L’envol de Bombardier

Il semble que les années de misère sont bel et bien terminées pour Bombardier. L’entreprise annonce ce matin des résultats spectaculaires qui soulignent la justesse de sa stratégie.

Voyons d’abord les chiffres. Bombardier affiche un profit de 246 millions de dollars à son deuxième trimestre, comparativement à une perte de 71 millions l’an dernier à la même période. Les analystes s’attendaient à un bénéfice de 11 cents par action, Bombardier obtient 14 cents par action. Les ventes sont en hausse de 22,5 % sur l’année précédente et le carnet de commandes combiné des divisions Aéronautique et Transport atteint 57,2 milliards de dollars.

Bombardier a depuis longtemps fait le pari de la diversification. L’aéronautique est plus sensible aux fluctuations de l’économie et du prix du carburant alors que le transport ferroviaire assure une plus grande stabilité des revenus, qui compense pour des marges bénéficiaires plus serrées.

La diversification est aussi présente à l’intérieur des deux divisions. Les ventes de jets régionaux souffrent de la hausse des prix du kérosène ? Qu’importe, car celles des appareils à turbopropulseurs ont crû de 52 %.

Résultat, le titre de Bombardier a bondi de 24 % depuis le début de l’année, malgré un marché boursier baissier. Pendant ce temps, les actions de Boeing reculaient de 24 % à New York et celles d’Embraer de 28 % à Sao Paolo. Il semble que les investisseurs aient vu juste dans la stratégie des Beaudoin père et fils.

P.S. Je vous invite à lire mon commentaire sur le discours de Sarah Palin dans le blogue consacrée à la présidentielle américaine.

Laisser un commentaire

Le marché n’est pas d’accord avec vous et l’action mange toute une clac: baisse de 8%. Ayoye!!!

246 milliards par trimestres, ça veut dire des profits annuels d’un milliard!!!! Est-ce que vous pourriez nous expliquer en quoi Bombardier a besoin d’un prêt de 700 millions des contribuables pour lancer sa Série C???? En quoi a-t-on eu besoin de tout ce chantage? A deux reprises en plus!

Avec des profits annuels d’un milliard, vous en prenez 200 millions comme garantie et n’importe quelle banque va vous preter 500 millions à 6%! Dieu qu’on se fait remplir par cette grosse BS de Valcourt

Mais M. Noel, c’est pour « le développement économique »! C’est bien connu que rien ne se passe sur terre sans que le gouvernement ne l’encourage. La roue a été découverte pas le gouvernement!

Nah vous avez raison, c’est de la bullshit et Bombardier c’est une grosse corporation qui préfère transférer le risque aux gouvernements (lire contribuables) plutôt que d’assumer leurs responsabilités. Comme n’importe quoi de subventionné, ce sont des parasites. Davie ça vous dit quelquechose?

L’industrie aéronautique est subventionné, peu importe le pays qui la supporte. Si ces multinationales peuvent sauver quelques millions avec des conditions de prêt plus avantageuses et des subventions, elles le feront. Que ce soit Bombardier ou une autre. Ces quelques millions comptent dans un marché où la compétition est féroce. Alors pour jouer à armes égale, Bombardier n’a pas le choix. Et puis, les profits n’étant pas au rendez-vous à chaque année, mieux vaut prendre tout ce qui passe…