Les 10 entreprises qui domineront le monde

On connaît déjà les pays qui devraient s’imposer économiquement au cours des prochaines années. Mais quelles seront les entreprises qui se démarqueront compte tenu des tendances observables aujourd’hui ?

C’est à ce petit jeu que s’est livré Daniel Franklin de l’hebdomadaire britannique The Economist. Voilà un journaliste qui a beaucoup d’imagination et un bon sens de l’humour !

Quelles sont ces tendances ? (C’est la partie sérieuse de l’exercice) D’abord, il observe que la longévité des entreprises est beaucoup plus courte qu’auparavant, 10 ans aux États Unis contre 65 ans en 1920.

Deuxièmement, le développement des entreprises est beaucoup plus rapide. Pensons seulement au phénomène Facebook.

Troisièmement, les pays émergents prennent de plus en plus de en plus de place et devraient donner naissance à plusieurs des étoiles de demain.

Quatrièmement, il croit que les ressources naturelles joueront un plus grand rôle et que l’eau s’imposera comme un enjeu planétaire.

Cinquièmement, les entreprises connaissent de mieux en mieux leurs clients et leurs habitudes. La gestion des données devient stratégique.

Le classement en tant que tel est une œuvre de fiction pure, mais il est amusant. Ainsi, en première place, nous voilà avec une entité nommée Exxon-Hydro, qui laisse entendre que le géant pétrolier s’est convertit au marché de l’eau.

La suite sur Affaires sans frontières (adhésion gratuite)

 

Laisser un commentaire

On parle de l’énergie, de l’eau, de dépendance alimentaire, transformation des déchets mais tout ça est techniquement possible d’être totalement autonome dans des bâtiments performants.
En fait c’est donner un pouvoir illusoire à des pays comme nous qui avons des ressources car on peut tr`s bien sans en exploiter de nouvelles.
A partir de la récupération construire des bâtiements auto-suffisants qui récupèrent les eaux de pluies, les traitent, traitent celles qui sont utilisées au niveau du bâtiment. On peut utiliser l’énergie éolien et solaire pour donner l’énergie suffisantes pour non seulement satisfaire au besoin du bâtiment équipé de serres et de bassins d’aquaculture (ce qui donne l’autosuffisances alimentaire), mais en avoir suffisament pour faire fonctionner leur véhicule.
Idem pour les bâtiements industriels.
Apocalypse ça n,est pas pour demain si on sait utiliser le vent, le soleil, la pluie et les produits de recyclage. Quand on a une société d’état d’électricité ça peut ralentir le développement et la divulgation d’informations pour assurer son autonomie. On préfère entretenir l’irresponsabilité et le gaspillage, c’est plus facile de conduire des moutons mal informés.
http://www.sdtc.ca/
Idem pour le développement de l’économie. On est pas obligé de dépendre de la mondialisation il y a d’autres façons de faire. Mais on préfère garder nos moutons mal informés ils sont plus dépendants, irresponsables et font du gaspillage qui sert bien le vieux modèle de développement.
http://coop.gc.ca/COOP/display-afficher.do?id=1232131333489&lang=fra
L’information existe on en fait juste pas la promotion.
Il est aussi faux de prétendre que certaines entreprises ne peuvent être sous forme de coopératives qu’il est faux de prétendre qu’une éolienne domestique ne peut suffir aux besoin d’un bâtiment unifamilial.

Daniel Franklin valide des tendances qui existent déjà. Il estime qu’elles devraient se poursuivre et s’accentuer. Ainsi par exemple, les grandes compagnies pétrolières ne se présentent déjà plus comme des pétrolières ; de facto elles ne cessent de s’orienter vers une plus grande diversité de sources associées à des préoccupations environnementales.

Ce qu’il faut comprendre, du moins c’est ce que je comprends, que ceux qui contrôlent actuellement le marché n’ont pas la moindre intention de lâcher le morceau.

Dans cette même veine, cette tendance généralisée aux fusions acquisitions ne fait que se préciser ; comme cette croissance phagocytaire n’a pas de cesse, on assisterait sans doute à des formes d’union paradoxales donnant lieu à des entités encore et toujours plus grosses. Avec les dangers que cela comporte. Toujours plus gigantesques, toujours plus volumineuses, toujours gloutonnes, toujours plus chères, toujours moins rentables excepté pour une poignée d’initiés triés sur le volet.

– Heureusement, la fenêtre est celles des 20 prochaines années. Ainsi on peut imaginer qu’après 2030, on assistera au phénomène inverse. Soit une décroissance structurée et organisée. Qui sera enfin profitable progressivement au plus grand nombre.

D’ailleurs, les travaux de Daniel Franklin établissent cette autre réalité. Puisqu’il souligne aussi des mutations dans les schémas entrepreneuriaux du temps. Par un développement notamment de microstructures (types familiales) regroupées et organisées. La conquête de la communication par tous sera – je pense – un défi du lendemain. Nous disposons actuellement d’outils de communication comme jamais auparavant, si ce n’est que la plupart de nos condisciples ne sont pas formés ou pas encore formés ou pas suffisamment formés pour utiliser ces technologies à leur plein potentiel.

Si ce n’est pas dans 20 ans, l’avenir appartiendra probablement à ceux et celles qui sauront nous faire communiquer plus lentement peut-être, mais sûrement…. Des économies autonomes, intégrées et inter reliées.

C’est assez simple à constater.

Si on regarde le rythme actuel des fusions ou achat d’entreprises par d’autres nous aurons des surprises avant longtemps.

Déjà aujourd’hui on constate que le gouvernement des USA, celui qui appartient au peuple ne mène plus sa barque.

Quand on a voulu faire discréditer les thèses sur les impacts de l’activité humaine sur le climat, on a crié au complot.
Quand on a voulu faire taire les opposants au vaccin H1N1, on a crié au parano de complot.
Quand on veut faire taire les fédéralistes, autonomistes bref tout ce qui ne se définit pas comme séparatiste, on crie a l’ignorance, la méconnaissance, la peur etc.
Quand on veut faire taire les moindrement a droite on crie au créationisme.
Et quand on veut faire taire les témoins potentiels à la comission on crie au complot.
Et oui en discréditant avant même le début des audiances ceux qui vont briser la loi d’omerta on essaie de tuer dans l’oeufs le grand ménage.
On va voir de plus en plus de gens s’improviser expert, tenter de monter des diagnostiques de paranoia, de complot, de désinformation.
Le scénario est écrit regardez le spectacles va commencer. Juste pour avoir dit ça on va prétendre que je suis parano, que j’imagine des complots de mafieux et que mes opinions ne sont pas fondés sur des faits avérés.
Le droit a exprimer des faits et des opinions est en tran de rétrécir et ça n’est pas dans le ROC que ça se passe.