Les 5 conseils de Jean-Guy Desjardins aux jeunes entrepreneurs

jgdesjardins_demi
Photo : Fiera Capital

Jean-Guy Desjardins est l’un des plus grands entrepreneurs financiers du Québec. Il est peu connu du grand public, mais ses réalisations sont spectaculaires.

Au début des années 1970, il a créé TAL, un gestionnaire de fonds dont l’actif sous gestion atteignait les 60 milliards de dollars au moment de sa vente à la banque CIBC en 2002. Ces 60 milliards faisaient de TAL un joueur dominant du marché financier montréalais.

Après la vente de son entreprise, à l’aube de la soixantaine, Jean-Guy Desjardins aurait pu prendre une retraite bien méritée et très confortable. Il était riche et en santé et il aurait pu consacrer le reste de sa vie aux voyages, au vélo (sa passion) ou à d’autres occupations. Mais il n’était pas fait pour la retraite.

Un an plus tard, il se relance en affaires et créé une nouvelle boîte, Fiera Capital. Alors qu’il a fallu 30 ans à TAL pour amasser un actif de 60 milliards, Fiera Capital mettra dix ans pour accumuler un actif sous gestion de 75 milliards de dollars. Son ambition : gérer un actif de 150 milliards dans les prochaines années, notamment en acquérant d’autres gestionnaires canadiens ou américains.

En gros, des firmes comme Fiera, Jarislowsky Fraser ou Letko Brosseau font pour les entreprises ce que la Caisse de dépôt fait pour les caisses de retraite de l’État québécois. Elles investissent l’argent des fonds de pension privés dans les véhicules financiers les plus appropriés et les plus susceptibles de générer un rendement conséquent.

Ces firmes gèrent aussi les avoirs de clients très fortunés. En finance, c’est l’un des secteurs où le Québec réussit le mieux.

Jean-Guy Desjardins était honoré, mardi soir dernier, à la Soirée de la Fondation Montréal inc., un organisme voué aux projets d’affaires de jeunes entrepreneurs ambitieux et prometteurs de la métropole. (Transparence : je siège au conseil d’administration de cette fondation).

Voici les 5 conseils qu’il donnait à ces jeunes entrepreneurs.

1. Ayez une ambition qui se concrétise sur un horizon de 5, 10 ou 20 ans et soyez capable de la communiquer.

2. Soyez capable de vous entourer de gens compétents capables de vous «challenger», quitte à vous rendre même la vie un peu difficile.

3. Faites preuve de prudence.

4. Faites preuve de patience.

5. Soyez déterminé et ne lâchez pas.

En prime, il ajoutait ces 3 autres conseils, tout aussi pertinents :

1. Osez

2. Sortez de votre zone de confort

3. Ne laissez pas les autres vous faire douter de votre potentiel et vous empêcher de réaliser vos ambitions.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Quoi???

Il reste encore des jeunes qui veulent tout de même entreprendre quelque chose au Québec et que le Parti québécois n’a pas encore réussi à repousser et à écoeurer?

Eh ben…

Voici pour la réalité:

http://jomarcotte.wordpress.com/2013/11/20/emplois-22400-fonctionnaires-de-plus-a-votre-charge/#more-7040

Extrait:

« Emplois: Depuis que le Parti québécois a été élu, il y a 22,400 fonctionnaires de plus à votre charge!!!

Le Québec compte 2,2 fois plus d’entrepreneurs anglophones que francophones. Cependant, il y a environ deux fois plus d’entrepreneurs francophones dans le reste du Canada qu’au Québec. Les Québécois d’origine résidant ailleurs au Canada sont environ deux fois plus nombreux à posséder une entreprise que ceux demeurant au Québec, peu importe leur langue.

En clair, plusieurs Québécois d’origine (et francophones!) aux talents d’entrepreneurs vont faire des affaires ailleurs! Cela dit, malgré une culture économique qui ne valorise ni la prise de risque, ni l’ambition, ni le succès financier… »

Toujours le genre de billet très intéressant. Ensuite pour faire un lien M. François, le modèle québécois a ceci de particulier , on crée toutes sortes de programmes pour encourager et facilité le démarrage d’entreprise afin de limiter les risques, mais aussitôt que l’on a du succès alors le fisc vient vous confisquer le fruit de vos efforts. Sans une possibilité d’une récompense importante, il y a peu de chance que l’on prenne des risques importants.

Youlle…youlle…youlle…le Québec est l’endroit le PLUS taxé et le PLUS imposé en Amérique point.

Le PLUS endetté itou!

M. François 1

+++++++++++++++++++
« Youlle…youlle…youlle…le Québec est l’endroit le PLUS taxé et le PLUS imposé en Amérique point. » (François 1)
+++++++++++++++++++

Moins cher qu’au Canada le Québec.

« Le taux d’imposition général des entreprises québécoise est e 29,9%, comparativement à 30,7% pour la moyenne canadienne, selon le rapport Renseignements fiscaux : Canada 2011 publié par la firme comptable PricewaterhouseCoopers (PWC). »

http://www.lesaffaires.com/bourse/nouvelles-economiques/limpot-des-entreprises-moins-eleve-au-quebec/517431#.UpKN5EYexqB

Fédéral Province/État Total
Québec 15,00% 11,90% 26,90%
Ontario 15,00% 10,00% 25,00%
Caroline du Nord 29,65% 6,90% 36,55%
Illinois 28,82% 8,65% 37,47%
Massachussetts 28,96% 8,25% 37,21%

Fédéral Province/État Total
Québec 15,00% 11,90% 26,90%
Ontario 15,00% 10,00% 25,00%
Californie 31,91% 8,84% 40,75%
Floride 33,08% 5,50% 38,58%
Géorgie 32,90% 6,00% 38,90%

(source investissement Québec)

http://www.iris-recherche.qc.ca/blogue/les-taux-dimposition-des-entreprises-au-quebec

Et près de 50% à New York Monsieur François!!!

« Le Québec a choisi d’encourager ses entreprises en proposant une fiscalité avantageuse qui contribue grandement à réduire les coûts d’exploitation. Et cette mesure n’est pas nouvelle, puisque nos entreprises en profitent depuis plus de 25 ans! Cette fiscalité est complétée par une gamme ciblée d’incitatifs financiers.

Avec un taux d’imposition de 26,9 % en 2013, le Québec présente l’un des taux les plus concurrentiels pour les sociétés manufacturières et non manufacturières en Amérique du Nord. »

http://www.invest-quebec.com/fr/investissement-direct-etranger/pourquoi-le-quebec/incitatifs-fiscaux.html

Francois 1… Francois 1… Francois 1…une chance que l’ignorance ne tue pas ou encore ne rend pas malade.

Et encore, vous ignorez complètement les trente glorieuses où l’impôt était à 91% pour les riches et vous ignorez le taux d’imposition du Québec et du Canada.

Je suis sûr que dans votre cas que ce n’est pas de l’ignorance.

@ youlle le 24 novembre 2013 à 19 h 28 min:

Mais où est la vague d’immigration vers le Québec???

Le reste du monde ignorerait-il quelque chose que vous êtes le seul à savoir youlle?

Il y a des tonnes de stats qui se contredisent mutuellement mais une réalité demeure: le Québec est l’endroit le PLUS taxé, le PLUS imposé et le PLUS endetté en Amérique et nous perdons des citoyens et des sociétés au profit de nos voisins plus accueillants et ce, année après année.

Aucune industrie n’accepte de s’installer ici si elle n’est pas subventionnée jusqu’à l’os. AUCUNE!

Le « modèle québécois » n’est imité par aucune autre société dans le monde. AUCUNE!

Encore une fois je vous pose la question: Le reste du monde ignorerait-il quelque chose que vous êtes le seul à savoir youlle?