Les Américains dans le pétrin

L’économie américaine s’enlise. Il s’est détruit autant de jobs qu’il s’en est créé en août et le taux de chômage reste à 9,1 %.

L’administration Obama fait remarquer que les entreprises privées avaient créé des emplois au cours des 18 derniers mois et que c’est un arrêt de travail chez Verizon qui a retranché à lui seul l’équivalent de 48 000 emplois pendant le mois dernier.

Il reste que le taux de chômage officiel est affreux et ne reflète qu’une partie de la réalité. 14 millions de travailleurs sont en chômage. La durée médiane des cessations d’emploi est de cinq mois, ce qui veut dire qu’on ne parle pas ici de personnes en transition d’un emploi à un autre. Il n’y a tout simplement pas de jobs pour elles.

Il faudrait ajouter à ces 14 millions de personnes sans emploi presque 9 millions de travailleurs à temps partiel qui aimeraient, mais qui ne peuvent pas, travailler à temps plein. Il y aurait aussi 28 millions d’emplois que leurs détenteurs auraient quitté dans un marché du travail plus sain et 2,2 millions de personnes qui se sont tout simplement retirés du marché du travail.

Cela fait beaucoup de travailleurs insatisfaits et rend la réélection de Barack Obama l’an prochain de plus en plus incertaine.

Contrairement à ce que certains sont toujours tentés de penser ce n’est pas la syndicalisation qui a causé cette situation puisque seulement 12 % des travailleurs américains sont syndiqués (20,1 % en 1983) ni parce que les taxes sont trop élevées puisque le niveau d’imposition du citoyen américain est l’un des plus bas de l’OCDE. Excès de réglementation ? On n’arrête pas de vanter la lourdeur de la réglementation québécoise face à celle des États américains.

Les entreprises sont fauchées ? Pas vraiment car elles détiennent plus de 1000 milliards de dollars en liquidités. Elles ne savent tout simplement où et quand investir.

Mon explication est plus simple : je pense que les Américains sont trop fauchés pour consommer comme avant. L’industrie de la construction est toujours dans un état lamentable. On compte 800 000 maisons saisies sur le marché à l’heure actuelle, dont 248 000 appartenant à des agences du gouvernement américain. Il y a tant de maisons à vendre, qu’on n’en construit très peu. La construction domiciliaire compte pour 2,4 % du PIB américain, deux fois moins que la moyenne historique.

La crise immobilière a fissuré profondément l’économie américaine, ruinant les uns, appauvrissant les autres. L »effet s’est fait ressentir rapidement sur le marché de l’emploi, ce qui a d’autant miné les recettes des gouvernements.

Y a-t-il une solution en vue ? Le président doit prononcer un discours jeudi. Je parie qu’il va annoncer une réduction, sinon un gel temporaire, de toutes les taxes et déductions sur la masse salariale. Un traitement choc qui, cette fois, pourrait fonctionner.

 

Laisser un commentaire

Très bonne analyse. Au printemps 2010 à une activité du Réseau Capital, j’ai fait la connaissance d’un économiste de la BDC fraîchement revenu des USA, et il disait exactement la même chose, à savoir que la reprise serait très lente à cause de la situation désastreuse du secteur immobilier.

« Les entreprises sont fauchées ? Pas vraiment car elles détiennent plus de 1000 milliards de dollars en liquidités. Elles ne savent tout simplement où et quand investir. »

C’est le temps des vacances – normal cette semaine, mais c’est ainsi depuis juin. Dans Muskoka et Long Island on doit faire des affaires en or. Je m’attendais à les voir revenir la semaine prochaine, mais on se prépare à partir pour l’Europe, c’est le temps de visiter des musées. Les financiers ne cherchent pas à investir, et les compagnies ne cherchent pas de capital. Je vous jure qu’en 40 ans de travail je n’ai jamais vu le quartier financier aussi vide. Votre explication est valable, mais ce que j’entends surtout ce sont des craintes concernant l’économie européenne. Alors on attend, comme des vautours.

Mon explication rejoint un peu la votre M Duhamel, l’économie américaine est dans une phase de désendettement et comme cette économie était devenue structurellement basée sur l’endettement des ménages l’ajustement est long et pénible. Bien des emplois perdus le seront sans doute pour toujours et ça va prendre pas mal de temps avant l’émergence d’une économie solide basée sur des fondations plus saines (exportation, fabrication, etc…).

Mais au moins aux USA la transition est en train de se faire (comme le démontre la paradoxale bonne santé des entreprises et les progrès dans les exportations) tandis qu’au Canada on en est encore à l’ancien modèle: consommation + immobilier le tout basé sur l’endettement insoutenablement croissant des ménages.

Au lieu de se péter les bretelles et de plaindre ces « pauvres américains » les Canadiens, dont le taux d’endettement dépasse maintenant largement celui des américains**, feraient bien de se demander comment diable on pourra (si c’est seulement possible) éviter de subit le même sort. D’ailleurs j’ai l’impression que nous ne perdons rien pour attendre, bien au contraire.

** D’ailleurs en proportion du PIB l’endettement combiné public+corporation+ménages du Canada dépasse largement celui des USA (en fait à ce chapitre on rivalise même avec les PIIGS. (et ça c’est avec un PIB encore gonflé par la consommation et la bulle immobilière…)

Voyez le tableau de l’OCDE plus bas dans cet article:

http://blogs.telegraph.co.uk/finance/ambroseevans-pritchard/100011744/when-debt-levels-turn-cancerous/

Ils n’ont même pas de ville candidate pour les JO de 2020. Ca veut dire qu’il n’y aura pas eu d’olympiques d’été pendant au moins 24 ans aux ÉU!
Arcard avait vu juste: on vit vraiment le déclin, sous nos yeux.

Il devrait vendre l’Alaska au Canada, liquider une parti de sa réserve de pétrol et investir dans le développement de cités autosuffisantes(éolienne, panneaux solaires, biomasse et géothermie). En réduisant le niveau de dépenses des travailleurs et en réduisant la dépendance envers les importations il contribuera a diminuer les dettes des individus et augmenter l’activité économique en produisant l’essentiel et des produits a partir de matériaux recyclés. Utiliser les argents de la vente de l’Alaska et de la liquidité d’une parti de la réserve pour développer des cités autosuffisantes et ainsi faire la réingénérie de l’économie. Au lieu de surconsommer, de gaspiller et de s’endetter ils se libéreront de la dépendance envers les ressources et les argents des autres et fournira des lgements et des moyens de vivre a beaucoup moins de frais, ce qui permettra auc travailleurs de liquider leurs dettes et épargner. En consommant des produits durables ils réduiront leurs dépenses et donc augmenteront leurs épargnes. Essentiel a une saine économie.

Bien sur investir dans le transport en commun vert et efficace rapide. Augmente le nombre d’heures que les travailleurs peuvent travailler au lieu de se déplacer en polluant… ce qui amènent des pertes de temps mais aussi de la maladie qui coute cher.

C’est quoi le problème avec les USA ?

Suffit d’écouter les businessmen…

Stephen Wynn, CEO de Wynn Resorts (20 600 employés)

« And a lot of people don’t want to say that. They’ll say, God, don’t be attacking Obama. Well, this is Obama’s deal and it’s Obama that’s responsible for this fear in America. The guy keeps making speeches about redistribution and maybe we ought to do something to businesses that don’t invest, their holding too much money. We haven’t heard that kind of talk except from pure socialists. Everybody’s afraid of the government and there’s no need soft peddling it, it’s the truth. »

George Buckley, CEO de 3M (67 000 employés)

« We know what [Obama’s] instincts are — they are Robin Hood-esque. He is anti-business. There is a sense among companies that this is a difficult place to do business. It is about regulation, taxation, seemingly anti-business policies in Washington, attitudes towards science. Politicians forget that business has choice. We’re not indentured servants and we will do business where it’s good and friendly. If it’s hostile, incrementally, things will slip away. We’ve got a real choice between manufacturing in Canada and Mexico – which tend to be pro-business – or America. »

Jim McNerney, CEO de Boeing (164 495 employés)

« Its action [Obama’s handpicked National Labor Relations Board’s] is a fundamental assault on the capitalist principles that have sustained America’s competitiveness since it became the world’s largest economy nearly 140 years ago. U.S. tax and regulatory policies already make it more attractive for many companies to build new manufacturing capacity overseas. »

Paul Otellini, CEO d’Intel (82 500 employés)

« The next big thing will not be invented here. Jobs will not be created here. The U.S. legal environment has become so hostile to business that there is likely to be an inevitable erosion and shift of wealth, much like we’re seeing today in Europe–this is the bitter truth. I think this group does not understand what it takes to create jobs. And I think they’re flummoxed by their experiment in Keynesian economics not working. If our tax rate approached that of the rest of the world, corporations would have an incentive to invest here. But instead, it’s the second highest in the industrialized world. »

Bernie Marcus, co-fondateur d’Home Depot (321 000 employés)

« Home Depot would never have succeeded if we’d tried to start it today. Every day you see rules and regulations from a group of Washington bureaucrats who know nothing about running a business. With just ObamaCare by itself, you have a 2,000 page bill that’s probably going to end up being 150,000 pages of regulations. If we don’t lower spending and if we don’t deal with paying down the debt, we are going to have to raise taxes. Even brain-dead economists understand that when you raise taxes, you cost jobs. He’s [Obama] never really worked a day outside the political or legal area. He doesn’t understand the problems businesses face. »

QUOI???

Après 4 ans « d’investissements étatiques » (voire gaspillage éhonté!) pour « faire rouler l’économie » façon Keynes, les USA sont TOUJOURS dans la m….?

Eh ben…

Gauchistes: prenez note.

Ça mijote c’est le temps de fonder des partis politiques et pourquoi pas le parti de la coopération. Parti qui prone le développement de coopératives dans tout les domaines de l’activité économiques et sociales. Il pourra y avoir des projet privés mais pour une durée déterminée comme le cas de l’échangeur de la 25 qui après une durée déterminée doit remettre au gouvernement la propriété des installations. Il faut donc s,assurer de la durabilité des installations et de leur bon entretien pour ne pas se faire léguer des troubles.
Donc oui on pourrait autoriser un héliport mais premièrement sur le toit d’un grand édifice autosuffisant qui aura des logements et des bureaux qui pourront dans un premier temps être loués et au terme de 25ans être remis en coopropriété qui s’auto gèrera.
On peut faire de même pour les infrastructure de TGV-MONORAIL, Lamphithéatre etc. 25ans de propriété privé avant d’être transformé en coopropriété régionale. Ce qui presse c,est de changer les normes de constructions (code national du bâtiment) pour construire dès maintenant uniquement des constructions durables et autosuffisantes. Idem pour les normes de fabrication tout les produits doivent être durable et biodégradable ou transformables. Fini la production de produits qui doivent être enfouis ou n’ont aucune possibilités de transformation. Non seulement ils doivent être transformable mais on doit payer une consigne pour permettre a des entreprises de transformation de se développer. On doit imposer des normes sur les produits importés aussi. Resserrer les exigences en matière de polloution faire payer les pollueur (donc les utilisateurs de véhicules polluants doivent être taxés davantages). Pour mettre fin au gaspillage et a la surconsommation on doit taxer davantage la consommation de bien non essentiels et encore plus ceux qui ne sont pas durable. On doit imposer de fortes amandes a ceux qui polluent pour développer des comportements responsables. Faire la promotion de poele biomasse et de l’autonomie individuelle et collective (récupération et traitement des eaux de pluie, production d,énergie, production d,aliments, de transports, développer l’éducation a distance et le développement d’institution de soins et d’hébergements coopératifs. Les redevances d’exploitation des ressources naturelles (eau, terre, forêts, métaux, pêches, vents, énergies, air etc de même que taxer a la source tout les pollueurs) doivent être dorénavant donné sur la quantité exploité et non sur les profits. On doit créer un fond de développement maintenant mais aussi une réserve pour les générations qui vont suivrent. Les cie qui utilisent les ressources et polluent doivent en payer le prix. Les propriétaires des ressources sont des humains et non des cies. les cies sont former pour les exploiter et en tirer des profits mais pas au détriments des populations. La terre appartient a l’humanité et non aux cies. Les ressources sont là pour nourrir et protéger les humains et non des antités créer pour en profiter. Oui on peut développer des entreprises et faire des profits mais pas en détruisant ou dillapidant les ressources sans dabord en payer les frais a qui de droit. On sait qu’une mauvaise exploitation des ressources peut détruire l,environnement et épuiser les ressources en aussi peut que 20ans. Alors on ne peut se permettre d’ignorer plus longtemps les mauvaises pratiques. Aucunes richesses ne justifie qu’on détruise l’environnement. Aucune cies ne justifient qu’on épuise de dilapide les ressources naturelles. On doit faire du développement durable pas un slogan ou un concept abtrait mais des normes qui régissent toutes activités humaines et d’entreprises. Il n’est de plus grande pauvreté que la désolation d’un environnement qui devient impropre a la vie. On doit apprendre du passé et non les répétés sous de fausses représentations. La propriété collective d’un environnement sain et l’accès aux richesses de l’exploitation et la transformation des ressources doit permettre le développement de collectivités durable saine qui vise le développement de leur autosuffisance en utilisant les richesses pour construire et développer des logements, infrastructure de transport et de production alimentaire la préservation de la qualité de l,environnement de même que des zones protégées pour aasurer la protection des écosystèmes essentiels a l’équilibre climatique et de suivie du patrimoine mondial que sont les milieux naturels tant glaciers, marins, lacs, forêt, rivières, terres et montagnes géré pour maintenir l’équilibre des espèces (en cultivant intelligement la forêt, les terres avant qu’elles ne redeviennent en friches mais de manière a conserver la vitalité de la terre et emp^cher l’érosion des sols, en faisant la chasse aux espèces en surnombre ou qui dilapident les ressources comme le grands prédateurs qui menacent l’équilibre naturel). En fait jouer le rôle que l’humain intelligent doit faire s’assurer de la survie et du maintien de l’équilibre des écosystèmes pour assurer la pérennité de la vie sur la planéte. Ça veut dire aussi imposer un contrôle des naissances contrer la surpopulation, cesser de vouloir dépasser les limites de l,espérance de vie car on sait déjà que ça menacent l’équilibre et est inutile. Miser plutôt sur de bonne conditions de vie pour tous et trouver les moyens de réduire la durée de vie d’une manière étique au choix de l’individu. Normalement l’individu devrait pouvoir contribuer activement a assurer les moyens de sa survie. On doit revoir les pratiques médicales qui posent des gestes en maintenant la vie pour des êtres qui ont le sait seront à la charge des autres et n’auront pas de qualité de vie. Difficile de se poser les questions et de faire les choix conséquent mais il en va de la survit de l’humanité. On ne peut continuer la croissance de la population mondiale sans avoir pour conséquence l’extinction de celle-ci. Donc il est temps d’enrayer la pauvreté, la maladie et d’assurer une qualité de vie a ceux et la participation de chacun qui a le privilège de vivre a la protection de l’environnement, la production alimentaire, le maintient a la sécurité des personnes et a leur intégrité. Le crime sous toutes ses formes, la destruction sous toutes ses formes et les gestes irresponsables sous toutes ses formes doivent être condamnés de manière assez sévère pour les contrer. Fumer des cigarette de contre bande est un exemple simpliste mais ça a des effets sur beaucoup de choses, la santé des individus et de leurs proches, la pression sur le système de santé, sur l’économie légal (les fabricants, les commerçants et les finances de l’état), et sur l’augmentation de la criminalité, la pauvreté et la violence sous toutes ses formes qui vient avec mais l’utilisation de terre qui pourraient servir a produire des aliments, la pollutions que ça génère la transformation et le transport mais aussi les effets de l’irresponsabilité qu’entretien les gens qui y contribuent. Ils ne voient pas la nécessité d’avoir des lois, un ordre, des rgles pour assurer un bon fonctionnement et équilibre a la collectivité. Il ne considèrent pas les nombreux effets négatifs qui en découlent. Ils ont une persception trop individualiste de leur passage sur la planète pour voir qu’ils devraient participer a améliorer les conditions de vies de tous y compris la leur. Que les conséquences de leur irresponsabilité ont des effets sur les autres aussi et a bien plus long terme qu’ils l’imaginent. La coopération et la conscientisation des rôles et choix responsables pour un développement durable ça ne doit pas être un concept abtrait ou un but pour dans 50ans ça doit se faire maintenant. On ne l,a pas le 50ans pour mettre ça en palce. À la vitesse que les ressources sont exploités, que l,environnement est détruit, que la population augmente, et que le climat change on doit agir maintenant.

La concentration de la richesse entre les mains de trop peu d’individus (organisations) nuit à l’économie car elle entrave la fluidité de l’argent. Mettre de l’argent dans ces coffre ne fait travailler personne.

Si les employés d’une banque jugent qu’ils ne sont pas assez nombreux pour traiter les demandent des cleints et décident de créditer 1000$ aux compte d’un certain nombre de clients, des vérifications seront faites et la banque corrigera l,erreur et congédiera les fautifs. De même si les employés d’un magasin décident de laisser sortir les clients avec la marchandise sans payer l’agent de sécurité leur saisira la marchandise et les employés fautifs perdront leur emploi.
Le gouvernement doit en faire autant avec ses procureurs et juges qui n’ont pas fait appliquer les lois et ont libérés sans sentences ni jugements des présumés criminels. Dans quelle sorte de société voulez-vous vivre? Ce n’est pas acceptable, on dépense pour faire arrêter des présumés criminels et ils sont retourneé sans jugements ni conséquences. Les fautifs doivent être licenciés et les jugements repris en cour. Les procureur et juge n’ont pas le droit de changer les lois ou de décider de ne pas exeercer de jugement. Ils sont payé pour faire une job et s’ils ne la font pas le vérificateur doit les blamer et le gouvernement reprendre les jugements des présum.s criminels. Tous égaux devant la loi. On doit licencier et retirer le droit de pratique de ces »soit disant professionnels ».
Le jugement de Robinson ne lui rend pas justice, il rend justice seulement aux avocats qui y ont travaillé, il doit recevoir une indemnisation proportionnelle aux tords y compris les 16ans de démarches juridiques que ça a pris. On ne veut pas d’une société anarchique, que les gens se mettent a régler leurs comptes eux mêmes que les criminels fassent la pluie et le beau temps avec notre système de justice et nos institutions gouvernementales.Il faut que ça change. Maintenant.

Ils sont l’artisan de ce pétrin en s,accaparant tout le pétrol possible ils ont causé une crise alimentaire car beaucoup de pays ont choisi de développer l’agriculture des biogaz et mettent les populations en famine. Utiliser le soleil, le vent et les marées pour produire de l’énergie. Faire de l’aquaculture, et de l,agriculture. Cesser les élevages d’animaux pour se nourir. Ça consomme trop de petrol et d’eau. Cesser la production de bien non essentiels et tout le gaspillage de ressources qui en découle. Utiliser les ressources pour faire des produits durable, recycler, cesser le gaspillage, il me semble que du gros bon sens c,est pas bien compliqué. Faire le recyclage de déchets domestiques en biomasse pour les entreprises. Untiliser l’éolien, les panneaux solaire et la marémotrice pour tout les besoins en énergie. Convertire tout les transport a l’électricité. Banir l’utilisation de produit causant de la pollution. redonner la planète aux populations, les ressources doivent servir a combler en premier lieu leurs besoin primaires pour tous. Eau, alimentation, logement et sécurité civile, intégrité physique et psychologique des droits fondamentaux prioritaires sur tout droits économiques et politiques.

François 1 = « Après 4 ans “d’investissements étatiques” (voire gaspillage éhonté!) pour “faire rouler l’économie” façon Keynes, les USA sont TOUJOURS dans la m….? »

Vous avez bien raison – c’est très difficile de sortir du merdier créé par la droite américaine. Quatre ans ce n’est pas suffisant. Cela prendra au moins 8 ans.

@ Loraine King

Donc pour sortir les USA du merdier de l’endettement causé par la droite américaine il faut que les USA s’endette encore plus ?

Merci. Très cohérent.

Mon cher David,

C’est quand même révélateur que tu nous récites les plaintes et litanies des gens qui gagnent $X million et plus. Pauvres eux autre; ils sont bien à plaindre.

Quant au contenu, mon pauvre David, il est aussi crédible que si j’essayais de te convaincre avec les propos de Buffet ou des 16 milliardaires Français qui demandent plus de taxes et impôts.

Comme l’écrit Simon V. « tu démontres une mentalité circulaire et portant l’empreinte d’un secteur renfermé. » Et ça mon David, ça sent pas bon.

@l’agentféminine

Vous écrivez : »De même si les employés d’un magasin décident de laisser sortir les clients avec la marchandise sans payer l’agent de sécurité leur saisira la marchandise et les employés fautifs perdront leur emploi. »

Quelle horreur cette suggestion ! Saviez-vous que le nombre d’employés a chuté dramatiquement dans les grands magasins ? On congédie des employés et ceux qui restent voient leurs heures coupées. Mais les dirigeants de ces entreprises trouveraient votre idée géniale parce qu’ils pensent que leurs conseillers peuvent toujours faire plus avec moins…

D’ailleurs, vos propos m’amènent justement là où je voulais aller. La difficulté de la reprise se situe en partie au niveau du nombre de travailleurs embauchés. La recherche de profit toujours de plus en plus importante incite à ces mises à pied ou du moins à la transformation du temps plein à du temps partiel. Il faut ajouter à cela la présence des technologies qui font mieux que les humains et qui donne de l’emploi aux Indes, par exemple.

Cela fait des années que ces stratégies existent sans jamais affoler ces dirigeants d’entreprises parce qu’ils se disent encore aujourd’hui qu’il restera toujours assez de monde pour consommer en quantité. Mais pour faire rouler l’économie, une poignée de riches peut-elle remplacer une masse de gens qui gagnent leur vie de façon décente ?

@ Loraine King (# 13):

Je vous rappelle bien humblement, Lorraine, que W. Bush a été le plus dépensier des présidents américains et qu’il est considéré de la droite…à tort selon moi.

À lire au sujet de Kaynes:

http://www.iedm.org/2250-keynes-est-mort-enterrons-le-

Extrait: « En théorie, ça tient (Kaynes). Mais dès qu’on quitte le merveilleux monde de Walt Disney, ça s’effondre. Dans la réalité, les politiciens sont keynésiens quand ça leur plaît. Ils dépensent quand ça va mal… mais dépensent aussi quand ça va bien! Des surplus? Vous voulez rire. On s’endette année après année. »

Un début de solution aux problèmes économiques des américains consisterait à arrêter de climatiser les tentes des militaires en Afghanistan et en Irak. Une économie de 20 MILLIARDS par ANNÉE selon la revue « L’actualité », édition du 15 sept p. 13.

» W. Bush a été le plus dépensier des présidents américains et qu’il est considéré de la droite…à tort selon moi. » françois1

Voudrais-tu nous dire cher françois1 que le gouvernement américain de George Bush était de gauche ? Réponds SVP… qu’on se bidonne un peu.

@ koldo

Bush a couper dans les programmes sociaux, Bush les a augmenté.

Donc qui est de gauche et qui est de droite ?

En passant ce ne sont pas les CEO des compagnies qui sont à plaindre, mais bien les travailleurs américains qui n’auront pas d’emploi parce que l’environnement créer par Obama fait en sorte que les CEO n’investissent plus.

P.S.: La compagnie de Buffet doit un milliard au fisc américain depuis 2002.

@ koldo

Bush a couper dans les programmes sociaux, Clinton les a augmenté.

Donc qui est de gauche et qui est de droite ?

En passant ce ne sont pas les CEO des compagnies qui sont à plaindre, mais bien les travailleurs américains qui n’auront pas d’emploi parce que l’environnement créer par Obama fait en sorte que les CEO n’investissent plus.

P.S.: La compagnie de Buffet doit un milliard au fisc américain depuis 2002.

@ koldo (# 19):

W. Bush a été le PLUS interventioniste et le PLUS dépensier des deniers publics dans son temps.

Tirez vos propres conclusions koldo.

Sans donner raison a ceux qui ont posés des gestes épouvantables le fameux 11 septembre, je dois dire que j’en ai une eceurantite aigue d,en entendre parler. On sait tous combien les amaricains ont menacé des gouvernements et des populations civile dans le monde pour controler leurs ressources (le petrol notament) et quand ce sont eux qui sont victimes ils s,attendent a nous voir brailler pendant 10ans. En plus comme ces actes n’ont pas étés revendiqués (peut-être que je me trompe) on n’a aucune certitude sur les groupes impliqués. Qu’ils fassent comme les autres, qu’ils avalent la pilule reconstruisent et arrête leur brailler sur leur sort. Ils sont l’artisan de leur malheur, et on doit cesser de leur donner de l’attention sur ce sujet. Leur guerre pour devenir les dirigeants du monde est perdue ils doivent s’occuper de leurs affaire et rebatir leur pays au lieu de continuer de vouloir aller controler les autres. D’avoir centrer leur dépenses gouvernementales sur la lutte au plus grand, en forçant les autres a s’écraser sous la menace de gueurre les mener a la faillite. Maintenant qu’ils trouvent un autre moyen de se sortir du trou. On ne va pas les suivre dans un scénarios de guerre mondiale pour controler le petrol et ainsi controler le monde. L’europe et la chine ont déjà depuis un bon moment commencé a diminuer leur dépendance au pétrol en développant des transport et des batiments a énergies verte. Même en afrique on a des frigos et des ordinateur solaire. Alors la guerre du petrol touchera bien sur des gens mais pas l’ensemble de la planéte et ils se retrouveront encore plus pauvre qu’avant parce que la chine et l’europe auront continuer d’avancer. Ici avec les petrols d,alberta et hydroquébec ont maintient la dépendance face auxc énergies fosile et aux sociétés d’état mais on se tire dans le pied, on ralenti notre développement économique et maintient un niveau de vie couteux et polluer ce qui cause beaucoup de maladies dont nous navons pas les moyens d’assumer les factures.
Avancons dans le développement de transport électrique, dans les développement de parcs éoliens et de marémotrice. =Suventionnons la transformation à l’autosuffisance des bâtiments, utilisons les surplus pour les revendre a moindre prix ici. Supportons les initiatives intelligentes et taxons davantages le gaspillage et les pollueurs. Quand on aura de une taxe propotionnel aux effets pervers des énergies fossile… incluant le gaz naturel, ils se batteront pour utiliser les transports en commun électriques et acheter des véhicules électriques. On devrait favoriser le développement de véhicules électriques de plusieurs passagers plutot que de ptites voiture et promouvoir le davantage le covoiturage.

Les bourses européennes sont en fortes baisses aujourd’hui. On peut bien se lancer des arguments gauche/droite sur l’économie et la politique américaines mais je constate que c’est l’incertitude en Europe qui inquiète les investisseurs. Le Grèce a reconnu la semaine dernière que le pays n’atteindrait pas ses objectifs de lutte au déficit, ce qui ne fait qu’accélérer une situation déjà grave. La Grèce fera défaut, et suivront le Portugal, l’Espagne, et sait-on, l’Italie. Le système bancaire européen pourrait s’effondrer, les effets seraient catastrophiques. Contrairement aux USA, l’Europe n’a pas la cohésion politique nécessaire pour stabiliser la situation. Malgré la mort annoncée de l’Amérique, je demeure plus inquiète pour l’Europe et l’euro. J’y vais justement dans les vieux pays dans quelques jours et je ne partirai pas avec un montant important d’euros sur ma ceinture !

@Loraine King

Bien vu, effectivement la situation en Europe est bien plus inquiétante que celle des américains qui est beaucoup plus ponctuelle (et on sait que les américains finiront par s’adapter et rebondir). Et selon moi c’est vrai à court terme et encore plus à long terme.

A court terme les Européens semblent incapables de s’organiser politiquement pour contrer le crise actuelle (et empêcher qu’elle se propage partout ailleurs). C’est bien dommage parce que ça serait tout à fait gérable s’ils se décidaient. Il finiront d’ailleurs probablement par y être forcé par les pressions des marchés, espérons seulement que pas trop de dommages auront été fait d’ici là.

A long terme l’état providence Européen (comme les autres…) est une impossibilité mathématique, son implosion même partielle nous promet de multiple crises….

Bon voyage car l’Europe même si c’est le bordel, c’est beau!!!

Encore une preuve de la non-fonctionalité du trickle down effect. Les grandes entreprises accumulent sans être favorables à la redistribution au sein de la société civile. Sont-elles mieux placées que le gouvernement pour décider du bien commun? Laissons aux entreprises leurs rôles: créer du profit et combler des besoins. Pour ce qui est de nos politiques, remettons l’État où il est sensé être. Pourquoi le taux directeur est-il gelé à une valeur presque nulle? Parce que la marge de manoeuvre économique de l’État diminue. Bien peu d’issues s’offrent à nous. Nous devons soit favoriser une plus forte régulation au sein de l’État, soit nous remettre entre les mains des grandes corporations. Loin de moi est de dire que les entreprises ne sont pas compétentes, mais pour administrer le bien public, la question d’optimum administratif est plus difficile à poser.

http://www.mablanchette.com/

Marc-André Blanchette

@François 1

Ce n’est pas parce qu’un site fait dire à Keynes des choses qu’il na jamais dit que c’est véridique.

L’IEDM est sponsorisé par des riches hommes d’affaires pour produire des analyses qui vont dans l’intérêt des dites commanditaires!
Si l’étude ne va pas dans le sens des commanditaires, bye bue la commandite. Ça ne prends pas la tête a Papineau pour comprendre cela…

Évidemment, si vous croyez une publicité de GM comme quoi ils affirment, étude à l’appuie, fabriquer les meilleures voitures alors qu’une étude de Office de la protection du consommateur affirme le contraire, libre a vous de rejeter cette dernière étude parce qu’elle est commandité par le gouvernement!
Reste qu’avec une telle optique, les Lacroix et Jones de ce monde ont encore de l’avenir!!!

@ Benton

Tu veux que je te sorte la citation de keynes où il dit que son modèle économique s’applique le mieux aux États-totalitaires ?

@David

Encore une fois, vous n’avez pas compris le sens.

Tout les « modèles » s’appliquent mieux dans un État totalitaire.

Le modèle de Friedman en est une preuve vivant de sont application concrète dans des dictatures de l’Amérique du Sud… sauf que les résultats n’ont pas été au rendez-vous!

Keynes a dit que le keynésianisme était une théorie taillé sur mesure pour les état totalitaire. C’est plus clair pour toi ?

Et ton commentaire sur Milton et l’Amérique du sud ne fait que refléter ton ignorance.

Sous Pinochet l’indice moyen de liberté économique a été de 5,4/10. Depuis son départ, l’indice moyen de liberté économique est passé à 7,6/10 !

Pinochet était un anti-capitaliste. La gauche devrait aimer ça.

@ Benton (# 28):

Facile de dénigrer sans s’attaquer au FOND!

Le financement de l’IEDM est clairement expliqué ici:

http://www.iedm.org/fr/34413-qui-finance-liedm-

Je voudrais attirer particulièrement votre attention sur le petit graphique au bas de la page comparant le financement (revenus) de cet organisme comparé à celui des grosses centrales syndicales… Ça vous soufflera!

Bon…et maintenant…si vous nous en disiez plus sur le fond?

@David

Je me fout par mal de l’indice de liberté économique lors que des gens meurent en prison pour des raisons politiques…

Pour le reste, je me demande pourquoi Pinochet était anti-capitaliste tout en demandant souvent conseil à Friedman et que la plupart de ses conseillers économiques provenaient de l’Université de Chicago, plus spécifiquement du cercle de Milton Friedman! (Et de l’application des principes de l’École de Chicago!)

@Francois

Les données de financement confirme ce que je dis!!!
C’est un organisme commandité par les entreprises (Les fondations, c’est aussi des entreprises) pour promouvoir l’intérêt des entreprises!

Pour ce qui est de comparer les entrées d’argent des syndicats a ceux de l’IDEM, bien que importe quoi, aussi bien ajouter les entrées d’argents en milliards du Groupe de Desmarais!!!
(Fait à noter, l’argent des syndicats, qui sont démocratique, provient des membres…)

C’est pathétique….

L’un fait des comparaisons boiteuses à la IDEM et l’autre privilégie l’indice de liberté économique à l’indice de liberté tout court!!!

@ Benton (# 33):

« Fait à noter, l’argent des syndicats, qui sont démocratique, provient des membres… » (sic)

1- Les syndicats sont tou SAUF démocratiques et vous le savez très bien (si, bien sûr, vous êtes bien informé!): cotisations obligatoires, finances occultes, dépenses politiques à même le budget des membres, votes par « tordage de bras », intimidation, menaces et culture de « gros bras, etc.

2- L’argent des syndicats vient, au final des contribuables car les cotisations syndicales (qui sont obligatoires, merci à la « démocratie!) sont déductibles d’impôt.

@David

Pour Milton Friedman, il passa les dernières années de sa vie a se justifier des liens qu’il a entretenu avec Pinochet! Ça ne n’est pas de la légende urbaine…

Bon, libre a vous de vous documentez via un site donc le but est la promotion du libre marché et non la « promotion » de la vérité historique!!!

Pour le jugement de la cour européenne, vous confondez les types de cotisations et généralisez la portée de la décision.

@François 1

Le syndicat de la construction c’est une chose et l’ensemble des syndicats, c’est autre chose, il ne faut pas généraliser.
Reste que dans les faits, les syndicats sont démocratiques, les gouvernements aussi… même s’il y a de l’abus dans certains cas.
Par contre, une entreprise n’est pas démocratie, c’est un fait!

@ Benton

Si ce n’était pas une légende urbaine, tu aurais pris soins de mettre un lien pour savoir d’où vient cette information.

Pour le jugement de la cour européenne j’aimerais que tu donnes des explications au lieu de juste faire une affirmation gratuite.

Il est grand temps que tu appliques à toi-même les standards que tu demandes aux autres.

@David

Wikipedia est déjà un site plus sérieux que les sites commandités par les entreprises pour la promotion du libre marché, dans l’intérêt des entreprises.

De plus, c’est un fait que Pinochet était entouré de conseillers économiques provenant de l’Université de Chicago.

Pour le jugement, on parle d’une cotisation syndicale et d’une deuxième cotisation connexe. C’est cette deuxième qui est contesté.
De plus, ce que je comprends, ces travailleurs appartenaient pas a un syndicat.

Pour le reste, l’application d’un jugement d’une cour international des droits de l’homme, je doute qu’elle soit applicable de fait. Les États-Unies et l’Israël en sont un exemple!

Un premier standards, c’est éviter des sites commandités par des entreprises et des fonds privées qui travail dans l’intérêt de ceux qui les paie. C’est une règle d’éthique de base.

Évidemment, si tu crois que Pepsi est la meilleure boisson gazeuse parce qu’une vedette payée par Pepsi l’affirme, c’est ton droit, mais ça n’a rien d’impartiale et encore moins d’une valeur de vérité!
C’est de la publicité!!!!

@ Benton

Qui peut écrire sur wikipedia ?

L’info sur wikipedia ne vaut rien en tant que telle. La seule utilité de wikipedia ce sont les sources qui sont citées.

Alors c’est quoi ton lien avec tes infos ?

Et tu n’a pas du tout compris le jugement (j’ai bien fait de te demandé les explications).

Au départ il n’y avait qu’une seule cotisation obligatoire. Suite au jugement du tribunal, ils ont mis en place 2 cotisation, une obligatoire mais l’autre volontaire (celle qui sert à financer les activités politiques).

@ Benton (# 38):

Toute opération gérée par les centrales syndicales, de la signature des cartes de membres au vote de grève en passant par leurs états financiers pue l’intimidation et la dictature des gros bras digne des années ’60 et ’70.

Je le répète: les grosses centrales syndicales sont tout SAUF démocratiques.

Il faut en finir avec le despotisme syndical au Québec et rendre l’adhésion à ces organisations optionnelle, comme ça se fait presque partout dans le monde civilisé.

@Francois 1

Stéréotype, quand tu nous tiens!

Certains pointe le toit lorsque la maison est inondée par le lac…

@David

Wikipedia n’est pas la référence idéale mais elle a le mérite d’être neutre, tout au moins d’être corrigé lors d’un consensus, ce qui est déjà beaucoup mieux qu’un site où les références vont dans le sens des commanditaires!
La nuance est pourtant facile a comprendre, mais plus difficile a admettre lorsque le dogmatisme est notre voie…

Pour le lien avec mes infos, est-ce nécessaire quand c’est de notoriété publique ?
Ai-je besoin d’un lien pour affirmer que 2 et 2 font 4, que 100%, c’est le double et 200% le triple, que le gouvernement au Québec est libéral, que selon l’Institut de la statistique du Québec publie que le salaire moyen des hommes est de $20.16 en 2009!
Pour ce dernier point, un minimum de recherche est requis, mais je ne passe pas par l’Institut Économique de Montréal pour « interpréter » cette donnée…

Pour le jugement, j’admets que mon anglais n’est pas ma force, (tout comme admettre vos torts n’est pas votre force) mais il me semble que le point 14 du jugement est assez claire…

Nonobstant cela, une cotisation de « monitoring », ça n’existe pas au Québec, sans là votre confusion d’une cotisation en mêlant la Suède avec le Québec.
Faut croire que les règles Suédoises sont différentes qu’ici. (Ainsi que le fonctionnement des syndicats, plus à gauche et moins « corporatisme » en Europe…)

@David

Déjà que vous ne faites pas le « lien » cause/effet!

Pour importe la logique, la pertinence, le bon sens et l’évidence, il n’y a rien de pire que celui qui ne veux voir ce qu’il veut bien regarder….