L’épargne obligatoire: une fausse bonne idée

Il n’est pas difficile de voir qu’il y a un problème. Nous sommes plus endettés que jamais, le taux d’épargne oscille entre 2 % et 4,6 % depuis plusieurs années, à peine 38 % de la population active a un REÉR et moins de 20 % des travailleurs du secteur privé ont un régime de retraite de leur employeur. La question se pose : de quoi vivrons-nous quand nous atteindrons l’âge de la retraite ?

Plusieurs Québécois semblent compter sur les seuls gouvernements pour s’assurer un revenu minimum, mais on se doute bien que ce ne sera pas suffisant. L’étude du Cirano publiée la semaine dernière affirme que 60 % des travailleurs ne réussiront pas à maintenir leur niveau de vie à la retraite. Cela aura aussi de sérieuses répercussions sur la croissance économique et les rentrées budgétaires de l’État.

Quelles sont les options ? Plusieurs d’entre nous resteront actifs sur le marché du travail plus longtemps que prévu. D’autres devront peut-être vendre leur résidence plus tôt qu’ils ne l’auraient voulu. Chacun trouvera la solution qui lui convient ou qu’il lui est accessible.

Faut-il un nouveau régime collectif pour bonifier les régimes de retraite existants ou en inventer un autre pour les travailleurs qui n’ont pas accès à un tel régime ? Le gouvernement songerait à un régime multi-employeur financé par les entreprises et les employés. Toutes les entreprises, indépendamment de leur taille, de leur situation financière et de leur secteur seraient-elles obligées de contribuer à un tel programme ? Cela ne risque-t-il pas d’alourdir leurs charges sociales déjà plus élevées que celles de leurs concurrents canadiens ou autres ?

Claude Castonguay, co-auteur de l’étude du Cirano, suggère lui de rendre l’obligatoire l’épargne-retraite. Nous n’épargnons pas suffisamment ? Rendons-la donc obligatoire.
Ce genre de solution me faire toujours sourire. Pourquoi ne rendons-nous pas la santé obligatoire tant qu’à y être ? Ou même le bonheur ! Qui serait contre, à part les malades et les malheureux ? Non, il y a de très bonnes raisons pourquoi les gens épargnent peu et ce n’est pas en la rendant obligatoire qu’on va régler le problème. Si vous n’avez pas les moyens d’épargner, l’obligation de le faire ne vous ajoutera qu’un souci de plus.

Qui a le goût d’épargner quand un dépôt à terme, immobilisé pendant trois ans, ne rapporte que 1,55 % d’intérêt ? Les taux d’intérêts actuels sont une incitation permanente à la consommation et un antidote puissant à l’épargne. Pas besoin d’aller plus loin. On épargne plus quand ça rapporte et on dépense davantage quand c’est pas cher.

Il serait étonnant que Banque du Canada hausse son taux directeur demain. Tôt ou tard elle devra cependant le faire glisser à la hausse. Il faut rétablir une vérité fondamentale : l’argent a un prix, tant pour celui qui emprunte que pour celui qui épargne.

Laisser un commentaire

Les gouvernements ont encouragé le crédit facile au point où c’est devenu un mode de vie. Surconsommation et endettement voila ce qui caractérise la classe moyenne d’aujourd’hui, à tel point que la structure même de l’économie a été modifiée. Les Canadiens sont parmi les ménages les plus endettés au monde et pour ça presque tout le crédit va au gouvernement fédéral. (contrairement aux USA ici impossible de blâmer les banques, chez nous le marché du crédit hypothécaire est clairement contrôlé par l’état, pas besoin de stratagème compliqué pour titriser les hypothèques et les vendre à quelques cheiks arabes, non ici pour faire tout ça nous avons la SCHL)

En 2006 le gouvernement fédéral a poussé l’irresponsabilité jusqu’à assurer les prêts hypothécaire sur 40 ans avec aucune mise de fond. Pensez y, même après dix ans de paiements vous n’avez payé presque aucun capital, en tenant compte des frais de fermeture (agent, pénalités, etc…) si la valeur de la maison ne monte pas immédiatement après l’achat vous êtes sous l’eau dès la signature du contrat initial…

Depuis les normes ont été un peu resserrées mais sont encore bien plus permissives que ce que permettrait un marché libre. Maintenant devant la catastrophe qui s’annonce le gouvernement va encore resserrer un peu les normes, mais c’est bien trop tard et le mal est fait.

Évidemment la ruée vers l’endettement a fait surchauffer le marché immobilier et les prix des maisons ont atteint des niveaux ridicules qui forcent les acheteurs à engloutir encore plus de capital, sauf que forcément le crédit devra cesser de croitre et forcément quand ça arrivera les prix vont baisser et des milliers de Canadiens se retrouveront sous l’eau et peu à peu (cela pourrait durer des années) prendront la mesure du désastre financier que représente le fait d’avoir investi tous ses oeufs – avec un levier allant jusqu’a 100% – dans un actif dont la valeur baisse!!!

Par la suite la démographie entrera en jeu, rien pour faire redécoller le marché….

Les gens n’épargnent pas assez? C’est parce qu’ils ‘endettent trop. Que les hypocrites qui nous gouvernent commencent donc par cesser de promouvoir l’endettement.

Plus endettés?

On est plus endettés parce que les taux hypothécaires sont les plus bas depuis 50 ans. Alors tout le monde est allé chercher son maximum pour s’acheter la maison de ses rêves. Tant qu’elles augmentent de 10% par année, soit de 20 à 30k, je ne vois pas le problème.

@Rod

Vous n’avez rien compris, les taux sont bas parce que les prêts (d’argent imprimé par la BdC) sont « backés » par le gouvernement fédéral.

Sinon pas une banque, personne ne prêterait $200,000 à 3% à des jeunes ménages qui n’ont pratiquement pas d’épargne…

Si vous croyez que c’est « ben correct » c’est que vous n’avez aucune idée de comment l’économie et les marchés fonctionnent.

Ce que ça veut dire c’est que la demande est en grande partie artificielle. Or c’est cette demande (surtout un afflux constant de nouveaux acheteurs) qui maintient et fait monter les prix.

Parce que le crédit est saturé (et plusieurs autres raisons) la demande ne peut que fléchir (certains dirons que l’offre va s’adapter pour maintenir l’équilibre, mais cela ne peut être vrai que temporairement et/ou cela va créer des conditions économique difficiles qui nuiront au marché). Et la demande qui fléchit c’est le début de la fin de la bulle immobilière.

Imaginons un peu toute l’infrastructure qu’il faudra mettre en place pour « forcer » ceux qui dépenses trop et ceux qui n’en ont pas les moyens de planifier leur retraite.

Il y a déjà un système en place justement pour préparer la retraite des québécois, soit la Régie des Rentes du Québec. Pourquoi ne pas simplement l’adapter et augmenter les taux de cotisations pour approcher les limites permises au REER?

@Pierre Brasseur

C’est comme lorsque le gouvernement permet d’avoir des armes à feu. On peut blâmer le gouvernement ou bien celui qui appui sur la détente.

Dans votre cas, tout semble la faute du gouvernement et non des banques qui appui sur la détente!

Personnellement, la faute est un peu du gouvernement et beaucoup des banques. C’est dans la logique des choses qu’un gouvernement élu par le peuple aide celui-ci a accéder à la propriété. Si en cours de route, les banques ont flairées la bonne affaire et se mettre a spéculer sur le marché immobilier, c’est plutôt simple (ou pratique) de blâmer le gouvernement.

J’ajouterais que les banques canadiennes ont beaucoup de poids sur le gouvernement canadien.

P.S.: Si vous voulez faire de l’argent avec de l’argent, prêtez-là! Malgré le fait que les taux hypothécaires n’ont jamais été aussi bas, celles des cartes de crédit n’ont jamais été aussi haut!

« Vous n’avez rien compris, les taux sont bas parce que les prêts (d’argent imprimé par la BdC) sont “backés” par le gouvernement fédéral. »

Faux le prêt sur ma maison et de tous ceux que je connais ne sont pas « Bakés » par le fédéral.

« Si vous croyez que c’est “ben correct” c’est que vous n’avez aucune idée de comment l’économie et les marchés fonctionnent. »

C’est la troisième année que vous nous prédisez la catastrophe.

Faut pas se fier sur vous pour les investissements.

@Benton

C’est le gouvernement qui assure les prêts pas les banques, personne ne l’y oblige. Le gouvernement fait ça pour stimuler l’économie. Quand à l’accès à la propriété ça ne veut rien dire quand on croule sous les dettes, ce n’est qu’un prétexte et aux prix actuels c’est le contraire qui arrive (encore une politique socialiste qui finit par donner des résultats contraires au but recherché…). De toute façon est-ce vraiment le rôle du gouvernement de s’occuper de ça?

Sans cette assurance moins de prêts et moins de prêts signifie mois d’endettement.

Il est clair que ces politiques profitent aussi aux banques mais ce ne sont pas elles qui votent les politiques c’est le gouvernement.

@Benton

« Connaissez-vous l’existence des “subprimes” ? »

La version Canadienne:

On prête à 3% et moins a des jeunes ménages et dans cinq ans maximum ils doivent renouveler au taux qui aura cours à ce moment et qui pourrait facilement doubler.

L’immobilier Canadien est une bombe a retardement, surtout avec l’arrivée de millions de boomers à la retraite, peut-être un bombe à explosion lente mais une bombe tout de même. Le sur-endettement a les même conséquences ici qu’ailleurs.

@P Brasseur

C’est déjà mieux qu’elle soit plus réglementé au Canada qu’ailleurs.

Il en aura pas de facile.

Comme on dit, quand je me regard, je me désole et quand je me compare, je me console!

@Youlle
»Faux le prêt sur ma maison et de tous ceux que je connais ne sont pas “Bakés” par le fédéral »
Faux il y a bien peu de conventionnel, de toute façon les évaluations des banques sont assez en deça du marché pour parer a une baisse importante de la valeur.
de plus en plus les gens qui avaient une maison payé vont chercher une marge de crédit hypothécaire ou prenne l.hypothéque renversée pour ne pas avoir trop d’équité au moment de vendre pour aller dans une résidence de retraite (car on va évaluer leur capacité de payer pour déterminer le montant de la location).
Bien des gens donne leur héritage a leur enfants, hypothéque au maximum garde en réserve une partie de l’argent au cas ou ils aient besoin d,aller se faire soigner a l’étranger et disent a leur enfants de refuser l’héritage s’il meurent de cette façon l’hypothéque restera impayée.
De l’équité dans sa maison principale ça ne sert pas a grand chose, vaut mieux placer son argent ailleurs.

@ lagentefeminine et Brasseur

La seule chose importante pour les institutions prêteuse sur hypothèque et la valeur de l’immeuble sur lequel ils prennent une garantie qui s’appelle hypothèque.

Ce n’est absolument pas important que l’hypothèque soit à 25%, 50% ou 80% ou inversée.

Vendre sa maison et dépenser le fric est la même chose que l’hypothèque inversée.

SEULE les prêts garantis par la centrale d’hypothèque sont en PARTIE garantie par le gouvernement.

Comme brasseur essaye de nous le faire croire la situation canadienne n’a absolument rien à voir avec celle des USA ou on finançait à 105% allant à 125% en plus de vendre à des gens qui n’avaient même pas le moyen de 10% de leur hypothèque.

Des peurs rien que des peur Brasseur que vous nous faites de puis bientôt 3 ans.

correction

SEULS les prêts garantis par la centrale d’hypothèque sont en PARTIE garantis par le gouvernement.

Moi, l’année dernière, le gouvernement m’a prélevé 1822 $ sur ma paye pour le régime des rentes du Québec. Si ce régime n’est plus adéquat (parce que le coût de la vie augmente trop mais que les rentes ne sont pas indexées) on doit revoir ce régime avant d’en implanter un autre.