Les 7 leçons de notre succès olympique

Ils sont beaux et formidables. Des modèles de travail acharné, de détermination et de persévérance. Leur vie a été jalonnée de sacrifices, d’échecs et de succès. Les entrepreneurs ont déjà des leçons à tirer de cette magnifique jeunesse qui brille aux Jeux, dit Pierre Duhamel.

OLY-2014-SSKATE-SHORT-MEN-MEDALS
Le patineur de vitesse québécois Charles Hamelin (centre), médaillé d’or au 1500 mètres, lundi, aux Jeux olympiques de Sotchi. – AFP/Getty Images

Ils sont beaux et formidables.

Ils sont des modèles de travail acharné, de détermination et de persévérance.

Leur vie a été jalonnée de sacrifices, d’épreuves, d’échecs et de succès.

Les entrepreneurs ont déjà des leçons à tirer de cette magnifique jeunesse.

1.

Il faut travailler fort et se hisser parmi les meilleurs au monde.

2.

Comme les sœurs Dufour-Lapointe, il faut collaborer et partager ses acquis.

3.

Comme Charles Hamelin, il faut persévérer et s’imposer dans la durée.

4.

Comme Alexandre Bilodeau et Mikael Kingsbury, il faut se mesurer, se batailler, se motiver l’un et l’autre pour s’améliorer sans cesse et gagner sur la scène mondiale.

5.

Comme le Comité olympique canadien, il faut investir et miser sur le potentiel de nos meilleurs.

6.

Comme les 7 doigts de la main, Solotech, Pixmob et Show-Canada, nos PME doivent innover et offrir un produit unique au monde.

7.

Comme le Canada pour le patinage sur courte piste et le ski acrobatique, il faut choisir ses niches où le potentiel de médailles est le plus élevé et où nous avons des avantages comparatifs.

7 commentaires
Les commentaires sont fermés.

« Comme les 7 doigts de la main, Solotech, Pixmob et Show-Canada, nos PME doivent innover et offrir un produit unique au monde »

Comprenez-vous ca vous que selon Parizeau nos PME ne sont pas compétitives? Les Olympiques c’est le plus gros show au monde. Un pays y joue sa réputation.
A qui Poutine demande de mettre la culture de son pays en valeur? A qui il fait confiance pour impressionner la planète?
A des PME québécoises! Pas des grosses cies américaines, allemandes ou francaises. Non aux 7 doigts de la main, à Solotech, Pixmob et Show-Canada.
Je ne comprends pas la sortie de Parizeau. Si quelqu’un peut nous expliquer?

Les valeurs olympiques sont universelles et incluent tolérance, diversité, respect de l’autre. Autre bel exemple pour une Charte des valeurs québécoises fondée sur le « nous », les « autres » et le statu quo.

Vous dites que comme LE CANADA pour le patinage sur courte piste et le ski acrobatique est qu’il faut choisir ses niches où le potentiel de médailles est le plus élevé et où nous avons des avantages comparatifs.

Voulez-vous dire que le CANADA doit choisir le QUÉBEC?

Ce sont des Québécois qui ont raflé SIX des médailles olympiques pour Canada sur les NEUF.

Avez-vous honte de dire du Québec?

On reconnaît en vous le fédéraliste qui veut nous faire oublier le Québec en écrivant Canada.

« Comme le Comité olympique canadien, il faut investir et miser sur le potentiel de nos meilleurs. »

Comme le Comité canadien… Faites moi rire.

« En 2012-2013, le sport amateur a reçu 2,6 millions de dollars, tout en tirant parti du coût relativement faible de la vie et de l’offre abondante de diététistes, de physiothérapeutes et de psychologues du sport en provenance des 10 universités du réseau public du Québec, écrit le Globe and Mail. Par comparaison, l’Alberta, qui abrite le plus grand nombre de centres nationaux au Canada, n’a contribué qu’à hauteur de 159 000 $ au développement du sport amateur. » L’Actualité 11 février 2014)

Y sont cheap le roc.

http://www.lactualite.com/blogues/le-fouineur/pourquoi-les-athletes-quebecois-guident-le-canada-aux-jeux-de-sotchi/?utm_source=newsletter&utm_medium=email

Voilà une leçon d’économie pour la petite droite du Québec.

« Leur vie a été jalonnée de sacrifices, d’épreuves, d’échecs et de succès. » (Pierre Duhamel)

Hâââ, M, Duhamel, votre sermon ou votre prêche me rappelle les curés du début des années 1960 où il fallait se sacrifier pour le bon dieu et le patron qui nous permettait de par sa très grande générosité de gagner notre vie pour aller au CIEL. Le rêve amaricain quoi!

Vous vous dites pro entreprenariat pour les Québécois et vous beurrez du même coup les entrepreneurs Québécois qui ont fait d’innombrables efforts et des sacrifices et risqué leur chemise, pour procurer des milliards en PIB en disant qu’ils répandent une odeur de fromage affin de protéger le libre-échange Canada Euro pour l’Ouest. Vous souvenez-vous?

« J’ai passé ma vie en entreprise (les miennes) et les gens qui travaillent de l’aube au crépuscule sont LES PLUS PAUVRES avec un salaire moyen. C’est la même chose pour la parenté aux USA. Les riches vont jouer au golf plusieurs fois par semaine et prennent des mois de vacances par année. C’est la même chose pour le Québec. »

Comme quoi L’ARGENT du gouwernement est plus important que les efforts des dretteux du Québec et du ROC.

M. Duhamel, mettez ça dans vos annales : C’est l’argent qui mène le monde PAS LES EFFORTS. Ç’est avec de l’imagination et de l’argent qu’on fait de l’argent.

Le POUVOIR c’est l’argent.

C’est ce qui se passe pour les jeux.

« Le POUVOIR c’est l’argent. C’est ce qui se passe pour les jeux. » (sic)

D’ailleurs, j’en profite pour exprimer toute notre gratitude envers le charitable RDC (et surtout l’Alberta!) qui a très généreusement contribué aux succès des Canadiens-Français à Sochi en leur versant de très copieuses sommes d’argent annuellement ($16.4 Milliards!!!) sans lesquelles le Québec n’aurait même pas les moyens d’envoyer ses athlètes au Vermont.

16,4 milliards de dollars?

Mensonge!

Le Québec a reçu au total 7 833 milliards $ en péréquation et il en payé environ la moitié. L’Ontario en a reçu 3 1669 milliards.

Au total 16 105 milliards $ ont été reçu par les provinces et PAYÉ PAR les provinces.

Cher Monsieur Duhamel,

Personnellement, j’ai vraiment apprécié cet article et les idées que vous avez mises en évidence en ce qui concerne les Jeux olympiques et les leçons que nous tirons des athlètes et de leurs actions. Je crois que les Jeux olympiques sont extrêmement puissantes et ont une capacité incroyable à présenter les effets du dévouement, de la conviction et le travail sur la scène internationale. Une idée que j’ai surtout aimée c’était l’idée que pour réussir nous devons collaborer et travailler fort avec les autres. J’ai trouvé cette idée extrêmement répandue dans ces Jeux Olympiques, en particulier dans les évènements d’équipes où les athlètes ont été obligés de ravaler leur fierté individuelle et coopérer avec les autres pour la fierté de leur pays. De plus, j’ai adoré l’idée que la rivalité aimable parmi les pairs nous poussons à atteindre nos objectifs et réaliser de notre mieux, comme ce qui a été démontré entre Alex Bilodeau et Mikael Kingsbury. L’histoire infâme entre l’homme qui incarne l’esprit canadien et notre outsider adorable, la compétition amicale qu’ils stimulaient était vraiment inspirant et nous a prouvé que la concurrence peut être le plus grand facteur de motivation. Merci pour un article si stimulant et honnête, je me réjouis de lire plusieurs de vos idées dans le futur!