imputé à l’idélogie des Républicains dont il fait partie. On peut pas mettre toute cette merde sur le dos d’Obama qui va être élu président des États-Unis et qui aura la lourde tâche de réparer les pots cassés par son prédecesseur voire même par ses prédecesseurs. Ce soir Obama devra son élection à Georges W. Bush et à personne d’autre. Si Bush avait soutenu judicieusement l’économie américaine, avec les milliards qu’il a dilapidé en Iraq. les Américains ne seraient pas dans un tel merdier! Et ce qu’il se passe aux États-Unis affecte forcémment le reste du monde.

Les marchés boursiers vont encore faire du yoyo. Ce n’est pas fini. Il n’y aura pas de miracle, Obama va être élu pour se défoncer afin de résorber le marasme, mais c’est tout de même une grâce pour les Américains qu’il soit élu car il est l’homme de la situation. Obama est un grand visionnaire et un homme d’action avisé qu’il faut plus sous-estimer à l’heure actelle. Et les Américains ne se sont pas trompés cette-fois-ci. Leur pressentiment est bon. Obama est le plus apte à mettre en oeuvre les politiques économiques qui vont sortir l’Amérique du bourbier!

Ne vous faites pas d’illusion les temps vont être durs pour au moins les prochains 18 mois aux États-Unis et dans le monde et c’est la raison pour laquelle ce soir les Américains assoiffés de changement vont porter au pouvoir Barack Obama. Les Américains se diront que si Obama quand il sera président s’acquitte de la gestion de son administration avec le brio qui a caractérisé la gestion de sa campagne présidentielle, ils sortiront plus vite de l’ornière.

Ne sous-estimez plus Obama, c’est un grand visionnaire, il sait s’entourer des meilleurs stratèges, des meilleurs planificateurs, des meilleurs et des plus efficaces sujets de l’histoire.

Obama va entrer dans la légende aux côtés des plus grands américains tels que Abraham Lincoln, John Fitzgerald Kennedy, Martin Luther King. Au niveau de la diaspora africaine, Obama figure déjà au panthéon des plus grands tels que Kwame N’Krumah, le père du panafricanisme, Patrice Lumumba, Sankara et Nelson Mandela. Vous verrez lorsqu’il fera sa première visite officielle sur le continent africain, c’est par millions que les populations africaines acclameront son cortège, tout simplement parce que Obama est déjà un catalyseur de conscience pour les populations noires de son pays et africaines qui voient en lui un modèle et qui se disent qu’en trimmant d’arrache-pied, elles peuvent faire changer l’Afrique.

Obama va réussir là ou d’autres ont échoué. Il sera l’artisan d’une politique qui assurera une couverture médicale aux Américains qui n’en ont pas. Il y parviendra parce qu’il est à la tête de la plus puissante machine politique qui n’a jamais existé et il saura se servir de la redoutable coalition qui l’entoure afin de parvenir efficacement à mettre en oeuvre son programme politique.

Obama va également réussir à réformer le système d’éducation américain.

Au niveau de sa politique étrangère, Obama doit s’entourer de caïds. Il serait génial qu’il nomme Colin Powell Comme secrétaire d’État, ainsi plus personne ne lui reprochera son inexpérience en matière de politique étrangère. Ce serait brillant s’il le faisait car Colin Powell saura gérer sans bavure le retrait des Américains en Iraq et la sécurisation de l’Iraq. Les Américains seront trés heureux de ce choix car il n’y a pas un républicain plus aimé et plus respecté que Colin Powell qui du reste aurait été le seul autre noir qui aurait pu comme Obama prétendre pouvoir devenir président des États-Unis s’il l’avait voulu. Avec à ses côtés les républicains les plus compétents qui sont des dissidents comme Colin Powell, Obama va réussir à sortir l’Amérique d’une politique partisane divisive et étriquée. Obama sera vraiment un artisan de l’unité de son pays.

Si Obama fait tout ça, une place unique lui sera faite dans le coeur et l’histoire des États-Unis. C’est son souhait de réaliser cela car Obama voudra que l’excellence soit la principale caractéristique de l’ère durant laquelle il tiendra les rênes du pouvoir. A tout égards cette élection va marquer un tournant historique pour l’histoire des États-Unis et l’histoire du monde.

Je ne crois pas qu’Obama sera assassiné car aucun candidat à la présidence des États-Unis n’a jamais été entouré des mesures de sécurités exceptionnelles qui ont été déployées autour de sa personne depuis 21 mois. Obama va aller jusqu’au bout de sa mission.

@ Yvon Fleurent:

Ma « religion » libertarienne dit que tout le monde devrait avoir la même chance et qu’un pays ne devrais pas être égoïste avec des mesure protectionnisme.

C’est une mauvaise religion de dire que tous sont égaux ?

« Giving preference to American-made products over German or Japanese products is the same injustice as giving preference to products made by whites over those made by blacks. Economic nationalism, like racism, means judging men and their products by the group from which they come, not by merit. »